Pénélope Bagieu
Publié le 29/09/2014

Too cool for school


Pénélope Bagieu est née à Paris en 1982 de parents corses et basques. Elle est auteur de BD (Joséphine, Cadavre exquis, La Page Blanche) et illustratrice pour la presse (Telerama, ELLE, Libération). Le reste du temps, elle joue de la batterie  dans un groupe de rock et regarde beaucoup de documentaires animaliers. 

Plus de...

Pénélope Bagieu

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 12 octobre 2014 à 09:41

SOS Kivik

"Depuis quand les coussins nous espionnent-ils ?" se demanda Paul Portier. Il avait été alerté par un message codé envoyé à tous les acheteurs, que les coussins vendus avec le canapé IVAR n'étaient pas ordinaires, mais probablement des messagers transmettant des informations ultra-privées (conversations, programmes TV, historique du smartphone) à des commanditaires dont on ignorait les objectifs. "On est plus tranquille chez soi" avait réagi Irène, la femme de Paul, tandis que Lina, leur ado accro aux widgets, pianotait sur son Galaxy S4, assise sur la lunette refermée des toilettes. Quelques jours après cette mise en garde, Paul était couché avec Irène. Des jeux érotiques se profilant sous les draps, il se demanda soudain si les oreillers n'étaient pas en train d'espionner leur vie sexuelle, leurs mouvements de tête durant le sommeil, la mécanique de leurs rêves. Si tout cela n'allait pas quelque part au loin, dans une autre galaxie, où des créatures accumulaient ces informations en vue d'une prochaine invasion, voire d'un possible remplacement du genre humain. Cette pensée interrompit leur moment d'intimité, qu'ils poursuivirent dans la salle de bains. C'est là qu'ils décidèrent de combattre les envahisseurs : si les extra-terrestres étaient des coussins, alors ils allaient apprendre de quel bois on se chauffe chez les Portier. Dès le lendemain, les coussins subirent un tabassage continuel, des lavages en machine répétés, froids, brûlants, javellisés à outrance, des teintures contradictoires. Lina prit l'habitude de se masturber avec un coussin qu'elle insultait et accablait de son mépris, tandis que l'orgasme montait. Paul et Irène se lançaient dans des disputes infernales où les coussins volaient, brisant lampes, vases et sous verres. En quelques jours, non seulement les coussins furent ruinés, mais aussi tout leur intérieur. C'est alors que Paul reçut un SMS rectificatif lui annonçant que les coussins incriminés n'étaient pas ceux du modèle IVAR, mais ceux de la nouvelle collection en cuir KIVIK.(Coussins et photo Marie Beauchesne)

Le 3 septembre 2015 à 11:40
Le 12 janvier 2015 à 15:19
Le 2 juin 2012 à 07:51

Chronique rurale

Dixième jour : le « plan », un concept flou.

> premier épisode   Je dois maintenant vous avouer qu'en fait de plan, et de phase décisive, je n'en ai pas. Si vous voulez, le « plan », c'est une sorte de concept flou, une sorte de programme du Parti Socialiste, mais en pire. Avoir un plan, c'est comme avoir faim, ça tient éveillé. Quand j'étais petit, j'avais toujours un plan secret à refourguer quelque part, une idée vague de truc à faire, de mur à escalader, ou d'endroit à explorer pour épater les copains. Le « plan », c'est une sorte d'Absolu abstrait, en fait. Je m'en aperçois seulement maintenant, parce que jusqu'à hier, je pensais vraiment que j'en avais un. Mais qu'est-ce que je cherche, en vrai ? Je cherche à comprendre, et surtout je cherche une issue, une possibilité de construction et de mutation. Nous sommes dans un monde en mutation, sur un territoire en mutation, et je suis moi-même une espèce de mutant. Tous les repères sont tombés, comment voulez-vous que je me positionne ? Il faut bien que je mute, que je trouve autre chose ! Nos parents, en 1968, ils n'avaient qu'à choisir entre l'Eglise ou Jean-Paul Sartre, entre De Gaule ou Mao. Les filles, elles avaient les mains douces et voulaient qu'on les considère, les garçons s'en fichaient pas mal ou alors s'efforçaient de jouer leur rôle de garçon qui considère la fille. Bref, tout était simple. On pouvait travailler pour gagner du fric et acheter des bagnoles, ou alors rien foutre en vendant du fromage non- pasteurisé dans une communauté lozérienne pratiquant le communisme sexuel et économique. Moi, en 2017, je bosse 65 heures par semaine et j'ai dû payer ma caisse avec un crédit revolving qui va bientôt me révolver en pleine face comme la crise des subprimes. Je gagne 1300 euro par mois et le président de la République 21000 ! Ca fait réfléchir? Ici, dans le monde néo-rural, nous sommes au milieu d'un paysage en pleine mutation. Ca se voit au premier coup d'oeil. Alors oui, les églises sont vides, les villages sont déserts, il n'y a plus personne, les agriculteurs sont ruinés, les vaches sont radioactives, il n'y a plus d'industries, il n'y a plus rien. Mais ce n'est pas une raison pour désespérer : nous sommes au début de quelque chose, j'en suis sûr, ça ne fait pas l'ombre d'un doute. Voilà 72 heures que je suis dans la Zone et Nadine ne m'a toujours pas téléphoné. Ma mère est enfin morte. Mon père, je n'en ai pas encore parlé. Le Curé est sans doute poursuivi par la Justice pour pédophilie à l'Abbaye Blanche, ou quelque chose dans ce goût-là. Soudain, dans le milieu de mes introspections compulsives, je visualise une abstraction dans le fond de l'horizon : comme un tableau de Delacroix, comme un Saint Sébastien de la peinture flamande, Nadine, MA Nadine, celle de la caisse N°4, est elle là, elle est en face de moi. Absolument nue, cloutée sur une gigantesque croix de bronze qui signale le carrefour à la sortie de Gouville- Sur- Mer. C'est tout simplement hallucinant. Le ciel est embrasé de rouge et de jaune, comme si le peintre avait un peu trop appuyé sur son tube de gouache. Elle est superbe, elle est belle comme le Mont St Michel dans le lointain, et je me sens moi aussi pleinement femme en la regardant, je me sens maintenant et soudainement épanouie, déployée, sous le soleil froid de novembre. Nadine, je t'aime, je marche la gorge en avant, je laisse à terre ma veste de velours trempée, je chante, je suis heureux, je suis heureuse ! Merci Nadine ! Attends-moi, j'arrive, je suis Elisabeth, ta cousine, je suis comme une Visitation ténébreuse !    

Le 1 octobre 2011 à 07:22

Noam Chomsky soutient "Occupy Wallstreet"

Sit-in devant la Bourse 15

J'allais prendre un avion pour New York car je voulais me joindre au sit-in qui a commencé depuis deux semaines devant la bourse. Mais quand j'ai vu le prix du billet, je me suis dit que la meilleure façon de le faire, c'était d'aller m'asseoir devant la Bourse de Paris. Comme dit la vieille dame dans cette vidéo qui retrace les événement de la journée du 28 septembre, nous sommes à présent tous connectés. Connectés au même problème.Si vous voulez suivre en direct ce qui se passe dans le quartier de Wall Street, voici un lien qui vous donne les nouvelles jour après jour : occupywallst.orgC'est là que j'ai vu que Michael Moore est venu apporter son soutien. C'est là que j'ai lu ce message de Noam Chomsky adressé aux manifestants rassemblés devant la bourse : "Quiconque a les yeux ouverts sait que le gangstérisme de Wall Street – les institutions financiaires en général – a causé de sévères dommages au peuple des Etats Unis (et du monde). Et devrait aussi savoir que cela a été perpétré avec une force croissante depuis plus de 30 ans, au fur et à mesure que leur pouvoir croissant sur l'économie se radicalisait, ainsi que sur la politique. Cela a mis en branle un cercle vicieux qui a concentré une richesse immense – et avec elle la puissance politique – sur un infime secteur de la population, une fraction de 1%. Alors que le reste aborde inexorablement ce qu'on appelle parfois le "précariat" – l'aspiration à survivre malgré une vie précaire. Ils mènent ces activités repoussantes avec une impunité à peu près complète – car ils ne sont pas seulement "too big to fail" (trop gros pour échouer), mais aussi "too big to jail" (trop gros pour aller au clou). Puissent les manifestations courageuses et dignes qui ont lieu à Wall Street mettre cette calamité en pleine lumière, et nous conduire à redoubler d'efforts pour la vaincre et diriger la société vers une direction plus saine." Noam Chomsky > épisode suivant> premier épisode

Le 27 septembre 2012 à 07:08

Inscrivons la réalité au livre des records

Entre le plus long baiser de cinéma et la plus grosse bulle de savon, le livre des records nous dresse le portrait de l'homme le plus lourd du monde... l'intéressé pèse près de 600kg. On rit, on moque, on plaisante et on dédaigne. De la même manière que le plus petit des hommes est opposé au plus grand, pourquoi le plus maigre n'est-il pas présenté au côté du pachiderme humanoïde de 600 kg confiné aux quelques mètres carré de son lit sur mesure, le sourire aux lèvres ? Moi, je verrai bien quelques photos de ces enfants squelettiques aux yeux jaunes, les paupières luttant contre le va et vient de la mouche parasitaire, les pieds fixés dans ce sable chaud, le visage poussierreux... fantôme immobile dans un paysage désertique. Imaginez le record, quelques 30kg pour 1m45 ! On peut même imaginer le record de la plus grande communauté d'affamés au km², de famine en une année, de pauvreté sur un continent entier... Les auteurs du livre des records pourraient s'amuser à établir des données aussi précises que celles pour le meilleur mangeur de hot-dog. Mais l'idée ne plaît pas. Pas assez spectaculaire comme record. La banalité du phénomène est trop grande, nous sommes trop habitués à cette misère pour être surpris. Mais que voulez-vous, si les choses sont ainsi, c'est bien qu'il y a une logique ! De toute façon, chez nous aussi, il y a des pauvres. Moi-même, étudiant, je fais des sacrifices: je mange des pâtes au beurre. Rions de toutes ces surprenantes images. A l'instant, je lis que la plus longue barbe fut taillée une fois le record établi... n'est-ce pas le symbole d'une sagesse disparue ? Inscrivons la réalité au livre des records. Ensuite, nous pourrons mesurer le phénomène et prendre conscience de sa gravité.

Le 26 mai 2015 à 08:32

Montauban : Son téléphone glisse derrière son lit

Montauban – Un habitant de Montauban a vécu une mésaventure peu commune, qui aurait pu mal finir. Alors qu’il faisait son lit, son téléphone a glissé dans un espace très réduit entre le matelas et le mur. Reportage. Quelques minutes d’angoisse. Une frayeur que cet habitant de Montauban n’est pas près d’oublier. Alors qu’il faisait son lit comme chaque matin, son téléphone a glissé entre le mur et le matelas. « C’est arrivé très vite. Et quand j’ai compris ce qui ce passait, c’était trop tard » a-t-il raconté lors d’un rapide point presse. Et d’expliquer comme le téléphone portable – de marque Apple – a glissé derrière le lit. « Je ne pouvais pas l’atteindre, l’espace est trop réduit. J’ai du me résoudre à déplacer le lit ». Une opération qui va prendre seulement quelques secondes. « Je n’ai pas eu besoin d’assistance. De plus, je vis seul. Et je ne vois pas pourquoi je serais allé demander à un voisin. On peut très bien s’en sortir seul, il faut juste un peu de système D ». Le jeune homme a donc pu rapidement récupérer son téléphone. Selon les premières constatations, il n’aurait pas non plus raté d’appel. « C’est toujours très angoissant, votre téléphone glisse, il est inaccessible et qui sait, vous ratez un appel important ». Le jeune homme précise qu’à aucun moment il ne s’est inquiété ou n’a semblé perdre le contrôle de la situation. « Je savais exactement où se trouvait mon téléphone, il n’était pas perdu ». Et pour lui, ce qui s’est passé est clairement un non évènement. « Des gens ont accompli bien plus de choses que moi, mais je suis heureux d’avoir récupéré mon téléphone » a-t-il conclu à l’issue de la conférence de presse. Le Gorafi Illustration: Juanmonino

Le 30 octobre 2011 à 08:51

Méditations métaphysiques

Lancer sa chronique sur un site qui s’appelle Vents contraires et qui pose d’emblée la question « dans quel état sommes-nous ? » est tentant. Par contre mon prof de philo m’a toujours appris à analyser les termes d’un intitulé d’abord. Je ne tiens pas à prendre le risque de raconter n’importe quoi en public (ma mère peut lire l’article). J’ai donc décidé de le faire à la manière de Descartes, par moi-même, ne suivant que ma raison. Je trouve que ça donne une dimension supérieure à mon article (très manquante dans ceux que j’ai pu lire). Commençons. Un vent est pour moi un souffle, chaud généralement (ou tiède, c’est selon), dirigé vers l’extérieur, occasionné par le sujet dans l’intention (souvent clandestine) de soulager son intérieur. D’après mon expérience, il soulage, il est bénéfique. Dire qu’il est contraire, signifie que ce souffle ne se dirige plus vers l’extérieur comme sus cité, mais vers l’intérieur. Il remplit au lieu de vider. J’imagine que ce vent-là est nocif, il agresse. Il doit même parfois ballonner. Alors plusieurs dans ce genre, c’est l’implosion ! Vous posez ensuite la question « dans quel état sommes-nous ? ». Pas la peine ici d’analyser les termes de l’intitulé, le dernier des cons comprend ce que ça veut dire. Mais vous cherchez un état. J’en viens alors à ma conclusion. Vous essayez de nous dire que vous cherchez des chroniqueurs dans un état d’implosion. Celle qui arrive quand on nous en fout plein le cul. Tous ces vents contraires qu’on nous assène à n’en plus finir, la connerie, la barbarie, la couardise, le non-respect (et j’en passe…), vous nous offrez la possibilité de les lâcher chez vous, et avec humour en plus. C’est bien ça ? Eh bien laissez-moi vous dire que c’est avec plaisir ! Ça va péter ! (Merci Descartes et bonjour maman).

Le 28 avril 2014 à 09:12

Le Professeur Pascal répond à vos questions

La France doit-elle envahir Monaco ?

OUI. La France doit envahir Monaco, et pas seulement avec des voitures de sport. La France doit montrer à Vladimir P. que, elle aussi, elle est capable de bomber le torse et les murs du palais princier. D'ores et déjà, il convient de dénoncer la clique fasciste qui continue de parler le monégasque, alors qu'il ne s'agit même pas d'une langue, tout juste un sabir connu seulement des croupiers de casino. Ça suffit ! Boutons le monégasque hors de Monaco ! A l'exemple de Vladimir P., organisons des groupes d'autodéfense qui prendront d'assaut le palais princier et les casinos. Les Français en ont assez des jeux de grattage : ils veulent jouer à la roulette comme à Moscou ! Profitons-en aussi pour arraisonner les yachts qui mouillent dans le port du Rocher, sinon la clique fasciste risque d'y trouver refuge pour bombarder nos vaillants soldats déguisés en pilotes de course. Annulons le Grand-Prix de Monaco. Remplaçons-le par les 24 heures du Mans. De cette façon, le Mans s'étant déporté dans la Principauté, nous créerons une nouvelle spécialité locale : les rillettes de Monaco. Bon, j'en vois déjà qui doute de la validité d'un tel projet. Il en est même qui crient à l'Anschluss. Il est grand temps de faire taire ces onusiens défaitistes à la solde de l'Oncle Sam ! Libérons Monaco ! Redonnons aux Français ce qui leur appartient, les Porsche du prince Albert et les portes à tambour des grands hôtels !

Le 26 décembre 2015 à 09:15
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication