Plonk & Replonk
Publié le 23/02/2013

Ça empire


L’association Plonk & Replonk Editeurs est un collectif de créateurs, fondé en 1997 basé à La Chaux-de-Fonds, Suisse.
Jacques et Hubert Froidevaux en sont les principaux membres actifs.

Nous travaillons essentiellement dans le domaine de l’image, et plus spécifiquement du photomontage humoristique.
Nos créations sont diffusées en librairies (Suisse, France et Belgique) sous formes de cartes, de livres et d'autocollants, ainsi que dans la presse.
À noter que Plonk & Replonk est un des principaux leaders sur le marché européen du nain de jardin bétonné, un secteur à forte croissance.

http://plonkreplonk.ch/

 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 21 février 2013 à 08:08

J'ai besoin d'un dollar, dollar, bébé, un dollar est ce dont j'ai besoin. Hé, hé.

Comme titre j'avais aussi "la vase est là" mais vous n'auriez pas saisi

Je dis pas ça pour râler, mais je m'interroge quant à mon rapport à l'argent.  Par exemple, je ne suis pas scandalisé quand j'apprends que quelqu'un vient de gagner 60 millions d'euros à la sueur de son front en trouvant les cinq bons numéros de l'Euromillions. Pourquoi le serais-je ? Au contraire, je suis même fasciné que tant de gens dépensent chaque semaine de l'argent juste pour se payer le droit d'espérer. Je trouve qu'il faudrait remplacer les impôts par une loterie obligatoire. On garderait une partie des gains pour les routes, les écoles et tout ce genre de choses, on tirerait au sort un gagnant chaque semaine et tout le monde serait content.Je ne suis pas scandalisé non plus quand Roger Federer gagne des fortunes pour aller disputer des tournois exhibition. Pourquoi le serais-je ? Je suis juste impressionné. Car il faut beaucoup de temps pour tenir sa raquette d'une main et ouvrir son grand imperméable de l'autre. En revanche, comme tout bon suisse, je suis scandalisé quand j'apprends qu'un ex-grand patron de la pharmaceutique peut gagner plus de 60 millions sans même avoir à trouver de numéros, juste pour promettre qu'il n'ira pas travailler pour la concurrence. Je suis scandalisé parce que depuis le temps que je rêve d'être payé à rien faire, voilà que lui l'est pour promettre de ne rien faire. Voilà bien un domaine dans lequel j'excellerais ! Et pourtant, personne ne m'a jamais rien donné pour ça. Je vais donc de ce pas demander à M. Ribes combien il pense me donner pour que je ne parte pas fissa écrire gratuitement pour la revue collaborative Zéphyrs opposés

Le 4 septembre 2013 à 10:03

La Suisse expliquée aux Français #3

Le Gruyère

Imagine un peu : tu es victime d'un cambriolage. Le cambrioleur te prend deux trucs, un cendrier en rotin Louis XIV, pas génial mais d'assez bonne facture, et un oblitérateur à pommes de terre pour le moins dérangeant visuellement, tu l'avais reçu à Noël et tu n'as jamais osé le jeter. Bon. Déjà, c'est une situation assez pénible à vivre. Mais en plus, tu réalises que le voleur est un très riche marchand d'art des environs. Et qu'en plus, il vend des copies encore plus laides de l'oblitérateur à pommes de terre sous le nom de cendrier en rotin Louis XIV.   Terrible, non ?   Maintenant, imagine qu'un pays où le fromage coule à flots, où vaches et brebis rivalisent d'audace et d'imagination pour produire mille divins nectars, où les produits laitiers sont nos amis pour la vie, décide de produire du Gruyère français et de l'Emmental français, un genre de chewing-gum lacté dont on se sert principalement pour la maçonnerie mais parfois aussi, hélas, pour des gratins, voire des sandwiches dont la simple consommation peut rendre aveugle et sourd. Ridicule, non ?Il ne peut y avoir de Gruyère français vu que le Gruyère vient d'une région intitulée Gruyère et qui tire son nom de la ville de Gruyères, c'est quand même pas compliqué, est-ce que je te vend du Beaujolais moldave et de la saucisse de Toulouse de Francfort ? Non. Donc bon. De la même manière, l'Emmental tire son nom de la riante vallée de l'Emme, dont il aurait bien fait de ne jamais sortir, si tu veux mon avis. Est-ce que le Paris-Dakar a lieu en Amérique du Sud ? Donc bon.   Mais surtout, surtout, le Gruyère n'a pas de trous. On peut en faire, bien sûr, avec une perceuse, si on s'ennuie au bureau, pourquoi pas, nous sommes en démocratie, hélas, mais il n'a pas de trous. Jamais. Nulle part. Contrairement à l'Emmental dont, c'est amusant, les trous sont la partie qui a le plus de goût.   Ainsi, dans l'expression : "ça alors, la défense de St-Etienne est un véritable Gruyère, ce soir, ou bien ?", il ne faut pas comprendre qu'elle a des trous. Mais qu'elle est un peu jeune et manque donc de goût. Ou bien qu'elle entre dans la composition de la fondue moitié-moitié. Ou bien qu'elle a un peu l'accent fribourgeois. Je ne sais pas. Moi, tu sais, le sport, depuis que Federer est redevenu mortel, je n'y comprends rien. Mais ça ne veut pas dire qu'il y a des trous. Jamais.

Le 20 janvier 2013 à 10:07

Poubelle la vie

Je dis pas ça pour râler, mais ceux qui pensent les Suisses incapables de se révolter se fourrent le doigt dans l'œil.En ce moment même, la bonne ville de Lausanne est le théâtre d'une révolte silencieuse, d'une démonstration de résistance passive dont Gandhi et Martin Luther King auraient rêvé. Ça concerne les poubelles. Oui, bon, il faut bien commencer quelque part, toutes les révolutions ont commencé petites. Figurez-vous que le gouvernement qui oppresse le bon peuple de son poing rageur veut inciter les gens à trier mieux leurs déchets. Inciter les gens à trier mieux leurs déchets ! Je vous demande un peu ! Et pourquoi pas donner des conseils de jardinage et partager des astuces dans le domaine de la poterie, aussi ? Mais cette fois, c'en est trop, le peuple ne se laisse pas faire. Ah, mais ! Il ne sera pas dit qu'on nous incitera comme ça ! Car on sait bien comment ça se passe. On commence par inciter les gens à trier leurs déchets et ensuite on leur suggère des évènements ludiques pour toute la famille ! Concrètement, nos sacs poubelles sont désormais taxés et il est formellement interdit de balancer ses ordures dans des sacs non-officiels, sinon après c'est l'anarchie. Le lobby des assassins a formellement dénoncé cette grave atteinte à sa liberté professionnelle. Pour les autres gens, en revanche, à cause de la gauche qui remet sans cesse en question les fondements de notre société, ça ne reviendra pas plus cher, vu qu'on t'en rembourse une partie. Mais si tu décides de quand même continuer à utiliser les sacs non-taxés, par principe, l'Etat s'en prend à ce que tu as de plus cher, il t'attaque jusque dans tes valeurs nationales : il ne ramasse pas, et après ça fait désordre (ou plus précisément, ça fait cheni). Et faire désordre, c'est ce qui peut arriver de plus grave à un Suisse, juste après avoir cinq minutes de retard et nier publiquement l'existence de Guillaume Tell. Mais pourtant, courageusement, des citoyens osent braver le gouvernement, ce qui donne lieu à un terrible bras de fer qui me rappelle furieusement la fois où j'avais dit à mon chat "je ne te redonnerai pas de croquettes tant que tu n'auras pas fini celles-ci" (il avait fini par gagner). Je dis pas ça pour râler, mais ceux qui pensent les Suisses incapables de se révolter se fourrent le doigt dans l'œil. C'est juste qu'ils se révoltent pour des trucs pas très importants.

Le 12 décembre 2011 à 08:44

Janvier 2005 - Van Gogh aux ciseaux

Chroniques à retardement #2

Les chroniques à retardement ressuscitent de petits ou grands événements qui se sont perdus dans le flot frénétique de l’actualité. Du réchauffé, du come-back, du léger différé : une deuxième chance pour ces nouvelles obsolètes.   Les riches, peut-on lire un peu partout, sont de plus en plus capricieux. Un millionnaire anglais a célébré ses cinquante ans en compagnie de trente pingouins loués pour l’occasion. A Paris, la conciergerie d’un hôtel de luxe a dû trouver en une heure quatre cent kilos de sucre de régime pour un cheikh arabe qui voulait en rapporter chez lui une provision. Tel autre nanti, un soir qu’il se sentait mélancolique, a loué le château de Versailles et l’a peuplé d’une armée de valets en costumes d’époque. Puis il a déambulé, seul, dans les allées du jardin. Il s’y serait, dit-on, un peu ennuyé.   En ce début d’année 2005, Takashi Hashiyama, lui, vend sa collection de tableaux. Ce patron japonais, dont la société fabrique des Connecteurs, des Coupleurs et des Systèmes d’Imagerie Passifs à Ondes Millimétriques (on voit par là qu’il s’agit d’un homme respectable), se sépare de ses Van Gogh et de ses Picasso. Il s’adresse pour cela à deux maisons de ventes aux enchères : Sotheby’s et Christie’s. Et, indécis face à leurs offres qu’il juge équivalentes, il leur propose de jouer le vainqueur à pierre-feuilles-ciseaux.   Voilà donc les représentants des deux prestigieuses maisons face à face dans une salle de réunion d’Osaka avec, dans leur poing fermé, plusieurs possibles millions. Ils transpirent doucement dans leur costume de marque. L’ambiance est quelque peu tendue.   Monsieur Sotheby’s, persuadé que le hasard décidera, est venu sans préparation. Madame Christie’s, elle, a cherché conseil autour d’elle. Les filles d’un collègue, âgées de neuf ans, lui ont recommandé de jouer d’abord ciseaux. Elle a pris note de leur avis en hochant la tête, puis elle a passé le reste de la semaine à prier et – suivant une tradition japonaise pour se donner bonne chance – à disperser aux quatre vents de petites pincées de sel.   L’heure est venue. Madame Christie’s joue ciseaux. Monsieur Sotheby’s, papier.   Ce qui prouve deux choses importantes. Un, il faut toujours écouter les enfants. Deux, un Dieu salé sera toujours mieux disposé qu’un Dieu nature.   C’est ainsi que les caprices des riches font progresser la science. Il faut leur en être reconnaissants.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication