Jorge Bernstein
Publié le 13/12/2013

Spiced Ham


Spam #6

Assez peu doué en électronique moléculaire et en chirurgie orthopédique, Jorge Bernstein s’est orienté vers le rock’n’roll garage et l’écriture d’ouvrages majeurs de la littérature et de la bande-dessinée.
 
Constatant que cette orientation lui rapportait beaucoup moins d’argent que l’électronique moléculaire ou la chirurgie orthopédique, Jorge Bernstein s’est lancé à corps perdu dans des études de physique, de chimie, de science des matériaux et d’anatomie.
 
Deux jours plus tard, il écrivait finalement un nouveau tube de rock et un strip BD d’une incroyable drôlerie. Depuis, il attend tranquillement le succès et ses corollaires : drogues exotiques, filles de joie délurées, signature d’autographes sous les néons blafards de la FNAC, maisons avec piscine sur la côte, fondation à son nom pour la lutte contre l’illettrisme et collection de voitures de sport.

jorgebernstein.tumblr.com

 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 6 août 2013 à 07:58

Le boa aime le beatbox

Carte postale de Naplouse

Il a fallu en douce tirer l'électricité depuis le village jusqu'à l'amphithéâtre romain, et croiser les doigts pour que le concert ne soit pas interrompu manu militari. C'est que le village et les ruines qui l'entourent se situent en zone C et sont donc sous contrôle israélien. La fête de la musique durera dix jours en Palestine mais ce concert, annoncé dans le programme officiel, pourra-t-il se dérouler sans être interrompu ? Tout le monde ici l'espère, et surtout celui qui a organisé cet événement, le compositeur et violoniste Ramzi Aburdwan, fondateur de l'école Al Kamandjâti à Ramallah. Musique arabe en première partie, avec des instrumentistes et un chanteur issus de l'école. Puis ce sera nettement plus hip hop, car Ramzi a invité ses copains Ezra et Los, champions d'Europe de beat-box – vous savez, ces musiciens qui prononcent à une vitesse hallucinante "tchiki tom tom" la bouche collée contre un micro et vous font croire qu'un DJ ou qu'un orchestre entier est sur la scène.Ramzi Aburdwan ? Sa photo a fait le tour du monde quand il avait huit ans, vous l'avez certainement vue : un  gamin haut comme trois pommes en train de caillasser les troupes de Tsahal. Et une autre bien des années plus tard, où Ramzi a troqué ses cailloux contre un violon : en écho au solo de Rostropovitch devant le mur de Berlin en 1989, il joue devant le mur de séparation édifié en plein territoire palestinien par l'occupant. La sono est prête, le soleil a glissé derrière les collines, un petit vendeur s'est posé sur le chemin longeant l'amphithéâtre avec un caddie débordant de melons... le concert commence sans attendre que le public ait fini de s'installer sur les hautes marches de pierre : gosses des villages suivis par leurs mères et grandes soeurs, quelques élégants venus de Naplouse, vieux en keffieh et grand-mères qui préfèrent s'asseoir derrière l'orchestre. Arrivent enfin les jeunes gars du coin, entourant Khaled aux épaules chargées d'un lourd fardeau : un boa constrictor de deux mètres, que tout le monde vient caresser. C'est l'attraction pendant un moment. Puis le boa, le maître et ses lieutenants prennent place sur les gradins de pierre antique. L'orchestre est ovationné. Les beat-boxers vont faire un triomphe. Pas de colonies de peuplement au sommet des collines en face. La lumière baisse doucement. C'est la liberté. 

Le 7 octobre 2012 à 10:31
Le 15 septembre 2014 à 08:04

L'amour en kit

À propos de "Ma mère et les autres", l'exposition de Pippo Delbono à la Maison Rouge

     Trois pièces, comme trois moments ou périodes de la vie du metteur en scène Pippo Delbono : le réfectoire, la chambre noire et le dédale blanc. Derrière ces espaces, comme en surimpression : l'asile, la chambre mortuaire et la scène.      Ma mère et les autres montre spatialement un virage, un U-turn comme dit la langue pragmatique des anglo-saxons. L'allure de l'exposition, entre le chantier et le bloc opératoire, est là pour ne pas encombrer la parole de son concepteur, pour justement exiger de nous d'en devenir les témoins attentifs. C'est l'exposition d'un homme qui voyage léger mais qui voyage des choses lourdes.      Les fines bâches de plastique y font à la fois office de cloisons et d'écrans. Les images de sa mère agonisante tournées au portable, comme plus tard celles insouciantes et joyeuses de Bobò punaisées au mur, insistent sur leur caractère profondément « pauvre », nécessaire et à portée de main. Une mallette posée à la fin dans l'une des salles, ouverte comme ultime symbole de cette exposition.      Les paroles étouffées de la mère se fondent lentement dans les cris d'enfants, ou de « grand-père » se demande le metteur en scène, et qui sont ceux de Bobò. Un plan de fin chaplinesque les réunit bras dessus bras dessous. Une phrase de St-Augustin citée plus tôt par sa mère résonne d'un tout autre sens : « Je ne t'ai pas abandonné, je t'ai seulement précédé ». Ma mère et les autres, c'est cette tentative d'un homme de 55 ans d'avoir voulu devenir mère à son tour. >Texte en intégralité sur http://mamereetlesautres.com/

Le 13 décembre 2013 à 10:10
Le 22 décembre 2011 à 10:25
Le 3 juin 2012 à 09:04

La rayure et le grain de sable

Daniel Buren est un créateur estimable, qui incarne depuis des années et dans le monde entier, la figure de l’artiste géomètre et bâtisseur : objectif, pragmatique, sourd aux voix des émotions et de l’inconscient. Il arrive cependant que la belle apparence se fissure, et c’est le cas en ce moment où l’on entend Buren (notamment dans les dernières secondes de l’émission d'Arte 28 minutes du 10 mai 2012) asséner, avec l’aplomb d’un maçon, que la longueur des cartes bleues coïncide exactement avec la fameuse unité de mesure qui gouverne son travail depuis près d'un demi-siècle, soit 8,7 cm. Or non seulement cela est une impardonnable erreur de mesure, (chacun pouvant le vérifier, les cartes bleues ont une longueur de 8,56 cm : standard défini par la norme ISO 7810/ID-1 !) mais c’est surtout une grave faute de goût ! En effet, en soulignant une possible coïncidence entre une mesure dont on veut bien lui laisser la propriété, et celle qui se rencontre dans les poches d’une bonne moitié de nos contemporains, il réagit un peu comme le petit enfant qui s’émerveille d’être né le même jour que son idole, ou comme cet homme qui croyant aux astres, lit dans l’immensité cosmique un signe à lui seul adressé. Or Buren n’est ni un enfant, ni un crédule, et loin de lui, au contraire, la naïveté ou l’idéalisme.   Alors, que penser de cet écart, de cette approximation ? Qu’il serait devenu naïf ou crédule en vieillissant et perdrait de surcroît sa légendaire exactitude (N’oublions pas que cet homme aima tant la géométrie qu’il daigna se préoccuper du sort de quelques pauvres carrés Hermès…) ? Ou bien, à l’inverse, qu’il serait en train de lancer une opération visant à réclamer des royalties sur toutes les cartes bleues éditées (Mais alors ne risque-t-on pas de voir surgir le fantôme d’Yves Klein, ou au pire ses ayants droit, invoquant la propriété morale du bleu des susdites cartes) ?   Dans tous les cas, l’écart de 1,4 mm infligé à la vérité par Buren claque comme un avertissement : « Ne foutons plus les pieds à proximité des colonnes, arches, parasols, murs et autres empilements calculés par un individu qui s’accommode d’une telle marge d’erreur » : TOUT POURRAIT S’ECROULER !

Le 8 octobre 2012 à 09:14

C'est long les vacances...

(têtes de brochets)

Le village était vide. 18 âmes au total. Un seul commerce qui faisait à la fois tabac, poste, presse, bar, restaurant et hôtel. La journée s'étirait mollement. - Des crocodiles dans le canal du midi ! - Oui monsieur ! - Non monsieur ! - Impossible ! - Non monsieur! - Encore un coup de Napoléon ! Les deux types qui s'exclamaient au comptoir attiraient l'attention des quelques clients qui erraient dans la salle. Leurs éclats de voix n'étaient ponctués que du bruit des verres sur le zinc et des crépitements réguliers du grille mouche électrique. la salle était sombre, lugubre, mais fraîche. Les trois vieillards collés aux tables étaient ravis de ce semblant d'animation. - Parfaitement monsieur ! - Non ! - Si ! Il les a échangé à Haïti contre des molosses à esclaves et les à réintroduit aux portes de Toulouse... Chaque bête est marquée au fer rouge d'un tricorne et d'une longue-vue sur les écailles... - J'ai déjà vu ça dans un film... sauf que c'était des robots et que cela se passait en Espagne. - Je vous parle de l'histoire monsieur, la grande Histoire ! - C'est le titre d'un film ? - Non monsieur ! - Oui monsieur ! - Parfaitement monsieur ! Crépitement de mouches. Je lève les yeux et remarque les énormes têtes de brochets qui ornent le mur comme des trophées de chasse Le patron offre une tournée générale de brune et quatre madeleines pour le public de vieillard. L'odeur d'un plat de tripoux qui mijote dans la cuisine clôt le bec aux deux zouaves.

Le 5 février 2013 à 08:53

Sur la messagerie de l'Ange de Reims

Mona Mailing n°8

Angelo, come stai ? Moi, c'est un cauchemar : avec cette canicule ils sont tous en marcel et en tong. C'est dingue ces touristes, hiver comme été ils ont toujours l'air déguisés ! Tu ne connais pas ta chance, toi qui vis au grand air ! Vraiment, je ne suis pas vernie. Ah ! Quand je repense au Val de Loire... J'ai tellement kiffé ma colloc' avec François quand j'étais jeune... Un grand mec plein aux as qui organisait des fêtes à tout casser... C'était un peu l'ambiance Érasmus, tu vois ? Bref, ce n'est pas pour me plaindre que je t'appelle mais une question me taraude : qu'est-ce qui te fait sourire toi ? Franchement, entre nous, tu n'en n'as pas marre de jouer l'idiot du village ? Moi, ça me soule tellement que certaines nuits je craque, je jure comme un charretier, je mets une fausse moustache, je fume la pipe, je fais la bringue avec une bande de loufdingues bien déjantés. On mange chinois, on met la musique à donf', on danse comme des oufs et on refait le monde jusqu'à 6H00 du mat'. Parfois, quand ils partent, je les entends se vautrer dans les escaliers et je vois tout de travers parce qu'ils m'ont mal raccrochée ! Je dors deux heures, et hop ! Un coup de peigne, un soupçon d'anticernes, un coup de fer sur la robe, je me calle sur la chaise, deux trois exercices de détente des lèvres et à 9h00 pétantes, je suis fin prête. « Le sourire de la Joconde » 2 000 000ème, clap, action ! Ah ! Cazzo? ça coupe ! J'ai pris le pack 500 ans mais je suis déjà hors forfait ! Je dois te laisser, mon ange. D'ailleurs, j'aperçois un parapluie rouge de guide japonais qui s'avance vers moi. Allez, ciao Angelo, je ne t'embrasse pas, ça ride les lèvres, mais le coeur y est !

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication