Rattraper la langue
Publié le 25/11/2014

Ekoué (La Rumeur) : "la rumeur est le plus vieux média du monde"


      Partager la vidéo 

Autres épisodes :

Pourquoi Ekoué et Hamé ont-ils appelé leur groupe hip hop "La Rumeur" ?
Eléments de réponse : La rumeur, un concept dangereux, à manipuler avec des pincettes, en pensant bien sûr au ragot, "petite sœur de la rumeur". Mais la rumeur est le plus vieux média du monde, il y a toujours un fond de vérité qui s'y exprime – en marge des réseaux officiels.

Hip hop : concert exceptionnel du groupe La Rumeur le lundi 30 mars au Rond-Point.


Place aux poètes, aux créolisants, aux corsaires du langage, place aux passeurs et aux décrypteurs de paroles, place aux cracheurs d'avenir.
Pauvre langue. Réduite en « éléments de langage ». Qui nous parle de plus en plus petit. Pasteurisée, simplifiée, désertifiée par les stratèges en communication. Confisquée par les adeptes du pugilat médiatique, de la harangue haineuse et du bashing. Nos paroles, nos pensées, les mots avec lesquels nous rêvons n'ont jamais été si convoités. Le langage est notre bien le plus précieux. Alors rattrapons ce qui nous échappe peu à peu. Ce langage qui nous façonne. Et qui façonne le monde. Toutes nos infinies façons de dire.

> le programme complet

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 20 janvier 2017 à 11:34

Nos disques sont rayés : quinze jours sur les blocages français

À quoi bon « résister » si on connaît la fin ? (…)Nos disques sont rayés. Mais demain, peut-être trouverons-nous des réponses.Mehdi Meklat et Badroudine Said AbdallahBondy Blog 7 décembre 2015 Conférences performances avec Mediapart, le Bondy Blog, Edgar Morin, Jean-Pierre Filiu, William Bourdon, François Ruffin, Frédéric Lordon, La Rumeur, Kader Aoun, Pascal Blanchard, Emma la clown & Françoise Dolto, l’ANPU (Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine), Gérard Mordillat, Christophe Meierhans - conception Jean-Daniel Magnin et Jean-Michel Ribes Dès le 1er février, retrouvez chaque jour sur ventscontraires les podcasts et vidéo des 14 conférences-performances "Nos disques sont rayés". Un festival de mutineries, de rires et de réflexions pour s’élever au-dessus des blocages français – qu’ils soient politiques ou sociétaux, avec la montée des craintes et des extrémismes qui les accompagne. Passé colonial mal digéré, apartheid dénoncé mais non réparé, crise de la représentativité, pouvoir régalien exorbitant du chef, corruptions, inégalités, évasion fiscale, emprise des lobbies sur la nature et notre santé sont bien sûr au menu. Notre système politique se mord-il la queue ou peut-il se réformer ? Comment mettre fin à la rengaine des vœux pieux, des discours éventés, du manège des mini-hommes providentiels de plus en plus dévalués à nos yeux, du cercle vicieux dans lequel la Ve République s’est enfermée ? Pourquoi recommence-t-on encore et encore ce qui ne marche plus ? Comment sortir d'une situation bloquée ? Suffit-il de s'indigner ? Va-t-on enfin élargir le paysage ? Quinze jours de cartes blanches, conférences, concert, performances pour rencontrer ceux qu'on maintient en lisière ou qu’on regarde avec méfiance : penseurs dérangeants, hip hopers, stand-upers, spectacles qui fracturent le champ politique par le rire – et des rédactions ne dépendant que de leurs lecteurs et d’elles-mêmes, bienvenue à Fakir, le Bondy Blog et en ouverture Mediapart, invité dans la grande salle du Rond-Point pour une soirée pirate diffusée en direct sur son site. Festival Nos disques sont rayés, quinze jours sur les blocages français, du 23 janvier au 11 févrierCaptation vidéo : Larissa Pignatari, Léo Scalco

Le 4 novembre 2014 à 10:55

Le Poème du Management et de la Mort

Article paru conjointement dans Le 1 n°30

La vie d’une langue ne dépend pas de ceux qui la parlent mais de ceux à qui elle s’adresse. La chaîne des causes et des conséquences y est inversée comme dans l’amour – où la puissance tantrique dépend moins de la finesse d’émission de ceux qui désirent que de la force de réception de ceux qui sont désirés. La langue n’est un outil de communication que secondairement ; elle est d’abord une maille pour attraper les êtres invisibles, un masque à pensées et une boîte à rêves. C’est pour ça que nous pouvons lire Finnegans Wake, alors que Joyce écrit dans une langue qui n’est parlée par personne. A la source de chaque langue, il y a sa relation avec la « langue des oiseaux », c’est-à-dire la façon dont elle entre en relation avec d’autres états de notre être – ceux que l’on appelle, à défaut d’un meilleur terme, les Anges. Ceux qui parlent « la Langue des Oiseaux » parlent secondairement aux hommes. A travers les hommes, ils s’adressent toujours aux êtres invisibles, aux animaux, aux âmes ou aux forces. Et tous les poètes parlent la « langue des oiseaux », qui n’est pas seulement une question de jargon secret mais parfois la simple découverte d’un rythme ou d’une syntaxe émotive inédite. Toute parole poétique, comme tout amour, est un passage vers l’au-delà. Ce n’est pas son mélange avec les autres langues qui appauvrit le français ; même celui de l’anglais des films et de la musique pop. Come on, dudes ! C’est sa contamination par le langage de l’entreprise, le jargon des publicitaires et politiques, la langue de l’information et de la communication. Ce qui tue une langue c’est son usage « de communication », c’est sa volonté d’être « comprise » à tout prix, son obsession à pénétrer dans le cerveau de son interlocuteur. Cette langue-là, qu’on voit à l’œuvre dans n’importe quel débat d’idées, on peut franchement la haïr comme un viol, parce qu’elle ne s’adresse qu’à ce qui nous rabaisse. Elle ne nous perçoit que comme de la viande à voter, acheter, se faire bien baiser, payer le prix fort et recommencer. Elle ne s’adresse jamais à l’Ange ou à l’Animal qui est en nous, mais toujours à cette sous-merde à laquelle nous voudrions échapper. Et on ne peut jamais lui répondre, puisque c’est à cet usage polémique qu’elle cherche toujours à nous rabaisser. C’est comme les oiseaux mécaniques qui pourrissent la vie du président Schreber : ça ne fait pas « débat » qu’il ne sert à rien de les insulter ou de les frapper ; le névropathe doit leur répondre par d’étranges variations homophoniques pour qu’ils se taisent : il doit les « confondre », les « rendre idiots ». On doit faire pareil avec les managers, les publicitaires, les chroniqueurs et les experts : seule l’interruption poétique pourra mettre fin à leur règne. On doit les tuer par un mystère qui les enferme et les dépasse. La presse quotidienne devrait ouvrir des pages « rebonds » aux écrivains asilaires, aux excentriques scientifiques, aux messies sans disciples : ce sont eux qui commenteraient l’actualité. Eux, mieux que personne, vivent dans les ténèbres de leur chair ce que nous expérimentons superficiellement à l’air libre. Comme Renfield dans Dracula, leur angoissant délire n’est jamais que la vision prophétique de l’apparition imminente d’un Maître de mort. Qui mieux que Jean-Pierre-Aimé Lucas, auteur d’un invraisemblable Traité d’application des tracés géométriques dans lequel il nie l’existence de l’hyperbole ou dissèque la charpente osseuse du cercle dans lequel il découvre quatre carrés de parfaite égalité, a décrit la folie extrême des instituts scientifiques du XIXe siècle ? Les affirmations de la linguistique furent explosées par les visions de Jean-Pierre Brisset, pour qui toutes les langues descendent du bassin d’Anjou, lorsque la grenouille se transforma en homme à l’apparition de son sexe. Le grotesque inhérent à l’appréciation esthétique est démontré par la Balance de la nature de Marie Le Masson Le Golft, qui donnait des notes au cyclamen, au jaguar, à la saveur du crabe ou à l’odeur du laurier rose. Aujourd’hui, les hollow men du monde de la politique et des médias, comme les storytellings épuisants et insistants de leurs spin-doctors, devraient être analysés par les descendants de Berbiguier de Terre-Neuve du Thym qui voyait dans les moindres actions des hommes la main des Farfadets, « perturbateurs du repos et du bonheur du genre humain ». Qui écrira enfin Le poème du management et de la mort ? Car c’est ainsi que prend fin le monde. Pas sur un boum ni sur un murmure. Sur une émission de BFM-TV. On dit que les hommes d’autrefois, menés par Nemrod, le roi-chasseur, avaient construit une Tour pour accéder au ciel. Le démiurge la détruisit ; et de cette destruction provint la multiplicité des langues. Franz Kafka et Raymond Abellio ont tous deux parlé de la Fosse de Babel. Mais le monde de la communication et du management nous apprend que Babel n’est ni une tour ni une fosse. C’est une plateforme – et c’est sur la Plateforme de Babel que nous marchons tous aujourd’hui, priant pour qu’un démiurge revienne afin de la mettre en pièces une bonne fois pour toutes. Car on ne meurt ni dans l’unification titanesque des Anciens, ni dans la dissémination des Modernes. On meurt dans la langue aplatie des ministres et des hommes d’affaire, des technocrates et des chroniqueurs télévisuels. Une langue que tout le monde parle, mais que personne n’écoute. > Retrouvez Pacôme Thiellement au Théâtre du Rond-Point le samedi 29 novembre à 18h30 : La Société secrète du spectacle Cet article est parudans une version plus courte dans le n°30 de l'hebdo Le 1partenaire de ventscontraireset du Théâtre du Rond-Point

Le 17 février 2014 à 15:29

Gunther Love : "'L'Air Guitar est un emploi fictif, mais ce que nous en avons fait est un vrai travail"

Avec ses comparses des Airnadette, Gunther Love sera le 18 février au Rond-Point pour nous présenter leur Comédie Musiculte. Pour ventscontraires.net, il a accepté de répondre à quelques questions sur leur travail. - La Comédie Musiculte d'Airnadette au Rond-Point fait partie des Trousses de secours en période de crise, des conférences-performances consacrées au travail. Alors, l'Air Guitar, emploi fictif ou vrai travail ? - L'Air Guitar est un événement burlesque underground qui réunit des musiciens ou des comédiens. Ils viennent sur scène mimer un guitariste mais sans instrument, en playback sur une bande-son, pendant une 1min, après avoir créé un personnage. Cette "discipline" nous a réunis (avec les Airnadette) puisque c'est dans ces compétitions que nous nous sommes croisés.  Il y a 5 ans, nous avions décidé de créer un spectacle où chacun des 6 personnages représentait un univers, un style musical, une époque. Ce spectacle durait une vingtaine de minutes, et était essentiellement musical. On passait de Lara Fabian à Queen of the Stone Age, toujours avec ce principe de Air musique, de mime synchronisé sur une bande son. Puis nous avons introduit dans ce show des répliques de films cultes pour pouvoir commencer à raconter une histoire au public. Nous avons commencé à multiplier les dates de concerts, et même, à traverser le monde. Là, on s'est dit qu'il fallait raconter cette histoire aux gens, expliquer comment on avait pu traverser le monde en tant que groupe de musique sans avoir jamais touché la queue d'un instrument. Il nous est venu l'idée de créer une comédie musicale, avec cette particularité d'être toujours en playback, en prenant des répliques de films cultes (Plus de 300 films dans le spectacle), de la musique mais aussi des extraits cultes de Radio, TV, Pub pour raconter notre épopée. Nous avons créé la 1ère Air comédie musicale, après 8 mois d'écriture et 3 mois de mise en scène, spectacle avec lequel nous tournons depuis 3 ans, à travers L'Europe. Donc oui, l'Air Guitar est un emploi fictif, mais ce que nous en avons fait est un vrai travail.   - Que faut-il faire (ou ne pas faire) à l'école pour devenir air-guitariste professionnel ?  - Il faut faire une filière littéraire, avoir de l'imagination. Le mec qui fait une filière scientifique sera le mec rationnel relou qui te fera remarquer après un show Airnadette "Mais Gunther, tu n'as pas de guitare." Sans blague.   - Comment se déroule le recrutement chez les Airnadette ? Vous avez un DRH ? quels sont les qualités et les défauts indispensables pour intégrer le groupe ? CV + plus lettre de démotivation. Plus le candidat a un CV vide et une démotivation sur le monde importante, plus le mec a l'aptitude de brasser de l'air, et a en lui la rage et l'envie de faire du néant, une révolution.  Nous n'avons pas de DRH, nous avons un DairH. Il faut être très souple pour intégrer la troupe (et être bon acteur aussi.)   - Y a-t-il des musiciens « réels » que vous rêveriez de recruter chez les Airnadette ? Nous avons déjà au sein du groupe des musiciens, Moche Pitt batteur du Groupe Sarah W. Papsun , Chateau Brutal batteur du groupe Chateau Brutal et moi même. J'ai longtemps chanté pour un groupe de rock, j'ai troqué mon micro contre une brosse a cheveux quand j'ai vu ce qui me rapporterait le plus de thune en cette période de crise.  J'avais le choix entre être un musicien qui a 5000 € de matos dans une caisse à 500 € et qui parcourt 200 kms pour gagner 50€ ou faire ce même trajet en Tour Bus avec 1€ de matos (1CD Rom) pour gagner ma vie. C'est ce qu'on fait avec Airnadette : de la Fucking Money !   - Y a-t-il d'autres professions qui s'exercent en play back ? - La politique.   - De nouveaux projets pour Airnadette ? Entendra-t-on, un jour, un concert d'Airnadette unplugged ? - On bosse actuellement sur un film, et on a réussi à sortir chez EMI un double disque de platine: la BO de notre Comédie Musiculte. 

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Rencontre avec Isabelle Huppert
Live • 17/12/2020
La masterclass de Daniel Pennac
Live • 11/12/2020
La masterclass de Alice Zeniter
Live • 05/12/2020
La masterclass de Jacques Bonnaffé
Live • 30/11/2020
La masterclass de Gilles Cohen
Live • 24/11/2020
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication