Myrtille Taff
Publié le 14/11/2014

Ben quoi t'as perdu ta langue ?


Ce que t'es timide !! Tu m'inquiètes... Faut que tu reprennes le dessus ! Tu es terrifiée par le monde qui t’entoure, si tu pouvais disparaître sous terre tu le ferais ! Tu es dans un effroi de toi-même et des autres !  tu as l'air toute déconcertée devant l'imprévue. Tu dis jamais rien, ja-mais. C'est le grand le mystère de Gobi ! Moi je me livre, je raconte mes histoires de Pierre, Paul, Jacques ! Tu parles jamais de toi, de tes mecs ! J'en parlais avec Brigitte justement, on comprend pas. C'est naturel, c'est la vie ! T'as déjà eu un mec d'abord, hein ? …..????!!!!! Parce que t'en donnes pas l'impression ! Tu cherches pas à séduire. T'es pas naturelle, tu te lâches jamais ! Oui, remarque c'est vrai que je t'ai vue une fois à la fête du personnel, t'étais complètement bourrée, je t'ai à peine reconnue, t'étais une misère. Toi d'habitude si douce. Tu vis dans un monde imaginaire, un croisement d'Amélie Poulain et de La Science des rêves. On dirait que tu t'es trompée d'époque ! Un anachronisme vivant ! En plus,  tu parles pas tu susurres, faut te faire répéter tout le temps, tellement ta voix est basse. Fais gaffe parce que je connais une nana qui a failli perdre sa voix. Elle a dû faire 50 séances de kinésithérapie pour se rééduquer les muscles des cordes vocales.  Je sais pas, exprime toi quoi ! On t'imagine pas dire des gros mots ou alors ça sonne faux !! Bon vaut mieux que tu dises rien, en fait. Tu te mets en colère des fois ? Tu dois pas traumatiser grand monde. T'as quoi dans les veines ? Ce que tu es renfermée ! C'est dingue comme tu as l'air de souffrir, t'as l'air tellement triste ! Ça fait froid dans le dos, toute cette douleur. Tu te tortures tout le temps,  tu te compliques les choses, tu te poses trop de questions, tu prends aucun risque. je te vois tout le temps seule aux soirées, tu viens jamais accompagnée… J'ai de la peine pour toi ! Fais quelque chose ! T'as décidé de faire quoi pour changer ? Et puis arrange toi un peu quoi, tu fais peur. Va voir un psy, ça te fera gagner quinze ans ! Franchement, pour moi, le comble du bonheur ce serait que tu sois heureuse ! Ben quoi t'as perdu ta langue ????
Je vis dans une rue bucolique avec deux gars dont l'un est beaucoup plus poilu que l'autre. J'ai un voisin du dessus qui a un rire idiot. Je trouve que la vie est une joie et une souffrance, comme le disait Truffaut à propos de l'amour. Je déteste les endives au jambon et je trouve que "C'est trop de souffrance pour aujourd'hui" comme l'affirme un personnages du film "Dans la cour" de Pierre Salvadori. J'aime l'art et les envolées lyriques qui nous sauvent de l'abrutissement du dur labeur. J'aime les films emballants voire épatants de Xavier Dolan, ce jeunot et les livres de Jonathan Coe. J'ai un blog artisanal et multifonction : Les Bavardages de Myrtille Taff : http://bazardemyrtille.canalblog.com. 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 28 janvier 2011 à 17:58

« Je ne lèche pas »

Nicolas Dupont-Aignan, Matinale du Mouv'-Rue 89, mercredi 26 janvier 2011

C’est réconfortant d’entendre un homme qui a fait don de son corps au Peuple (souverain), fixer de lui même les limites d’un tel acte. Il y a donc parfois de la retenue en politique. Il faudra réviser certains préjugés qui la situent plus bas que le commerce tarifé des charmes. Encore que sur marché-là, on observe aussi des pudeurs respectables : il y en a qui n’embrassent pas, d’autres n’ inflationnent pas… Passons. Pour être réglo, elle est un peu tronquée la citation du président de « Debout la République. » En fait il répondait, par micro interposé, à Jean-Pierre Elkabbach, d’Europe 1, qui avait ironisé sur les candidatures présidentielles de Nicolas Dupont-Aignan et de Jean Arthuis (très virtuelle celle-là), en les traitant de « n’importe qui. » NDA (pour faire court) n’a pas du tout apprécié cette condescendance. Et il a traduit d’une formule ramassée, ce qui le distinguerait de l’intervieweur séculaire toujours « du côté du manche ». Tout se tient. Mais puisque NDA nous a entrainé sur ce terrain glissant,il faut quand même  rappeler que tout en étant en opposition sur presque tout avec Nicolas Sarkozy, il avait appelé à voter pour lui au 2ème tour de 2007. Et n’avait pas eu de candidat UMP contre lui aux législatives suivantes. Depuis, il l’a regretté et fait bande à part, entre la droite, la gauche, le centre, Villepin et tous les autres. Non seulement il ne « lèche » pas, mais il ne couche pas. Histoire de se refaire une virginité ?

Le 27 février 2014 à 09:46

Un terrible drame évité de justesse

Dans cette petite ville que je préfère ne pas nommer mais que tout le monde aura évidemment reconnue, et plus précisément dans ce quartier coquet qu'il n'est pas utile de désigner plus clairement pour éviter de stigmatiser la population habituellement paisible qui le compose, règne depuis la soirée de mercredi une terreur rétrospective bien compréhensible provoquée par l'horreur du drame qui a failli s'y dérouler. Comme chacun sait, au 27 bis de la rue principale, demeure une honorable famille qui a su conquérir l'estime et l'admiration du voisinage grâce à sa gentillesse et son sens du devoir. Rude travailleur, le père de famille ne compte pas la sueur qui tombe à grosses gouttes de son front de prolétaire ; avec son épouse dévouée et ses enfants sages, ils vivent en parfaite harmonie sans que nul nuage ne trouble le ciel serein de l'horizon familial. Or, au sein de ce doux cocon, un terrible drame a été évité de justesse (ce qui consacre au passage la pertinence du titre de ce billet). Imaginons un seul instant, en effet, que l'idée d'un meurtre collectif ait germé dans le cerveau de ce paisible père de famille ; qu'il ait découpé ses enfants avant des les congeler -car après c'est plus compliqué- puis qu'il ait coursé son épouse à la hache d'abordage et qu'il se soit ensuite immolé par le feu en direct devant les caméras de BFMTV. Or, il n'en est rien, et nulle pensée aussi morbide n'a effleuré le brave citoyen ; et je profite d'ailleurs de cette occasion pour le remercier de cette louable abstention. La ville respire et le soulagement de ses citoyens est palpable ; mais chacun ici sait que l'horreur a failli frapper à la porte.

Le 18 juillet 2013 à 09:15
Le 23 octobre 2012 à 08:37

Mona Mailing n°6

Manquait plus que ça ! Parce que l'Oréal vous le serine bien, parce qu'on vous intoxique avec le jeunisme, vous prétendez me rafraîchir, moi, pas même trentenaire ? Pire, vous me dégottez une Jocondettina de derrière les fagots, toute lisse, limite botoxée ! Tellement lisse, la pauvre, qu'on passerait devant sans la voir dis-donc ! Regardez-les se gargariser, les experts patentés serrés du c... ou dans leurs cravates, et les autres là, les charogn'arts et grimpeurs de cotes qui, devant un tableau, n'ont d'autres rêves que le bruit du coup de marteau à dix milliards ! Maquereaux, pappone, va ! Je n'ai pas de prix et pas d'âge non plus, que ça vous rentre dans le crâne. Et la petite, là, la ragazza, mon clone, celle que vous avez programmée pour me remplacer au box-office muséal, elle a peut-être le sfumato plus clair et le sourire plus naïf, mais ne voyez-vous pas qu'il lui manque un petit quelque chose ? Approchez... Regardez bien... Lisse, tellement lisse... disparus ce petit pli au coin de l'oeil, l'empreinte chaude des mots et des baisers sur les lèvres, au front le poli des caresses et, à la naissance des seins, cette petite fatigue qui brouille les pistes et voile le teint, cette annonce discrète du déclin. Cherchez l'erreur... Eh oui... on ne sourit pas comme moi si l'on n'a pas vécu ! Ça va pour cette fois, mais ne vous avisez plus de me flanquer de prétendue Giovanna Gioconda dans les basques. Rangez celle-là dans les limbes d'où vous l'avez sortie et allez rendre une petite visite à Mademoiselle Leroux de Jean-Jacques Henner, celle-ci ne sourit pas mais son regard dit tout. Et laissez croire aux Japonais qu'elle est de Monet. Ils achèteront des cartes postales ! Puisque vous aimez les leurres, je vous conseille celui-ci.     Votre éternelle Joconde

Le 18 avril 2012 à 08:49
Le 9 avril 2015 à 08:33

IRL

(Imprimeries Réunies de Lausanne)

- Moi, ça ne me dit rien, tous ces réseaux sociaux. Je préfère la vraie vie.- Mais les réseaux sociaux, c'est comme de la vraie vie, mais avec un écran devant.- Justement. Un écran. Ne dit-on pas "faire écran" ? C'est bien la preuve. Tout ça ne vaudra jamais une rencontre autour d'un café à la menthe dans un établissement traditionnel.- Mais oui mais regarde, sur Facebook, je peux très bien créer un évènement, "café traditionnel" à 16 heures, et j'invite tous mes amis à y participer et regarde, il y en a déjà trois qui ont dit "Peut-être" ! - Mais c'est facile, tout ça. Facile de se dire ami. Facile de dire "peut-être". Mais ce n'est pas ça, la vraie vie ! Nous, dans la vraie vie... déjà, à 16 heures, on travaille. Car la vraie vie, il faut la gagner. - Mais c'est quoi que tu appelles la vraie vie, au juste ?- Mais je ne sais pas, les rencontres au supermarché, à la poste, dans les transports publics, partout, la vie est partout si l'on prend le temps de lever le nez de son téléphone portable. - Ah mais nous aussi, dans la fausse vie, on adore le supermarché, la poste, les transports publics. Ça fait toujours des super statuts, très likogènes.- Voilà, toujours cette recherche d'attention, cette envie de plaire en permanence.- Mais dis moi, n'as-tu pas rencontré Gunda, ta charmante épouse, précisément par le biais d'internet ?-  Ah mais ça n'a rien à voir. Nous nous sommes rencontrés sur le forum d'un site de cuisine, dans les commentaires d'une recette de gougères. Le fromage, ça, c'est de la vraie vie. - Ça dépend. Pas l'emmental.

Le 19 décembre 2015 à 09:31
Le 26 décembre 2010 à 15:01

Il était une fois...

Carte postale de Finlande

En Finlande, on aime les téléphones portables. Et plus en particulier, ceux de la marque Nokia. Question de fierté nationale. Dans le petit village de Pukkila, près d’Helsinki, Nokia rime avec Père Noël (on n’est pas bien loin de la Laponie, où l’on sait que réside l’illustre bonhomme des neiges)…Il était une fois un gentil monsieur répondant au doux prénom d’Onni, et qui ne pensait pas mal. Il pensait même fort bien, puisqu’à sa mort, il léga à la petite maison de retraite de sa bourgade natale (il était parti faire fortune aux Etats-Unis) une grosse poignée d’actions Nokia. Laquelle finlandaise entreprise produisait, entre autres, de finlandaises bottes en caoutchouc. Pas de quoi, à l’époque, casser trois pattes à un canard, fût-il finlandais itou. Si délicat qu’il était été, Onni n’avait pas imaginé faire un si beau cadeau aux retraités de Pukkila, Nokia ayant par la suite décidé de devenir le principal fabricant de téléphones mobiles dans le monde. Avec le chiffre d’affaires qui allait avec. Oui, mais voilà : lorsque le prix des actions Nokia grimpa, grimpa jusqu’à crever le plafond de la Finlande, certains concitoyens de Pukkila souhaitèrent les vendre, ce que le doux Onni avait formellement interdit…Après une longue bataille juridique opposant les teneurs de parole aux visionnaires de la bourse, les actions, finalement, furent vendues. Au plus haut de leur cours. Avec l’argent, on fit construire non seulement une plus belle maison de retraite, mais aussi un complexe très fonctionnel autour, avec tout ce qu’il fallait dedans pour rendre ses pensionnaires et leurs familles plus heureux. Ce fut une excellente initiative. Car Nokia ne connaît plus le lustre de ses années passées et la vente de ses actions aujourd’hui rapporterait à peine de quoi repeindre les murs de la petite maison de retraite. Où, depuis, on ne lit plus le cours de la bourse.

Le 12 novembre 2011 à 06:26
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication