Pétula Fox
Publié le 04/09/2014

Blouseman


Animations, illustrations, et aussi, explorations de lieux périphériques insolites, créations de carnets de voyages entre réalité et imaginaire.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur mon blog.

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 11 juillet 2012 à 07:58
Le 28 novembre 2011 à 09:03
Le 25 février 2011 à 15:24

« C'est depuis la chute de Ben Ali que tout le monde est tombé sur la ministre des Affaires étrangères. C'est un bouc émissaire »

Patrick Ollier, ministre des Relations avec le Parlement, Le Parisien, 25 février 2011

Pas très malin le compagnon officiel de Michèle Alliot-Marie. Certes l’intention était louable, de prendre le taureau par les cornes pour défendre la martyrisée. Mais en la masculinisant de la sorte il prenait le risque de faire ricaner sur leur couple. Injuste d’une certaine façon car si l’Académie autorise la féminisation des titres, la métaphore biblique résiste aux transferts de genre. Il n’allait quand même pas traiter madame de « chèvre », fut-elle émissaire, et quoique prétendent certains diplomates anonymes peu convaincus par les  performances de leur ministre. Tout le mal, si l’on peut dire, vient de la fête de l’Expiation dans la tradition juive, où l’on sacrifiait à Yaveh un agneau et non une brebis (le bouc faisait l’affaire) afin d’être délivré de ses pêchés. Mais même si on fait l’économie de toutes les interprétations analytiques et anthropologiques de cet acte symbolique, il reste que le bouc doit être impérativement innocent, avant d’être émissaire. Sinon, c’est la peine de mort. Rien à voir. Or, si l’on revient à nos moutons (décidément…) difficile de disculper la ministre des Affaires étrangères en titre (à l’heure où son Patrick parlait). Elle aurait un peu moins fait l’émissaire entre Paris et Tunis (et vice versa) du temps de Ben Ali, elle ne se serait pas retrouvée… le couteau sous la gorge.

Le 28 octobre 2015 à 09:23

La beauté du sport amateur

Au bout de trois tours, j'avais fini par comprendre qu'il s'agissait de prendre la balle et de la passer à son voisin. Elle était un peu plus petite qu'une balle de hand, mais très lourde. De loin, elle donnait une impression de souplesse, mais au toucher, elle était d'une matière s'approchant du formica. Elle passait de mains en mains, un peu comme un témoin dans une course de relais. Nous faisions des pas chassés autour de ce qui ressemblait à un but de football.Il n'y avait aucune urgence, aucune pression, aucun élan. Personne ne tentait de marquer, ça ne devait pas être l'objectif. L'ambiance était à la désinvolture. Les membres des équipes (il y en avait manifestement trois, puisque les uns portaient un t-shirt bleu, d'autres un t-shirt vert, et les derniers des protège-tibias jaune) affichaient un air de détachement, voire de dédain à l'égard du jeu. C'était tellement ostentatoire que je me mis à croire qu'ils obéissaient là à une des règles. Alors j'ai fait la moue – j'ai senti une forme de contentement de la part des Verts, dont je faisais partie. En tout, on comptait seize joueurs.Tout le monde parlait à mi-voix, je ne distinguais pas grand chose. Il n'était pas question du match que nous étions en train de jouer, c'est sûr. J'étais le seul sans moustache.Il y avait un arbitre, placé à une cinquantaine de mètres de nous sur le terrain vague (nous nous trouvions sur un long espace en extérieur, moitié boueux, moitié herbu). Il portait un mégaphone à sa bouche régulièrement. "200 !", cria-t-il. Puis : "145 !". Il se passa un long moment encore avant qu'il répète : "145, j'ai dit !". Selon ce que je constatais, les joueurs ne modifiaient pas leur comportement, ni le rythme ni rien.D'autres projectiles entrèrent soudain dans le jeu, sans que je comprennent d'où ils venaient. En lieu de balles, il fut plutôt question de billes en métal. Quelqu'un les projetait sur nous à toute force, alors qu'on continuait les pas chassés. Aucun mouvement d'esquive de la part des joueurs. Rapidement, ils se mirent à saigner, des ecchymoses, des plaies. Des arcades sourcilières éclatèrent, je me protégais comme je pouvais, tout en continuant de passer la balle à mon voisin.L'arbitre agita une clochette à l'autre bout du terrain. Aussitôt, les Bleus exultèrent, sauts en l'air, chant de victoire. Les Jaunes se congratulèrent chaleureusement. Les Verts n'étaient pas mécontents non plus. "On a fini troisièmes, pas mal", me glissa un coéquipier qui pansait son genou. Bon esprit, me dis-je. On se donna rendez-vous à l'année prochaine.

Le 29 septembre 2012 à 07:36

SEOUL JUKE BOX - DJ Kay Pop

#6 "Marketplace" Sophie Hunger - Kay Pop remix

Le jour se lève sur Séoul. Des millions d'humains dociles et résignés se laissent emporter dans les métros bondés qui transpirent d'odeurs de choux fermenté et de parfums bon marché. Autant de voitures avancent au pas sur les bretelles d'autoroutes à huit voies, clopes et radio allumées qui enfument les travailleurs avec la même chanson entêtante : Gangnam Style tourne en boucle comme un nouvel hymne à la joie des travailleurs. Dans le quartier de Gangnam justement, trois types sortent d'un norae bang, un karaoké bordel, où toute la nuit ils ont arrosé le contrat signé la veille. Deux coréens et un américain, titubant bras dessus bras dessous comme un rat pack en goguette. Ils s'engouffrent dans un taxi direction le Fish Market, l'un des plus grands de toute l'Asie. Les voilà dans cet immense hangar au milieu de tonnes de poissons et crustacés sortis de l'eau dans la nuit et qui s'ébattent désespérément dans leurs derniers soubresauts. Ca crie, ça marchande, ça mange et ça boit au milieu de nuages de vapeurs iodées et d'odeurs de putréfaction. Les trois descendent dans un sous sol et entrent dans un petit restaurant qui suinte d'humidité. L'américain fait encore son crâneur, il s'est plié à tous les rituels de la célébration. Toute la nuit il a bu cul sec comme un dur, il a bouffé sa boite de Viagra pour baiser toutes les filles du karaoké. Ce n'est pas tous les jours qu'on signe le contrat du siècle, qu'on blouse ces gros caves de coréens, ces juifs asiatiques, durs en affaire mais mous de la bite dés qu'ils ont un coup dans le nez. L'américain ricane, il leur a fait à l'envers, ils n'ont rien vu venir, ils ont signé sans rien piger à la combine. Dans quelques heures il pourra roupiller dans l'avion du retour. Les deux coréens lui resservent à boire et commandent à manger. Une femme sans âge vient verser des braises de charbon dans le barbecue au centre de la table qu'elle recouvre d'un dôme en métal qui se chauffe à blanc. Puis elle revient avec un grand récipient dans lequel un énorme poulpe encore vivant agite ses tentacules. C'est la dernière épreuve, l'heure de vérité pour être définitivement intronisé partenaire en business et ami dans la vie : manger la pieuvre et la manger vivante. Un des coréens sort un couteau et tranche un tentacule qu'il balance sur le métal brulant. Le bout de pieuvre se tord de souffrance, le coréen le tourne et le saisit du bout des ses baguettes pour le tremper dans une sauce rouge pimentée, puis il le tient en l'air devant le visage de l'américain. L'appendice de chair ensanglantée de piment se tortille encore plein de vie. Les coréens regardent le blanc dans les yeux, maintenant bien livide. Point de non retour, il ne peut pas refuser, il ne peut pas se dégonfler maintenant, un dernier effort, il ferme les yeux, retient sa respiration, ouvre la bouche et on lui glisse le membre survivant qu'il va falloir mâcher. Il mâche, c'est dur, ce putain de calamar est plus coriace qu'un pneu, vite il faut l'avaler et boire un bon coup derrière pour faire glisser. Mais lorsqu'il l'avale, le bout de poulpe dans un dernier réflexe nerveux active ses ventouses et s'agrippe dans le fond de gorge, s'enroule autour de la glotte et se colle aux muqueuses obstruant le larynx et tout passage d'air. L'américain rosit, rougit, puis vire au violet en agitant les bras en essayant de gueuler à l'aide. Au plus il manque d'air, au plus il comprend. Les deux coréens sourient et attendent sans bouger que la belle mort naturelle advienne. L'américain est tombé à la renverse étouffé, il sursaute encore, c'est lui le calamar maintenant. Les coréens lui ont soutiré le contrat de sa poche, ils s'en servent pour essuyer les taches de sauce sur leurs costumes froissés, puis le jette dans les braises du barbecue. La vieille sans âge referme les portes du restaurant le plus secret et mystérieux du Fish Market de Séoul qui n'ouvre que sur demande et que pour certains clients. (Another Barbarian in Asia - Henry Halfwarm)

Le 1 février 2015 à 08:44

Don Diego de la Vegan

- Grand-papa, dis, c'est vrai que tu mangeais des animaux ?- Ben... pas des animaux entiers, quand même ! Mais il m'arrivait de manger de la viande, oui.- Mais pourquoi ? - Il n'y avait pas encore de steaks de synthèse à l'époque et puis... je ne sais pas, tout le monde le faisait, on ne se posait pas la question, quoi.- Mais tu les chassais toi-même avec un arc et des flèches ?- Attends, tu me prends pour un barbare ? Je les achetais prédécoupés au supermarché !- Mais le supermarché, il les chassait avec un arc et des flèches ?- Ça, c'était au Moyen-Âge. Le supermarché, il avait des abattoirs et tout.- Et tu mangeais du chat ?- Tu me prends vraiment pour un sauvage, hein. Je mangeais du boeuf, comme tout le monde.- Du boeuf ?- C'est comme ça qu'on appelait les vaches quand on les mangeait.- Et ils sont devenus quoi, les animaux qu'on élevait pour les manger ?- Quand on a interdit la viande, le gouvernement les a relâchés, c'était très beau, une très belle fête, les vaches s'ébrouaient, les poules caquetaient, les moutons moutonnaient...- Ça a dû être si émouvant !- Bon, bien sûr, ensuite, il a fallu les abattre, parce que ça devenait dangereux. Et puis parce qu'on en a profité pour constuire des complexes immobiliers sur les anciens pâturages, aussi. Mais quand même, un très grand moment. Après, il y a eu le problème avec les renards qui pesaient dans les 200 kilos à force de se gaver des poules qu'on avait remises en liberté, mais tout de même. Ça a été un moment très émouvant. - Et dis, grand-papa ?- Oui ?- C'est vrai que tu mangeais des plantes ?

Le 19 juillet 2013 à 08:22

Cet été, j'ai fait un échange d'appartements...

« Cher monsieur Robertson, Si vous lisez ces lignes, c'est que la gardienne vous a remis les clés et que vous êtes installé dans notre appartement. Bienvenue à Paris ! Nous vous souhaitons un agréable séjour. Merci d'arroser les plantes vertes tous les deux jours. Le liseria scapulata du salon est particulièrement fragile. Si vous constatez qu'il perd ses feuilles, rajoutez dans l'eau d'arrosage une mesure et demi du produit phytosanitaire (emballage marron) qui se trouve en bas à droite dans le placard de la cuisine. Pour le chat, c'est une demie boîte le matin, une demie boîte le soir et une poignée de croquettes tous les trois jours. Veillez à ne pas dépasser ces quantités, c'est un animal qui a tendance à prendre du poids depuis qu'il a été opéré d'un fibrome. Le numéro du vétérinaire figure dans la liste affichée dans l'entrée. N'hésitez pas à consulter en cas de vomissements ou de diarrhée. Et pensez à vider régulièrement sa litière (celle du chat ! ?) c'est un animal très maniaque capable de vengeances inattendues. La porte de la chambre du fond est fermée à clé. Ne vous inquiétez pas si vous entendez des bruits, ce n'est pas un fantôme ( ? ), c'est ma belle-mère impotente qui habite cette pièce. Soyez tranquille, elle dispose de tout ce qui lui est nécessaire en terme de confort et d'hygiène : toilettes, eau courante, stock de conserves et de surgelés qu'elle peut réchauffer avec son micro-ondes. Elle ne vous dérangera pas, nous lui avons fait la leçon. Si toutefois, vous l'entendiez crier ou gémir, ignorez-là, elle est très comédienne. De toute manière elle ne comprend pas votre langue. »

Le 27 juillet 2011 à 09:12

« Nous ce qu'on a envie c'est que Sarkozy y soit giclé »

Philippe Poutou, candidat investi par le NPA à la présidentielle, Europe.fr, mardi 26 juillet 2011.

Foin des scrupules de classe ! Le préposé à la succession du facteur Besancenot est certes un ouvrier syndiqué de chez Ford dont il serait socialement incorrect de moquer la syntaxe, mais depuis que le président de la République en exercice martyrise une langue française ayant pourtant chez nous valeur constitutionnelle, il est permis de souligner que, d’emblée, la nouvelle figure du trotskysme présidentiel prend rang parmi les bonnets d’âne du débat politique national. Une catégorie transpartisane en pleine croissance. Le niveau monte assurent des sociologues de l’Education, mais pas uniformément. Le camarade Poutou a le pronom qui fait gicler la conjonction, et la voix passive qui couvre la voix active, en ce sens il tiendrait aisément la jambe à un  Nicolas Sarkozy dont les propos improvisés – ou les discours lus trop vite – sont truffés de phrases mal embouties. Un débat d’entre deux tours les réunissant à l’horizon 2012, aurait des côtés pittoresques. À coups de « c’est quoi que vous aurez fait à ma place ? » et de « c’est facile de causer ce qu’on sait pas », ou encore de « marre que c’est toujours les mêmes qui se la rincent », le débat public tutoierait des sommets. Bien sûr un Jean-Marie Le Pen usait d’un subjonctif impeccable à des fins détestables, ce qui suggèrerait que conjugaison n’est pas raison. Mais ce n’est pas une raison non plus pour pousser la grammaire dans les orties.

Le 29 octobre 2013 à 07:50

La Franc-Maçonnerie menacée de disparition par la concurrence grandissante de Viadeo 

Alors que Viadeo enregistre chaque jour l’inscription de nouveaux utilisateurs, de plus en plus de personnes hésitent à se tourner vers la Franc-maçonnerie pour se construire un réseau professionnel, au point de rendre l’avenir du Grand Orient de France assez incertain. Enquête. Le Grand Orient complètement à l’ouest ? Même si certains continuent de défendre l’influence de la Franc-maçonnerie, les frères seraient de moins en moins nombreux et subiraient de plein fouet la concurrence du géant Viadeo. Selon Jean-Michel Despote, sociologue, l’impopularité des hommes politiques n’est pas étrangère au désamour dont souffre actuellement la Loge. « N’oublions pas que Jérome C., un des plus célèbres « initiés », n’a pas contribué à donner des frères une excellente image. » Sous couvert d’anonymat, un ancien président de la république d’origine hongroise témoigne : « Au début, j’étais proche d’eux mais j’ai fui ce milieu, il y a trop de corruption, c’est vraiment magouille et compagnie ». Un G.O mal organisé ? Mais les difficultés actuelles de la Franc-maçonnerie vont bien au-delà de la simple crise de confiance du peuple. Elles trouveraient surtout leurs racines dans l’offre offerte par la concurrence. Pour Didier Planquert, de Limoges, il n’y a pas photo entre les deux. On peut s’inscrire sur Viadeo en un simple clic tandis que devenir frère maçonnique s’apparente parfois à un long chemin de croix : « Il faut aller à toutes les soirées, mais pas pour faire la fête ou boire de la bière, non, pour traiter de questions pseudo-philosophiques pendant des heures. En plus, on n’apprend rien, c’est faussement intellectuel, on dirait l’université d’été d’un parti politique mais toute l’année. » L’autre avantage de Viadeo résiderait dans la discrétion qu’il assure à tous les utilisateurs : « Le problème de la Franc-maçonnerie, c’est que tout le monde vous connaît. Parfois, vous êtes même obligé de sympathiser avec des gens que vous détestez » expliquent en choeur un ancien maire d’Evry et le président d’un parti d’extrême gauche. « Ce qui est bien, avec Viadeo, c’est que tout est beaucoup plus discret. Moi, ça fait un an que je suis inscrit chez eux et jamais personne ne m’a importuné » confirme Francis, boulanger en Seine-et-Marne. Quel avenir pour la Franc-Maçonnerie ? Un constat qui inquiète le Grand Orient qui ne compte plus ses fidèles ayant démissionné depuis l’ouverture du site. Et la situation pourrait bien empirer si l’on en croit le sociologue Jean-Michel Despote, qui envisage la disparition pure et simple de la loge d’ici 5 ans s’il n’y a pas de véritable changement de stratégie : « Avec Viadeo mais également Linkedin ou Xing, la concurrence, en termes de réseaux, est beaucoup trop forte pour la Franc-maçonnerie. Il va falloir absolument qu’elle diversifie ses offres ou qu’elle aille chercher davantage le client, soit en faisant du porte-à-porte, comme les Témoins de Jéhovah, soit en offrant, pour toute nouvelle adhésion, un cadeau à même d’aider le client à élargir son réseau, comme une carte pour cabine téléphonique ou encore un minitel. » Le Gorafi Illustration:  WFariaJr /iStock/capture d’écran viadeo  

Le 23 juin 2010 à 07:24

"Il ne faut jamais perdre le désespoir", Cuauhtémoc Blanco

Le match France-Mexique vu de Mexico

Ça fut la dernière phrase de Cuauhtémoc Blanco après avoir obtenu la qualification du Mexique à la coupe du monde. Huit mois plus tard, le Mexique gagne 2-0 contre la France, quatre jours plus tard on perd contre l'Uruguay, désillusion, l’espoir s’évanouit, seul nous reste « le désespoir ».  Chaque jour les choses  sont plus compliquées au Mexique : l’économie, la violence, la délinquance, tout !  Je récuse complètement ceux qui disent que le football est seulement un sport. C'est peut-être vrai pour eux, mais au Mexique c’est un phénomène social. Après la victoire contre la France, tout le pays était en fête. Imaginez une ville comme Mexico où vivent plus de vingt-deux millions de personnes, et maintenant imaginez ces vingt-deux millions dans la rue, fêtant le Mexique avec cet appétit de victoire, je dirais pas seulement une victoire sportive, mais une victoire dans la vie. La sélection mexicaine a rassemblé les rêves d’un peuple divisé, d’un peuple qui vit en état d’apathie, de famine, de pauvreté avec l’illusion de voir un jour les choses s'améliorer, et la vie leur réussir. Le football est bien plus qu'une passion, bien plus qu'un business, c’est d'avoir vu soudain un homme riche serrer dans ses bras un homme pauvre, c’est d'oublier  un instant la réalité et la souffrance. Je me souviens d’un ami qui m'a raconté la Coupe du monde en France. Quand Zidane a levé le trophée tout a paru changer. Les rues de Paris étaient bondées, les Français se sentait fiers de cette victoire, surtout face au Brésil. Je voudrais que les Mexicains vivent ce bonheur, cette sortie de la réalité – au moins un jour – un instant où tous les problèmes s’éloignent, un instant où nous nous sentons fiers d’être Mexicains. Mais la réalité aujourd’hui s'appelle Uruguay, notre réalité footbalistique (voilà un mot franco-mexicaine). La vie est comme ça, les échecs nous font regarder nos erreurs et aller de l'avant. C'est seulement en regardant notre réalité en face qu'on pourra la changer, seulement en acceptant nos faiblesses qu'on sera plus forts. Il ne faut pas rêver, il ne faut pas avoir de vains espoirs, il faut se préparer à tout. Le Mexique va peut-être perdre contre l’Argentine, mais même pour perdre il faut une préparation. Je suis probablement pessimiste, mais non, tout ce que je veux (j’allais dire « j’espère » ), c'est simplement voir un bon match entre le Mexique et l’Argentine. C’est tout.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication