Raphaël Chabloz
Publié le 06/09/2014

L'école est finie


- Et quelle est votre formation ?

- Mon, monsieur, je viens de l'école de la vie !

- Incroyable ! Moi aussi ! Quelle année ?

- Mais toutes les années, monsieur, toutes, l'école de la vie, on n'y entre pas, on n'en sort pas.

- Ah, je vois, vous avez redoublé ? Vous aviez aussi Madame Legras pour le français ? Quelle peau de vache celle-là !

- Mais monsieur, je crois que je ne me suis pas bien fait comprendre, ce que je cherche à vous dire, c'est que je suis un self made man !

- C'est un genre de club d'étudiants ?

- Mais non, je me suis fait tout seul.

- Ah, vraiment ? Moi ce sont mes parents. Une sombre histoire de petites graines, et neuf mois plus tard j'étais là. Depuis, j'ai grandi, car je mange beaucoup de protéines. Enfin, on n'est pas là pour parler de moi. Je dois dire que vous êtes très réussi, pour quelqu'un qui s'est fait tout seul. Surtout les bras.

- Bon, bon, merci. J'étais venu pour un emploi, sinon.

- N'empêche. Quand je pense que madame Legras disait que je n'arriverais jamais à rien, dans la vie. Si elle savait que j'ai mon propre bureau ! Avec mon nom dessus !

- Oui, mais, pour mon emploi ?

- Bon, ils ont fait une faute à mon nom, mais tout de même.

- Parce que bon, là, j'ai beau venir de la rue, j'ai pas envie de me retrouver à la rue, vous comprenez ?

- Quelle rue ?

- Chemin des Mésanges 32

- Je comprends. Bon, donc vous veniez pour un emploi, c'est ça ?

- Oui.

- Quelle branche ?

- Oh, moi, je suis libre comme le vent qui saute de branche en branche.

- Ah ben tiens, puisque vous venez de la grande école de la vie, ils cherchent justement un enseignant.

- Ca alors.

- Bagarre, algèbre et s'asseoir sur un banc et regarder les gens tant qu'y en a.

- Ca tombe bien, ce sont justement mes branches de prédilection.

- Moi c'était gravure sur plaques de porte. Comme quoi, parfois... C'est moi qui ai fait la plaque, sur la porte !

- Celle avec une faute ?

- Ca peut arriver à tout le monde, Monsieur.

- Oui.

Bien que n'ayant jamais pratiqué le water-polo, je suis blogueur, journaliste, suisse, traducteur et parfois même auteur, mais pas trop. J'aimerais vous parler de mon enfance et de ma passion pour les dés de courgette. Hélas, les icônes scintillantes figurant sur ce site me terrifient et, pour le dire franchement car c'est important la franchise, me tétanisent.

http://www.bonpourtonpoil.ch/ 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 24 septembre 2012 à 09:11
Le 5 septembre 2014 à 09:50
Le 7 octobre 2014 à 09:21

Et j'ai crié Alien pour qu'il revienne

- Alors, comme ça, vous avez été le premier humain à rencontrer les extraterrestres ?- Oui. Mon selfie avec Xrügror a fait son petit effet sur Instagram.- Pourriez-vous raconter à nos lecteurs comment s'est déroulée cette rencontre ?- Je cherchais un raccourci que jamais je ne devais trouver, faut vraiment que je mette à jour mon GPS, quand je suis tombé nez à spatule hélicoïdale avec Xrürgor, qui était lui aussi perdu, en train de demander son chemin à un hortensia.- Ça alors.- Oui, il s'avère que sur leur planète, il existe une espèce très intelligente qui ressemble à nos hortensias, mais en bleu, enfin, j'ai pas tout compris ce qu'il disait.- Mais il parlait français ?- Ils ont neuf millions de langues différentes sur leur planète, dont trois patois hortensias, alors forcément, ils apprennent vite.- Bon, bon, incroyable, mais dites-moi, que s'est-il passé ensuite ? A-t-il braqué sur vous une arme étrange et vous a-t-il demandé de vous conduire à votre chef ?- Non. Non, non, il m'a demandé si je pouvais un peu lui apprendre comment on vit ici.- Fort bien.- Alors pour déconner, je lui ai appris que "je suis vraiment un sale connard", ça voulait dire bonjour, LOL.- Ce n'est pas très gentil.- Bah, c'est pour déconner. Ensuite, je lui ai fait écouter l'intégrale de Lara Fabian, en lui expliquant que c'était une figure politique importante chez nous. - Pauvre Xrürgor.- Javoue tkt. Puis je lui ai présenté Hans, mon vieux labrador malade, et lui ai expliqué que c'était le ministre mondial des ressources.- Ça ne veut rien dire, ministre mondial des ressources. - Ouais non je sais, je suis nul en improvisation, surtout quand on m'agite un pédipalpe bleuté sous le nez.- Oh, je le savais, ils sont violents, ils vont tous nous manger !- Mais non, c'était un geste amical. Je crois. Ou un rictus nerveux, peut-être.- Bon et alors ?- Alors Hans il arrête pas de péter, ptdr.- Et ?- Ben non, rien, c'est drôle, non ? Ils vont essayer de décoder ce que ça veut dire et tout.- Ah. Bon. Vous n'avez pas peur que tout cela n'entraîne une réaction hostile de leur part ?- Non non. Xrürgor avait l'air content quand il est reparti. - Il est parti ?- Oui, il avait un rendez-vous urgent qu'il avait oublié.- Il reviendra ?- Il a dit qu'il devrait être là d'ici un petit million d'années, parce qu'il doit encore aller chercher les gosses à leur cours de zlöwwjPendant ce temps-là, dans une autre galaxie.- Alors, ton petit projet d'asservissement de la race humaine, ça en est où ?- Laisse tomber, je vais plutôt me remettre au trampoline, ça ne marchera jamais, je crois bien qu'ils sont complètement cons.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication