Question n° 10

Traque au butin : quel est le nom de l'artiste qui propose un spectacle où l'on retrouvera ces éléments sonores ?

Explorez la saison 2013/2014 et gagnez des abonnements, des places, etc.

> Escale précédente - Traque au butin / Escale n°10 - > Escale suivante
Retour à la carte interactive et au formulaire de réponse



A une situation d’urgence, il faut une « trousse de secours », des antidotes au fatalisme et au découragement, une boîte à outil pour stimuler notre capacité de rebond, regonfler le moral de ceux que la crise aura découragé.
En partenariat avec Rue89 et Cinaps.TV.

 

 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 21 février 2013 à 08:52

Yves Pagès, François Wastiaux : Pouvoir-Point #1

> Episode suivant   Dans ce premier extrait de leur conférence-performance "Pouvoir-Point", l'écrivain-éditeur Yves Pagès et le metteur en scène François Wastiaux nous plongent dans la restructuration du groupe éditorial Librenvi, une entreprise fictive mais dont la novlangue manageriale poussée à l'absurde devient comique – et ça fait du bien. A la tribune, Jean-Michel Michel, saisissant chef d'orchestre d'un récital PowerPoint plus vrai que nature et finalement terrifiant. "Un certain Jean-Michel Michel, leader d’un groupe éditorial ayant récemment pris de l’ampleur (Librenvi International Editing) réunit ses proches collaborateurs et cadres supérieurs pour fêter les dernières mutations en cours. Lors de cet exposé, il développe ses thèmes favoris dans le domaine « managemental », à l’aide de schémas et de mots-clefs projetés sur écran. Son discours, hanté par les barbarismes de l’ère du temps, mais sans jamais tomber de la caricature, finira par se déliter de lui-même, puis par mordre la poussière, entre trou de mémoire et délire pseudo-théorique touchant au « fractal », à la « pixellisation du désir » et à l’horizon hyper-contextuel de l’industrie du support papier. En guise de catastrophe finale, l’orateur en voie de décomposition n’aura plus qu’à laisser chanter en lui cette étrange prière d’insérer : « Ô Lord, won’t you give me a Mercedes Benz ?! ». " Enregistré le 30 novembre 2012 dans la salle Topor du Théâtre du Rond-Point Avec le soutien de voQue & Cie En partenariat avec Cinaps TV et Rue 89   Vous pouvez également retrouver le podcast audio complet de cette conférence-performance.  

Le 20 octobre 2011 à 10:16

Pourquoi j'ai voulu que ventscontraires.net existe

Le spectacle vivant – surtout quand il est innervé et matérialisé par des auteurs vivants comme au Théâtre du Rond-Point – est une réponse aux technologies de l’Internet, à toutes ces manières de médiatiser l'actualité via ordinateurs, palettes, smartphones, etc. Le spectacle vivant dit la primauté du vivant avec le vivant, quand les gens se parlent entre eux et sont d'autant plus en intimité et en connexion qu'ils sont les uns face aux autres. Cela dit, il serait fou de penser qu'on puisse rester en dehors de l'époque – une époque qui se diffuse à travers l'électronique. Je ne voulais pas qu’on redouble le Rond-Point sur Internet – une idée  stupide puisque le Rond-Point est ici, il se fait avec des gens vivants qui rencontrent d'autres gens vivants. Mais il était intéressant de proposer, via Internet, quelque chose qui ressemble à l'esprit du Rond-Point, une espèce de magazine en ligne. J'ai souhaité qu'on y réfléchisse ensemble et on a abouti à cette revue collaborative un peu iconoclaste, un peu farfelue, un peu incongrue, dans le sillage dadaïste ou la lignée de ces humoristes que Breton a réunis dans son Anthologie de l'humour noir, c'est-à-dire des gens qui bougent le monde avec esprit et humour, qui se détachent d'une actualité trop souvent prégnante et en font autre chose. J'ai proposé ce titre parce que j’imaginais quelque chose à l'envers de la mode, à l'envers du flot de la bien-pensance, du flot du discours unique. Pour dire qu'il y a d'autres endroits, d'autres chemins où les vents poussent. A l’envers de tout ce qui nous accable.

Le 6 décembre 2013 à 15:51

Marius von Mayenburg: "Wir klauen alle ununterbrochen"

Jean-Daniel Magnin – Es ist für mich spannend zu beobachten, wie du von einem Stück zum nächsten narrative Formen erfindest, um eine Geschichte auf der Bühne zu erzählen. B Ist diese "permanente Modernisierung" des Theaterschreiben für dich notwendig ? Marius von Mayenburg – Ich denke nicht viel über die Form nach. Ich will mich nicht langweilen, ich will spielen. Meistens entsteht die Form aus einer Notwendigkeit. Oder aus dem Wunsch, mit bestimmten Schauspielern zu arbeiten.– Ueberlege du dich bevor oder entwikelt es sich während des Schreibenprozess ?– Beides. Der Schreibprozeß beginnt meistens schon lange bevor das erste Wort auf dem Papier steht. – Natürlich ist alles schon erfunden worden. Trotzdem viele deiner Innovationen wurden von andere Autoren aufgenommen. Hast du das Gefühl, beobachtet, erwartet oder sogar kopiert werden zu sein ?– Nein. Wir klauen alle ununterbrochen. Das Theater ist eine parasitäre Kunst. Wir bedienen uns beim Film, bei der bildenden Kunst, bei der Literatur. Und bei den anderen Theatermachern. Wir klauen mit Absicht und aus Versehen, das Klauen ist so normal, daß wir es meistens gar nicht merken. Das war immer schon so (Shakespeare undsoweiter). Das Theater ist eine flüchtige Kunst, deshalb hat niemand ein schlechtes Gewissen. Ich freue mich, falls jemand meint, das es bei mir etwas zu klauen gibt.– Im Gegensatz zu traditionnellen Dialogen gibt es heute bei vielen Autoren immer öfter eine Art von "geteilter Erzählung": wo die Geschichte oder das Märchen von verschiedenen Schauspielern dem Publikum frontal erzählt wird. Was denkst du davon ?– Ich denke, daß wir Schwierigkeiten haben, einem Bühnengeschehen zu folgen, das Wirklichkeit als chronologische Abfolge von Ereignissen darstellt. Man empfindet das als zu autoritär. Das gemeinsame Erzählen einer Geschichte entspricht einer Perspektive auf unsere Wirklichkeit, die nicht mehr von einer chronologischen, kausalen Entwicklung von Ereignissen geprägt ist, die zwangsläufig hierarchisch geordnet ist, sondern von Wahrnehmung unserer Wirklichkeit als Netzwerk von gleichzeitigen Ereignissen, die sich gegenseitig relativieren. Deshalb wird die Erzählung in viele, sich teilweise auch widersprechende Stimmen fragmentiert. Dadurch entsteht eine Illusion von demokratischem Erzählen: was wahr oder gelogen ist, muß der Zuschauer selbst entscheiden. Alles ist relativ, beziehungsweise relativiert. Konflikt und Begegnung wird vermieden. Ich finde solche Experimente des Erzählens notwending, aber ich halte sie nicht für die Zukunft des Theaters. – Ist das Theater für dich ewig ? Wird es noch immer in fünfzig oder hunder Jahre geben ? Warum ?– Es ist schön, Schauspielern bei der Arbeit zuzusehen. Warum sollten die Menschen aufhören, das zu tun?– Letzte Frage : welche war am Anfang der Arbeit der Ausgangspunkt für Perplex ? – Der Anfang war die Frustration über eine Regiearbeit mit Schauspielern, die mir auf die Nerven gegangen sind. Und die Sehnsucht, mit meinen Lieblingsschauspielern zu arbeiten: mit Robert, Eva, Judith und Sebastian. Also habe ich mich hingesetzt und ein Stück für sie geschrieben. Und ich habe alles reingeschrieben, was ich gerne mit diesen Schauspielern proben wollte. Und das haben wir dann gemacht. Foto Iko Freese

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Sophie Wahnich : La démocratie prise en étau
Live • 13/02/2018
Aude Lancelin : "Bienvenue dans le monde libre"
Live • 12/02/2018
Paul Auster : rencontre avec François Busnel
Live • 16/01/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication