Paroles de repentis de la mafia #1


D'après Attilio Bolzoni

      Partager la vidéo 

Autres épisodes :

Le grand comédien italien Marco Gambino dit les paroles des repentis de la mafia, telles que les a retranscrites, à l’état brut, le journaliste Attilio Bolzoni : glanées lors des procès ou au fil des interviews qu’il mène depuis trente ans, ces sentences sans fioritures nous plongent au cœur même du raisonnement mafieux qui n’est pas seulement une langue ou un code, mais un exercice d’intelligence, une exhibition permanente de pouvoir.
Un aperçu effrayant de la Sicile où parrains, soldats sortis du rang, prélats de Cosa Nostra parlent de crimes, de trahisons, de femmes, d’argent, de morale.

Enregistré le 16 février 2013 dans la salle Topor du Théâtre du Rond-Point

En partenariat avec Cinaps TV, Rue 89 et le théâtre Les Déchargeurs
et avec le soutien financier de l’Institut culturel italien de Paris.

A une situation d’urgence, il faut une « trousse de secours », des antidotes au fatalisme et au découragement, une boîte à outil pour stimuler notre capacité de rebond, regonfler le moral de ceux que la crise aura découragé.
En partenariat avec Rue89 et Cinaps.TV.

 

 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 19 novembre 2015 à 09:54

Jade Lindgaard : "Les limites maximum de taux de CO2 dans l'atmosphère sont déjà dépassées depuis deux ans"

L'état des savoirs sur les changements climatiques La journaliste Jade Lindgaard suit pour Médiapart les négociations climatiques en vue de la COP21. Aujourd'hui, nous dit-elle, les travaux du GIEC offre une synthèse sans précédent sur l'état du climat et des effets sur lui de nos activités économiques. C'est un outil extraordinaire, réunissant les travaux de physiciens, chmistes, météorologues, sociologues, économistes, spécialistes de la faune et de la flore, etc. Il est de plus en plus précis et ses conclusions sont plus alarmantes que jamais. On y voit clairement un lien entre les émissions de CO2 et le dérèglement du climat qu'on peut déjà observer à travers des événements qu'on ne prévoyait que pour dans plusieurs décennies. Les limites maximum de taux de CO2 dans l'atmosphère sont déjà dépassées depuis deux ans. Comme il faut beaucoup de connaissances pour apprécier les résultats complexes de ces travaux, un objectif symbolique et politique a été établi autour d'une limite du réchauffement global de l'athmosphère limité à 2°. Il s'agit d'une élévation de température moyenne pour l'ensemble de la planète, qui cache des réalité disparates, avec des régions déjà torrides où il fera 5 voire même 6 degrés de plus. Or certaines régions gagneront à ce réchauffement. En fondant la banquise arctique donne accès à des champs pétrolifères jusqu'alors inaccessibles. Vu de France, 2° ne semblent pas effrayants. Mais d'énormes bouleversements auront lieu, comme l'arrivée du moustique vecteur du chikungunya ou le déplacement des vignobles vers le nord...  

Le 20 août 2010 à 12:46

Libertude, égalitude, fraternitude

L'autre feuilleton de l'été - 18

En exclusivité pour les aficionados de ventscontraires.net, voici les meilleures feuilles du livre que Christophe Alévêque publie avec Hugues Leroy chez Nova Editions.lundi 21 mai 2007 La photo officielle de la présidente des Français est présentée à la presse par Dominique Besnehard, conseiller à l’image et au casting des réceptions. On y découvre Ségolène Royal de trois-quarts, vêtue d’une tunique bleue, un foulard vert autour du cou ; dans sa main droite, un drapeau français, dont la flamme vole au vent ; sa main gauche repose sur un bouclier aux couleurs de l’Europe. A l’arrière-plan, la carte de France des régions, que brandit un enfant souriant devant le fronton d’une école. Pour le magazine Voici, la styliste Ling-Ling de Chateaubriand décrypte le look de la présidente : « Audace et simplicité : cette robe bleue, enfin, cette tunique — cette robe-tunique, disons — est définitivement très tendance. J’aurais peut-être cassé la taille par une ceinture en strass. Sinon je m’interroge sur le sens du foulard vert. » mardi 22 mai 2007 Premier conseil du ministre. « Faites-moi rêver » : telle est la phrase par laquelle la présidente, à peine assise, inaugure le premier conseil du quinquennat — figeant de stupeur Dominique Strauss-Kahn et le reste du gouvernement sur les sièges du salon Murat. Ce sera, en substance, l’injonction qui va scander chaque début de réunion. Ségolène Royal a tenu à ce que l’ensemble des secrétariats, secteurs, sous-secteurs, sous-sous-secteurs, antennes et câbles soient représentés à cette réunion de lancement. Les huissiers ont dû courir tout le palais pour rassembler des pliants. Après un court exposé sur les vertus du sommeil et d’un bon petit-déjeuner, la présidente demande à chacun de se présenter devant les autres, et de préciser ses devoirs envers les Français. Dans la mesure où personne ne connaît personne, ces présentations accapareront la totalité de la séance. La société civile, tout heureuse d’avoir pour une fois la parole, expose dans le détail son parcours et ses attentes. Dans un coin du salon Murat, Laurent Fabius et Bernard Kouchner, protégés par un rang de secrétaires d’État inconnus, font un concours de cocottes en papier. Dominique Strauss-Kahn les lorgne avec envie : mais, placé juste en face de la présidente, le Premier ministre doit rester sur ses gardes. La main sous le menton, il lutte de toutes ses forces pour empêcher son regard de plonger dans le décolleté de la secrétaire d’État à l’avenir, qui semble ranimer en lui un passé pas totalement enfoui. Ce sera la dernière séance au salon Murat. Au grand dépit du gouvernement, la présidente fait savoir que le conseil du ministre se tiendra désormais de façon « volante », dans de petites communautés méritantes de la vraie France qui changeront chaque semaine. A titre expérimental, on commencera par celles du Poitou-Charentes. Une boîte à suggestions a été installée en bout de table, pour que tous aient la possibilité d’exercer une critique participative sur le déroulement des conseils à venir. Kouchner et Fabius y glissent chacun une cocotte. Leur geste n’a pas n’échappé à l’œil aiguisé de la présidente : à l’heure de la photo officielle, le secrétaire d’État aux pays dont il faut se mêler des affaires et le sous-secrétaire à la biodiversité en outre-mer se font sévèrement remonter les bretelles : « On ne vient pas au conseil du ministre pour enfiler des cocottes ! C’est aussi votre avis, Dominique ? » Et, passant de la cocotte à l’âne, la présidente foudroie du regard son Premier ministre qui s’est posté au garde-à-vous — au sens propre et figuré — tout contre la secrétaire d’État à l’avenir. Cette dernière sera démissionnée aussitôt pour raisons de santé, battant ainsi le record de France de longévité à la tête d’un secrétariat : trois heures. Commentaire de Bernard-Henri Lévy, à la fin de la journée : « Magnifique ! »…  La suite demain...

Le 23 décembre 2010 à 12:00

Viktor Orbán plus rapide que "Poutluscozy"

Carte postale de Hongrie

Comment devenir Poutine en son pays quand aucun pétrole ne coule en Hongrie ? Comment régner tel un Berlusconi radieux sur l'ensemble des médias nationaux, Internet compris ? Légiférer dix fois plus vite que l'hyperprésident français ? Lancer la plus grande chasse aux sorcières depuis la chute du Mur et caser ses lieutenants à tous les étages du système ? Après son élection raz de marée en avril dernier, Viktor Orbán va si vite qu'il a laissé tout le monde sur le carreau : opposition, opinion publique, presse, chancelleries, Bruxelles... En huit petits mois seulement, le nouveau Premier ministre est en passe de devenir un autocrate exerçant un pouvoir absolu sur la Hongrie — en toute légalité. Fort de son emprise sur le Parlement à Budapest (sa machine de guerre, le Fidesz, y tient deux tiers des sièges), il a pu modifier à répétition la Constitution, pomper dans le gisement des retraites privées, faire placarder son credo nationaliste dans tous les établissements publics du pays, distribuer des passeports aux minorités hongroises des pays voisins, savonner le pouvoir de la Haute cour de justice, nommer un champion d'escrime à la présidence de la République et, par exemple, un ancien Hell's Angel des "Motard Goy" à la tête de Radio Petöfi, la meilleure station musicale du pays.Sur Radio Kossuth, le France Inter magyar, un journaliste a eu le courage de faire une minute de silence à l'antenne après avoir annoncé la création d'une Autorité nationale des médias et des communications (NMHH) contrôlée majoritairement par le Fidesz d'Orbán : tous les médias, publics comme privés, devront corriger des informations jugées erronées par la NMHH, sous peine de très lourdes amendes «pour manque d’objectivité politique». Depuis son acte héroïque, on n'entend plus guère le brave homme sur les ondes de Radio Kossuth, il doit être en train de songer à une reconversion radicale.Maigres protestations : plusieurs journaux sont parus mardi dernier avec une première page vide – mais la manifestation qui a suivi n'a rassemblé que 1500 personnes. Les Hongrois sont fatigués de la politique, et Viktor en profite pour courir sur d'autres dossiers. Par exemple l'éviction du metteur en scène Robert Alföldi de la direction du Théâtre National, après qu'un parti d'extrême droite ouvertement anti-rom et anti-juif a réclamé sa tête parce qu'il était "une pédale, un pervers, un Juif indigne du théâtre national" (> pétition internationale de soutien).Ah oui, encore une chose : la Hongrie prend la présidence tournante de l'UE au 1er janvier. Viktor sera au centre de la photo. Bonne et heureuse année en Europe !

Le 4 mars 2013 à 19:38

Christian Salmon : Ces histoires qui nous gouvernent #2

George W Bush et Ashley Faulkner / L'étreinte

> Premier épisode                   > Episode suivant Dans sa conférence-performance "Ces histoires qui nous gouvernent", l'écrivain et journaliste Christian Salmon poursuit son salutaire travail d'analyse du story-telling. Dans cet extrait, il revient sur un récit édifiant mais fictif qui a joué un rôle décisif dans l'intervention américaine en Afghanistan et même au-delà. "Quoi de plus innocent et charmant qu’une histoire bien tournée ? Les histoires nous distraient et nous instruisent en nous faisant rêver. Désormais, avec la technique du storytelling, elles nous gouvernent et sont devenues un instrument de contrôle des opinions, une « arme de distraction massive ».L’entrée en guerre préventive contre l’Irak, le reality show au début du mandat de Sarkozy, sa métamorphose en capitaine courage face à la crise financière, l’épopée victorieuse de Barack Obama… Autant de fictions préparées dans le secret de war rooms où s’élabore le storytelling intégré. Christian Salmon nous propose un voyage dans les démocraties contaminées par l’hypermédiatisation, une exploration des mythes politiques à l’âge du néolibéralisme. Une traversée de la crédulité contemporaine. " Enregistré le 30 novembre 2012 dans la salle Topor du Théâtre du Rond-Point En partenariat avec Cinaps TV et Rue 89 Vous pouvez également retrouver le podcast audio complet de cette conférence-performance.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication