Gilles Weinzaepflen
Publié le 19/02/2015

Le bon côté


Nous mangeons avec nos doigts. Nous avons banni la fourchette, la cuillère et le couteau, depuis que nous avons découvert que le métal de ces ustensiles était un alliage dont un des composants est fabriqué dans des usines est-asiatiques, employant des ouvriers sous-payés, travaillant dans des conditions effroyables, sous des ampoules clignotant lamentablement faute d'être remplacées à temps. Nous mangeons avec nos doigts pour dire non à cette injustice. C'est une façon durable de nous engager en famille par un petit geste responsable. Si tout se passe bien à la maison, il n'en va de même à l'extérieur. Je me suis longtemps contenté d'un sandwich pour ne pas choquer mes collègues durant la pause repas. Je n'ai pas l'âme d'un militant, mais il m'arrive de déjeuner en tête à tête avec l’un de nos jeunes stagiaires en situation de précarité. Si le discours de l'exploitation de l'homme par l'homme ne prend pas, j'utilise d'autres arguments plus politiques : « Piquer ton haricot, couper en pièces détachées ce steak, sont des actions sur lesquelles nous devrions nous arrêter un instant. Car que sont-ils, ces gestes qui te sont coutumiers, sinon l'ébauche d'un pouvoir, l'affirmation d'une suprématie ? Ne vois-tu pas que tu participes sans t'en rendre compte, à la grande machination capitaliste, à la malédiction consumériste qui t'entraînent malgré toi vers ta propre perte ? » Nathan, notre stagiaire caisse, a fait un test l'autre soir à la maison. Depuis, il a abandonné les couverts et toute chance de voir son contrat se muer en CDI. Nous mangeons avec nos doigts, sans nous préoccuper des jaloux et des regards réprobateurs. Ce midi, j'ai observé Mélanie à la table voisine. Je l'ai vue poser sa fourchette l’air de rien, puis enfourner digitalement une frite en riant, pour faire oublier à ses compagnons de table qu'elle était passée de l'autre côté, du bon côté.
Le poète et réalisateur Gilles Weinzaepflen est également musicien : sous le nom Toog, ses albums sont sortis aux Etats-Unis, au Japon, en Allemagne, en Angleterre et en France, pays où il s'est produit avec l'artiste écossais Momus. En France, il a composé la musique de plusieurs spectacles de la metteure en scène Myriam Marzouki, dont « Laissez-nous juste le temps de vous détruire » d'après un texte d'Emmanuelle Pireyre, auteure qu'il accompagne sur scène durant sa performance « Lynx ». Toog prépare son prochain album autour de la notion de piano, en tant que plante grimpante... 

Plus de...

Gilles Weinzaepflen

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication