Philippe Mouchès
Publié le 01/09/2014

La Laitière tente sa chance aux States


Peintre
Fondateur et théoricien du Divisionnisme Périgourdin
Membre de l'Oupeinpo

http://doublevue-mouches.blogspot.fr/

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 17 août 2015 à 09:08

De ma participation contre le mansplaining

Quand un HOMME vous dit : - L’avortement, je ne suis pas foncièrement contre, mais… On en reparle quand tu seras doté d’un utérus, ok ? - Les filles maquillées, en jupe et avec des talons c’est quand même vachement plus sexy. Vas-y, commence en premier, mec. Je te regarde.   - Tu sais, je ne suis pas contre le féminisme, mais il y a des priorités dans les combats des femmes. Fais-moi la liste de tes priorités pour ne pas déranger ton petit confort de mâle dominant, que j’aille en faire un autodafé.   - Les féministes, je les supporte à partir du moment où elles ne me cassent pas les pieds avec leur hystérie. Et moi les hommes je les supporte à partir du moment où ils ne me disent pas comment penser et réfléchir. Bisous.   - Tu sais, ton histoire de dégenréer la langue franchement, t’as pas autre chose à faire ? Non.   - Si tu veux mon avis… Je ne pense pas te l’avoir demandé.   - Holala, vos histoires de gonzesses ! On parle prostate de suite, histoire de te mettre à l’aise, ou on attend un peu ?   - Je ne comprends pas pourquoi tu n’as pas allaité tes enfants. C’est mieux pour la relation mère/nouveau-né. Rappelle-moi combien de fois tu t’es levé la nuit pour aider ta compagne qui venait d’accoucher ? Ah oui, tu n’entendais pas le bébé pleurer. Tu es sourd. La masturbation, tout ça…   - Ce n’est pas en t’acharnant sur ce type de sujets (ton méprisant) que tu vas faire évoluer la société pour les droits des femmes. Tu ferais mieux de… … De ne pas écouter un mot de plus de ta diatribe sous peine de me créer un ulcère.   - Moi je les connais pas les mecs dont tu parles, je sais pas où tu les croises. J’aurais bien une réponse, mais je vais rester polie.   - Il faudrait arrêter de monter en épingle les propos de X, Y ou Z, occupe-toi des vrais problèmes. Là, tu deviens mon vrai problème, tu vois.   - Tu es certaine qu’il a dit ça ? Bon, écoute, y a pas mort d’homme non plus. Non mais il y a humiliation de femme.   - Tu n’as pas d’humour, franchement. Tu sais ce qu’on dit, « femme qui rit », etc. Et ben là, tu vois, tu vas même pas pouvoir rêver de mon petit orteil.   - Tu te rends compte tout ce que tu as réussi à faire en tant que femme ? Faut croire que je ne suis pas encore parvenue à être traitée en être humain lambda en revanche.   - Une femme doit faire des enfants. C’est important pour elle. Sinon, ça va la vie ?   - Non mais vous parlez d’agression sexuelle à toutes les sauces maintenant, c’est n’importe quoi ! D’ailleurs ça commence quand une agression sexuelle ? Avec ta main actuellement sur mon cul alors qu’elle n’y a pas été invitée.   Vous pouvez continuer la liste ad lib. Et vous avez le droit de crier aussi. Parce que oui, c’est insupportable.    Dessin : James

Le 18 février 2012 à 08:19
Le 25 mars 2012 à 10:23

« Hollande est nul ! Il est nul tu comprends ? Royal on peut en dire ce qu'on veut, mais elle avait du charisme. Bien sûr tu gardes ça pour toi. »

Nicolas Sarkozy, M, le magazine du Monde, 24 mars 2012

En route vers un  second tour : « Le Nul » contre « Le Sale Mec ». Quand le Président-candidat « prend par la main » le reporter Philippe Ridet, il a évidemment une idée derrière la tête. Distiller par le canal d’un « off » destiné à être branché de suite sur le mode « on », une dose du venin susceptible de paralyser l’adversaire. En la circonstance, l’opposer  à l’ancienne qui se voit décerner un brevet de « charisme », alors que les membres du « Sarko Tour 2007 »  murmuraient à l’oreille des journalistes, que la « Nulle » c’était elle. Philippe Ridet, aurait pris le « Sarko Tour 2012 »  à une étape précédente,  c’était Martine Aubry qui était regrettée, car elle au moins avait des « convictions ».   Dans la série  « casser »  l’ Autre, que faire de mieux ( ou pire) ?  Plus que nul, il y a bien archi-nul, mais ça fait redondance, alors que le « sale mec » lancé naguère par François Hollande sans avoir l’air d’y toucher, a des applications multiples.  Est-ce pourquoi les Sarkozystes ont surréagi au « sale mec » quand les Hollandais ont opposé un silence remarqué au « nul » propagé par le Monde ?  François Hollande  a  juste ironisé  : « ça se rapporte toujours à celui qui l’emploie. » C’est que, pour l’heure,  il semble y avoir une majorité de l’opinion pour penser que le risque qu’un « nul » l’emporte est moindre que celui d’un « sale mec » qui rempile.

Le 15 avril 2014 à 09:24

Drogue : ces toxicomanes qui délaissent le crack pour Game of Thrones

C’est une information publiée à l’occasion d’une enquête sur la dépendance dans le magazine Sciences et Avenir. Selon une étude menée par l’INSERM, de plus en plus de personnes ayant recours au crack ou cocaïne purifiée, seraient en train d’abandonner leurs vieilles pratiques pour se rediriger vers une nouvelle drogue, plus audiovisuelle. Science. 3 à 4 fois plus fort Dans ce papier de vulgarisation scientifique, Michel Roucoupe, toxicologue entre la France et la Suisse, fait part de ses récentes découvertes : « Un épisode de Game of Thrones active 3 à 4 fois plus forts le système de récompense et de dépendance du corps humain qu’avec une pipe à crack pleine à craquer si je puis-je dire. » explique le professeur Roucoupe qui enseigne entre autres la chimie au lycée Steve Urkel de Neuilly-Plaisance. Cette découverte scientifique, Pascale Juquet l’a déjà faite de manière moins formelle sur le terrain, à l’association d’aide aux toxicomanes qu’elle gère dans le quartier de Stalingrad à Paris : « Si on voulait résumer, dans la tête des crackeurs, les retournements à répétition, les personnages variés et les intrigues au long court provoquent plus d’excitation sur leur cerveau qu’une brique de 2 kilos de crack. » Jean a 53 ans. Actuellement professeur émérite au Collège de France, la nuit il sort régulièrement dans la rue pour se droguer. Lui aussi raconte la « révolution Game of Thrones » comme il l’appelle si bien : « Ça fait 7 ans que je prends du crack et ça fait un bout de temps que je sens quasiment plus rien quand j’en fume. Par contre quand la bande-annonce de la saison 4 de Game of Thrones a été rendue publique, là ça m’a complètement rendu fou. J’en voulais plus. Faut dire aussi que la saison 3 s’est terminée en apothéose. » Pour les toxicomanes, cette drogue de substitution semble tout de même représenter une solution passagère même si quelques effets secondaires sont toutefois à déplorer comme le précise Pascale Juquet : « Pour les accros à GOT, il y a une prise de poids évidente à force de rester assis devant son écran. Sans parler des discussions interminables sur l’intrigue ou des débats stériles sur qui de Jon Snow ou de Tyrion Lannister est le plus sexy. Mais ça reste tout de même acceptable par rapport aux ravages physiques et psychologiques provoqués par le crack. »  conclut la responsable associative. Des coffrets blu-ray distribués dans les endroits clés Bien que tout ne soit pas rose, à commencer par un sentiment de dépendance accrue, les organisations en charge d’aider les toxicomanes incitent de plus en plus les accros au crack à jeter leurs pipes et leurs cailloux. Certaines associations, pour sensibiliser les esprits, se mettent même à distribuer des coffrets des trois premières saisons dans les squats, les parcs ou les Flunch où les drogués ont l’habitude de se rassembler.

Le 12 septembre 2015 à 09:02

L'imprimante 3D

Les progrès du futur #1

Ce n’est qu’au début du XXIe siècle qu’apparut l’imprimante 3D. L'innovation se répandit comme une traînée de poudre et très vite on assista à une réorganisation radicale du système de production. Les petites pièces de plastique en particulier, toujours les premières à casser, devenaient facilement remplaçables. L’industrie du grille-pain s’effondra. Plus généralement, la position des producteurs fut profondément minée. La Chine connut une décennie très dure, où la croissance à deux chiffres n’était plus là pour masquer l’horreur sociale et écologique. Puis on butta sur le problème de la matière première : l’imprimante fonctionnant à base de plastique, le pétrole, qui flambait déjà, explosa. Heureusement, un petit malin inventa une machine à recycler les plastiques à la maison. Dans la foulée, un autre inventa la machine à recycler les épluchures. Avec une peau de banane on imprimait une baignoire sabot. Le cours du pétrole s’effondra, provoquant des émeutes de la faim au Qatar. Ce fut l’ère des designers : Internet était le support idéal pour ces productions immatérielles soudain inestimables. Certains exaltés y virent le triomphe de l’idée sur la matière, de l’esprit sur le corps. Philippe Starck prit la tête du Grand Orient de France. Jusqu’au jour où l’implant cérébral fut au point. On put désormais simuler la présence des objets en manipulant directement le cerveau. Ce fut l’avènement de la Matrice.

Le 1 novembre 2012 à 17:03

Vladimir Antonov-Ovséenko (1884-1938)

Les cracks méconnus du rire de résistance

On sait que l’on doit certains des textes les plus tirebouchonnants qui existent à quelques fort tristes sires pathétiquement dépourvus de la moindre flammèche d’humour. À chaque lecture du récit historique désespéré qui suit, que m’a fait découvrir chez lui il y a presque trente ans un Jean-Patrick Manchette hilare, ça ne loupe pas, je m’étrangle de rire. C’est que l’ascétique commissaire à l’Armée Rouge Antonov-Ovséenko, qui supervisa la prise du Palais d’Hiver d’octobre 1917, retrace comme personne les événements qui l’atterrent. Et qu’on comprend au ton de ce passage tragique de ses Mémoires (1924) jusqu’à quel point de vieux rogatons stalino-léninistes de cette farine pouvaient réellement croire qu’une « saoulerie » collective démesurée était à même (grandiose nouvelle !) d’envoyer dinguer en quelques jours tous les acquis répressifs d’un nouveau régime dictatorial. L’historien Isaac Deutscher, dans le tome 2 du premier volet de son Trotski, considère lui aussi que la beuverie monstre décrite par le haut fonctionnaire bolcho « menaça un moment de mettre la Révolution en panne et de la paralyser ». « L’orgie joua également un rôle dans les événements qui préludèrent à la paix de Brest-Litovsk car une grande partie de la vieille armée russe s’y dissout littéralement dans le néant. »   L’ahurissante Saturnale de Petrograd « La garnison, qui se désintégrait complètement, donna personnellement beaucoup plus de souci que les partisans de l'Assemblée constituante... Une orgie sauvage et sans exemple déferla sur Petrograd; et il n'a pas encore été possible de dire avec quelque vraisemblance si elle fut ou non le résultat de quelque subtile provocation. Ici et là, des bandes d'émeutiers surgissaient, généralement des soldats, qui envahissaient les caves, les celliers et allaient parfois jusqu'à piller les cafés. Les rares soldats restés disciplinés s'épuisaient, comme les Gardes Rouges, en tâches de surveillance. Les exhortations n'étaient d'aucun effet. Les caves du Palais d'Hiver (ex-résidence du tsar) constituèrent le problème le plus embarrassant... Le régiment Preobrajensky, qui avait jusque-là gardé sa discipline, s'enivra complètement alors qu'il était de garde au Palais. Le régiment Pavlovsky, notre rempart révolutionnaire, ne résista pas davantage à la tentation. On envoya des gardes d'origine différente, choisis dans diverses unités. Eux aussi s'enivrèrent. Les membres des comités (de régiment : c'est-à-dire les chefs révolutionnaires de la garnison) furent alors désignés pour assumer la garde. Ils succombèrent à leur tour. On ordonna aux soldats des brigades blindées de disperser la foule − ils paradèrent un peu de long en large, puis commencèrent à vaciller dangereusement sur leurs jambes. Au crépuscule, la folle bacchanale faisait rage. « Liquidons ces débris du tsarisme ! » : ce joyeux mot d'ordre courait la foule. Nous tentâmes de l'arrêter en obstruant les portes. Elle pénétra par les fenêtres, arracha les barreaux et s'empara des stocks. On voulut inonder les caves avec des lances à incendie : les brigades de pompiers s'enivrèrent comme les autres. Seuls les marins d'Helsingfors réussirent à venir à bout des caves du Palais d'Hiver. Ce fut, dans son genre, une lutte titanique. Mais les marins tinrent bon, car ils étaient liés par un vœu sévère : « La mort pour celui qui trahit son serment » ; et bien qu'ils eussent été, dans d'autres circonstances, de magnifiques buveurs, il se tirèrent de ce mauvais pas, pavillon haut. Le combat, pourtant, n'était pas fini. La ville entière était gagnée par la folie de boire. Enfin le Conseil des Commissaires du Peuple désigna un commissaire spécial, doté de pouvoirs exceptionnels, et lui donna une forte escorte. Mais le commissaire, lui aussi, se révéla faillible... Une lutte sévère se déroula à l'île Vassilevski. Le régiment finnois, dont les chefs penchaient vers l'anarcho-syndicalisme, proclama l'état de siège sur son territoire, puis fit savoir qu'il allait faire sauter les caves à vin et abattrait les pillards, à vue. Ce n'est qu'après des efforts intenses que cette folie alcoolique fut enfin maîtrisée... »

Le 25 septembre 2012 à 09:13

En avant, marche !

J’ai envie de répondre à Monsieur Chevillard qu’au XXIe siècle, il existe l’escalator, un système d’ascension mécanisé qui permet d’atteindre les sommets sans user ses semelles et, accessoirement, ses talonnettes ! Ledit appareil favorise une élévation vers les cimes, en particulier, dans les grands magasins qui font passer les rêves de Zola pour de misérables dinosaures ! Le principe me paraît simple, il suffit au quidam de se positionner élégamment sur une marche qui le guide, sans effort, vers les faîtes de la consommation de masse. Je reconnais que certains escalators possèdent une impressionnante denture, mais, pour se rassurer, on a la possibilité de s’accrocher à une rampe, d’un noir luisant, et d’y abandonner, sans crainte, les dessins humides de ses doigts moites. Les traces digitales sur les surfaces laquées, cela amuse toujours les petits et les grands qui répondent ainsi à un fantasme collectif : celui de laisser ses empreintes de mains et de pieds sur les murs chaulés d’une caverne auvergnate ! Je vous le jure, nous avons encore en nous les vestiges du primate. En outre, si l’escalator venait à arrêter sa course lente, sous le ciel artificiel d’une aire commerciale, il serait envisageable de continuer son chemin à la seule force de ses mollets. Tout a donc été prévu pour le confort du voyageur en escalier. Mieux ! Il peut même arriver que la marche hoquette dès l'instant où elle touche le palier et là... c’est l’hilarité assurée, car celui qui se tient sur la marche rebelle finit les quatre fers en l’air sur le sol vitrifié du charmant magasin provincial ! Ainsi, ce petit gag détend l’atmosphère, redonne le sourire aux citadins pressés ! Décidément, avec l’escalator, l’homme moderne est aux anges ! (En réponse à la chronique d'Eric Chevillard consacrée à l'escalier)

Le 15 juillet 2015 à 10:22

Où (ne) sont (pas) les femmes ?

« Où sont les femmes ? », s’interrogeait un chanteur blond platine des seventies, avec ses gestes plein de charme. Oui, bon. Tout ça pour dire que la vraie question serait plutôt : où ne sont-elles pas ?   2015. France. Direction de la fonction publique de l’État : 21% de femmes. Direction de la fonction publique territoriale : 14% de femmes. Élus : 26% de femmes à l’Assemblée nationale, 22 % au Sénat, 16% de femmes occupant la fonction de maire. CAC 40 : 30% de femmes membres de CA et 11% membres des comités exécutifs ou de direction. Professions dites supérieures : 14% de femmes.   On appelle communément cela « Le plafond de verre ». Et ce serait sympa que nous parvenions à le faire exploser. T’inquiète, ça coupe pas.   L’écart de salaires entre les hommes et les femmes est de 18,8% en moyenne (et pas à notre avantage, s’il est besoin de le préciser), pendant que nous effectuons 3h52 de travail domestique contre 2h24 pour ces messieurs, en moyenne, quotidiennement. Corollaire entre les chiffres du dessus et ces dernières statistiques ? Non, tu crois ?!... « Mais Marie, arrête, vous l’avez votre égalité : vous pouvez voter depuis 70 ans {oui enfin, ça n’a pas été sans mal, sans vouloir te faire l’historique du problème…} et puis maintenant il y a la PARITÉ. » Alors oui, parlons-en de la parité. J’ai été contre pendant longtemps. Parce que j’estimais que nous n’avions qu’à nous battre et prouver nos capacités et compétences, cela se ferait tout seul. HAHAHA ! Eh oui, une folle croyance de ma candide jeunesse… Oui, moi aussi je ris beaucoup de ma naïveté.   Le fait le plus marquant à ce propos concerne les dernières élections, celles pour élire nos conseillers.ères départementaux.ales. Avec l’obligation de parité, les partis politiques ont été obligés de présenter des binômes hommes/femmes, ce qui donne un résultat de 49 % d’élues !   Youhou ! Champagne et fiesta !   Ouais. Sauf que. Suite au troisième tour – l’élection des Président(e)s des conseils départementaux – la gueule de bois a été assez violente : seulement 10 % de femmes. Elles se sont bien faites bousculer dans l’escalier : « Oh ça va les filles, vous êtes passées du deuxième sous-sol au premier étage, faudrait voir à ne pas espérer l’appartement terrasse, non plus ! »   Ben ouais, faudrait pas que l’on commence à empiéter sur des territoires dont on nous a seriné qu’ils étaient masculins, car violents, emplis de concurrence, des espaces durs où l’on ne ferait de nous qu’une bouchée : nous ne serions pas équipées pour, … Et pourtant…. si l’on me dit « Révolutions », instinctivement, Je pense aux femmes qui ont marché sur Versailles un petit matin d’octobre 1789 et qui ont ramené le Roi à Paris, Je pense à Louise Michel la Communarde, Je pense à Podemos et aux mairesses de Barcelone et de Madrid,     Alors, finalement, où sont les femmes ? Elles sont là où on ne les attend pas. Elles surprennent. Elles se mobilisent. Elles cherchent à briser leurs chaînes. Elles envahissent Internet et se confrontent avec violence aux haters. Elles investissent les champs créatifs et culturels. Elles font passer leurs messages. Elles rabâchent encore et encore, sans se lasser. Elles ont une endurance incroyable.   Elles ont surtout de moins en moins peur. Les femmes sont en train de sortir en masse de leur invisibilité, mais leur chemin est très long, car, au-delà du plafond de verre, il passe aussi par leur propre déconstruction. Alors, « La Femme, avenir de l’Homme » (« passion vieux poètes, et chanteurs morts à moustache ») ? Je ne sais pas. En revanche, les femmes à la même place que les hommes, oui, bientôt, demain, tout simplement parce que ce n’est plus possible autrement et surtout, soyez-en assurés, parce qu’on ne lâchera pas l’affaire.   (Données chiffrées : Insee, Ministère du Travail, OPFH-AN) Dessin : James

Le 29 avril 2010 à 18:35

Damien Glez

Dessinateurs et caricaturistes du monde entier (3)

Parfois, pour se défendre, rien ne vaut un bon dictionnaire. Non pour balancer un pavé de 3,2 kilos à la tête de son adversaire –quoique- mais pour éviter la prison au titre d’offense au chef de l’Etat. Convoqué, en juillet 2006, par la justice pour un dessin représentant Blaise Compaoré, le président burkinabé, en footballeur (« je suis un bon buteur, je bute beaucoup ») Damien Glez, directeur de publication du Journal du jeudi, un hebdomadaire satirique communément appelé JJ au Burkina Faso, a dû sortir son thésaurus et argumenté sur la définition du verbe « buter » afin de ne pas se retrouver sur la touche. « Les subterfuges pour contourner la ‘’censure’’ sont ceux que la satire nous offre : les détours verbaux, difficilement attaquables devant la justice, et les biais graphiques parmi lesquels les ombres "disant" ce qu'on ne peut représenter qu'en filigrane », témoigne ce dessinateur-éditorialiste de 43 ans au parcours atypique. Né à Nancy, diplômé d’une grande école, il est devenu citoyen burkinabé après avoir effectué son service militaire comme coopérant. Une vraie histoire d’amour pour ce pays et le dessin de presse qui, en Afrique plus qu’ailleurs, contribue avec vitalité et insolence à la culture démocratique et sert de moyen d’information à la population. « Nous exerçons dans un cadre institutionnel plutôt satisfaisant », estime Damien Glez, rappelant toutefois que l’ancien collaborateur de JJ, le journaliste Norbert Zongo a été tué en 1998 vraisemblablement pour des motifs politiques. Le tollé populaire soulevé par son assassinat a servi de leçon. « L'abus de pouvoir laisse peu à peu la place à la régulation du Conseil supérieur de la Communication. » Cette instance n’est intervenue qu’une fois, à la vue d’une illustration d’une affaire de « magie noire » selon laquelle certains individus détenaient le pouvoir de faire disparaître le sexe des personnes auxquels ils serraient la main. Difficile, dans ce cas, de ne pas montrer les organes génitaux. Or, au Burkina Faso, « les sujets les plus épineux sont le sexe en raison de la très prude culture sahélienne et la religion », raconte le caricaturiste qui collabore, par ailleurs, à de nombreux titres de presse, aussi bien en Afrique, en Europe qu’aux Etats-Unis. Deux de ses dessins ont été boycottés la même semaine pour hypersensibilité religieuse, l’un sur la charia en Somalie destiné à un journal panafricain, l’autre sur Benoît XVI commandé par un magazine italien. Qu’importe. Concernant le petit monde de l’au-delà, Damien Glez s’en donne à cœur joie avec Divine Comédie (www.glez.org), son comic strip qui met en scène Lord, un rabat-joie chenu, et Pete, l’espiègle gardien du Paradis et gestionnaire des conflits de ses pensionnaires. Pas de doute, Damien Glez vise juste. En matière de dessin, sa maîtrise du lob, sa technique du coup franc font de lui un redoutable… buteur.

Le 8 avril 2011 à 09:14

Vacances en France

Mauvaises rencontres

« Pourtant, qui le croirait ? Un voyage au Morvan offre quelque danger. Des bandes parcourent les routes, composées d'individus d'aspect débonnaire, mais animés au fond de très mauvaises intentions, et qui ne craignent pas d'arrêter le voyageur isolé aussi bien que ceux qui circulent en nombre. Nous n'avons pas ouï dire qu'elles aient dévalisé personne ou pillé les diligences ; mais leur aspect farouche et provocant pourrait déterminer chez le voyageur novice quelque terreur. » Il s'agit de compagnies d'oies, dont le Morvan semble avoir le privilège ; oies puissantes, bien membrées, ayant fort mauvais caractère et portant haut la tête. Ces animaux féroces parcourent en liberté bois, prés et sentiers, et se figurent évidemment que les routes sont faites pour leur circulation exclusive. Dès qu'un bipède non pourvu de plumes et portant nez au lieu de bec se permet d'y mettre le pied, ils s'avancent en bataillon serré, ouvrant à outrance leurs larges becs et crachant à la face de l'intrus tout le catéchisme poissard de leur race. Il y en a toujours une qui est le chef de la bande et marche bravement à l'ennemi, devant toutes les autres, dégoisant un répertoire d'injures et de menaces du plus haut comique. » […] » Du reste, il ne faudrait pas entreprendre une lutte corps à corps avec ces bêtes guerrières. D'un coup de bec elles coupent fort proprement un doigt. Je comprends maintenant pourquoi l'on dit que certains jugements ont "force de l'oie". »(Jean Bertot, Août 1893 : la France en bicyclette : étapes d'un touriste de Paris à Grenoble et Marseille)

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Paul Auster : rencontre avec François Busnel
Live • 16/01/2018
Christiane Taubira
Live • 02/10/2017
André Dussollier
Live • 02/10/2017
Kamel Daoud : entretien avec Raphaël Enthoven
Live • 18/09/2017
Pascal Blanchard : Pourquoi la France est incapable d'avoir un musée de la colonisation ?
Live • 17/02/2017
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication