Romain Boussard
Publié le 29/06/2013

Wonderbarbouzeland


Ancien étudiant en coloriage et pâte à modeler reconverti dans le dessin d'actualité. 
http://rboussard.canalblog.com/
 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 14 décembre 2012 à 08:23

De Mona à l'Origine du Monde

Mona Mailing n°7

Ma chère, ou plutôt devrais-je dire, ma chair. Je me lance. Jusqu'alors je ne savais pas où poser les yeux. Avoue que c'est gênant tout de même ! Mais un moment de honte est vite passé, disait ma nonna, alors j'ai relevé mes jupes, franchi la Seine et me voici, dans ta gare où l'on voyage immobile. Je viens faire la paix, bellissima. J'ai mis le temps, j'en conviens, car je fus choquée, indignée lorsque tu t'exposas au tout venant. Une femme de bien se livre t-elle ainsi ? Moi la femme tronc, comment tolérer l'indécente femme fleur ? Puis je fus admirative devant ta sereine opulence. Quel sourire, jeune fille, sur tes lèvres pulpeuses ! Je confesse même un soupçon de jalousie. En voyant le désir que tu suscites, j'ai parfois grincé des dents - et cela ne me sied guère. Mais depuis j'ai réfléchi et aujourd'hui, ma douce, je compatis. Nous sommes soeurs. Musée haut, c'est moi, musée bas c'est toi, tout en lèvres, toi sexe, moi bouche et le reste ils s'en moquent. Je ne sais ce que tu penses car tu es, quoique d'aucuns disent, impénétrable, mais si parfois tu es triste ou rageuse, rappelle-toi, ma louve, nous sommes, telles des déesses, insondable mystère pour nos adorateurs. Après tout, ne serait-ce pas de me revivre nue sur un lit qui me réjouit ? Je me plais à penser que sur ton visage absent flotte cette expression de secret ravissement d'après amour. Le célèbre sourire du chat ne serait-il pas celui d'une chatte ? Après tout... Ne t'inquiète pas, ma ténébreuse, je veille, d'une rive à l'autre je te couve du regard, mon enfant, ma soeur, et depuis que tu es là je songe à nouveau à la douceur... Mais...chut ! La tua sorella Mona   PS : Les petits matins sont glacés, s'il te plait, couvre-toi.

Le 30 mars 2013 à 09:47
Le 27 février 2013 à 10:00

La cinq

Je dis pas ça pour râler, mais le mouvement cinq étoiles du comique italien Beppe Grillo a fait une percée foudroyante lors des élections générales italiennes. On savait déjà que la frontière entre humour et politique était mince : Barack Obama est très drôle, le président de la Suisse Ueli Maurer est un comique et les Guignols de l'Info ont été élus deux fois à la présidence de la France, en 1995 et 2002. Je trouve cela plutôt sain : humoriste est un métier dans lequel on passe vite de l'ombre à la lumière, du cinéma Capitole à la roche du tarpé, du million de vue sur youtube à la pub pour Crunch. Il est bon que certains préfèrent se reconvertir rapidement plutôt que d'aller grossir les rangs des chômeurs ou des invités des émissions de seconde partie de soirée sur les chaînes de seconde partie de télécommande.Il serait même bon que d'autres métiers à tendance éphémère suivent cet exemple. Je ne parle pas ici des sportifs, qui ont compris depuis belle lurette, belle lurette moins le quart qu'ils pouvaient toujours devenir consultants ou, dans le cadre des spécialistes de l'équitation, ouvrir des restaurants italiens. Ni des chanteurs à la mode qui, une fois devenus has been, peuvent toujours tenter la méthode dite du M Pokora : se faire oublier un moment puis réussir, grâce à quelques pas de danse, un auto-recyclage. Pour les autres, il reste toujours les jurys de télé-crochets, on ne dira jamais assez à quel point la prolifération des nouvelles chaînes a permis de lutter efficacement contre le sous-emploi (et de l'occuper intelligemment).Non, je parle ici des politiciens qui, une fois non réélus, plutôt que de tenter des come-back à répétition qui gênent ou fatiguent, selon les cas, feraient mieux de se lancer dans l'humour ou la chanson, comme vous et moi.

Le 30 juin 2012 à 09:53

Le problème avec les soldes

Le problème avec les soldes c’est qu’à force d’étiquettes fluorescentes, de stickers géants et de publicités la Redoute que c’est marrant comment ils retrouvent direct ton adresse ceux-là alors que la sécu il leur faut 18 mois pour piger, du coup t’as déjà déménagé ailleurs parce que bon,  non seulement l’appart était vraiment moisi mais en plus la voisine écoutait Lara Fabian, et honnêtement, quelle personne saine d’esprit écoute Lara Fabian en 2012, arrive ce moment fatidique de l’année où il te devient impossible de ne pas regarder le monde au travers de ce filtre persistant des soldes, espérant silencieusement qu’un -20% soit appliqué à la balance à ta prochaine pesée et que le volume de voyageurs se coupant les ongles dans le métro subisse une remise de 30% , et tu constates que cette persistance neurologique s’insinue jusque dans ta lecture du journal, qui semble t’informer que le régime syrien tente d’imposer 50% de réduction du nombre de ses habitants en vie, que notre équipe de foot s’est vue attribuer une ristourne de 70% sur son nombre de victoires alors que sa nouvelle collection éclatante de scandales, elle, ne fait pas l’objet de la moindre ristourne, que les possesseurs de la carte de fidélité du Smic sont aussi déçus qu’une shopping-addict devant une réduc de 2%, et te pousse à penser que si le public de Secret Story se permet d’anéantir sa matière grise devant un tel ramassis d’âneries, c’est parce qu’il a appris à la caisse que pour un cerveau acheté , cette semaine, un  deuxième lui était offert, et que du coup celui-là, c’est pas grave s’il l’abime, il lui restera le deuxième pour faire des trucs intelligents, comme écouter Lara Fabian. C’est ça le problème avec les soldes.

Le 11 novembre 2011 à 08:38

Les héros inutiles

Nous vivons une époque merveilleusement productive. Grâce à la technique, à l’horloge atomique et aux consultants en organisation, on peut mesurer le temps avec une précision sans égale, chronométrer les ouvriers sur les chaînes de montage, faire passer un métro toutes les deux minutes aux heures de pointe, mener des réunions en visio-conférence, optimiser, dynamiser, progresser, dégraisser. On peut même travailler dans l’avion. Pas de pertes, pas de temps morts. C’est formidable.   Pendant ce temps, un Asiatique bat le record de Saut Hors De Son Slip : c'est l’homme qui, au monde, se déshabille le plus vite. Je viens d’assister à sa performance : elle se déroule dans une pièce au décor simple, chez lui peut-être, et ça va – évidemment – très vite. On le voit qui étire le col de son marcel par le haut de sa chemise ; il se penche, se l’accroche au gros doigt de pied ; toujours plié en deux, il baisse un peu son pantalon ; il se redresse, il saute. Le voilà nu. Trois secondes cinquante-deux centièmes   Il m’attendrit, ce type. Il y a dans son exploit quelque chose d’admirable. Vous rendez-vous compte du travail qu’il faut pour arriver à ce degré de perfection dans le geste ? Pour développer la bonne méthode, à tâtons, à force d’essais et d’erreurs ? Pour trouver un à un les vêtements hors desquels on saute avec le plus de fluidité ? Pour atteindre à force de travail acharné ce rêve de tous les sportifs et de tous les danseurs : l’absolue efficacité du mouvement ?   Et cet homme pressé fait tout ça pour rien. Pour la beauté du geste. Comme Cyrano : “Que dites-vous ?… C'est inutile ?… Je le sais !
 Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
 Non ! non, c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !”   On pourrait, c’est vrai, reprocher à ces héros de pacotille leur trivialité, l’esthétique au rabais de leurs vidéos YouTube, leur inconséquence. C’est vrai que leurs exploits sont aussi dérisoires qu’éphémères. Mais on a, après tout, la poésie qu’on mérite. Notre monde utilitaire, notre fièvre forcenée de l’efficacité génèrent ces créatifs idiots, leur technique parfaite et leur enthousiaste improductivité. Parfois, je trouve, ils sont beaux. On a bien besoin d’eux.

Le 22 août 2013 à 08:11

Richard

Richard est né nu un jour il y a quelques années déjà. Puis il a grandi. Il a été élevé par ses parents dans une maison. Enfant, Richard jouait beaucoup et faisait des bêtises. Il a fait des études et a beaucoup appris. Un jour, il a trouvé un travail avec des horaires plus ou moins fixes. Richard s'est insurgé contre les guerres, les maladies telles que le cancer, le sida et il n'aimait pas non plus, les dictatures totalitaires. Richard n'aimait pas les transports en commun bondés et les trains qui n'arrivent pas à l'heure. De la même façon, Richard n'aimait pas être éclaboussé par les voitures lorsqu'elles roulent dans une flaque ni être piqué par une guêpe et encore moins être mordu par un chien. Richard n'aimait pas non plus se cogner contre les meubles ou payer des places de cinéma trop chères. Richard aimait les chatons et les chiots parce qu'il les trouvait mignons. Richard pensait que la violence ne mène à rien. Richard, dans le même esprit, n'aimait pas les gens foncièrement méchants. Richard appréciait beaucoup ses amis et il aimait l'amour (et le sentiment amoureux, ça va de soi). Richard aimait le sexe aussi parce qu'il trouvait ça bon. Richard aimait les surprises et ouvrir les cadeaux à Noël. Richard aimait la nature. Richard pensait que la cigarette est mauvaise pour la santé. Richard tombait de temps en temps malade. Richard détestait être enrhumé et devoir se moucher toutes les dix minutes. Puis Richard a vieilli et un beau jour il est mort. Sa famille et ses amis l'ont pleuré. Lors de son enterrement, quelqu'un a dit : "Bah, ce Richard quand même... ah, sacré Richard va !".

Le 9 octobre 2010 à 08:00

La rue encombrée

(chose vue)

La rue est encombrée par les échafaudages. Dans la rue encombrée par les échafaudages les piétons peinent à avancer. La lumière est belle ce soir. La température est basse et la ville humide, les gouttelettes de pluie, fines, font se crisper les visages, elles apparaissent dans les phares jaunes ou blancs des voitures empêchées et pressées aux carrefours de la ville ce soir. Vendredi. Vendredi soir l’excitation citadine est palpable. Ressentie. Chacun se dépêche ; il est question ce soir de se défouler. Demain est un jour calme un peu. Sans travail. Les klaxons. L’heure chienne est hivernale. L’on ne sait pas. Il fait jour et nuit dans le même temps. L’on ne sait pas. Cela ne durera pas. Bientôt les choses rentreront dans l’ordre ; la nuit. La femme dans la rue tient l’enfant par la main. L’enfant se laisse porter par la main de la femme. Elle la guide. La main de la femme guide celle de l’enfant et tout son corps avec. La femme et l’enfant descendent du bus. La femme fait un grand pas et du bus au trottoir elle enjambe le caniveau. L’enfant fait un saut, s’appuie et s’aide de la main de la femme, l’enfant saute du haut bus jusqu’au trottoir ; l’enfant saute par-dessus le fleuve, le caniveau. L’enfant sourit. Victoire. La femme ne voit le sourire de l’enfant. La femme ne regarde pas l’enfant. La femme regarde le pictogramme vert qui devient rouge. La femme et l’enfant ne traverseront pas la rue. Elles patientent. La femme et l’enfant patientent.

Le 12 novembre 2010 à 12:05

Au secours les mots : Eric Pessan défend le mot "grève"

Délivrons les mots récupérés et dévoyés!

Parce que la langue est le lieu d'un champ de bataille idéologique, il faut s'occuper des mots dénaturés ou vidés de leur sens par les politiques et les médias. Klemperer Junior invite des auteurs à les réhabiliter. Postez vous aussi vos contributions ici.Un jour de grève d'octobre 2010, quelque part en France…" Font chier avec leurs grèves"." Mes enfants, je les ai mis à Saint-Blaise, là-bas les profs ne font jamais grève », entends-je ce matin, en accompagnant mon fils à l’école, alors que je suis occupé à regarder le ciel par-dessus le village, magnifique éboulement de nuages tirant sur l’orangé. Le ciel est vaste en haut de la rue du Coteau, et toujours beau. Je le regarde, ce ciel, et me demande si le mot "grève" a un rapport avec la grève, celle du bord de mer ou de rivière, où on peut perdre pas mal de temps à observer l’eau couler sans rien faire. Effectivement, l’arrêt volontaire du travail par les salariés dans un but de protestation doit son nom à la place de la Grève à Paris (maintenant place de l’Hôtel-de-Ville) où avaient lieu les exécutions et où les ouvriers attendaient chaque matin une hypothétique embauche. La place de la Grève, elle, était nommée ainsi parce que située sur une grève de la Seine. CQFD.Ce matin, il a gelé, à peine, un voile blanc sur les champs en contrebas. C’est la grève, ceux qui la font roulent sous les insultes de ceux qui la subissent, on nous répète à loisir que la grève est irresponsable, puérile, idiote, inutile. On vomit un mot, on le brandit comme une menace, comme une malédiction, une erreur, une folie.Partout, la grève provoque de l’attente. Les mains bien au chaud dans mes poches, je fais un petit détour par les vignes avant de rentrer de l’école pour rejoindre mon bureau. L’attente d’un train, l’attente d’un métro ou d’un tramway. L’attente dans le piétinement lent des manifestations : la grève renvoie chacun à la patience matinale des ouvriers qui – chaque jour – espéraient être choisis et gagner le droit d’aller travailler. L’attente est devenue insupportable, le moindre retard ou le moindre report viennent heurter notre routine. C’est la grève, donc, et je me dis que lorsque l’on attend, les yeux dans l’eau ou les yeux dans le ciel, on se met à penser. C’est sans doute pour cela que la grève est belle, que ce mot est magnifique : sur la grève, face aux flux sociaux, aux remous et aux courants, on est seul et on réfléchit.Eric Pessan écrit des romans, des nouvelles, des pièces de théâtre et des fictions radiophoniques. En un mot, il est auteur. Il collabore avec des artistes plasticiens, ainsi qu'à de nombreux ouvrages collectifs, comme au site remue.net. Ses derniers ouvrages : Un matin de grand silence (avec Marc Desgrandchamps, Ed. du Chemin de Fer), La fête immobile (avec Hervé Plumet, Ed. Presque Lune) et Tout doit disparaître (pièce de théâtre, Ed. Théâtre Ouvert, coll. Tapuscrit).Illustration : Dupont&Barbier www.dupont-barbier.com    

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication