Manault Deva
Publié le 14/09/2014

De saison


Cornue des Andes, Grosse Portugaise, Belle Angevine, Brin de muguet, Casaque rouge, Mémé de Beauce ou Rose du Liban…elle se fait fraîche,  crue, cuite, en salade, en sauce,  en velouté  en jus. On la plante, on l’évide, on la pèle, l’épépine…on la cuisine, on la croque, on la farcit ! Ah la tomate ! Je ne vous parle pas de celle qui n’a pas de goût, bouffie d’eau, rouge au bord de l’apoplexie et qu’on a parfumé aux pesticides. Non, la tomate, la vraie ! Tomate d’hier et d’aujourd’hui…le débat de la théorie du genre fait toujours rage... mais elle, elle reste délicieusement stoïque ! Jamais tout  à fait mâle  et pas vraiment femelle,  elle n’est pas le fruit, ni le légume qu’on nous dit. La tomate se mérite ! Desproges  avait  raison ! Elle est de toutes les circonstances…et peut se faire messagère peu glamour quand on la reçoit en pleine face. Gironde, joyeusement juteuse, allongée en forme de cœur, verte  rouge, jaune, noire aux subtiles saveurs acides ou sucrées. Adorable ambivalence. Trouble gustatif lorsqu’elle explose à nos papilles !  

Décidément on ne s’ennuie jamais avec une tomate !

Je ne bois pas, je ne fume pas, je ne me drogue pas, (je sais c'est nul!)  mais j'écris... même pas la nuit, la nuit je dors. J'écris tout bas, je crie parfois et puis je cause...because ...j'aime ça ! Je cause, je cause dans le poste sur  France Inter.  Depuis 2009, même si je suis sentimentale, j'envoie des bons baisers, pas toujours tendres...normaaal, faut pas se fier à mon sourire, je suis capable du pire !

> Bons baisers de Manault, sur le site de France Inter 

Plus de...

Manault Deva

 ! 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 30 avril 2012 à 07:21

L'Anachronique : le vieux (épisode 1)

Ce matin, au chant du coq, j’ai écarté le rideau de la cuisine avant de croiser le regard du vieux qui m’a appelé d’un signe de main. Le cheveu hirsute, j’ai alors fait le tour de ma maison pour me planter en chaussons devant lui, au milieu de son potager dont la terre était fraîchement retournée. Le vieux m’a serré la pogne en me disant que c’était bien que je sois là pour assister au lever de drapeau. De la poche de son treillis, il a sorti un mouchoir peinturluré en bleu, blanc et rouge, et il l’a attaché à une espèce de piquet en bois, et ce, en chantant la Marseillaise. Le vieux a un côté « patriote » ; d’ailleurs, il a filé, comme un missile, au coin de son jardin, en me gueulant : « viens voir, gamin ! viens voir que j’te dis ! ». Je n’ai pas voulu le vexer alors j’ai marché en danseuse — car j’avais des mottes de terre collées à mes charentaises — jusqu’à lui.  Avec son doigt, il m’a montré une allée toute labourée d’où sortaient des pièces en métal. « Tu sais c’est quoi, gamin ? ». J’ai mimé un « non » de la tête. Fier comme Artaban, il m’a expliqué qu’il avait enterré des bonbonnes de gaz au cas où il y aurait des taupes dans le coin. En prononçant le mot « taupes », il m’a lancé un clin d’œil de maquisard, et j’ai souri. En fait, je n’ai rien pigé aux délires du vieux, mais je sais qu’il est important d’entretenir de bonnes relations de voisinage. Ensuite, je l’ai laissé en plan en lui racontant que je devais aller bosser. Au pas de course, j’ai rejoint ma baraque et me suis enfermé à double tour…

Le 2 octobre 2014 à 09:32
Le 1 septembre 2010 à 11:11

"Je subis depuis deux, trois mois une sorte de lapidation médiatique assez impressionnante"

Eric Woerth, ministre du Travail, interview dans Le Parisien/Aujourd?hui, lundi 30 août 2010

C’est sans doute sa contribution personnelle à la campagne de solidarité en faveur de Sakineh Mohammadi-Ashtiani, cette iranienne condamnée à la lapidation pour un adultère dont l’aveu lui a été arraché – dans les divers sens du terme – par ses bourreaux islamistes. Plus que de la sympathie, de l’empathie. Ceux qu’un tel parallèle révolte n’ont pas dû prendre la mesure de l’extrème gravité du sort particulier d’Eric Woerth. Au moment où il s’exprime Sakineh attend, dans sa cellule de la prison de Tabriz, confirmation de la sentence par un tribunal islamique, alors que lui est en cours d’exécution, sans aucun sursis du tribunal médiatique. Une crauté sans nom. En Iran, le supplicié a le corps demi-enseveli exposé aux lanceurs de pierres, mais au moins on lui recouvre le visage. En France, au lieu d’objets contendants – ni trop petits, ni trop gros pour faire durer l’agonie – on arrose de « papiers » confondants – ni trop courts, ni trop longs – on bombarde de sons et d’images à heures fixes, sans que le malheureux puisse y échapper, faute d’avoir été rendu sourd et aveugle par une toile serrée autour de son cou. Et tout ça pour quoi ? Pas même un adultère, il aurait juste été trop attentif au sort de son épouse, et peut-être trop attentionné envers un bienfaiteur de son parti, décoré de la légion d’honneur. Que de la générosité. C’est ainsi que cet homme est grand.

Le 8 décembre 2015 à 08:04

Un Français sur quatre ne se souvient plus de la fin de la soirée de samedi dernier

Les chiffres sont alarmants : plus de vingt millions de Français auraient été victimes d’une amnésie collective dans la nuit de samedi dernier. Les résultats proviennent d’une étude menée dans la semaine et dans laquelle plus d’un Français sur quatre a répondu de pas avoir de souvenir de la fin de la soirée. Si les scientifiques tombent tous d’accord sur les chiffres, leurs avis diffèrent sur les raisons du phénomène. « Nous aurions pu trouver un dénominateur commun si tous ces Français avaient été au même endroit, au même moment. Mais ce n’est pas le cas » explique Solenne Girdreau, chercheuse au CNRS. Selon elle, les facteurs déclencheurs de ces cas d’amnésie sont multiples selon les situations. Nicolas H. fait partie de ces Français qui ont vu une partie de leur mémoire s’envoler samedi soir. Le Bordelais qui était sorti rejoindre des amis dans un bar pour fêter un anniversaire affirme être encore sous le choc. « Tout se passait bien, j’enchaînais un série de shots au bar, et puis plus rien. Le trou noir. Je me suis réveillé chez un pote le lendemain sans comprendre comment j’étais arrivé là » raconte le jeune homme bouleversé. Des témoignages comme celui de Nicolas H., Solenne Girdreau en a étudié plusieurs milliers, sans pouvoir s’arrêter sur une explication solide. « Dans tous les cas, on retrouve ce sentiment de se faire voler un bout important de sa vie » explique la chercheuse en nous montrant le témoignage d’un groupe d’hommes retrouvés nus et inconscients sur une plage bretonne après un enterrement de vie de garçon. La jeune chercheuse termine sur un dernier témoignage encore plus étrange, celui d’un homme prétendant avoir perdu le fil de sa soirée alors qu’il tentait de suivre un film d’auteur sur Arte. « Je pense qu’il ne faut pas avoir peur de dire qu’on est devant un phénomène inexplicable, voire paranormal » lance la jeune femme pour conclure.

Le 13 septembre 2011 à 08:31
Le 5 février 2012 à 09:21
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication