Le Gorafi
Publié le 09/06/2015

Des scientifiques découvrent que les rayures des zèbres ne sont pas noires, mais blanches


C’est la stupeur dans la communauté scientifique, après la découverte d’un chercheur lituanien qui s’intéressait de près au pelage des zèbres. Le spécialiste en zoologie est parvenu à démontrer que les rayures qui ornent l’animal ne sont pas noires sur fond blanc, mais bien au contraire, blanches sur fond noir.

Le chercheur, Irmantas Rajoksis, aura passé plus de deux ans à observer l’animal rayé avant de rendre publiques ses conclusions. « Nous pouvons confirmer à 95% qu’à l’origine, l’animal est bien noir » explique le scientifique. « Les rayures sont donc bien blanches, ajoutées sans doute par pure coquetterie » précise-t-il, en tournant en dérision la théorie d’un de ses confrères qui prétendait que les zèbres étaient des chevaux en pyjama.

Irmantas Rajoksis a commenté dans la presse locale les récentes avancées dans ses recherches. Des travaux menés à l’université de Vilnius et rendus difficiles selon lui par le manque de moyens qui l’ont forcé à travailler à partir de clichés photographiques pour mener ses recherches. « Nous avons trop peu de ressources pour nous permettre des observations sur le terrain » explique Maria, une étudiante du professeur. « M. Rakjoksis est sûrement le lituanien qui a mené le plus d’observations de clichés d’animaux » précise-t-elle, admirative.

Les travaux d’Irmantas Rajoksis avaient déjà dépassé les frontières de son pays, puisqu’il avait démontré il y a plusieurs années que les poissons clowns n’avaient probablement aucun humour.

Le Gorafi » est créé en1826 par Jean-René Buissière, journaliste dyslexique. « Le Gorafi » c’est l’assurance d’une information libre et d’une presse vraiment indépendante.  Au fil des années, Le Gorafi est devenu une référence pour des millions de Français qui le plébiscitent pour la qualité et la rigueur de son information de sources contradictoires. 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 4 novembre 2014 à 08:32

Dax : Il perd son portefeuille dans la rue, s'en rend compte, revient sur ses pas et le ramasse

Voilà un fait divers à rebondissements. Fabien, un jeune pâtissier de la commune du sud-ouest s’est retrouvé au centre d’une scène qui aurait pu tourner au drame. Alors qu’il se déplaçait dans l’une des artères de la ville, ce dernier a égaré le portefeuille en cuir où il stockait tous ses papiers. Heureusement, ce dernier a eu la chance de s’apercevoir de la perte avant de récupérer le précieux objet. Récit. Le drame a été frôlé

 Fabien Mori, 27 ans, a bien failli tout perdre hier matin sur le cours du Maréchal Joffre. Alors qu’il se rend au travail, Fabien fait tomber son portefeuille qui se trouvait dans la poche arrière de son jeans. Le Dacquois fait un pas sans s’en rendre compte. Le pire se profile. Mais au bout d’un mètre, le passant prend conscience du bruit de l’objet qui touche le sol : « Je l’ai entendu tomber. J’ai touché ma poche et j’ai senti qu’il n’était plus là. Alors je me suis retourné et je l’ai vu, là, par terre. Ça a été le choc… » nous confie l’intéressé. Il décide alors de revenir en arrière et de se pencher pour récupérer son bien : « J’ai courbé le dos vers l’avant et tendu le bras pour atteindre mon portefeuille. J’ai utilisé mes doigts pour le saisir fermement. Une fois en main je l’ai mis dans la poche intérieure de mon blouson, celle qui a une fermeture éclair. » continue-t-il de nous raconter. Une belle leçon de vie

 Finalement, Fabien aura repris sa route normalement vers une nouvelle journée de travail. Mais cet épisode l’a à jamais changé si l’on en croit son témoignage : « J’ai compris que la vie était courte, que du jour au lendemain on pouvait perdre son portefeuille comme ça, sans en prendre conscience. Moi j’ai eu la chance de m’en sortir mais la vie n’aura plus jamais le même goût. »

Le 8 septembre 2011 à 09:03
Le 29 décembre 2011 à 09:04
Le 6 septembre 2015 à 08:59
Le 30 juin 2014 à 12:00
Le 5 novembre 2015 à 10:01
Le 7 juillet 2015 à 08:00

Manque de motivation, la 1ere réunion des associations de procrastinateurs de France n'aura pas lieu

STRASBOURG – Constat d’échec pour les associations de procrastinateurs français qui n’ont pas réussi à se réunir hier lors de leur premier congrès. Un échec que le premier secrétaire élu par défaut met sur le compte d’un profond manque de motivation des adhérents. Reportage. Un congrès encore repoussé Les mines étaient défaites hier soir lors de l’annonce de l’annulation du premier congrès des procrastinateurs français. Un congrès pourtant programmé de longue date et qui devait enfin voir réunis tous les Français qui s’estiment victimes de ce mal mal connu et tabou de la société, la procrastination . Comment expliquer un tel échec ? Pour notre envoyée spéciale Constance Deplanque, il y a plusieurs facteurs. « Ils ont pris trop de temps à envoyer les cartons d’invitation. Quand ils se sont décidés, la date était passée depuis quinze jours, cela ne servait donc à rien. Il n’y avait plus qu’à annuler le congrès » explique-t-elle. Ce manque de préparation ne doit pas masquer d’autres erreurs patentes de l’organisation. Toujours selon notre reporter, les inscrits n’ont pas non plus renvoyé les questionnaires de diagnostic et d’inscription à l’association à temps. « Certains l’ont pourtant envoyé mais parfois le questionnaire était non rempli ou non affranchi ». En outre, il apparaît que le bureau national des procrastinateurs n’avait pas réussi à trouver un accord sur le thème central du congrès. Il semblerait aussi qu’aucun des membres du bureau et des suppléants n’ait réussi à se rendre disponible, «Un facteur qui pose un gros problème d’organisation et qui met aussi en jeu l’existence même de l’association » pour reprendre les mots de notre envoyée spéciale. Malgré cet échec, le secrétaire général préfère se donner du temps. « Nous allons nous donner du temps. Bien sûr, on regrette le manque de motivation de nos inscrits, on comptait sur eux pour enfin se faire reconnaître, sortir de l’anonymat. Pour ma part, j’estime que dans ce cas, c’est une forme de démission collective, mais nous ne baissons pas les bras, nous allons nous remettre au travail, quand? Je ne sais pas, je vais y réfléchir. Peut-être demain ou après-demain. ». Une nouvelle date pourrait ainsi être proposée dans les prochains jours si le bureau national trouve le temps de se réunir. Le Gorafi

Le 25 février 2014 à 08:35

Étude : La mort, 1ère cause de décès chez les Français de tous âges

Ce matin, 09 h 30 au siège de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) à Saint-Maurice, dans le Val-de-Marne. La presse a fait le déplacement en masse pour suivre une conférence de presse dont l’importance est à la hauteur de l’affluence. A 09 h 35 précise, une équipe de chercheurs en biologie de l’InVS a rendu publics les résultats d’une recherche sur les causes de la mortalité chez les Français entre fin 2010 et début 2013. Et surprise. Alors que la plupart des observateurs scientifiques s’attendaient à voir les tumeurs et autres maladies cardio-vasculairesdécrocher la médaille d’or, le verdict des chercheurs a laissé bouche bée tout le monde. Selon ces derniers, la mort serait en réalité le 1er véritable facteur de décès dans la population française. « Les gens meurent parce qu’ils meurent » Anne Latieule est chercheuse en biologie à l’Institut de Veille Sanitaire. Elle a participé à cette étude autour de 540 700 cas de décès et son verdict semble sans appel : « Après un listing pour le moins exhaustif de tous les types de morts ces dernières années, on en est venu à cette conclusion aussi simple qu’évidente. Les gens meurent parce qu’ils meurent. Au-delà de la cause secondaire du décès, comme par exemple un cancer, un accident de voiture ou un suicide par pendaison, les Français meurent avant tout parce qu’ils « peuvent » mourir. » Une cause première visiblement ignorée pendant des années et qui pourtant semble concerner tous les citoyens de la France, comme le souligne Jacques Lafarge qui a piloté cette recherche : « Nous n’avons jusque là trouvé aucun cobaye de nationalité française qui ne pouvait pas mourir. La mort semble donc inhérente à l’existence de chacun des Français et peut-être même à l’existence d’êtres humains de nationalité étrangère. Mais sur ce dernier point, il ne s’agit encore que d’une hypothèse. » Une idée loin des croyances des Français Le fait d’être mortel comme raison primordiale de l’ensemble des décès dans l’Hexagone et dans les DOM-TOM ? Une vision de notre condition bien loin de ce que la majorité des Français s’imaginait jusque là, comme le souligne très justement Jacques Lafarge : « Les gens, en tout cas les Français de manière certaine, semblent oublier que la mort fait partie de notre nature apparemment. Et quand quelqu’un qui leur est proche meurt, ils préfèrent se focaliser sur la cause secondaire de la mort et ils s’attristent parce qu’ils se disent que cela aurait pu être évité. Ou alors ils souffrent tout simplement parce qu’ils ont oublié que nous, Français, nous mourrons. Naturellement. » Le Gorafi

Le 19 septembre 2011 à 08:38
Le 25 novembre 2014 à 08:43

Vivre d'amour et d'eau fraîche ? Deux biologistes réfutent le fameux adage

C’est la fin d’un doux rêve. Celui de milliers et de milliers de couples français qui ont essayé un jour, ou qui essaient aujourd’hui, de vivre pleinement leur histoire d’amour malgré des conditions financières très difficiles. Ce matin, le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) a dévoilé les résultats de deux biologistes de l’institut. Ces derniers ont semble-t-il mis fin à ce qui révélait finalement de la foi quasi mystique: non, il est tout simplement impossible de vivre, voire même de survivre uniquement d’amour et d’eau fraîche. Décryptage. Un défi biologique intenable Marc Cyrulnik et Anthony Bazire sont les deux chercheurs en biologie du CNRS qui ont conduit cette étude qui vient mettre fin à une croyance vieille de plusieurs centaines d’années. Aujourd’hui, il se disent catégoriques sur la question : « Il est physiologiquement impossible de vivre ou même de survivre avec simplement un apport d’amour et d’eau fraîche. Nous avons constaté chez tous nos cobayes qui suivaient un tel traitement une violente détérioration des tissus musculaires et organiques entraînant un violent déclin physique qui les conduit vers une mort certaine. » explique M. Bazire. En cause, le manque de calories et de graisses indispensables à la survie de l’organisme comme le détaille Marc Cyrulnik : « Certes l’amour nous apporte une certaine forme de bien-être psychologique. Mais ce bien-être n’a jusqu’à présent aucune incidence sur le fonctionnement correct du corps humain. Ou en tout cas très minime et très faiblement nutritionnel. Quant au rôle de l’eau, certes il est indispensable mais reste insuffisant pour permettre de maintenir le processus vital. » Ce n’est pourtant pas faute d’avoir tenté de repousser les limites de leurs patients. Mais Marc Cyrulnik et Anthony Bazire racontent s’être heurtés à un nombre impressionnant d’échecs : « On a tout tenté. De faire vivre des centaines de couples uniquement grâce à de l’amour et de l’eau fraîche mais nous avons hélas perdu la totalité de nos spécimens. On a pourtant essayé de changer certaines variables comme le cadre qu’on a voulu tour à tour urbain puis plus rural. Rien n’y fait. Où qu’il soient les couples ne survivent pas à un régime d’amour et d’eau fraîche. » Claire et Laurent ont respectivement 24 et 24 ans. Tous deux encore étudiants sur Paris avec un petit boulot à côté, ils ont pourtant décidé de vivre ensemble sous le même toit. Économiquement cela s’avère rude pour eux et leur consommation quotidienne d’eau fraîche et d’amour commence à les épuiser. Un constat qui fait directement écho à la recherche des deux biologistes Français et sur lequel Claire reste lucide : « Là ça devient dur. On commence à voir nos côtes et plusieurs symptômes graves de malnutrition commencent à apparaître. On rentre pour ainsi dire dans la zone sanitaire à risque mais on tient bon. Après on s’aime et on a de l’eau fraîche. C’est le plus important. Il faut juste qu’on serre un peu les dents en espérant que les choses s’améliorent vite. » La théorie des « 10 de retrouvées » dans le collimateur Cette découverte des chercheurs du CNRS démontre donc que l’expression « vivre d’amour et d’eau fraîche » ne peut être prise sérieusement qu’au sens figuré. Un coup dur pour tous les couples qui espéraient cela possible jusqu’à présent. Le CNRS a également précisé à la suite de la publication de ses résultats que d’autres chercheurs du Centre, des sociologues plus précisément, planchaient dès à présent sur une autre problématique. Les spécialistes en sciences humaines seraient déjà en train de mettre à l’épreuve la fameuse croyance sociale qui voudraient qu’«1 de perdue, 10 de retrouvées. » Une pensée fortement implantée dans les esprits mais qui semble très loin de refléter la réalité si l’on en croit les scientifiques qui essayent cependant de ne pas trop s’avancer : « C’est très difficile de conclure à quoi que ce soit au jour d’aujourd’hui. Mais de toute évidence le compte n’y est pas. On arrive parfois à 3-4 maximum. Mais jamais, au grand jamais, à 10. C’est une estimation qui nous semble davantage symbolique que réaliste. » selon Pierre Pissard, qui dirige cette nouvelle étude. Le Gorafi Illustration: Flickr /  vincen-t  

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication