Omar Abi Azar
Publié le 17/03/2015

Hussein


Il est six heures trente
Chez moi il ne pleut pas
Il fait toujours mauvais
Je cherche l’amertume dans mon café
Je tue tout par cynisme
Mon nom peu importe
Il vogue dans une petite solitude de bourgeois
Comme une rengaine insolente
Sur les plages de l’information
Je me détends et observe
Ceux que j’aime
Sont riches et blonds
Propre et bon
Je meurs deux fois par jour
Dans les journaux qui décrivent les héros
Je me révolte contre ma propre mort
Celle que je trouve injuste
L’autre je la tais comme si
Ce n’était pas moi
J’aime quand on meurt au soleil
Des rêves par milliers
J’aime la danse des macchabées
Le chant des déplacés
Je hurle sur les trottoirs crache dans un café
Le courage de ceux que j’ai engagés
Mon amour est rude
Je suis exécrable
Mon unique émotion
Est pour une femme
Une pauvresse
Un trottoir
Je méprise le malheur
Les malheureux
Ceux qui habitent
Les fragments de
Mon crâne
Et les régurgitations de mon âme
Celle que j’aime a un désir
Que j’ai gravé dans mes os
Caché sous ma gencive
On baise comme on meurt
Et puis on meurt
Et quand on meurt
On meurt seul
Sans souffrance
Pourrissant d’objectivité
Et d’alcool frelaté
Vide et banal
Comme un Paradis
Un pré
Ou la couleur des roses
Et l’odeur du succès
Je m’appelle Hussein
Et je rêve d’être
Toi
Un assassin
Un corps dans mon lit
Sans témoins
A notre irréversible
Illusion

extrait de Hussein, Omar Abi Azar, Amers éditions Beyrouth 2012

Omar Abi Azar est metteur en scène à Beyrouth. Après quatre ans d’étude à l’Université Libanaise, Omar Abi Azar se tourne vers le théâtre et ses formes contemporaines. Avec, notamment, Nathalie Garraud, Olivier Saccomano et la compagnie Du Zieu dans Les Bleus, il travaille sur l’expérimentation des formes tragiques. Depuis 2006, il est membre fondateur et actif dans la compagnie de théâtre Zoukak, au sein de laquelle il poursuit sa recherche sur les questions que soulèvent ces formes au Liban. En 2014 il a lu son texte Hussein au Festival d'Avignon dans le programme "Ça va, ça va le monde!" 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 22 mars 2012 à 08:05
Le 9 avril 2011 à 08:45

Tornade chantilly sur Mgr Léonard, primat intégriste

Carte postale de Belgique

Bonjour les aminches,A Bruxelles, c'est la bamboula.Notre internationale pâtissière vient d'entarter Monseigneur Léonard, le primat intégriste de l'Eglise catholique belge.Louvain-la-Neuve, mardi 5 Avril 2011Alors qu’il se rendait à l’université catholique de Louvain-la-Neuve à un débat avec le professeur de physique théorique Jean Bricmont sur le thème « Concilier science et foi, est-ce bien raisonnable ? », Mgr Léonard est tombé dans une embuscade pâtissière.Une première tarte à la crème a atterri sur son visage au moment où il entrait dans le bâtiment universitaire. Une fois débarbouillé, André-Joseph Léonard a pu gagner sans encombre l’auditoire Coubertin où on l’attendait. Mais à peine le primat de l'église catholique belge avait-il pénétré dans les lieux qu’il recevait de plein fouet trois nouvelles tartes dégoulinantes.Les quatre jeunes entarteurs de l’archevêque intégriste, qui n’en étaient pas à leur coup d’essai (en 2011, opérations Éric Zemmour et Melchior Wathelet), se sont ralliés depuis peu à l’Internationale pâtissière.Gloup, gloup, gloup, gloup !Entartons, entartonsl’homophobe ratichon !Déclaration à chaud des Maurice Gloup :"Entartons, entartons les homophobes en robeEt les anti-avortements qui, dégueulassement,Protègent ceux qui tripotent les petits enfants.Que M'sieur SIDA ne s'en fasse pas,la capote, eux, ils ne la mettent pas."

Le 2 septembre 2010 à 11:25

"Seul l'avenir est un pays supportable" 3

Un film cadavre-exquis inauguré par Régis Jauffret

Mon plan pour le film en cours de montage : Jón Fejoz, glacier des Grands-Montets, Août 2010 (Aiguille verte – les Drus)Les glaciers, qu’ils stagnent, avancent, grincent ou explosent, me dérangent de plus en plus. Les glaciers, c’est du temps contenu, concentré, du temps qui nous pète à la gueule sans qu’on ne puisse rien y faire, du temps qui nous renvoie à nos incapacités, à nos limites humaines.Trente-cinq, c’était il y a trente-cinq ans pendant l’ascension de l’Aiguille Verte par le glacier des Grands-Montets. Trente-cinq ans, une broutille. Le 27 août 1975, après quatre heures d’escalade, j’ai coupé la corde. Au bout de la corde, il y avait Jón. Je vous le dis à vous parce qu’aujourd’hui, plus personne ne s’y intéresse. Jón était suspendu dans le vide, les jambes broyées, sans casque. Son bras droit n’était retenu que par son anorak, son corps semblait dispersé autour de la colonne vertébrale retenue au niveau des reins par le baudrier. J’ai coupé la corde, Jón est tombé directement dans la rimaye, dans la zone de fracture du glacier, dans la première crevasse, une crevasse de soixante mètres.Les glaciers, c’est du temps en mouvement, du temps sinueux et perfide, du temps qui nous néglige. Depuis 35 ans, la zone de fracture du glacier se déplace, se contracte, s’agrandit. Elle ne me lâche jamais, je lui appartiens. Même quand je m’éloigne, quand je sors de la vallée, elle vient me chercher. Parfois, en hivers, elle s’efface derrière d’épaisses couches de neige. Alors seulement, je peux penser, au moins un instant, que les glaces n’en ont rien à faire de moi.

Le 9 janvier 2015 à 10:24
Le 12 janvier 2015 à 08:10
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication