Jean-Marie Gourio
Publié le 13/10/2013

Prévert


Un Prévert, un Prévert, un Prévert, plus un Prévert, est une liste à la Queneau.

Prévert aurait pu s'appeler Prébleu, tout lui va.

Prévert, comptoir, oeuf dur, la trilogie.

Marcel est un prénom à la Prévert.

Prévert est mort, et en plus il est enterré. J'ai un chat qui dort sur Prévert.

Prévert ou rien, c'est pas pareil. Rien n'est pareil.

Il commence à écrire en 1976 dans le magazine Hara-Kiri, dont il devient bientôt rédacteur en chef adjoint. C'est là que paraissent ses premières "brèves de comptoir". Il écrit aussi pour la radio, la télévision, le cinéma et la bande dessinée. Et puis des romans, 9 à ce jour. Depuis 1987, il publie un recueil de Brèves de comptoir par an. Après ses Nouvelles Brèves de comptoir au Rond-Point avec Jean-Michel Ribes, il va lancer sur ventscontraire.net des Haïku de comptoir, des essais philosophiques épais comme un fil, des visions, des pensées en rond, des tribunes de stade...
 

Plus de...

Jean-Marie Gourio

 ! 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 12 août 2013 à 08:26

Ce qu'on nous cache sur Marcel

Il est temps de révéler ce que de bienséants biographes nous cachent : Marcel Proust est l'inventeur du maillot de corps qui porte son prénom. Voici les faits : sa bonne maman, toujours inquiète de ses bronches fragiles, lui avait acheté par un beau jour d'avril tout un lot de sous-vêtements thermogènes, à commencer par le fameux Rasurel en ouate de tourbe et le célébrissime Damart avec lequel tu n'auras jamais froid, toi, mon fils! Ce que voyant et entendant, le capricieux Marcel se rue sur les Damart et Rasurel que lui présente Maman, et rageusement il les met en pièces … C'est alors, parmi les vestiges des Rasurel et des Damart, qu'il avise à ses pieds, produit de ses furieux travaux, une sorte de haillon sans manches, très échancré, et dans une inspiration il s'en saisit illico. Sans un regard pour sa pauvre mère en larmes, il tombe le veston noir, la chemise à faux-col de celluloïd, il endosse ce moulant maillot minimal, le parfait en quelques coups de ciseaux, et le jour même de la prise de cet habit il va se baguenauder en ce simple appareil au bord de la Seine, sous l'oeil de dockers fascinés, non par le torse fluet du jeune bourgeois, mais par son maillot de corps inconnu, qu'ils eurent bientôt adopté. D'où l'appellation professionnelle de "débardeur", voisinant avec celle poétique de "marcel" en l'honneur de son inventeur qui ne le quitta plus, même dans son lit dont sortait un bras nu armé d'une plume qui courait sans s'arrêter jamais.

Tous les dossiers
Tous nos invités

derniers podcasts

je m'abonne :   
Niels Arestrup
Live • 17/07/2014
Magyd Cherfi : Longue haleine
Live • 12/05/2014
Télérama Dialogue : Norman (fait des vidéos)
Live • 15/04/2014
Emmanuelle Pireyre & Gilles Weinzaepflen : Rêve et travail
Live • 24/03/2014
Bernard Stiegler : Travailler demain
Live • 22/03/2014
Tous les podcasts

Je lance ma
chronique sur
la piste d'envol

Les billets
Règles du jeu
Accès chroniqueurs
 
La revue collaborative du Rond-Point
Vos chroniques   Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Piste d'envol   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Accès chroniqueur   Presse
ventscontraires.net, revue collaborative, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point, avec le soutien d' 
Site administré par
© 2014 - CC.Communication