Rémi Amy
Publié le 18/03/2013

"Le Misanthrope" de Molière


Pièce à un euro

"Alceste - De toute façon, c'est tous des cons ! Personne m'aime."

Rémi Amy écrit depuis l'âge de 13 ans.

D'abord porté sur la fiction, il a été très marqué durant ses études par la pratique du théâtre en amateur. Il s’est ensuite intéressé à la mise en scène, avant d’en arriver à l’écriture pour le théâtre.

2012 est son année : à 27 ans, il publie sa première pièce, Seule l'utopie... (Ed. Les Mandarines) et gagne simultanément le Grand Prix du Théâtre avec sa comédie Le Recréateur (Ed. L’Œil du Prince).

 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 8 mars 2015 à 09:22

Faut-il avoir peur des autres ?

Le Professeur Pascal répond à vos questions

NON. Les autres sont comme vous et moi ; ils aiment, ils souffrent, ils meurent. Il y en a qui aiment les glaces à la fraise, d'autres qui souffrent d'hémorroïdes, d'autres enfin qui meurent bêtement en craquant une allumette devant une fuite de gaz. Bon, si vous ne vous reconnaissez pas dans la liste qui précède, cela prouve que vous êtes bien vivant, que vous ne vous tortillez pas le derrière sur une chaise et que vous préférez, peut-être, les glaces au foie gras (si, si, ça existe). Pour autant, il faut bien avancer dans la question qui vient de m'être posée. Dites-vous bien que certains y ont déjà répondu positivement. Ils trouvent que les autres ont une sale gueule, qu'ils parlent mal le français, que leur bagnole est bizarre, comme chantait Pierre Vassiliu en son temps sur un air de Chico Buarque. D'autres, par contre, ont l'altruisme dans la peau. Non, l'altruisme n'est pas une maladie porcine. C'est la plus belle des vertus ; après la chasteté, bien entendu, laquelle est bien pratique quand on prend l'ascenseur avec une fille du Crazy Horse. Cependant, méfions-nous. Tous les altruistes n'ont pas fait leurs études chez l'abbé Pierre. Il en est qui serrent la pince à tout le monde, même à ceux qui n'ont plus de mains. Ils vous appellent par votre prénom comme si vous aviez gardé les vaches ensemble. Ils ont un éternel sourire collé sur la bouche avec du scotch invisible. Leur but ? Vous vendre n'importe quoi, du moment que vous fassiez leur bonheur. Appelons ça de l'altruisme intéressé. Et n'en parlons plus. Montrons-nous misanthrope quand nous les rencontrons. Et s'ils persistent à vouloir nous vendre une bagnole à trois roues, un crédit à taux mal fixé ou un adoucisseur d'eau usée, accueillons-les avec notre plus beau sourire avant... de les assommer !

Le 16 septembre 2010 à 09:17

Jocrisse qui mène les poules pisser

En cette rentrée chaotique, ne serions-nous pas à court d'injures ? Les injures sont comme les hors-d'oeuvre : elles s'apprécient variées... « Pauvre con », « connard », « cornichon », c'est du déjà-vu. « Il a l'air d'un jocrisse complet ! » Cela nous tenterait-il ? Depuis le XVIIe siècle, le mot a pris un sens injurieux. Parce qu'il renvoie au niais valet de comédie ou garçon de ferme stupide. La tradition en a fait le spécialiste des tâches inutiles, comme d'aller chercher la clé du champ de tir. Le roi lui-même a dansé dans Le Ballet des Fées des forêts de Saint-Germain, le 11 février 1625 où l'auteur a osé lui faire dire ces vers : « Partout on m'appelle JocrisseQui mène les poules pisser.Chères beautés, faites cesserCe surnom rempli d'injusticeQue chacun de moi se reposeJe lui ferai faire autre chose » Dans Les Femmes savantes (1672), Molière fait dire à Martine, la soubrette : « Si j'avais un mari, je le dis,je voudrais qu'il se fît le maître/ du logis ;je ne l'aimerais point, s'il faisait le /jocrisse » Plus tard, Dorvigny (1742-1812) en fait un personnage ridicule avec Le Désespoir de Jocrisse (1793), pièce représentée au Théâtre des Variétés Amusantes. Le comédien Jean-Joseph Mira, dit Brunet (1766-1851) en était le mémorable interprète. Avec sa culotte courte, ses bas chinés, sa veste rouge et sa perruque à queue, Jocrisse est le héros de vingt-deux comédies-vaudevilles, parmi lesquelles Jocrisse congédié et Jocrisse au bal de l'Opéra. Mais le personnage viendrait de plus loin, des Romains. On attribuait à un berger la fonction de traire les poules...

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication