Gilles Weinzaepflen
Publié le 06/12/2014

La voie du rateau


Sri Marasmi a donné une série de conférences en vue d'atteindre la sagesse selon une méthode qu'il nomme la voie du rateau. Malgré le grand nombre de participants, chacun a pu s'en procurer un neuf à un tarif préférentiel. Sri Marasmi nous a alignés de façon serrée pour gagner un maximum de place, afin de rentabiliser l'espace (Château de Bucet, en Champagne). Une fois allongés côte à côte, rateau contre rateau, il a démarré son enseignement. Il nous a rappelés que le rateau était composé d'une partie métallique (les dents) et d'une tige en bois (le manche). Notre monde a entériné comme seule opérante, la position illusoire (manche) vers le haut et (dents) vers le bas. Sri Marasmi a expliqué que c'est en inversant cet usage que nous trouverons le chemin qui mène à la voie. Il est dit dans son dernier livre que « le manche est un arbre arraché à notre mère Gaïa. Il est plus proche d'elle que ne le sont les dents, qui signifient la dureté du coeur. » Sri Marasmi nous a demandés de nous mettre debout, rateau au sol formant un angle droit avec notre corps, les dents près de nous tournées vers le ciel. Par une impulsion rapide du pied, nous avons fait l'expérience de son redressement violent. Sri Marasmi nous a expliqué que nous avons l'habitude de traiter les affaires du monde avec l'esprit du monde (les dents), au lieu de nous servir de l'esprit de la terre (le manche). Ce déséquilibre provoque une onde de choc qui blesse la perplexité de notre face. Plusieurs participants ont eu le nez en sang. Sri leur a demandé d'inverser leur geste : manche près de soi et dents à l’extrémité. Personne n'a réussi à redresser le rateau consacré dans cette position. Sri en a conclu qu'ils étaient guéris, libérés de « la corruption du monde qui est dans la face du rateau de notre être-même. » Après cette prise de contact, les serviteurs nous ont envoyés dans le village pour pratiquer la voie. Certains ont été arrosés d'insultes en chassant les anges du green, nom que Sri donne à l’équipe de football de Bucet. L'après-midi, nous avons brûlé les rateaux consacrés dans un grand feu derrière le château. Sri dit en effet que « les rateaux s'utilisent un seul jour, car la vérité est un jour unique. » Heureusement, chacun a pu en racheter un neuf (super organisation). Le lendemain, nous sommes repartis dans le village pour délivrer l'enseignement, en disposant les rateaux consacrés sur les trottoirs pour la conversion des prédestinés. « La Sagesse les reconnaîtra à leur pansement » a dit Sri Marasmi, qui s'occupe personnellement de la vente en ligne des rateaux consacrés, en signe d'humilité.

Le poète et réalisateur Gilles Weinzaepflen est également musicien : sous le nom Toog, ses albums sont sortis aux Etats-Unis, au Japon, en Allemagne, en Angleterre et en France, pays où il s'est produit avec l'artiste écossais Momus. En France, il a composé la musique de plusieurs spectacles de la metteure en scène Myriam Marzouki, dont « Laissez-nous juste le temps de vous détruire » d'après un texte d'Emmanuelle Pireyre, auteure qu'il accompagne sur scène durant sa performance « Lynx ». Toog prépare son prochain album autour de la notion de piano, en tant que plante grimpante... 

Plus de...

Gilles Weinzaepflen

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication