André Stas
Publié le 23/10/2013

Flagrants délices


Né à Rocourt, le 19 novembre 1949, licencié en Philo & Lettres - Philologie romane (ULG) mais autodidacte pour les arts plastiques. En sus : Régent de la Chaire de travaux paratiques d'Aliénation mentale au Collège de 'Pataphysique, Grand Fécial Consort de l'Ordre de la Grande Gidouille, Co-Recteur de l'Institut Limbourgeois des Hautes Études Pataphysiques, âme de l'Institut Itinérant des Petites et Moyennes Études Pataphysiques, Chevalier de la Confrérie du Taste-Fesses, membre de l'Académie Zygomatique, Grand Épistolier de la Confrérie de la Chouffe, compagnon de la Confrérie du Carpophore, Grand Dipsomane de l'Empire Impérial et moteur de la Stas Academy.

Rencontre le 'Patafoulipien André Blavier à la fin des années 60, qui l'initie à la 'Pataphysique et lui fait découvrir l'univers surréaliste. Fréquente ainsi Mesens, Scutenaire, Mariën, Gutt et sa bande et opte pour le collage comme moyen d'expression privilégié. Cette technique, qu'il affectionne, lui a permis d'exposer régulièrement ses images ravageuses, seul  ou en groupe. Au fil des ans, tantôt a illustré Lewis Carroll (le monde d'Alice), tantôt détourné des timbres-poste (Pour les timbrés et les affranchies), saccagé les œuvres d'art du passé (Gueules de cons), rendu sa liberté au vocabulaire (Ce qui se passe, ce sont des mots), perturbé l'univers des livres et des icones (Bibliothèques à classer - Tintinoclasties) ou encore exploré le champ de la photographie (Photographies imaginaires - 1984 : Polaroïd is watching you). A mené aussi différentes expériences de peinture collective (Frais d'Orifices - Po$t-Zozo$).

Écrit des préfaces d'expositions pour ses nombreux amis peintres, illustre moult livres, publie des recueils d'aphorismes (Grenailles errantes, illustré par Erro, l'Embrouillamaxi, illustré par Topor, les Radis artificiels, illustré par Ollivero, Battu hors des sentiers, illustré par lui-même), une fable (le grand Karmaval), des lectures paniques (les Cent Nouvelles pas neuves), une anthologie bouffe (24 Heures dûment), un roman (Entre les poires et les faux mages) Une réécriture d’Ubu roi sans e (Ubu roi ou la disparition du tyran polonais), un centon (Les nègres du Kilimandjaro)  , s'intéresse aux arts naïf et brut, aux fous littéraires et autres hétéroclites, à la presse en lutte (tient la chronique littéraire dans le journal C4), s'active comme verbicruciste, commissaire d'expositions, critique littéraire et artistique, illustrateur, peintre, mycophile, hédoniste, ...

Fidèle à Claudel ("le Porc") : "N'applique pas à la vérité l'œil seul, mais tout cela sans réserve qui est toi-même", ou plutôt à Daumal ("Liberté sans espoir") : "La seule délivrance est de se donner soi-même tout entier dans chaque action, au lieu de faire semblant de consentir à être homme."

 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 11 octobre 2015 à 08:07
Le 8 juillet 2012 à 09:04
Le 21 juin 2014 à 09:08
Le 17 août 2010 à 16:08

Maman (3)

Mon chéri, Les cousins de Carpentras m’ont dit qu’ils t’ont vu sur FR3 région, mais ils ne sont pas sûrs que c’était bien toi à cause du maquillage. C’est quoi cette histoire de maquillage? J’espère que tu ne traînes pas à travers Avignon la bouche et les yeux faits. Il faut que ces histoires-là soient derrière nous maintenant. Nous ne t’avons pas payé ton festival pour te voir recommencer les mêmes bêtises. A propos, les cousins disent qu’il faudrait que tu demandes une facture pour la cave dans laquelle tu joues et une autre aussi pour le dortoir. Il paraît que l’on peut peut-être se faire rembourser une partie des frais parce que c’est de la culture. Je t’ai envoyé des chemises blanches en coton léger, toi qui transpires beaucoup. Ce sera quand même mieux que des tee-shirts pour trouver du travail. Car n’oublie pas que tu fais tout ça pour trouver du travail. Si tu rencontres un patron, mieux vaut que tu présentes bien sinon tu vas encore te retrouver à pleurnicher tout l’hiver de ne pas avoir de quoi manger. Les cousins me disent aussi de te dire que le fils de leur ami est lui aussi à Avignon (tu sais celui qui est acteur). Il joue cette année dans le vrai festival. Tu peux aller le voir de leur part, il pourrait peut-être t’aider, vous avez le même âge. Il pourrait te trouver un petit quelque chose à faire et même dans les costumes, toi qui as toujours aimé coudre, du moment que c’est dans le théâtre au fond… Bonnes vacances, Je t’embrasse, Maman

Le 26 mai 2014 à 09:19

Le Professeur Pascal répond à vos questions

Y-a-t-il des mots qui font du bien?

OUI. Par exemple, les mots amour, savon, choucroute garnie, vins des pays de Loire, caresse, câlin, viens dans mon lit, copains, joie, pâtisserie, service après-vente gratuit, soldes sur la lingerie fine, plombier à l'heure, sieste, Mozart, soleil, farniente, barbecue (à gaz ou pas), théâtre, ouvreuse sexy, où sont les toilettes, ma petite chérie? La liste est loin d'être close et chacun peut la compléter selon ses goûts. Ceci étant dit, les mots sont réversibles : un mot sensé faire du bien peut renvoyer à une réalité désagréable ou affligeante. Un barbecue, cela peut vous exploser à la gueule. Toutes les ouvreuses ne sont pas sexy : j'en connais qui pourrait être maître-chien. Mon plombier arrive à l'heure, mais c'est juste pour me faire un devis. Et que dire de la lingerie fine, si on n'a personne à l'offrir ? Que dire encore d'une choucroute garnie à laquelle il manque deux saucisses ? Et je ne parle même pas du savon sur lequel on glisse dans la baignoire, de l'amour de ma vie qui ne veut pas qu'on la caresse, des copains qui ont passé l'arme à gauche, de mes voisins qui préfèrent Céline Dion à Mozart et qui m'empêchent de faire la sieste, merde ! Bref, méfiez-vous des mots qui font du bien : il se pourrait qu'ils fassent très mal. La semaine prochaine, justement, nous parlerons des mots qui blessent comme redressement fiscal, hachoir à viande, Syrie, andouille, mine anti-personnel, enfoiré. Et si vous êtes bien sage, on fera un abécédaire !

Le 25 juin 2010 à 10:59

« Je ne peux que constater le désastre avec l'équipe de France où des caïds immatures commandent à des gamins apeurés »

Roselyne Bachelot, Assemblée nationale, mercredi 23 juin 2010

C’est ce qui s’appelle karchériser les footballeurs qui déshonorèrent  la patrie en terre australe. Elle n’y est pas allée de mainmorte la ministre de la Santé et des Sports, dévoilant aux députés l’humeur présente d’un Président encore marqué par ses tribulations de naguère à la Courneuve, quand il voulait passer les caïds au jet à pression afin de protéger les gamins. Pourtant c’est la même Roselyne Bachelot qui avait lancé auparavant, pour claquer le bec de Rama Yade, sa péronnelle de Secrétaire d’Etat : « Je suis la ministre des Bleus dans les bons et les mauvais moments ». Si la Madelon s’est métamorphosée en Ma Dalton c’est que, entre-temps, le drapeau noir a flotté sur la marmite des Bleus. Dans les hautes sphères du pouvoir, s’est-on alors inquiété, à la veille d’une journée nationale d’action contre la réforme des retraites, du fâcheux exemple fourni  par cette grève générale contre la mise à la retraite d’un seul, le très anal Anelka ? Si même les prolétaires aux chaines en or s’y mettent !  C’est cependant ignorer une loi générale des bandes, observable des cages d’immeubles aux conseils des ministres, qui veut que l’intimidation de quelques-uns est d’autant plus forte que les chances de recours auprès d'une autorité légitime sont faibles. Domenech-Sarkozy, même tracas.

Le 18 mars 2012 à 08:31
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication