La Régie
Publié le 12/01/2015

Et maintenant ?


Annonceurs, décomplexez-vous ! Frappez au cœur ces intellectuels égarés, baladés au gré des vents contraires. Le temps qu’ils consacrent à lire, à se cultiver, à tenter en vain de combler leur irrémédiable “besoin de consolation” assis dans les sièges pourpres et mous de la culture en regardant gesticuler des saltimbanques à moitié homosexuels, est la preuve d’un profond désir de consommation. Offrez-leur la chance de retrouver enfin les sentiers lumineux de la convoitise, et la douce sérénité de la possession.  

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 19 juillet 2012 à 09:13

La Joconde

- Le La par quoi se précède Joconde n’est pas un article défini féminin mais le chausse-pied du produit-phare de l’entreprise Louvre, leader français de la culture. - Investissant le Louvre, les bolcheviks auraient-ils fusillé le portrait de cette non camarade aux mains oisives et au sourire irritant, ou bien échangé le tout contre une cinquantaine de tracteurs avec leurs pièces de rechange ? - Epouse, non pas de  Francesco di Bartolomeo di Zanoli del Giocondo, mais de Francesco di Bartolomeo di Zanoli del Giocondo della Merda, La Merde aurait-elle proliféré en produits dérivés? -  Monna Lisa se retient mieux que Gilda Von Streinheillkermaïer, adapté au slalom géant dames. - Les Japonais trouvent-ils exotiques ses yeux mi-bridés ? - La Joconde était-elle analphabète ? - Dans les années soixante les Beatles furent plus populaires que La Joconde. Léonard de Vinci est mort, Monna Lisa est morte, John Lennon est mort, Georges Harrison est mort, Mac Cartney, Ringo Star et La Joconde jaunissent mais s’accrochent encore. - La Joconde s’avérant être un faux, faudrait-il transférer son vitrage blindé à un autre tableau de même format et authentique ? - Un faux ayant un passé a-t-il plus de valeur qu’un original sans avenir ? - Authentique depuis cinq siècles, un faux peut-il encore devenir faux ? - Le sourire de La Joconde est-il : -   un sourire de commande ? -   un best-seller du genre (le sourire historique) ? -   un sourire fermé pour cause de dents gâtées ? -   un sourire banal dit mystérieux par habitude ? -   un sourire d’un modelé mou ? -   un sourire mou ? -   un sourire mou aujourd'hui mais pas mou pour l’époque ?  -   un sourire, ou une moue ? -   une moue molle ? -   un sourire vague ?- un vague sourire ? -   un sourire en général? -   un… sourire?    

Le 2 décembre 2014 à 09:21

Au secours les mots : Marc Molk défend le parler régional

Délivrons les mots récupérés et dévoyés!

Parce que la langue est le lieu d'un champ de bataille idéologique, il faut s'occuper des mots dénaturés ou vidés de leur sens par les politiques et les médias. Klemperer Junior invite des auteurs à les réhabiliter. Être né à Marseille, c'est être né quelque part. A l'époque, la ville grouillait de cette bonne vieille pègre d'honneur, principalement corse mais déjà très ouverte à la diversité, dont tout le monde a entendu parlé. Et tandis que « Le Chinois » braquait l'agence BNP de la Canebière (où mon oncle travaillait comme guichetier), tandis que « Francis le Belge » écrasait menu menu les phalanges d'un certain « Rico le coco » qui avait voulu la lui faire à l'envers, moi je me vidais, enfant, d'une diarrhée époustouflante dans les toilettes de notre appartement du 16, rue Colbert. « Irrrk ! » s'écrient déjà les plus délicats d'entre vous. En fait, il ne s'agissait pas d'une diarrhée classique, et j'annonçais toujours la bonne nouvelle en même temps à ma mère et à tout le quartier, en hurlant, perché sur mon siège Jacob Delafon : « Maman ! J'ai la cagagne ! »... « La cagagne », cela fait bien longtemps que je ne l'ai plus eue. Des gastros terribles, certes, des chiasses, pour sûr, mais « la cagagne » appartient à mon enfance, à ce pays d'avant que j'apprenne à gommer mon accent de plouc du sud, mon accent de prolétaire. Il y a tout un troupeau de mots qui vivent encore derrière un grand mur transparent dans ma tête : « malon », « estrasse », « pacoulin », etc. En un sens, on peut dire de moi maintenant que je suis constipé... Car il est question de surveillance derrière chaque mot, et nous sommes tous, bien sûr, identifiés à chacune de nos intonations. Notre vocabulaire, notre façon d'abuser ou non des e accent grave, de faire traîner les a, notre façon de dire « putain », ou pas, ou mieux : « flûte », des pièges comme « genèse » ou « Oedipe », tout cela fixe nos vies subrepticement, nous oriente, un bandeau sur les yeux au coeur de la forêt des sourires narquois, jusqu'à « notre place ». A ce triste colin-maillard personne n'est innocent.L'aseptisation, la stérilisation, la calibration, le degré zéro de la langue comme lieu de domination maximum des individus. « Pauvre de nous » !Marc Molk est l'auteur du roman Pertes Humaines, collection “1er Mille”, paru aux éditions Arléa. Il est aussi peintre, dessinateur, performer… Pour en savoir davantage : molk.fr

Le 30 octobre 2014 à 09:13

Le grand galactique qui ne se décrassait qu'au couteau

Si mon extraterrestre préféré, Pierre Dubois, l’envoûtant auteur des Grandes Encyclopédies des elfes, des fées, des lutins (Hoëbeke), de L’Almanach sorcier (Terre de brume), du Grimoire du petit peuple (Delcourt), de L’Épouvantable Encyclopédie des fantômes (Glénat) et de, très récemment, L’Elféméride, le grand légendaire des saisons (Hoëbeke), est considéré comme le meilleur elficologue en activité, c’est bêtement parce que c’est le meilleur. Ses ouvrages sur les créatures fantastiques de tout poil sont les mieux documentés et les mieux fricassés qu’on peut dégoter. C’est que, pour étudier de près ces êtres de l’autre monde, le lascar va les chercher là où ils rôdent sur la planète Terre : au coin des bois, dans les bibliothèques, les greniers, sur les tors de Dartmoor, les roches des Ardennes, les berges brumeuses de Comper, dans les ruines de Whitby Abbey ou l’ossuaire aux crânes verts de Marville. Qu’il en connaît foutrement bien toutes les variétés : les banshies, les akidus, les dames blanches, les sluaghs, les pixies, les vouivres, les gnomes ténébricoles ou les flambias « bluettant au bord des vasières ». Et qu’il sait comment entrer flegmatiquement en contact avec eux, se trouvant, plaisante-t-il, dans le « même état d’esprits ». L’ogre intergalactique barbu et pipu, tout de noir vêtu et botté comme le chat de Perrault, Pierre Dubois a aujourd’hui 67 balais. Très jeune, il s’est attaqué dans le petit canard donquichottesque Le Clampin libéré à « la presse pansue et bien pensante » de Lille, brocardant les notables et les apparatchiks. Il a été bientôt viré de toutes les écoles, s’est mis à vivre d’escrime et de magie, a passé une année entière en forêt en compagnie des rapaces, est parti, lit-on dans ses Chroniques du nord sauvage (Éditions L'échappée), « à la recherche d’une culture populaire pas coupée de ses racines, pas fabriquée pour les besoins du négoce, pas imposée par Paris », s’est pris de passion pour la sorcellerie, l’art brut, le vieux cinoche hollywoodien, les cornes de vikings, les hanaps rabelaisiens, les rebelles espiègles style Tijl Uilenspiegel. À part ça, il manie aussi bien la plume d’oie que l’ironie ou l’épée, est intarissable sur les gobelins aigrettés et les affrignolettes de la Haute-Marne, « tout en fesses et en tétins », réussit à être toujours pimpant en ne se décrassant qu’au couteau (sic), répond à ceux qui le disent réac : « Le passé, c’est de la merde ! » et part sans cesse en guérilla, escorté par le fantôme de son pote François Terrasson du Museum d’histoire naturelle, contre « les décideurs officiels vivant dans la religion du propre, du net, du coupé, du ramené à la norme » et s’affairant à « désauvager à tour de bras » la nature. Autrement dit, il n’y a pas à s’arrêter de lire les subversives et taquines « croquemitaineries » de DDD (le druide dandy Dubois) qui nous poussent à ne plus avoir peur de rien sur cette planète-ci et les autres, à en finir tout de bon avec « l’effet trouille-trouille ».

Le 22 décembre 2012 à 11:44
Le 14 novembre 2014 à 08:26

Ben quoi t'as perdu ta langue ?

Ce que t'es timide !! Tu m'inquiètes... Faut que tu reprennes le dessus ! Tu es terrifiée par le monde qui t’entoure, si tu pouvais disparaître sous terre tu le ferais ! Tu es dans un effroi de toi-même et des autres !  tu as l'air toute déconcertée devant l'imprévue. Tu dis jamais rien, ja-mais. C'est le grand le mystère de Gobi ! Moi je me livre, je raconte mes histoires de Pierre, Paul, Jacques ! Tu parles jamais de toi, de tes mecs ! J'en parlais avec Brigitte justement, on comprend pas. C'est naturel, c'est la vie ! T'as déjà eu un mec d'abord, hein ? …..????!!!!! Parce que t'en donnes pas l'impression ! Tu cherches pas à séduire. T'es pas naturelle, tu te lâches jamais ! Oui, remarque c'est vrai que je t'ai vue une fois à la fête du personnel, t'étais complètement bourrée, je t'ai à peine reconnue, t'étais une misère. Toi d'habitude si douce. Tu vis dans un monde imaginaire, un croisement d'Amélie Poulain et de La Science des rêves. On dirait que tu t'es trompée d'époque ! Un anachronisme vivant ! En plus,  tu parles pas tu susurres, faut te faire répéter tout le temps, tellement ta voix est basse. Fais gaffe parce que je connais une nana qui a failli perdre sa voix. Elle a dû faire 50 séances de kinésithérapie pour se rééduquer les muscles des cordes vocales.  Je sais pas, exprime toi quoi ! On t'imagine pas dire des gros mots ou alors ça sonne faux !! Bon vaut mieux que tu dises rien, en fait. Tu te mets en colère des fois ? Tu dois pas traumatiser grand monde. T'as quoi dans les veines ? Ce que tu es renfermée ! C'est dingue comme tu as l'air de souffrir, t'as l'air tellement triste ! Ça fait froid dans le dos, toute cette douleur. Tu te tortures tout le temps,  tu te compliques les choses, tu te poses trop de questions, tu prends aucun risque. je te vois tout le temps seule aux soirées, tu viens jamais accompagnée… J'ai de la peine pour toi ! Fais quelque chose ! T'as décidé de faire quoi pour changer ? Et puis arrange toi un peu quoi, tu fais peur. Va voir un psy, ça te fera gagner quinze ans ! Franchement, pour moi, le comble du bonheur ce serait que tu sois heureuse ! Ben quoi t'as perdu ta langue ????

Le 5 septembre 2012 à 09:50

Gueorg Cheïtanov (1896-1925)

Les cracks méconnus du rire de résistance

À l’heure où nous rêvons tous et toutes de nous envoyer en l’air avec les téméraires Pussy Riot après les avoir arrachées aux geôles poutinesques, il convenait d’entraîner cette chronique axée un peu restrictivement jusqu’ici sur les démons de la révolte espiègle d’Occident derrière l’ex-rideau de fer. Hop, hop, hop ! Allons faire un petit tour dans la Bulgarie du début du siècle où a fait les quatre cents coups pendant une vingtaine d’années un splendide Robin des Balkans dont on trouve fort peu de traces dans les livres d’histoire fransquillons ou même dans les publications rebelles marginales. L’inouïment audacieux et facétieux détonateur libertaire Gueorg Cheïtanov n’a pourtant rien à envier au mythologique agitateur ukrainien Nestor Makhno.   Dans un lycée de Yambol, le professeur de littérature envoie le petit Gueorg lire son dernier devoir au tableau. Le chérubin s’exécute. Et toute la classe est épastrouillée par les flamboiements de sa prose. Mais quand le pédagogue demande à l’élève prodige son cahier de composition pour aller en régaler le principal de l’institut, notre loupiot refuse net de s’en séparer. Dérouté, l’enseignant intercepte le devoir qui s’avère n’être qu’un agrégat de feuilles vierges : le diablotin a improvisé, préfigurant le désinvolte enfièvreur de foules qu’il va devenir. À l’âge dit de raison, Cheïtanov a des positions politiques réprouvées par ses profs. Il clame dans la cour de récréation son soutien aux communards de Préobrajenié qui instaurent la démocratie directe en Thrace et aux bateliers macédoniens s’insurgeant contre la compagnie de gaz-électricité de Salonique et contre la banque ottomane. En classe, il se révèle bien pire encore, mettant en pagaille les cours en y entrant et en en sortant comme ça lui chausse, soulignant sans trêve les bévues et les insuffisances des maîtres, substituant à l’uniforme réglementaire dans la maison une veste folasse extrêmement seyante ainsi qu’un Stetson à larges bords à la Django. Après avoir mordu tout un temps sur sa chique, le proviseur finit par le convoquer à son bureau : « Vous êtes définitivement renvoyé. » À ces mots, le garçonnet lui retire des mains son carnet scolaire qu’il déchire en petits morceaux : « Au diable votre ridicule école et les pauvres cloches de profs qui voient étroit ! » Le dirlot, outré, appelle la police. Elle débarque le lendemain chez l’insolent et l’emmène au poste où, en guise de première punition, elle lui ordonne de récurer les latrines. Cheïtanov, à cette intimation, cueille le sabre d’un roussin et le provoque en duel. Le garnement ne se calmera jamais. Un soir d’été 1913, il s’insinue dans le tribunal du district et boute le feu aux archives contenant les actes des procès intentés aux artisans et aux paysans endettés du coin. Trahi, l’incendiaire est arrêté. Et de s’enfuir dans la nuit quelques heures plus tard après avoir réussi à desceller les barreaux de sa cellule. La grande épopée illégaliste de Cheïtanov, qui a maintenant 17 ans, commence. Il zigzague durant deux mois à travers les montagnes. Il atteint Varna, sur la mer Noire. Il se transbahute avec des faux papiers en Roumanie. Il gagne Istambul où deux argousins turcs l’alpaguent. Sur le chemin du poste, il parvient, malgré ses menottes, à flanquer une raclée aux deux flics et déguerpit. Le feuilleton continue. Il est engagé comme ouvrier boulanger à Jérusalem mais pas pour bien longtemps car on le surprend en train de refiler de gros sacs de miches aux traîne-misère. Battant la semelle dans le port d’Alexandrie, il se cache dans un des canots de sauvetage d’un paquebot mettant le cap sur la France. Ayant les crocs pendant la traversée, il se glisse dans une cabine entrouverte pour y barboter du fromage. Mais il se fait pincer. Au lieu de le mettre aux fers, le capitaine l’invite à sa table, s’arrose la dalle avec lui, lui file des thunes. À Paris, le fugitif se passionne pour les expériences d’éducation anti-autoritaires pratiquées par Sébastien Faure et ses aminches à « La Ruche », lit des livres anars à tire-larigot, participe à toutes les escarmouches antimilitaristes. Quand la Grande Guerre éclate, il rentre en loucedé en Bulgarie, s’impose comme le plus bouillant des orateurs révolutionnaires, chemine de patelin en patelin pour former des groupes d’action, dort souvent à « l’auberge des courants d’air » par tous les temps, et signe ses premiers articles Georges Satanin dans l’unique brûlot séditieux roulant là-bas sur l’ordre, Rabat Nitcheska Missal : « Votre table, messieurs, va voler en éclats. L’esclave prendra le bâton et vous chassera de sa maison où vous avez gouverné durant son long sommeil. » Dans la ville de Pichelinski Rat, il est cravaté par les cognes qui, dans l’espoir de le faire parler, l’enfouissent jusqu’au menton dans du fumier frais de cheval puis le relèguent sans soins pendant deux ans dans un cachot où, à moins de 20 degrés en dessous de zéro, il peut enfin apprendre par cœur Bakounine et Stirner. En janvier 1917, il arrive à s’évader en emmenant avec lui dans sa cavale… 1 500 forçats. Et un peu partout dans les Balkans, il se remet à improviser des appels très lyriques à la révolte immédiate contre les pouvoirs monarchistes en place. Arrêté à nouveau quelques mois plus tard, il entraîne les deux matons qui le conduisent chez le dentiste, et qu’il sait gloutons, dans un pâtisserie, les goinfre avec son argent de poche de petits pâtés à la crème, va faire pipi, se barre par la fenêtre du water et rejoint les partisans anarchistes. Traqué à présent en tant qu’ennemi public n°1 du régime, Cheïtanov se planque dans deux des rares tanières où l’on ne risque guère de le chercher : chez ses vieux, à Yambol (tellement c’est hénaurme !), et à l’intérieur des tombes du cimetière de Stara-Zagura. Novembre 1917. En route vers le pays des soviets, le hors-les-lois est appréhendé par les gabelous dans la ville frontière roumaine de Roussé et parqué dans un train roulant vers un camp de la mort. Grâce à une nouvelle ruse, il s’éjecte du convoi, reprend sa marche vers la Russie rouge déguisé en piou-piou, s’incorpore dans les unités mutinées d’Ukraine et est le premier révolutionnaire bulgare à faire son entrée à Moscou. Dès qu’il a déchanté, à l’aurore des purges lénino-trotskystes, il repart pour sa campagne natale, où il y a du baroufle dans l’air, muni de documents secrets qu’il détruit au moment où il se fait coffrer par les Blancs. Condamné à mort à Kiev, il est sauvé in extremis par le consul de Bulgarie en faisant réellement gober au candide fonctionnaire qu’on l’a pris pour un autre zèbre. Rapatrié, le Durruti de la Toundja coordonne la guérilla anti-royaliste et les expropriations qui l’approvisionnent. C’est l’attaque de la voiture postale de Yambol qui défraie le plus la chronique. Car si les auteurs du forfait justicier sont agrafés puis embastillés, ce n’est pas pour des lustres et des lustres. À peine en effet ont-ils boutonné leurs vareuses pénitentiaires que les voilà déjà volatilisés par un trou creusé dans le plafond des cuisines de la prison. « Le loup des forêts », c’est ainsi qu’on surnomme dorénavant Cheïtanov, accomplira bien d’autres exploits rocambolesques (comme la libération de son meilleur poteau pendant son transfert d’un gnouf à un autre), prêtera la griffe à tous les canards bulgares illicites, dévalisera de plus en plus de riches boyards au profit de guenilleux, éliminera quelques-unes des pires nuisances du pays, du chef de la Sûreté nationale au grand patron de l’organe des banques et sera aux avant-postes de l’insurrection de septembre 1923 au cours de laquelle des cantons entiers seront totalement pris en mains par leurs habitants comme à Cronstadt ou dans la Catalogne autogérée. D’après la légende, même après sa mort, le « loup des forêts » aurait encore réussi à terrifier son plus puissant ennemi. Sa tête, en effet, aurait été servie sur un plateau au roi Boris III qui en aurait perdu le sommeil.

Le 19 mai 2014 à 08:24
Le 19 juin 2011 à 07:41

Léviathan porte ma raison qu'à la fin je me casse

Monumenta 2011

Lorsque j’ai proposé à mon ami une « interpénétration de nos matières pulvérulentes dans la perspective d'une médiation décomplexante », il a un peu hésité. Je dois l’admettre, le dossier de presse de l’exposition Monumenta 2011 m’avait moi-même laissée quelque peu perplexe, d’autant que je n’ai pas trouvé tous les mots dans mon Petit Larousse illustré. J’ai essayé de lui retranscrire au mieux ce qu’il y était dit de la complexité intrinsèque des palpitations esthétiques de l'oeuvre d'Anish Kapoor dans son ensemble, mais il a tout de même fallu que je me résigne à être plus vulgaire : « on va au Grand Palais voir Anish Kapoor dans le cadre de Monumenta, on aura chaud et un clarinettiste ambianceur nous empêchera de nous entendre correctement pendant 32 des 35 minutes qu'on aura passées à faire la queue, on aura une conversation entraînant un quiproquo qui nous conduira presque à une dispute, ça va être chouette, tu vas adorer ». Finalement, on a réussi à entrer. Et on a refait la queue pour entrer dans l'oeuvre. C'était fou. Je veux dire, toutes ces files d'attente, quel est le but exactement ? Non parce que moi, ça me fait certes piaffer d'impatience, mais d'impatience d'en sortir, d'en finir avec tout ça, alors quoi, ils le font exprès pour pourrir mes dimanches, c'est ça ? Le pire, c'est qu'il a fallu refaire la queue pour en sortir. Deux fois. Est-ce que ça fait partie du dessein du Ministère de la Culture, complotant avec Anish Kapoor ? On m'espionne, c'est certain. On observe mon comportement. On analyse mon animalité. On me plonge dans des viscères délirantes tout droit sorties de l'imagination machiavélique de cet artiste indo-britannique  pour faire resurgir en moi un sentiment de crainte, de dévotion soumise au corps originel, d'oppression organique dont j'ai un mal fou à me défaire depuis 21 ans. Ou 31. Peu importe. J'ai déambulé, presque ivre, à l'extérieur, sous la charpente métallique du Grand Palais, autour de ces grosses sphères anatomiques, me cognant l'esprit contre ces masses qui m'ont rappelé les heures les plus sombres de mon passé médical. Après, on a mangé un sorbet à la framboise en observant les mouettes du jardin des Tuileries.

Le 25 juin 2010 à 10:59

« Je ne peux que constater le désastre avec l'équipe de France où des caïds immatures commandent à des gamins apeurés »

Roselyne Bachelot, Assemblée nationale, mercredi 23 juin 2010

C’est ce qui s’appelle karchériser les footballeurs qui déshonorèrent  la patrie en terre australe. Elle n’y est pas allée de mainmorte la ministre de la Santé et des Sports, dévoilant aux députés l’humeur présente d’un Président encore marqué par ses tribulations de naguère à la Courneuve, quand il voulait passer les caïds au jet à pression afin de protéger les gamins. Pourtant c’est la même Roselyne Bachelot qui avait lancé auparavant, pour claquer le bec de Rama Yade, sa péronnelle de Secrétaire d’Etat : « Je suis la ministre des Bleus dans les bons et les mauvais moments ». Si la Madelon s’est métamorphosée en Ma Dalton c’est que, entre-temps, le drapeau noir a flotté sur la marmite des Bleus. Dans les hautes sphères du pouvoir, s’est-on alors inquiété, à la veille d’une journée nationale d’action contre la réforme des retraites, du fâcheux exemple fourni  par cette grève générale contre la mise à la retraite d’un seul, le très anal Anelka ? Si même les prolétaires aux chaines en or s’y mettent !  C’est cependant ignorer une loi générale des bandes, observable des cages d’immeubles aux conseils des ministres, qui veut que l’intimidation de quelques-uns est d’autant plus forte que les chances de recours auprès d'une autorité légitime sont faibles. Domenech-Sarkozy, même tracas.

Le 30 novembre 2014 à 09:22

Il vaut mieux avoir l'air conditionné que l'air stupide

Les bizarreries du langage

Quand le général de Gaulle se plaignait amèrement de la difficulté à gouverner un pays où l’on ne trouve pas moins de 258 sortes de fromages, c’était sans compter non plus avec les bizarreries du langage qui fleurissent aux quatre coins de l’hexagone. Que dire en effet d’une langue où l’on remercie un employé dont on n’est pas satisfait, où on lave une injure mais on essuie un affront, où l’on pose une question mais on soulève un problème, et où les malheureux qui sont dans de beaux draps passent des nuits blanches à force d’avoir des idées noires et du fait même n’arrivent pas à dormir sur leurs deux oreilles (moi non plus d’ailleurs)?Comment expliquer aussi la présence de l’estomac dans les talons, des pieds dans le plat, du chat dans la gorge, de la confiture chez les cochons, du rubis sur l’ongle, sans parler de la curieuse cohabitation des vessies avec les lanternes !Drôle de pays en effet où il ne faut pas confondre : scène, cène, Seine, saine ou chair, chaire, cher, Cher et où pendule est masculin entre les mains d’un radiesthésiste et féminin entre celles d’un horloger. Mais il y a mieux : amour, délice et orgue, masculins au singulier et féminins au pluriel ! Ce qui faisait d’ailleurs dire à Courteline :« Je ne me vois pas en train d’écrire : J’ai vu un orgue magnifique. C’est le plus beau des plus belles. »Quant à archives, fiançailles et ténèbres, ils sont, eux, condamnés au pluriel ! Bref, tout cela me paraît bien singulier…Curieuse langue enfin, où le mot mnémotechnique est si difficile à retenir…et où il vaut mieux finalement avoir l’air conditionné que l’air stupide.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication