Jean-Louis Jacopin
Publié le 14/10/2013

Urbano #1


La librairie du Rond-Point et les éditions du Mauconduit vous invitent à une rencontre avec Jean-Louis Jacopin le jeudi 17 octobre à 18 h 30 à l’occasion de la sortie de son livre Urbano

Présentation-surprise avec Michel Ouimet, dédicace et verre de l’amitié autour de l’accrochage de planches originales, exposées du 17 octobre au 7 novembre 2013.

J’ai beaucoup marché dans les rues de Paris. Je partais chaque jour pour voir ce qu’à force d’habitude on ne voit plus. Je n’avais aucune idée préconçue, sinon que je ferais, le soir, sur mon cahier à spirale, un dessin accompagné d’un court texte, une réflexion rapide sur ce qui se serait imprimé en moi.

Dans ses dessins, Jean-Louis Jacopin met en scène un personnage imaginaire, Urbano, qui est en réalité son double. Homme au corps souple et au visage sans traits, Urbano erre dans la ville ou à la campagne et prend le temps de regarder et de capter avec un regard distancié, plein de grâce, d’humour et de bienveillance, les instants fugaces, les morceaux de vie épars, les scènes à l’apparence banale, petites joies, grandes peines...

Comédien, metteur en scène, lecteur, Jean-Louis Jacopin a toujours croqué le monde. Il a voulu donner, aussi bien dans ses spectacles que dans ses dessins, la parole à ceux qui ne l’ont pas. Il est membre du comité de lecture du théâtre du Rond-Point et fait des lectures sur France-Culture et au théâtre de l’Odéon.

 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 31 octobre 2011 à 08:52
Le 29 janvier 2012 à 08:52

James Castle, artiste sourd muet et sans doute autiste

à la Galerie Karsten Greve jusqu'au 17 mars 2012

James Castle est né une année avant la fin du XIXe siècle. Il n'a jamais su parler, lire, écrire, signer ou lire sur les lèvres. Il a vécu avec ses parents dans l'Idaho, USA. Son père fermier tenait aussi le bureau de poste dans le village. James Castle y récupérait emballages, cartons et brochures publicitaires pour les utiliser comme du papier à dessin. Il préparait sa palette en mélangeant de la suie, du papier crépon et de la salive, et dessinait à l'aide d'une baguette de bois taillée ou d'un carton souple roulé. Il a dessiné les bâtiments dans la campagne, les maisons, les granges et les clôtures. Ses maisons et ses intérieurs avec poële à charbon ou cheminée ont la précision fantômatique de ces images qui restent un instant imprimées au fond de la rétine. On ne sait comment il s'y est pris mais s'il le veut il maîtrise parfaitement la perspective. Les êtres humains, lorsqu'il les fait entrer dans ses dessins, ont l'air posés les uns à côté des autres, encapsulés par une chrysalide. Peut-être est-ce ainsi qu'il se percevait lui-même. Il recopiait fasciné les lettres de l'alphabet et les chiffres, réalisait des livres, des sculptures ou des collages avec tout ce qu'il pouvait récupérer. Son travail a été reconnu une quinzaine d'années avant sa mort en 1977 et il a pu ainsi assister à sa première exposition personnelle au Musée de Boise, dans l'Idaho. C'est depuis 2009 qu'on a redécouvert son travail. Courez à la galerie Karsten Greve, 5 rue Debeylleyme dans le Marais à Paris, une partie de son œuvre y est rassemblée jusqu'au 17 mars 2012.

Le 29 décembre 2011 à 09:04
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication