Jean-Pierre Mocky : Le rire élastique et frondeur

"Il serait odieux de ne pas dire ce qui est quand on sait que ce qui est, est. Moi, mon parti précis, c'est de faire éclater la vérité partout, de foutre les pieds dans le plat."

Enregistré le 9 novembre 2007 dans la salle Roland Topor du Théâtre du Rond-Point

Durée : 1:39:12



"Un pays heureux n'a pas besoin d'humour." Staline

Soyez les cancres du sérieux, faites voler en éclats de rire le bon goût et sa bonne conscience, en écoutant les cours, performances et autres conférences de progesseurs agrégés d'insolence et de cocasserie.

Avec France Culture et Tilder.

 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 11 mai 2012 à 10:05

Le joli mois de mai

Il reste toujours un peu d'avril dans l'assiette. Ce mois indigeste avec son poisson dans le dos et ses œufs en chocolat, est difficile à finir, alors que nous le sentons approcher, avec son parfum de muguet et son sourire de jour férié, le joli mois de MAI. Ah, s'il est un mois qui vous met l'âme en gaieté, vous rosit les joues et vous gigote le cœur, c'est bien mai ! Trois lettres seulement, il ne veut pas qu'on perde de temps pour l'écrire, le temps de mai est réservé au plaisir. Dès son premier jour, il fête le travail, et de quelle manière : il nous offre un jour de congé. Mai a bien saisi, à l'inverse de certains énervés de la politique, que le travail n'a du talent que s'il se repose suffisamment. En plus, il y ajoute un brin de muguet. Petite fleur à clochettes dont autrefois la vente par des militants qui l'avaient récoltée à la faucille servait à renflouer les caisses du parti communiste. On se souvient que Georges Marchais portait des cravates en soie ou en rayonne selon que la recette du muguet avait été bonne ou non. (...) Saluons surtout ce mai libérateur, dont le plus beau fut celui de 1968, qui nous délivre du rigoureux avril en clamant : « Fais ce qu'il te plaît » et « Il est interdit d'interdire ». Profitez bien du plus beau mois de l'année où fleurit l'acanthe, le pittosporum et le bougainvillier, mois qui a vu naître Freud, Labiche, Orson Welles, Fred Astaire, Claude Piéplu et Eros, petit teckel à poil long que tous les habitants de la rue du Bac à Paris ont bien connu.   Extrait de Mois par moi : almanach invérifiable © Actes Sud 2008 http://www.actes-sud.fr/catalogue/theatre-arts-du-spectacle/mois-par-moi

Le 23 décembre 2010 à 12:00

Viktor Orbán plus rapide que "Poutluscozy"

Carte postale de Hongrie

Comment devenir Poutine en son pays quand aucun pétrole ne coule en Hongrie ? Comment régner tel un Berlusconi radieux sur l'ensemble des médias nationaux, Internet compris ? Légiférer dix fois plus vite que l'hyperprésident français ? Lancer la plus grande chasse aux sorcières depuis la chute du Mur et caser ses lieutenants à tous les étages du système ? Après son élection raz de marée en avril dernier, Viktor Orbán va si vite qu'il a laissé tout le monde sur le carreau : opposition, opinion publique, presse, chancelleries, Bruxelles... En huit petits mois seulement, le nouveau Premier ministre est en passe de devenir un autocrate exerçant un pouvoir absolu sur la Hongrie — en toute légalité. Fort de son emprise sur le Parlement à Budapest (sa machine de guerre, le Fidesz, y tient deux tiers des sièges), il a pu modifier à répétition la Constitution, pomper dans le gisement des retraites privées, faire placarder son credo nationaliste dans tous les établissements publics du pays, distribuer des passeports aux minorités hongroises des pays voisins, savonner le pouvoir de la Haute cour de justice, nommer un champion d'escrime à la présidence de la République et, par exemple, un ancien Hell's Angel des "Motard Goy" à la tête de Radio Petöfi, la meilleure station musicale du pays.Sur Radio Kossuth, le France Inter magyar, un journaliste a eu le courage de faire une minute de silence à l'antenne après avoir annoncé la création d'une Autorité nationale des médias et des communications (NMHH) contrôlée majoritairement par le Fidesz d'Orbán : tous les médias, publics comme privés, devront corriger des informations jugées erronées par la NMHH, sous peine de très lourdes amendes «pour manque d’objectivité politique». Depuis son acte héroïque, on n'entend plus guère le brave homme sur les ondes de Radio Kossuth, il doit être en train de songer à une reconversion radicale.Maigres protestations : plusieurs journaux sont parus mardi dernier avec une première page vide – mais la manifestation qui a suivi n'a rassemblé que 1500 personnes. Les Hongrois sont fatigués de la politique, et Viktor en profite pour courir sur d'autres dossiers. Par exemple l'éviction du metteur en scène Robert Alföldi de la direction du Théâtre National, après qu'un parti d'extrême droite ouvertement anti-rom et anti-juif a réclamé sa tête parce qu'il était "une pédale, un pervers, un Juif indigne du théâtre national" (> pétition internationale de soutien).Ah oui, encore une chose : la Hongrie prend la présidence tournante de l'UE au 1er janvier. Viktor sera au centre de la photo. Bonne et heureuse année en Europe !

Le 21 août 2015 à 11:34

Perdu dans Tokyo #3

Journal de l'auteur associé au Théâtre du Rond-Point

20 août Paniques Debout à quatre heures. Moments de craquages. Quand la fatigue prend le dessus sur tout, sur la ville, l'adaptation impossible à un environnement en tout étranger, insaisissable, incompréhensible. Plus aucun repère viable. Perte du langage, des mots, de l'alphabet. Panique à bord et rétropédalage. Crise d'angoisse. Manque de sucre, aussi, peut-être. Il n'y en a quasiment nulle part. Peur du temps à passer perdu là. Réveil en sursaut. Puis ça passe. La chambre Espace meublé, chambre 607. Une chaise, bureau long et fin accolé à la fenêtre unique. Un petit miroir, une bouilloire, une lampe, un appareil électrique dont je ne comprends pas la fonction. Une boîte de mouchoirs, un peignoir, une petite poubelle, un sèche-cheveux et une lampe de poche. Une télé, un grand lit, un petit meuble bas sur lequel poser la valise. Un cabinet de toilette avec douche baignoire-sabot, petit lavabo et wc avec jets multiples comme partout. Au-dessus du lit, un crochet pour un tableau, reproduction quelconque. Mais là, rien, pas de tableau. Le crochet tout seul. La connexion Internet est mauvaise et la disposition de l'espace rend compliquées mes quarante minutes de gym du matin, rituel vital. Je prétexte le bruit et la mauvaise connexion, je demande à changer de chambre, si possible. On est très aimable, aucun problème. J'espère retrouver une chambre disposée autrement, sinon plus spacieuse. À quinze heures, j'entre dans la 1039. Tout y est parfaitement identique, au même endroit, même dispositif, mêmes objets, placés pareil. Même fenêtre, même salle de bain, même chambre. Tout exactement pareil. Et au-dessus du lit, même crochet, et pareillement sans tableau. Mon amie Masako rit, me dit qu'au Japon, on a un sens particulier de « l'égalité ». Je ferai ma gym sous le bureau.  Les cendres du père Après-midi de stage. Exercices et jeux. Mes hôtes Kenichi Shinomoto et Hyo Hirota, organisateurs, directeurs, responsable de la Japan Directors Association, filment, consignent, observent et travaillent, me laissent carte blanche. Bienveillants, attentifs, présents. Autour d'eux, d'autres observateurs, assis, sages, studieux, notent. Je crois qu'ils dorment, je vérifie, ils sont seulement très concentrés. Après-midi de travail autour des textes et des chansons. Je suis au piano, entouré des stagiaires qui entonnent les chansons de Moi aussi je suis catherine deneuve et des Couteaux dans le dos. On fait des battles de chorus (je n'aurais jamais cru un jour pouvoir écrire ça). On retraduit encore. Faire rentrer les mots japonais, toujours plus longs que les mots français, dans les notes. On travaille à jouer autre chose que ce qu'on dit, à dire autre chose que ce qu'on joue. On imagine un défunt patriarche. Je leur demande de venir rendre un dernier hommage au mort, en lui disant le texte d'une chanson japonaise imbécile qu'ils connaissent. Cela fait naître un rire tragique, un décalage grinçant. Douloureux et drôle. J'évoque les cendres du père de Sortir de sa mère, que ses enfants endeuillés transformaient en enduit pour boucher les fissures de leurs murs. « Papa, partout avec moi », disaient-ils. Sur l'île de la Réunion, la pièce avait été très bien accueillie, mais l'idée de jouer avec les cendres des morts avait été mal vécue, mal reçue. Au Japon, ce n'est pas si compliqué. Mais on m'explique qu'ici, les méthodes de crémation ne sont pas tout à fait les mêmes. En plus des cendres, il reste toujours des os. 

Le 28 juillet 2015 à 08:59

Etienne Klein : La gravitation, force négligeable parmi les autres forces

Vous avez dit "boson de Higgs " ? #2

Quand le langage scientifique défait tout ce que nous savons du monde, il faut au moins le talent de conteur du physicien Etienne Klein pour nous le restituer à travers le grand bruit provoqué par la détection du boson de Higgs au CERN le 4 juillet 2012. Le boson de Higgs est à l'évidence une drôle de chose. Mais au fait, s'agit-il vraiment d'une chose ? La détection du boson de Higgs au CERN fut annoncée urbi et orbi le 4 juillet 2012, pas moins de 48 ans après que des physiciens théoriciens ont prévu son existence. Cette découverte est fondamentale en physique, mais pas seulement : elle a aussi des implications philosophiques qui viennent défaire le lien que l'on a l'habitude de faire, depuis la naissance de la physique moderne, entre le concept de matière et celui de masse. En général, nous pensons que ces deux notions sont ontologiquement intriquées : que serait en effet une matière dépourvue de masse ? Et comment imaginer une masse qui ne s'incarnerait pas en particules de matière ? Or ce que révèle la présence de bosons de Higgs dans l'univers, c'est que, contrairement à ce que l'on pensait, la masse n'est pas une propriété intrinsèque des particules élémentaires, seulement une propriété secondaire : elle résulte du fait qu’elles se frottent au vide, plus exactement au champ qu’il contient et qu’on appelle « le champ scalaire de Higgs ». On osera ici une analogie, imparfaite mais éclairante : tout se passe comme si les particules élémentaires étaient des objets sans masse, mais dotées de skis, se déplaçant sur un champ de neige qui serait l’équivalent du champ scalaire de Higgs ; les particules ayant des skis parfaitement fartés se déplacent sans frottement, donc à la vitesse de la lumière, et leur masse apparente est nulle ; celles dont les skis sont mal fartés glissent mal sur la neige, leur vitesse est moindre que celle de la lumière et leur masse est non nulle. La masse apparaît alors comme une mesure de la mauvaise qualité du fartage des skis des particules… > écouter le podcast audio complet

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Carte blanche au Bondy Blog : Ecrire ensemble
Live • 14/02/2017
Pascal Blanchard : Pourquoi la France est incapable d'avoir un musée de la colonisation ?
Live • 10/02/2017
François Ruffin : répétition générale publique avant son premier meeting pour les législatives à Flixecourt
Live • 08/02/2017
L'avocat William Bourdon et Antoine Deltour, lanceur d'alerte du Luxleaks
Live • 03/02/2017
Edgar Morin
Live • 02/02/2017
Tous les podcasts
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication