Laurent Petit : Introduction à la psychanalyse urbaine #15


Du Grand Cergy au Très Grand Paris

      Partager la vidéo 

> Premier épisode

L’Agence nationale de psychanalyse urbaine (ANPU) couche les villes sur le divan, détecte leurs névroses, apporte des solutions thérapeutiques. Discipline pertinente diront les uns, discipline abracadabrante diront les autres, discipline hallucinante diront ceux qui encore aujourd'hui ne s'en sont pas tout à fait remis. « En psychanalyse classique, on aura tendance à parler de “ça”, de “moi” et de “surmoi”, alors qu’en psychanalyse urbaine, on est plus sur du “ça”, du “toit” et de “surtoit” », précise Laurent Petit, fondateur de cette nouvelle pratique. Après s’être attaqué à l’inconscient de Hénin-Beaumont, Rennes, St-Nazaire, Angers, Aix-en-Provence, Marseille, Alger, il vient au Rond-Point nous introduire à cette thérapeutique désopilante et salutaire. Une étape de plus dans son projet global de world analysis – car Laurent Petit caresse le désir abracadabrant de guérir le monde entier.


Enregistré le 21 février 2013 dans la salle Topor du Théâtre du Rond-Point

En partenariat avec Cinaps TV et Rue 89

A une situation d’urgence, il faut une « trousse de secours », des antidotes au fatalisme et au découragement, une boîte à outil pour stimuler notre capacité de rebond, regonfler le moral de ceux que la crise aura découragé.
En partenariat avec Rue89 et Cinaps.TV.

 

 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 7 septembre 2010 à 15:52

La chasse aux Tziganes

Carte postale de Suisse

La misérable chasse aux Roms qui vient de débuter en France a fait remonter cette carte postale jaunie de mon enfance : Dring dring. – Bonjour Madame. – Bonjour les enfants. – C'est les timbres pour les orphelins. – Montrez-les-moi, oh ils ont mis de beaux oiseaux cette année...J'ai huit, neuf, dix, onze ans. Chargé d'une précieuse enveloppe matelassée de feuilles de timbres flambants neufs, je fais du porte à porte. Comme pas mal de gamins de mon âge, je suis volontaire pour aller vendre la nouvelle série de timbre "Pro Juventute" au profit des orphelins. En Suisse, on est dans l'humanitaire dès l'école primaire. Mais voilà, j'aurais dû me méfier des bergeronnettes, des huppes dorées, marmottes, écureuils et autres bleuets imprimés sur ces charmantes vignettes : nos petites mains participaient innocemment au financement d'une besogne entamée dès 1926 par le bon docteur Siegfried (un eugéniste proche des nazis et néanmoins notable respecté jusqu'à sa mort en 1972) : la chasse aux enfants tziganes. L'Œuvre en question s'appelait "Les Enfants de la grand route". Son but : sédentariser de force les gens du voyage, par le rapt de leurs enfants ensuite confiés à de "braves familles" ou enfermés dans des hôpitaux psychiatriques. Ou pire : par la stérilisation forcée. Je l'ai appris bien des années plus tard, à Paris, en lisant ahuri dans Libé le témoignage de Mariella Mehr, enlevée à sa mère quand elle n'était qu'un bébé. On était dans les années quatre-vingt. Le gouvernement suisse n'a pleinement reconnu ses torts qu'en 1999...  Désolé, cette histoire n'a rien de drôle, mais j'avais envie de vous en parler. J'étouffais dans mon pays d'origine, je commence à manquer d'air en France. Illustration : Les Enfants de la grande route, un film d'Urs Egger> lire l'article de Laurence Jourdan - le Monde diplomatique octobre 1999

Le 14 mai 2012 à 11:29

J'aime le calme serein des passations de pouvoir

Que le pouvoir se fait léger en période de transition. Vous n'aimez pas ces intérims, ces passations qui traînent en longueur ? Hollande et Sarkozy rangés côte à côte devant la tombe du soldat inconnu, l'impétrant pas encore là et le partant déjà presque totalement effacé ? L'Europe qui retient son souffle entre Grèce en sursis et confrontation franco-allemande ? On dirait que le pays est monté dans un ascenseur. Mais au lieu de s'y serrer avec un silence contraint, on se sent libéré, on profite de la parenthèse. Avant que les problèmes, passée leur semaine de vacances, ne nous reviennent de plein fouet dans la gueule. C'est le temps suspendu succcédant au suspense des élections. Tout flotte agréablement. On reste en apné, à la fois soulagé et emprunt d'une gravité qui nous rend plus présents les uns aux autres. Comme avant un accouchement. Comme si nous traversions une contrée hésitant entre la paix et la guerre. Sauf qu'on ne retient plus son souffle : tout s'est joué avec les élections et cependant rien n'a encore commencé. Alors profitons de ce bonheur provisoire, le bonheur du déjà plus et du pas encore. Immobile en plein ciel le caillou jeté en l'air reste un instant sans bouger avant d'être remangé par l'attraction impitoyable. Nous flottons dans une espèce d'apogée irréelle et détendue, où les perdants peuvent souffler et les gagnant encore rêver. Les seuls à paniquer, les seuls qui transpirent à grosses gouttes, ce sont les anciens et les futurs responsables qui voient le nombre des jours où se jouent leurs nominations potentielles (être recasé, être casé) se réduire implacablement. Mais nous, barbotons encore un peu dans l'illusion d'une mer de possibles. Toutes les voies semblent ouvertes à l'infini. Nous sommes à la croisée de mille chemins. Profitons-en. Jusqu'à demain mardi.

Le 22 avril 2010 à 14:43

3 salles

Ça c'est le Rond-Point

Une spectatrice quitte perturbée la grande salle du Rond-Point. En traversant le hall elle croise un ouvreur (ou un responsable de salle).  LA SPECTATRICE. – Vous avez trois salles ! C’est impossible, vraiment impossible !! L’OUVREUR. – Impossible ??!LA SPECTATRICE. – Bien sûr ! Quand je vais dans la première, au bout de trois minutes je me dis « pourquoi je ne suis pas dans la seconde ?… je suis sûre que le spectacle de la seconde est beaucoup mieux », et dès que je suis dans la seconde, je suis aussitôt traversée par l’envie d’aller dans la troisième où je suis sûre que ce qui se passe sur scène est beaucoup plus excitant.L’OUVREUR. – Madame, je crois que…LA SPECTATRICE (le coupant). – J’ai déjà vécu ça avec mon premier mari, un jour il m’a présenté son frère Paul, un grand gars tout blond et je me suis dit : « Tiens, il est peut-être plus…plus… », enfin vous voyez. Alors je l’ai épousé. Seulement Paul, deux mois après il m’a fait rencontrer son cousin Marc, un petit homme brun avec les yeux bleus et aussitôt j’ai ressenti qu’il était peut-être plus… plus… enfin vous voyez. Et à peine j’avais épousé Marc… (elle se prend la tête dans les mains) Non, croyez-moi, ce n’est pas drôle… Alors je me suis dit, allons au Théâtre du Rond-Point, ça va me changer les idées, et toc! il y a trois salles…pareil !!… je suis maudite ou quoi ? L’OUVREUR. – Je suis désolé Madame, vous voulez qu’on vous rembourse ? LA SPECTATRICE. – Non, mais peut-être vous pourriez me faire oublier. L’OUVREUR. – Oublier ? LA SPECTATRICE. – Qu’est-ce que vous faîtes ce soir ? On pourrait aller dîner ensemble parce que sincèrement je vous trouve plus… plus… L’OUVREUR. – Avec plaisir Madame, mais je ne suis pas sûr que ce soit la solution. LA SPECTATRICE. – Pourquoi ? L’OUVREUR. – La carte, Madame. LA SPECTATRICE. – La carte ? L’OUVREUR. – Du restaurant, Madame. Il n’y a rarement qu’un plat sur une carte de restaurant. LA SPECTATRICE. – C’est vrai !… Ma vie est un enfer. Effondrée elle se dirige vers la sortie.L’OUVREUR (la suivant, inquiet). – Où allez-vous Madame ? LA SPECTATRICE. – Comme d’habitude, me réfugier dans ma salle de bains. L’OUVREUR (inquiet). – Mais pourquoi ? LA SPECTATRICE. – Parce que figurez-vous que là au moins, dans ma salle de bains, il n’y a qu’une baignoire !! Elle quitte le théâtre en laissant l’ouvreur interdit. FIN

Le 7 février 2013 à 15:55

Ollivier Pourriol : "En quoi le coup de boule de Zidane est-il un geste homérique ?"

Trousses de secours en période de crise / Eloge du mauvais geste #1

Sept ans après le mémorable coup de boule de Zinédine Zidane pendant la Coupe du monde 2006, le philosophe et analyste du cinéma Ollivier Pourriol revient sur ce "mauvais geste" devenu légendaire. En s'appuyant sur l'Illiade d'Homère mais aussi sur le film "Troy" de Wolfgang Petersen, il décrypte cet événement qui quitte le champ du sport pour atteindre celui du mythe. "Le coup de tête de Zidane en finale de la Coupe du monde 2006. Le but de la main de Maradona lors de la coupe du monde 1986. La main de Thierry Henry face à l’Irlande en qualification du mondial 2010. Éric Cantona répondant à l’insulte d’un supporter en lui sautant dessus pied droit en avant. L’agression de Harald Schumacher sur Battiston lors du France-Allemagne de 1982. La folle joie de Platini courant bras levés après un penalty malgré les trente-neuf morts du stade du Heysel.Examinant successivement ces six cas, le philosophe Ollivier Pourriol approche au plus près la vérité de ces mauvais gestes qui appartiennent désormais à notre imaginaire collectif. Le mauvais geste : c’est peut-être d’abord cela que viennent chercher les milliards de téléspectateurs. La coupe du monde de football : les jeux du cirque en mondovision. " Enregistré le 7 décembre 2012 dans la salle Topor du Théâtre du Rond-Point En partenariat avec Cinaps TV et Rue 89

Le 7 juin 2011 à 01:30

Le corps des femmes après Berlusconi

Un documentaire de Lorella Zanardo, Marco Malfi Chindemi et Cesare Cantù

Ça n'est pas une majorité morale serrée du cul qui a dit "assez" à Berlusconi en lui infligeant sa plus humiliante déculottée électorale. Mais des spectateurs se frottant les yeux après des décennies de "pornocratie" triomphale. Même la ville d'Arcore, près de Milan, où Silvio Berlusconi possède la luxueuse villa de ses soirées "bunga bunga", est passée à l'opposition.Voici un documentaire éclairant sur la manière dont l'Italie berlusconienne a traité le corps des femmes. "Nous sommes partis d’un état d’urgence. La constatation que les femmes, les femmes vraies, sont en train de disparaître de la télévision et qu’elles ont été remplacées par une représentation grotesque, vulgaire et humiliante", racontent les réalisateurs de ce film disponible en sept langues sur leur site il corpos delle donne (le corps des femmes). "La perte nous a semblé énorme : l’élimination de l’identité des femmes était en train de se produire sous les yeux de tous mais sans qu’il y ait une réaction appropriée, même de la part des femmes. A partir de cette constatation, l’idée a fait son chemin de sélectionner des images de la télévision qui auraient en commun l’utilisation manipulatoire du corps des femmes pour raconter ce qui est en train de se produire, non seulement à qui ne regarde jamais la télévision, mais aussi et surtout à qui la regarde mais « ne la voit pas  ». L’objectif est de nous interroger et d’interroger sur les raisons de cette disparition, un véritable « pogrom » duquel nous sommes tous les spectateurs silencieux. Le travail a donc donné une importance particulière à l’élimination des visages adultes de la télévision, au recours à la chirurgie esthétique pour éliminer le moindre signe du passage du temps et aux conséquences sociales de cette élimination."

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Christiane Taubira
Live • 02/10/2017
André Dussollier
Live • 02/10/2017
Kamel Daoud : entretien avec Raphaël Enthoven
Live • 18/09/2017
Pascal Blanchard : Pourquoi la France est incapable d'avoir un musée de la colonisation ?
Live • 17/02/2017
Carte blanche au Bondy Blog : Ecrire ensemble
Live • 14/02/2017
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication