Special Guest
Publié le 27/05/2014

Tobie Nathan : "Ça n'est pas vous qui faites vos enfants"


Comment ça va la famille ? #3

      Partager la vidéo 

Autres épisodes :

La famille est l'endroit du mythe

Que l'on en soit conscient ou non, nous sommes tous imprégnés par un mythe : les être humains sont stériles et pour qu'il y ait fécondation, il faut s'allier avec des êtres supérieurs : esprits, génies de la brousse, djinns... C'est ce même mythe que l'on retrouve dans la rencontre entre Abraham, Sarah et Dieu et dans le rituel de Shabbat.

Le Rond-Point est un rond-point où beaucoup de gens se croisent, se rencontrent, se mélangent, forment des molécules, de nouveaux matériaux, des tissus à motifs inédits. En voilà quelques uns, attrapés par le bras par la rédaction de ventscontraires.net, ils viennent faire un tour avec nous. 

Plus de...

Tobie Nathan

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 9 juillet 2013 à 15:52

Eric Hazan, Mathieu Amalric : Une autre histoire de la révolution française #8

Robespierre envers et contre tout

> Premier épisode Selon Eric Hazan – lu ici par Matthieu Amalric – il nous faut traverser l'image de tyran sanguinaire que nous avons de Robespierre, une image léguée par Thermidor : "Sous la Constituante on a vu Robespierre prendre des positions d'une cohérence et d'un courage étonnants, où il était absolument seul : pour les droits civiques des comédiens et des Juifs, contre l'esclavage dans les colonies, contre la peine de mort, pour le droit de pétition, pour la liberté de la presse..." Une autre histoire de la Révolution française : "On y rencontre des Strasbourgeois prenant d’assaut leur Hôtel de Ville, des patriotes marseillais en révolte contre la domination parisienne, des ouvriers lyonnais, des paysans brûlant des châteaux et, bien sûr, des clubs de femmes révolutionnaires et des sans-culottes parisiens. Derrière ce récit, il y une recherche obstinée à insuffler un peu d’enthousiasme révolutionnaire sur notre époque où la tendance est plutôt au relativisme et à la dérision négationniste. C’est que les héritiers des thermidoriens, qui gouvernent et enseignent sans discontinuer depuis lors, s’efforcent de travestir l’histoire de la Révolution. Contre eux, Eric Hazan appelle à garder vivante la mémoire, à garder l’inspiration de ce moment qui nous a appris à entendre que les malheureux sont les puissances de la terre, que l’essence de la république ou de la démocratie est l’égalité, et que le but de la société est le bonheur commun." Enregistré le 29 novembre 2012 dans la salle Topor du Théâtre du Rond-Point En partenariat avec Cinaps TV et Rue 89  Vous pouvez également retrouver le podcast audio complet de cette conférence-performance.

Le 8 mars 2018 à 18:34

Céline Milliat-Baumgartner joue avec les fantômes de son enfance

Des bracelets, des boucles d'oreilles, du métal noirci. C'est tout ce qui reste, tout a brulé dans un accident de voiture. Le père et la mère aussi. Céline Millat Baumgartner a écrit autour du vide soudain qui a marqué son enfance, elle joue avec une légèreté magnifique Les Bijoux de pacotille au Rond-Point, dans une mise en scène de Pauline Bureau. Rond-Point — Ces « bijoux de pacotille », vous les visualisez ? Vous savez à quoi ils ressemblent ? Leur forme, leur couleur ? Céline Milliat Baumgartner — Non, je ne vois pas ces bijoux, je ne les reconnais pas, ni leur forme, ni leur couleur. Mais je les entends. Ma mère avait une bague très précieuse et tout un tas de bracelets et de boucles d’oreilles très toc. Le cliquetis des bracelets et des boucles, c’est le bruit de ma mère, c’est mon bruit rassurant, c’est le doudou de mon enfance, celui qui m’aide à dormir. La bague de diamants m’est revenue. Je la porte rarement, j’ai peur de la perdre. Mais les pacotilles toutes légères, celles que je ne vois plus mais que j’entends encore résonner, se sont perdues, elles sont parties en fumée. Et ça leur donne un prix inestimable. Les bijoux de pacotille ce sont ces souvenirs d’enfance, souvenirs brumeux et impalpables, souvenirs inestimables, invérifiables, inventés, souvenirs d’or pur. Les Bijoux de pacotille , c’est du rien dont on fait ses rêves, c’est ce recueil de souvenirs périssables qu’on grave dans un livre pour ne pas oublier, c’est comme le dit Antoine Vitez, le sable sur lequel l’acteur-poète écrit chaque soir. Éphémère et sans prix.   « Jouez-vous » encore ? Est-ce encore « jouer » ? Comment « interpréter » ? Bien sûr je joue. Je joue avec mes souvenirs, et en venant vous les raconter, je les invente encore. Raconter cette histoire, qui est la mienne, que je fais mienne, c’est jouer à démêler le vrai du faux, de la même façon que chaque fois qu’on raconte un souvenir de sa propre enfance, on triche sans le vouloir, on déforme, on invente pour de vrai, on voit tout avec la loupe déformante de nos yeux d’enfant. C’est cet endroit précis du souvenir qui m’intéresse aujourd’hui. Un frère et une sœur adultes ont souvent deux visions différentes d’un même souvenir d’enfance. Chacun réinterprète le moment passé. Moi je viens dans un rapport intime vous interpréter, à vous public, mes bribes de souvenirs, avec le plaisir de vous embarquer dans mon histoire et de la partager avec vous. Et comme tous les acteurs, parce que vous êtes là, parce que je vous tiens, parce que je ne veux pas vous perdre, je vous mène par le bout du nez. Mais je le fais à cœur ouvert, avec fragilité et pudeur, et de toute bonne foi. C’est là tout le jeu.   Propos vidéo recueillis par Jean-Daniel Magnin Interview texte réalisée par Pierre Notte

Le 23 octobre 2015 à 10:03

Ivresse sportive biohardcore

Vidéo "Opération perte totale" : Madely Schott (performance corporelle), Antoine Boute (voix), Wiame Haddad (image) Image ci-dessous :  Chloé Schuiten "Marathon" Tu es thérapeute de groupe dans ton opération ivresse sportive biohardcore tu fais une thérapie de groupe pour bagnoles les stagiaires viennent en voiture et passent et repassent sur un segment d’autoroute tout un travail est effectué au niveau de la vitesse et du rapport entre vitesse et circulation oui vitesse circulation et respiration évidemment oui la grande question de la respiration est expliquée par toi le thérapeute de groupe aux bagnoles de la thérapie passant au dessus de ta tête étant entendu qu’en tant que thérapeute tu te trouves dans un tunnel sous l’autoroute regardez dis-tu à tes stagiaires via un micro-cravate regardez la forêt que vous traversez et en effet se disent-ils nous traversons une magnifique forêt une forêt cathédrale plus précisément c’est architectural n’est-ce pas oui c’est architectural mégalo quelle scénographie monumentale pour notre thérapie de groupe constatent les stagiaires et ils ont raison et toi le thérapeute tu respires dans ton micro et les stagiaires respirent avec toi au volant de leur bagnole tandis qu’à travers le tunnel les joggers passent oui passent et repassent adorent passer sous l’autoroute traversant cette forêt-cathédrale connectez votre pensée aux joggers joggant momentanément sous vous dans le tunnel c’est le tunnel-crypte de la respiration expérimentale dis-tu oui connectez-vous au souffle des joggers-thérapeutes joggant en connexion directe avec cette saloperie d’énergie dis-tu littéralement oui cette saloperie d’énergie noire responsable de l’expansion de l’univers oui tu expliques à tes stagiaires en bagnole propulsés en avant à du 130 km/h au moyen de moteurs à essence oui à essence provenant donc du jus de forêt préhistorique fossilisée noire sombre et obscure oui complètement dark comme l’est cette énergie noire noire cosmique cosmique tu expliques à tes stagiaires qu’il faut qu’ils se connectent la respiration à celle des joggers du tunnel oui portez votre attention à la terre à madame la terre pénétrée par ce tunnel oui portez votre attention votre attention fascinée fascinez-vous les connexions synaptiques les fentes synaptiques oui ouvrez vos fentes synaptiques à la question de madame la terre pénétrée trouée d’un tunnel voilà c’est bien mettez la terre pénétrée à l’intérieur de vos fentes synaptiques et mettez-y aussi une grosse étendue de terre couverte de forêt-cathédrale oui voilà c’est bien installez cette grande et grosse forêt pile au centre de vos fentes synaptiques mmmh allons on respire on respire tous ensemble en bagnole et jogging à travers cette forêt voilà tous ensemble et tous ensemble d’ailleurs ils s’entendent les souffles les uns des autres ils se matent leurs souffles mais par l’ouïe ils se vautrent les uns dans les souffles des autres par l’ouïe et là tu leur dis venez ! sautez de vos voitures dans les ronces bordant l’autoroute ! constituez-vous un corps sexy punk trash biohardcore ainsi qu’un mental du même acabit !oui une dégaine mentale du même acabit !et dans cette dégaine mentale du même acabit tâchez de bien vous concentrer sur le vide cosmique noir oui dark sombre soupe originelle de l’expansion de l’univers !oui l’univers est punk et c’est pourquoi il est fier de nous oui l’univers s’explose s’expulse hors de lui-même en permanence alors évidemment il trouve ça sympa quand nous on fait notre thérapie de groupe ivresse sportive biohardcore oui vous pensez bien que toute cette énergie vibratoire que vous libérerez grâce à cette thérapie sera favorablement reçue par notre ami le cosmos qui lui dépense sans compter ce type d’énergie évidemment oui il va sans dire que ce qui vibre dans nos corps et notre mental à ce moment-là n’est pas humain évidemment c’est de la monstruosité cosmique en bonne et due forme oui de la monstruosité cosmique garantie sur facture ceci n’est pas un exercice il s’agit de faire péter l’humanité en nous car l’humanité n’est rien pour nous en tout cas pas grand chose l’humanité est un peu petite pour la taille l’intensité de l’énergie qui nous frotte l’intérieur voilà qui est punk n’est-ce pas oui punk dans le sens rien à cirerdes petites manies que les humains ont que de vouloir je sais pas moi par exemple habiter oui habiter plus ou moins poétiquement la terre mais en quoi ça concerne notre énergie punk que d’habiter poétiquement la terre je vous le demande moi et je vous demande également en quoi ça nous concerne que de vouloir copuler puis dormir calmement dans des litsnous on dort aux flaques à la boue et aux ronces nous et on dort dans l’expansion cosmique nous évidemment oui dans le rire cosmique dans la bonne défonce du rire cosmique c’est bien c’est très bien ça explose sous ses formes.

Le 18 avril 2014 à 10:48

Comment ça va la famille ?

l'Edito

Nous sommes tous frères ici bas… et heureusement pas beaux frères ! Ce bref aphorisme d'un humoriste inconnu rappelle avec lucidité la réalité de notre condition humaine : la Famille. Lieu de tous les amours, de toutes les haines, des bonheurs et des violences, des massacres de l'enfance et de ses tendresses infinies. Foutoir dans lequel se débat l'humanité depuis toujours, incapable d'échapper à cette fatalité, qu'avant de naître libres et égaux nous sommes d'abord fils ou fille d'un père et d'une mère eux-mêmes ayant subi le même sort et ainsi de suite. Toute tentative pour briser cet état de chose ne fait que l'empirer. Ceux qui fuient la famille ne réussissent souvent qu'à en créer une nouvelle ou à en rejoindre d'autres, qui pour n'être pas consanguines n'en sont pas moins idéologiques, religieuses, ou politiques. Même les plus hardis, allant jusqu'à se couper du monde pour s'en libérer, ont échoué. L'anachorète perdu dans son désert se retrouve seul face à Dieu le père ; quant au savant se réfugiant dans une solitude absolue pour tenter de comprendre l'univers, découvre soudain sous son microscope la cellule mère. Point d'issue donc. La famille nous constitue. Elle nous érige et nous étouffe, nous protège et nous détruit. Permanents champs de batailles où combattent sans répit désir de liberté et instinct grégaire, fierté d'appartenir à une lignée et volonté d'être soi. Mais de ce chaos naissent des étoiles : romans, théâtre, poèmes. Nous avons voulu vous offrir quelques uns de ces astres jaillis du magma familial, textes, images ou entretiens dont la grâce vous libèrera un instant de toute parenté.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication