Micaël
Publié le 14/01/2015

Radical


Micaël naît à Paris en 1982. Après avoir passé 20 ans à Buenos Aires, il revient à Paris, la ville où il vit et travaille actuellement. Droitier sur le terrain de foot et gaucher pour le dessin, il décide sa vocation à l’âge de 5 ans, lorsque sa maîtresse remarque qu’il est le seul de la classe capable de dessiner des visages de trois-quarts. Ses deux ouvrages en France "Un Argentin à Paris" et "L'Air du Temps" ont été publiés dans la collection Les Cahiers Dessinés.

 

Plus de...

Micaël

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 9 novembre 2011 à 16:35

« Est-ce du courage de mentir, de basculer dans la démagogie, de taire la vérité, de vous accrocher à des vieilles lunes socialistes qui vous ont certes conduit par effraction au pouvoir en 1997 ? »

François Baroin, Assemblée nationale, mardi 8 novembre 2011.

J. K. Rowling va devoir se remettre à l’écritoire pour ajouter un huitième volume à sa saga. Voilà en effet un ministre français qui a la tronche de Harry Potter, mais parle comme Voldemort à qui on serait venu voler le pensionnat de Poudlard. Ca tombe bien puisque le tome 7, épisode ultime à ce jour, se déroule autour de 1997, l’année même où la gauche a pénétré « par effraction » dans les palais de la Chiraquie. La trame est fournie par le ministre de la Magie, pardon de l’Economie, interpellant aux questions d’actualité les cambrioleurs socialistes toujours en liberté. Que fait la police ?  La propriété du pouvoir est à droite, sa confiscation est de gauche. Harry Baroin qui était alors un « bébé-chirac » (avant de devenir un ado-Sarko pour croûter) en garde un souvenir terrible. Une scène primitive où dans des bacchanales de 35 heures et plus, les voyous pluriellement de gauche forniquaient dans les meubles d’une famille spoliée. Il se trouvera bien encore des  Moldus pour prétendre que gagner des élections ce n’est pas forcer les serrures, mais c’est qu’ils ne comprennent rien aux forces obscures menaçant l’ordre des choses. Chirac qui avait dissout par distraction, a pris le risque d’inscrire au chômage  la génération des Baroin. Il en suffoque encore d’indignation le Potter de Bercy.

Le 9 septembre 2014 à 09:26

Il remplaçait les magazines dans les salles d'attente de médecins par des exemplaires récents

Troyes – Depuis plusieurs mois, des cabinets médicaux de la région de Troyes se plaignaient d’étranges agissements dans leur salle d’attente. Les magazines laissés à la disposition des patients étaient systématiquement remplacés par des exemplaires récents et intéressants à lire. Reportage. La police l’a interpellé, alors qu’il opérait dans le douzième cabinet médical, après une traque longue de plusieurs mois. « Nous avons reçu de nombreux témoignages, à la fois de patients et de docteurs qui étaient paniqués par ce qu’ils avaient vu et lu ». Amanda, une jeune fille qui avait rendez-vous chez son médecin raconte ce qu’elle a vécu. « Sur la table, à la place des Paris-Match, du Point et l’Express il y avait des magazines et des journaux récents, comme Humanoïde Magazine ou le Monde Diplomatique. J’ai cru m’être trompée de cabinet » explique la jeune fille encore choquée. Peu à peu une psychose s’est installée. De nombreux patients n’osaient plus voir leur médecin de peur de tomber nez à nez avec des magazines intéressants. Le jeune homme a raconté aux policiers son mode opératoire, achetant tout à fait légalement des dizaines de magazines et journaux récents et les posant simplement sur les tables. « Je voulais juste rendre service. Chaque fois que je vais voir le médecin, je me retrouve à ne lire que des dossiers sur l’immobilier ou le classement des villes de France de l’année passée. Je n’en pouvais plus » assure-t-il par le biais de son avocat. Dans l’immédiat, la police enquêtait sur une autre affaire trouble, cette fois à Paris. Des chauffeurs de taxi affirment ainsi qu’un mystérieux passager aurait  trouvé un moyen de changer la fréquence de leur radio, les empêchant ainsi de pouvoir écouter RMC durant tout le trajet de leur course.

Le 14 décembre 2012 à 09:08
Le 23 juillet 2015 à 11:18

Femme, réveille-toi et coupe le câble !

Une pétroleuse belge daignant me lire sur ce site, Gwendoline M.D. d’Ottignies, à qui il semble que ce soit une cheville ouvrière du Rond-Point qui ait refilé élégamment mon numéro de turlu privé (merci l’ami !), m’a réveillé en pleine nuit pour m’accuser cruellement d’être un phallo-flic de plus. La diablesse a en effet relevé qu’à l’instar de la plupart de mes trépidants co-équipiers de ventscontraires, j’avais une tendance prononcée à n’exhorter pratiquement sur le net qu’à la lecture de plumes manifestement masculines. Avec, bien sûr, quelques menues exceptions jésuistiques, pour donner le change comme Corinne Maier et Nelly Kaplan. Piqué au vif par cette volcanique Gwendoline qui souligne aussi, pour enfoncer le clou, qu’en un demi-siècle d’attentartes donquichottesques, je n’avais gloupinisé pâtissièrement que trois gonzesses célèbres (Marguerite Duras, Hélène Rolles, Arielle Dombasle) alors que… je rends les armes sans discuter. Et je vous engage à sons de trompe à ne traîner avec vous cet été sur les plages, les monts et les vaux que des livres concoctés par des amazones dessalées ayant « le courage grotesque, selon le souhait du grand Dario Fo, de s’avancer hors de tout code et de toute logique ». Les Filles en série de l’essayiste Martine Delvaux (Éditions remue-ménage). La saga des filles-ornements « reproduites mécaniquement par l’usine ordinaire de la misogynie » débouche sur un galvanisant et fort drôle appel à la révolte contre ce qu’on appelait dans les seventies le chauvinisme mâle. Considérant que la figure des serial girls est double, qu’il y a chez ces marchandises vivantes un satané pouvoir de subversion, l’espiègle Martine Delvaux raconte ce qui peut se passer quand les « pin-ups se détachent du calendrier », quand les ballerines en tutu blanc deviennent cygnes noirs déchaînés, quand les Barbies se métamorphosent en Pussy Riot ingouvernables. Femmes et anarchistes (Éditions Black Jack) des fameuses passionarias Voltairine de Cleyre (1866-1912) et Emma Goldman (1869-1940) immortalisée par le film Red. Pour la plupart inédits en français, des textes incendiaires sur la redéfinition des statuts des femmes propres à horrifier mieux que jamais les grenouilles de bénitier hystériques à la Christine Boutin. Emma et Voltairine rentrent notamment dans la barbaque des faux-derches pourfendant la prostitution tout en encourageant cette autre forme de prostitution selon elles qu’est le mariage. « Chaque femme mariée est une esclave attachée qui reçoit le nom de son maître. » Même raccourci fulgurant — « Qu’est-ce que la femme ? Une propriété » — dans un autre vieux texte (1908) roboratif de Voltairine de Cleyre ressuscité par les éditions du Sextan, Anarchisme et traditions américaines qui démontre méthodiquement à quel point nous sommes couillonnés par les diverses formes de gouvernement[1]. Une pamphlétaire féroce de la même Belle Époque non moins inspirée, André Léo, revient vers nous grâce au petit éditeur Dittmar. Son testament Coupons le câble ! (1899) file une sacrée peignée à la « tourbe régnante » d’alors complètement sous la coupe de la caste religieuse ayant voulu ratatouiller Dreyfus. On recule encore plus loin dans le temps avec l’indomptée Olympe de Gouges à qui nous devons la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (1791). Sous le titre Femme, réveille-toi !, on trouve désormais, en Folio, ses principaux cris de colère contre les oppressions et les inégalités de toute farine. Rayon bios toniques de vaillantes amazones justicières, nous avons, aux éditions du Monde libertaire, fricassé par Hugues Lenoir, un Madeline Vernet, une pionnière des orphelinats antiautoritaires parigots qui se piquait de protéger les mouflets de la classe ouvrière contre « la morale des bien-pensants ». Et, aux Mille Sources, frigoussé par Anne Steiner, un Rirette l’insoumise retraçant la guérilla contre les préjugés et les normalités-flic d’une âme damnée de l’hebdo L’Anarchie qui sera inculpée pour complicité avec la bande à Bonnot. Mini orange tomatillos sur le gâteau de la rébellion féminine, la revue Invece sort un spécial Mary Read, ma femme pirate préférée, qui « maîtrisait l’épée et les canons et aussi les remèdes et les poisons, et menait ses hommes aux pillages des privilèges à travers les mers comme sur un manège ». Et puis encore la romancière déchaînée Isabelle Wéry avec son Marilyn désossée (Maelström) qui « ouvre les frontières des possibles » : « Prends-moi avec toi et de nos deux misères, nous ferons une espèce de java. » La maîtresse-queue Fatéma Hal avec son Fille des frontières (Philippe Rey). Les souvenirs épicés d’une cuisinière pulpeuse de la Bastille dont les pastillas aux pigeons affolèrent notamment Raoul Vaneigem, Pierre Desproges, François Mitterrand et Jean-Pierre Bouyxou. Et encore l’artiviste Stéphanie Lemoine avec son Art urbain. Du graffiti au street art (Gallimard-Découvertes) qui nous fait jouir grave par tous les bouts. Parmi nos partenaires d’orgies : Maïakovski (« Les rues sont nos pinceaux, les places nos palettes »), Gordon Matta-Clark (qui découpe artistiquement des maisons à la tronçonneuse, c’est le splitting), les situs (et leurs « fantaisies architecturales » et graphiques), Christo (qui fit scandale en barrant la rue Visconti de Paris d’un « rideau de fer » constitué de barils de pétrole), Miss.Tic (« s’offrir quand tout se vend »), Blek le rat (qui, le long des murs qu’il bombe, fait courir des rats, « le seul animal libre dans la ville), les guérillas girls portant des masques de gorille (qui couvrent les abords des musées d’affiches, s’étonnant qu’on n’y expose pas les minorités ethniques et les femmes) ou, bien sûr, le risque-tout Banksy (qui a tatoué le mur de séparation israélien, esclandre total !, et qui a accroché en douce ses propres œuvres au milieu des collections de musées prestigieux). [1] À noter que c’est exactement là le propos de la géniale Hannah Arendt quand, dans De la révolution, à présent chez Folio, elle oppose l’auto-organisation de style Commune de Paris et conseils ouvriers hongrois à « l’oligarchie des partis » toujours émasculante. Illustration Banksy

Le 27 septembre 2012 à 07:08

Inscrivons la réalité au livre des records

Entre le plus long baiser de cinéma et la plus grosse bulle de savon, le livre des records nous dresse le portrait de l'homme le plus lourd du monde... l'intéressé pèse près de 600kg. On rit, on moque, on plaisante et on dédaigne. De la même manière que le plus petit des hommes est opposé au plus grand, pourquoi le plus maigre n'est-il pas présenté au côté du pachiderme humanoïde de 600 kg confiné aux quelques mètres carré de son lit sur mesure, le sourire aux lèvres ? Moi, je verrai bien quelques photos de ces enfants squelettiques aux yeux jaunes, les paupières luttant contre le va et vient de la mouche parasitaire, les pieds fixés dans ce sable chaud, le visage poussierreux... fantôme immobile dans un paysage désertique. Imaginez le record, quelques 30kg pour 1m45 ! On peut même imaginer le record de la plus grande communauté d'affamés au km², de famine en une année, de pauvreté sur un continent entier... Les auteurs du livre des records pourraient s'amuser à établir des données aussi précises que celles pour le meilleur mangeur de hot-dog. Mais l'idée ne plaît pas. Pas assez spectaculaire comme record. La banalité du phénomène est trop grande, nous sommes trop habitués à cette misère pour être surpris. Mais que voulez-vous, si les choses sont ainsi, c'est bien qu'il y a une logique ! De toute façon, chez nous aussi, il y a des pauvres. Moi-même, étudiant, je fais des sacrifices: je mange des pâtes au beurre. Rions de toutes ces surprenantes images. A l'instant, je lis que la plus longue barbe fut taillée une fois le record établi... n'est-ce pas le symbole d'une sagesse disparue ? Inscrivons la réalité au livre des records. Ensuite, nous pourrons mesurer le phénomène et prendre conscience de sa gravité.

Le 13 décembre 2011 à 08:02

Jésus, reviens, ils sont devenus fous

Ah ! Les vilains méchants, les sombres iconoclastes ! Mécréants, incrédules, apostats. A deux semaines de Noël, vous faites de la peine au petit Jésus qui a tant souffert pour nous, sur sa croix. Et à sa maman qui a enduré les souffrances des mamans sans en connaître les plaisirs. C'est-y pas un crève-cœur ? Pour qui c'était, les contractions ? Pour sa pomme. Pour qui c'était la précarité ? Pour sa pomme. Va-t-en accoucher dans la paille entre des bestioles qui puent, toi qui manies le blasphème avec tant d'aisance, et qui prétend de surcroît ramasser de la monnaie avec, alors qu'ils vivaient comme des cloches, ceux que tu injuries. Et pour qui c'était les larmes de la maman devant le cadavre de son enfant unique ? Tout ça pour racheter vos vilains penchants, vos fautes inavouées. Les croisades, les guerres de cent ans, les guerres de trente ans, les guerres où l'on meurt à vingt ans, les conquêtes colonisatrices, les inquisitions, les misères, les holocaustes, les tortures, le mépris des autres, les viols, les assassinats, l'amour de l'or qui est aussi mauvais pour l'homme que le phylloxéra l'est pour la vigne, c'est pour quoi qu'il est mort, le petit Jésus ? Pour vos museaux. Pour vos vilaines trognes de jouisseurs. Bien sûr, les guerres, la misère, les mauvais sentiments. Mais il en faut bien pour prendre conscience de ce qu'est le mal. Et à qui pourrait-on donner à la sortie de la messe s'il n'y avait pas de pauvres ? La pauvreté des autres permet aux personnes bien d'être gentilles. Deux mille ans que l'on vous dit que Dieu est amour et vous ne comprenez toujours pas ? Va-t-y falloir qu'on vous casse les dents, qu'on vous caresse les côtes et l'épine dorsale avec des gourdins, qu'on vous fasse brûler vifs pour vous faire comprendre ce qu'est l'amour universel ? Sales gens. Vous n'avez pas de coeur. Quelle injustice. Jésus, reviens, ils sont devenus fous.

Le 6 avril 2011 à 13:46

Le nouveau sport à la mode chez les éditeurs : la chasse aux clichés

Les bons conseils pour se faire éditer.

On pourrait s'attendre à ce que les éditeurs, ardents défenseurs de la langue française, privilégient le style, la grammaire ou la syntaxe pour retenir ou non un manuscrit ; les auteurs plus naïfs pensent même qu'ils tiennent compte de l'originalité des idées ou du scénario. C'est une erreur. Si vous souhaitez voir vos écrits publiés, mieux vaut suivre ces quelques conseils…Allez d'abord voir sur le site ou le blog des éditeurs auxquels vous destinez vos œuvres pour y repérer tout ce qu’ils trouvent de rédhibitoire. Ensuite, il vous faudra corriger votre texte afin qu’il se plie aux désirs de chacun de vos destinataires, cela vous évitera la désagréable expérience d’avoir deux refus pour une même nouvelle, le premier prétextant qu’elle contient trop de descriptions, et le second vous reprochant de ne pas en avoir donné assez.  Pour être publié actuellement, la seule règle en vigueur est d'éviter les clichés. Le mieux étant, selon certains érudits éditeurs de se référer à l'ouvrage d'Hervé Laroche : Le dictionnaire des clichés littéraires (Ed. Arléa). On y trouve de précieux conseils : si vous écrivez un polar, votre personnage principal ne doit être ni flic, ni tueur en série. L'idéal, c'est de choisir un quadra fonctionnaire, mais pas divorcé. Il devra être étranger, mais pas trop basané quand même (les Nordiques ont la cote en ce moment). Il vivra dans un pavillon de banlieue et n’ira au restaurant qu’une fois par semaine. L'histoire ne se passera ni à Paris, ni près de la mer, et surtout pas à New York. Optez pour une ville de province, de taille moyenne et d'intérêt limité (Limoges, Besançon, etc.). L'héroïne ne doit pas être une infirmière rousse, ni une institutrice à lunettes. Les adolescents ne doivent pas se droguer et les enfants doivent être bons en classe, mais sans subir les brimades de leurs camarades. Pour le style, optez pour des verbes standards. Les personnages mangent, boivent, baisent. S'ils venaient à se sustenter, à épancher leur soif ou à s'unir charnellement, ça ferait cliché. Ultime recommandation : évitez les rayons de soleil qui filtrent à travers les stores au petit matin. Certaines maisons d’éditions refusent systématiquement les manuscrits à stores. Vous ne pourrez pas dire qu'on ne vous avait pas prévenus.

Le 31 mars 2010

« Arrêtez ça tout de suite, vous faites beaucoup de mal au Président! »

Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, rapporté par le Point.fr, jeudi 25 mars 2010

Hou! la vilaine brute. Prise à la lettre, cette imploration adressée à la secrétaire d'Etat à l'écologie, donne la chair de poule. Chantal Jouanno n'est-elle pas championne de karaté? On imagine Nicolas Sarkozy guettant nerveusement la furie qui l'attend dans la cage d'escalier pour lui taxer son empreinte carbone. Tout un climat.Par chance elle pratique une version soft de cet art martial : son karaté-kata est une discipline de posture où le geste prime sur le coup. Chantal Jouanno n'a pas songé à se venger quand elle a su que sa « contribution climat-énergie » était renvoyée à d'improbables lendemains européens. Elle s'est seulement dite « désespérée ». Le président de la République a quand même attendu d'être hors de sa portée, à Bruxelles, pour rappeler solennellement à l'ordre cette « desesperate green wife ».Dans l'histoire c'est Claude Guéant dont le propos a fuité par l'entremise d'une journaliste réputée bien tuyautée, qui a laissé échapper une vérité dérangeante. A l'Elysée, paranoïa aidant, c'est un sentiment victimaire qui s'est répandu dans les bureaux. Dans un palais qui n'est plus territoire de la République avec toutes ces régions où la gauche fait la loi, ce n'est plus d'effectifs de police dont a besoin l'hyperprésidence, mais d'une cellule psychologique.

Le 20 juillet 2011 à 09:14

Les quatre saisons

mais sans anchois, s'il vous plaît

J’aimerais m’excuser publiquement. Souffrant de procrastination tenace et d’inspiration volage, je nourris le rêve secret d’être un jour choisi comme mascotte de l’Amicale internationale du syndrôme de la page blanche. Si l’inaction devenait sport olympique, je pourrais facilement prétendre à une médaille, si je n’avais pas bêtement loupé le délai limite d’inscription. Je suis prêt à saisir n’importe quel prétexte pour ne pas m’y mettre. Avant Internet, déjà, je préférais réactualiser cent fois ma boîte aux lettres et mon quotidien préféré plutôt que de me mettre à bosser. Il est des jours où je m’ennuie tellement que j’ai l’impression d’entendre mon cerveau fondre, où je m’ennuie tellement que je regarde les étapes de plat du Tour de France en entier,… Tiens, je suis tellement accro à la procrastination que j’ai même un compte Google+, c’est dire ! Google +, ça ressemble un peu au croisement de Twitter et de Facebook, c’est-à-dire qu’on y parle essentiellement de la météo, comme sur Twitter, et du temps qu’il fait, comme sur Facebook. Et justement, c’est pour ça que j’aimerais m’excuser publiquement. L’autre jour, on m’a demandé « plus estival, ton prochain article ». Je me voyais déjà me rouler nu dans le sable fin, rire en courant, échevelé et exubérant, dans les embruns mordorés, et des glaces aussi, c'est important, les glaces, mais encore cinq minutes, il y a un coureur mexicain en échappée, il a quarante-deux secondes d’avance sur le peloton et il va aborder une côte de quatrième catégorie, ça a l’air important et... Ah ben tiens, l’été est fini, dirait-on. Quand je te disais que j'étais prêt à n'importe quoi pour remettre à plus tard !

Le 29 mai 2014 à 16:40

Les années 2000 : Papa Soprano, got yourself a gun

Des Ingalls aux Soprano, quoi de neuf docteur ? #3

1999. Pour ne pas changer, les USA ont de nouveau une bonne gueule de bois, suivant avec angoisse les déboires moraux de leur président, qui s'en prend plein la poire depuis son élection et qui est à présent condamné par la cour suprême comme parjure. Il va falloir aussi composer avec une nouvelle donne : le début d'une volonté du tout sécuritaire et de la paranoïa du terrorisme (et on n’est pas encore en 2001) que va créer le massacre de Columbine. La peur du tueur de masse n’est pas en soit une nouveauté aux USA, mais soudainement, même le petit Macaulay Culkin dans sa crèche est potentiellement un Charles Manson en puissance. Les responsables désignés ? Tout un pan de la culture populaire : le black/death metal, les jeux vidéo, le cinéma, les comics, les mangas, et parfois impopulaire : les nazis, essentiellement. Viendra quand même aussi un questionnement sur la libre circulation des armes ;Charlton Heston va commencer sa longue croisade pour la NRA. C’est donc dans ce contexte que se déroule la nouvelle élection présidentielle qui verra après quelques tours de montagne russe électorale l’avènement de Bush Junior ‘zident.   Un OVNI dans les figures paternelles Au milieu de tout ça que la famille Soprano montre le bout de son nez sur la chaine HBO, créée par David Chase. Tony Soprano ou Papa Soprano, pour ceux qui suivent, est un OVNI dans les figures paternelles télévisuelles pour la simple et bonne que Papa Soprano n'est pas un « papa » tombé du ciel. A la différence de Papa Ingalls ou de Papa Seaver, sortes de monolithes semi-divins  dont la paternité est une fonction, si ce n'est la caractéristique principale. Papa Soprano à commencé comme fiston Tony est c'est bien là son plus gros problème : héritier de l'entreprise familiale (qui marche plutôt bien au demeurant) Papa Soprano se retourne vers ses propres pères et pairs et tentent de comprendre ce qu'on lui a légué et très franchement n’y comprend rien. Pourtant on lui a légué une way of life en quelque sorte, elle est vertigineuse, violente mais fait de lui un élu qui se doit d’être à la hauteur, surtout quand on voit la gueule de sa mère, on comprend qu’il ne veuille pas décevoir le fiston Tony.   Papa Soprano, un paumé donc ? Il lui arrive de faire des crises d'angoisses devant des canards et suit une thérapie pour surmonter ce petit problème. Mais si fiston Tony doute, Papa Soprano lui « agit » et dans un seul et unique but : protéger sa famille. Ce sera même le leitmotiv de toutes les actions de notre bonhomme et la seule façon pour lui de protéger sa famille c’est d’en défendre les intérêts. Et pour se faire quoi de mieux que les années Bush ? Disons le franchement : adieu le hug ici : un rottweiler enragé est tout aussi rassurant qu’un Tony qui vous tend les bras.   Une seule famille, celle du sang Si, dans un premier temps, Papa Soprano veut composer avec deux familles (sa femme et ses deux enfants d’un coté), son entreprise de l’autre dans laquelle opèrent un cousin, un neveu et un oncle. Papa Soprano va vite faire un choix : il n’a qu’une famille : celle du sang. L’autre n’en est pas une mais une entreprise (un peu particulière et les indemnités de licenciement sont plutôt désagréables). Papa Soprano évolue dans une société chaotique ou le chacun pour soi devient une règle d’or dans une société traumatisée post-onze-septembre. A partir de ce moment c’est bien simple papa Soprano n’a plus que des « alliés » sur des visées à très court terme. Sorte de ballet incessant d’une realpolitik fiévreuse. Papa Soprano s’interroge, il fait face à son histoire (on le voit dans une scène s’interroger sur ce qu’est devenu Carry Grant et son flegme inébranlable, cette sorte d’homme qui agit toujours sans sourciller, sachant naturellement ce qui doit être fait et comment, dans l’intérêt de tous.) Papa soprano lui n’en sait franchement rien ; il part dans tous les sens, dessoudant au fur et à mesure ennemis et alliés lorsque ces derniers deviennent une gêne (ce qui dans la paranoïa ambiante est franchement systématique).   Un vide total Papa Soprano, donc, c’est le grand nettoyage : tout ce qui dépasse dégage, pas seulement les balances, les familles rivales mais aussi ce qui n’est pas dans la « norme » : un de ces capos qui se révèlera être gay l’apprendra à grands coups de canon scié. Bref, Papa Soprano qui ne comprend pas très bien qui il est s’évertue quand même à modeler une société à son image.   Ce qu’il en reste ? Rien ! Papa Soprano dans sa volonté de protéger les intérêts de sa famille va tout simplement créer un vide total et s’isoler entièrement, haï par tous, sa famille comprise. C’est que nous montre la fin emblématique de la série, où la famille sort manger un morceau dans le restaurant familial et se rend compte avec inquiétude que la moindre silhouette est une ombre menaçante prête à leur faire payer chèrement leur héritage.   Dans le même temps Bush ‘zident évite une grolle durant une allocution.

Le 22 novembre 2014 à 08:33
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication