Patrice Meynier
Publié le 27/06/2014

In bed with moi


L'autre soir en allumant ma lampe de chevet, j'ai vu la tête de mon chien qui dépassait du bord du lit, puis, après avoir éteint et rallumé, j'ai vu la tête de mon chat.  

Ma femme m'a quitté après que je lui ai offert un polochon gonflable. C'est au moment où je lui mordillais l'oreille qu'il a éclaté.  

On trouve chez Mister Smart des pyjamas qui se chargent en électricité pendant la nuit et qui peuvent alimenter un rasoir ou une brosse à dent.  

Depuis quelques semaines j'ai parfois pendant mon sommeil la sensation qu'un gros canard se jette sur moi et me réclame les plumes de mon oreiller.  

Une nuit au milieu d'un rêve, un ressort a crevé mon matelas et a bondi vers moi. Il avait une petite tête d'homme avec une moustache et des favoris blancs. Comme je lui demandais ce qu'il faisait là, il m'a dit en anglais qu'il se posait la même question.  

Lors d'une de mes nombreuses bonnes fortunes sentimentales, un soir, au bord de l'extase, mon lit s'est rabattu sur le mur.  

J'ai sur ma table de nuit une version du Kamasutra en braille en cas de panne.  

A mes heures perdues je bricole mon matelas : réglage de la tension des ressorts, répartition des masses de bourre, variables d’inclinaison – et après, hop, au lit.  

On trouve chez Mister Smart des bonnets de nuit dont le pompon s’éclaire quand on dort.  

De mon lit je peux voir mon jardin, et avec ma longue-vue je peux voir le jardin de mon voisin. C'est là que, dimanche matin, j'ai vu ma femme batifoler parmi les fleurs en chemise de nuit. En retournant ma lorgnette j’ai vu mes pieds comme s’ils étaient loin de moi et tout petits, comme ceux d’un enfant.

Il m'arrive bien souvent de sortir de chez moi : pour travailler dans la presse, écrire, jouer au tennis - aussi souvent il m'arrive d'y rentrer pour jouer de l'accordéon ou dormir; tout cela plus ou moins volontairement. 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 3 juin 2012 à 07:12

Bagatelle pour une pastèque

Yves-Noël Genod : exercice d'admiration numéro 7

> premier épisode Ce spectacle est du vif-argent. Je le sais maintenant, toute tentative d'élucidation ou de saisie par l'écriture est vouée à l'échec. Autant entrer dans l'inconscient d'une poule. Dimanche temps radieux, l'été avant l'heure, presque trop chaud et les peaux sont moites. Je pars déjeuner avec Anne et Georges à Bagatelle. Dans la voiture je fredonne un air de Barbara Carlotti : "Et ce n'est pas parce que la nuit tombe que je tomberai à genoux devant toi". Porte Maillot nous dépassons Frédéric Beigbeder qui est dans un taxi avec deux filles jolies, ils doivent être sur le chemin de Roland-Garros. Jardins de Bagatelle, les iris sont en fleurs, les rosiers j'en parle même pas, incroyables tiges, formes sexuelles et baroques, couleurs inouïes. Il y a même un iris noir, the black swan qu'il s'appelle. Je fais une photo que j'envoie à Yvno. Yvno s'emballe : ramasse-les, pille le jardin et apporte-les pour ce soir ! Il est fou Yvno ! Cueillir les fleurs de Bagatelle ? Autant aller au Louvre et en profiter pour ramasser la Joconde et deux Poussin. Je fais une deuxième photo que j'envoie à José Lévy. José me répond par la photo d'un vase à iris. Je réponds : Dois-je en conclure que si j'ai le contenu tu as le contenant ? Je déjeune d'un tartare à l'ombre. A côté une grande tablée familiale, la conversation s'échauffe, il est question des communistes et du RSA, c'est clair qu'à Bagatelle ils ne sont pas "de la gauche", comme dirait Hélène Bessette dans la bouche de Valérie. Je trouve un rosier épatant, floraison blanche délicatement rosée, parfum d'une force telle qu'on croirait une bougie Dyptique. Je prends une photo que j'envoie à Pierre : "j'ai cueilli une rose, pour toi, mon amour". Nous rentrons Anne, Georges et moi, il fait chaud. Pour remplacer les iris de Bagatelle, j'achète un morceau de pastèque, un briquet géant, une botte d'oignons et une grande branche de rhubarbe. C'est complet ce soir. Il y a François-Xavier Courrèges revenu du Liban, Emmanuel Lagarrigue (encore), Muriel Colin-Barrand, Arnold Pasquier, Nicolas Johnson, Claudia Cardinale et bien d'autres encore. Coupes de champ pour dire bonsoir. J'offre le morceau de pastèque à Dominique Uber. Ses grands yeux ronds et bleus sourient un merci étonné. Tout est nouveau ce soir, ça a encore changé. Si c'est comme ça jusqu'au 24 juin, c'est 22 spectacles différents qu'Yves-Noël va nous proposer. Je ne joue pas sur les mots, quand je dis "différents" je veux bien dire différent, qui diffère. Je ne parle pas de variations ou oscillations dûes à l'impro, non c'est autre chose, à chaque fois un autre temps, d'autres corps et un autre spectacle, d'ailleurs Valérie Dréville a changé tout son texte. Ce soir elle parle du suicide, il y a encore trois jours elle parlait de la gauche et de la richesse du lac de Lausanne. Alexandre Styker est très étrange, presque dérangeant, physiquement. Quand il nous offre son dos nu à l'écorce, colonne vertébrale d'Ingres et qu'il fait mine de prendre un bain, je vois Marilyn Monroe nue dans la piscine de Cukor, été 62. Something's got to give, quelque chose doit craquer. Alex / Marilyn, l'adéquation est plus riche qu'on ne croit. Aussi parce que Styker est le sosie de Truman Capote jeune (confer une photo de Avedon que j'ai postée sur mon blog). Capote qui a eu cette phrase ultime sur Marilyn : "Ne se fiant à personne, ou si peu, elle trime comme une paysanne pour plaire à tous". Paysanne, paysannerie, fouin coupé, poules et basse-cour, nous revoilà dans la salle Roland Topor. M. réinvente en soirée l'après-midi d'un faune, M. qui n'a rien à envier à Nijinski, ne pas lui répéter, il pourrait le croire. Il faut préserver M., le garder encore quelques années dans cette inconscience qu'il a de lui même, sa meilleure part, la part des anges. Dominique dévore la pastèque, Dominique est juteuse à souhait, vampirique, j'adore le bruit de la chair du fruit croqué par Dominique, sex, so sex in the city. Marlène fait des apparitions et des disparitions. Marlène ce soir joue la vérité, toute nue, toute crue, la vérité, celle dont on ne peut rien dire, Vérité Dréville. "Le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement". Ce soir ça prend, tout est bon, les silences, le vide, tout est plein. Pour moi les deux heures passent comme une lettre à la poste. Yves-Noël demande à ses spectateurs d'avoir du talent, à ses comédiens il demande juste d'être. Inversion des rôles. Yves-Noël est un inverti. Nous nous retrouvons dehors pour cloper. Claudia Cardinale a aimé, je crois, mais elle ne sait pas bien quoi dire, c'est surprenant, dit-elle, cigarette slim au bec. Tandis qu'elle parle, c'est con mais c'est plus fort que moi, je pense au Guépard. Pauvre Claudia Cardinale, tout le monde doit penser au Guépard. Je joue avec Clélie dans le jardin. Célie me dit que sur l'affiche du Rond-Point, Yves-Noël ressemble à Raiponce. Clélie a 7 ans, elle est la fille de Pierre, Pierre qui est effroyablement sexy ce soir, avec son petit short à rayures. Fx et Emmanuel s'en vont, pas emballés je crois. Je vais partir rejoindre Christophe Pellet, Christophe Lemaître, Vincent Dieutre, Katarzyna Krotki, Fabrizio Bajec et Mireille Perrier. Le monde est vespéral. Vincent Dieutre me parle de son ami Simon Versnel, qui joue en ce moment au Théâtre de la Ville et qui serait un acteur génial pour YN. Ok, je ferai la commission. Dernier métro, je le prends avec Fabrizio, nous parlons de Julien Thèves, l'image fantôme de Julien Thèves. "Ce que nous n'avons pas eu à déchiffrer, à éclaircir par notre effort personnel, ce qui était clair avant nous, n'est pas à nous. Ne vient de nous-mêmes que ce que nous tirons de l'obscurité qui est en nous et que ne connaissent pas les autres. Et comme l'art recompose exactement la vie, autour de ces vérités qu'on a atteintes en soi-même flotte une atmosphère de poésie, la douceur d'un mystère qui n'est que la pénombre que nous avons traversée." Marcel Proust

Le 27 mai 2011 à 09:30

Je ride me voir si belle en ce miroir

Pubologie pour tous

Quand on fait de la publicité pour les cosmétiques on se retrouve souvent devant un dilemme. Car voilà, on raconte aux gens que tout vieux et moches et gros qu’ils sont, affalés devant leur télé avec une bière et un cheeseburger réchauffé au micro-ondes, on va les rendre jeunes et beaux et minces et aussi bronzés en prime.   Le dilemme n’est pas que tout cela est impossible, ça c’est une donnée négligeable. Le problème est que pour vendre de la beauté, on ne peut pas montrer des modèles moches. Voire même un peu imparfaits.   Dans les écoles de com, on ressasse l’exemple de cette marque qui a brillamment montré des gros, des vieux, des différents pour vendre des crèmes, a été encensée par la critique et… a vu ses ventes se crasher en beauté. Donc voilà, c’est pourtant simple, les gens aiment qu’on leur parle à eux tels qu’ils sont, mais en leur montrant des eux tels qu’ils ne seront jamais.   C’est pour ça qu’on montre toujours des trentenaires pimpants avec de faux cheveux blancs dans les pubs sur les colorations capillaires couvrantes. C’est pour ça que les jeunes acnéiques n’ont pas d’acné. C’est pour ça qu’on en arrive, dans une affiche pour un anti-rides, à montrer une femme tellement lisse et retouchée qu’elle semble avoir volé sa peau à un enfant, mais qui se trouve trop de rides alors elle s’étire pathétiquement les bords du visage. Mais heureusement pour elle, il y a un super antirides qui marche tellement bien qu’avant même de l’utiliser on n’a déjà plus de rides.   Ce n’est pas prendre les gens pour des cons. C’est essayer de les comprendre au mieux. Nuance.

Le 18 juin 2012 à 09:50

Êtes-vous d'accord avec cette affirmation de Raphaël Enthoven :

"La philosophie c'est l'art de la question et en aucun cas l'art de la réponse." ?

– Pfff !  – Non, je pense plutôt... "Pfff" ?   Ce 18 juin, premier jour du bac 2012, Alain Guiavarch et Maël Canonne sortent leur "Philo" !« Où vais-je, où cours-je? » Au-delà du simple calembour cucurbitacéen, cette question se pose au quotidien pour chacun d’entre nous, sans que nous puissions y apporter des réponses satisfaisantes, objectives et référencées. L’amour, la mort, la vie, Dieu, sont autant de sujets sur lesquels nous ne trouvons pas les éclairages qui nous permettraient de comprendre enfin le monde. Schoppenhauer vous est tombé des mains, vous n’avez rien com­pris à la Critique de la raison pure, pour vous Marx est le nom d’une fratrie de comiques juifs américains ? Heureusement, Philo (florilège de pensées philosophiques à médi­ter sur la cuvette) a été pensé pour vous : un condensé de philoso­phie déconnatoire qui contribuera à l’échafaudage de votre bien-être spirituel. Tout au long de Philo (florilège de pensées philosophiques à mé­diter sur la cuvette), Alain Guiavarch et Maël Canonne, au travers d’une démarche artistique singulière, associent dérision et ques­tionnement en se mettant en scène dans des images agrémentées de dialogues espiègles et corrosifs. Pour le prix d’un gros rôti de porc, de 4 boîtes de coton-tiges ou encore de 2 kilos de saucisse, Philo saura répondre à vos questions les plus essentielles que vous soyez sur la cuvette, au supermarché, ou même en train de fêter votre bac au bistrot du coin. Distribution : Pollen Diffusion et sur www.editionsdejuillet.com

Le 20 octobre 2014 à 10:17

D'ailleurs,

Madame Koodra les a vus. C'est ma voisine, la maison d'à côté. Elle est restée sous le choc toute la soirée, incapable de raconter la "rencontre". Elle a même dû laisser passer 28 h avant de trouver la force de se rendre à la gendarmerie d'ISpeCX, qui est la plus proche de notre tredj3. Vers 22h, leur dit-elle, une gigantesque masse est apparue, qui prenait un tiers de l'horizon. La lumière fut soudain vive comme en plein jour. Trois formes s'en sont échappées et se sont rassemblées devant elle, translucides et phosphorescentes, se contorsionnant à grande vitesse. Elle se sont arrêtées devant son visage avant de disparaître. Avez-vous pu distinguer un visage ou un corps ?, demanda un gendarme. Il avait une triple épaulette, ce qui était la marque de la plus haute autorité de la brigade. Non, pas de visage, mais une intelligence, c'est sûr. Le gradé prit note de la totalité du témoignage, puis glissa le document dans un grand tiroir destiné à la numérisation. D'ISpeCX, les récits de ce genre étaient immédiatement transmis à Bordatz, où ils étaient traités puis classés selon des degrés de crédibilité. Celui de Madame Koodra recevrait la note de 7/d, soit la plus élevées, mais elle ne le saurait jamais. Pirtz, mon fils de 8 ans, nous avait entendu parler de l'histoire de notre voisine, sa mère et moi. Le soir même, sur la terrasse du tredj3, alors que nous regardions le ciel, il me demanda : "Papa, tu crois que quand je serai grand, il y aura des voyages dans l'espace ?- Tu voudrais aller où ? - Elle est si bleue. Et d'ici on la voit si bien...- Sur la Terre ?- Sur la Terre, papa !"

Le 13 décembre 2014 à 08:26

Dieu : « J'aimerais tellement que les gens comprennent que je n'existe pas »

On croyait Ses voies impénétrables mais Il a pourtant choisi de se mettre en travers de notre chemin. Dans le journal La Croix daté d’aujourd’hui, le Seigneur a décidé de prendre la parole à l’occasion d’une interview où Il s’exprime sans détour. Le souverain céleste regrette notamment que les êtres humains ne soient pas davantage lucides sur le monde dans lequel ils vivent. Il condamne entre autres tous ceux qui affirment qu’Il existerait bel et bien et serait tout puissant. « Un dogme stupide et dangereux » Dans cette fameuse interview publiée ce matin, Dieu emploie un langage plutôt rude à l’égard de tous les croyants, au risque de choquer ses plus fidèles fidèles : « Franchement je sais pas d’où ils sortent tout ça. Le truc sur l’omniscience et l’omnipotence là… Et alors le couplet sur la bienveillance universelle, c’est sûr c’est beau et super optimiste mais ça manque profondément de réalisme. » Le Seigneur fictif invite ensuite tous ses fidèles à changer de comportement : « Je pense que les croyants actuels du monde entier devraient arrêter de s’accrocher à leurs histoires, sympathiques au demeurant, mais légèrement absurdes. » Dans cet entretien accordé au journal La Croix, le divin créateur décrit la surprise qu’Il ressent à voir des millions et des millions de personnes continuer à croire en lui depuis des milliers d’années : « Pourquoi les gens persévèrent-ils alors qu’ils n’ont aucune preuve attestant de mon existence ? Je trouve évidemment ça très honorable d’avoir la foi comme ça mais là ça me paraît un chouia excessif. » Une incompréhension qui s’accompagne d’un sentiment de tristesse en constatant les dégâts provoqués par ce qu’Il qualifie de « superstition de comptoir » : « La croyance en mon existence a engendré tellement d’atrocités. J’aimerais tellement que les gens comprennent que je n’existe pas. Je ne sais pas trop comment faire dans la mesure où ma marge d’action est quasi nulle. Pour l’instant je vais juste continuer à ne pas être. C’est le mieux que je puisse faire. » Le Vatican indigné Cette prise de parole de Dieu a très vite entraîné des réactions en chaîne sur les réseaux sociaux. « Courageux d’avouer ça publiquement ! », lance cet internaute sur Twitter. « WTF !!! Dieu qui s’exprime dans La Croix ? C’est sérieux ou quoi ? », lance, plus dubitative, cette autre utilisatrice. Mais la réaction la plus attendue était évidemment celle de Rome et de l’Eglise catholique. Et cette dernière ne s’est pas faite attendre puisque le porte-parole du Vatican s’est fendu d’un communiqué pour le moins virulent dans lequel l’Eglise condamne les propos du Saint-Seigneur : « Les paroles tenues par M. Dieu sont inadmissibles, même si elles restent divines. Il vient semer le trouble dans la foi de ses croyants.  Des croyants qui ont besoin spirituellement et psychologiquement de croire en Lui. Sans parler évidemment de toutes les conséquences économiques néfastes que ce genre de discours négationniste peut engendrer. »

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication