Laurence Vielle
Publié le 27/03/2015

Depuis le 7 janvier, je parle aux oiseaux


Bonsoir Jean-Daniel,

Je t'écris, c'est la nuit.
La dernière fois que nous nous sommes écrits
c'était à propos du Coq à Lasne je crois
un spectacle que j'aurais volontiers partagé avec les spectateurs au Rond-Point
j'aime ce lieu et son foisonnement 
l'autre jour je suis venue écouter dans la petite salle
Le Discours à la nation
réjouissant, interpellant
La scène est cet espace où un autrui renouvelle un autrui
offrir être regardé partager la parole créer au même espace d'autres possibles
qui bouleversent font rire rêver interrogent éblouissent tuent ressuscitent...
Aujourd'hui, tu m'invites à écrire sur l'autre
peut-être est-ce le moment pour moi de le dire...
Depuis le 7 janvier, ma vie est bouleversée.
depuis le 7 janvier,  je parle aux oiseaux.
Je marchais là dans ma ville au plat pays, tôt le matin, "le Carré de Moscou", c'est le nom de cette place aux abords de chez moi ; un oiseau s'est approché et puis un autre, j'ai regardé autour de moi, je me suis dit "il doit y avoir quelqu'un juste derrière mon épaule qui tient un morceau de pain"
mais non personne.
Un oiseau, oui, et un autre et puis un autre encore…
En vérité, Jean-Daniel, je te le dis, je parle aux oiseaux.
Je ne parle pas avec mes lèvres,
pas avec des syllabes ni avec des voyelles
pas avec ma langue mouillée
pas en sifflant ni gazouillant
ni croassant ni glougloutant non,
pourtant je parle aux oiseaux.
Le premier jour, il y avait
des pigeons bien sûr
mais aussi 7 mouettes 29 merlettes
38 pinsons 63 moineaux 12 perruches vertes
toutes sortes d'oiseaux
une nuée d'oiseaux s'est posée petit à petit autour de moi
la ville dormait encore un peu
on s'est entretenu comme ça les oiseaux et moi
je peux te dire à quoi pense le pigeon qui ouvre ses ailes quand l'enfant arrive en courant
ou la sensation fantastique d'une nuée d'oiseaux qui vole en nappe au-dessus de la ville
je parle aux oiseaux Jean-Daniel
une vieille dame, lente, est passée
pas étonnée du tout la dame âgée de me voir entourée ainsi par les oiseaux
elle a sorti de son sac des bouts de vieux pain qu'elle a égrainés
j'ai picoré les miettes
D'ailleurs, je parle aussi aux vieilles dames.
J'étais assise sur un banc il y a quelques jours, une vieille dame s'est assise à côté de moi
et une autre puis une dizaine de vieilles dames et puis une centaine
et toutes ensemble, nous nous tenions là, immobiles,
ensuite nous avons traversé la ville au bruit des cannes et des petits talons
grand troupeau de lenteur et c'était bon Jean-Daniel
cette lenteur majestueuse qui recouvrait la ville
si bon
et aux enfants aussi je parle
comme le joueur de flûte je peux si je veux mener un cortège d'enfants aux eaux de la Senne 
et puis voilà que l'autre jour
un groupe d'hommes et quelques femmes parmi eux
se sont rassemblés autour de moi
je me suis demandé "à qui je parle cette fois-ci ? à quel autre dont je suis l'autre ?"
un d'eux m'a tendu une photo du prophète
un autre un fusil d'assaut
puis plus rien, juste nous rassemblés comme ça
je ressentais en leurs cœurs l'ivresse et la puissance métallique
d'installer un nouvel ordre
nous n'étions pas tant que ça 
je nous ai comptés, 33
là rue de la Paix à Ixelles
leurs visages m'interpellaient, me réclamaient justice paix harmonie
mais ce sang Jean-Daniel sur mes mains au bout de mon fusil
terrible ce sang  
mal j'ai mal
ça non je me disais ça pas possible
nous marchions du même pas décidé et effacé
et là Jean-Daniel, il y a eu un moment  fantastique
des vieilles dames se sont jointes à nous
puis les oiseaux nous ont fait une traîne
ce n'était plus un groupe ou l'autre
c'était nous tous ensemble et mélangés
nous ne savions plus où nous allions
plutôt vers le nord me semblait-il
déjà sur mon visage le baiser des embruns
et quelques rires naissaient de notre bande drôle presque dansante
j'ai senti dans tout mon être
combien nous nous portons les uns les autres
combien lui elle toi moi sommes effroyablement proches
combien je suis l'oiseau et la vieille dame et l'enfant et l'extrémiste
oh l'autre ! qui me dévisage
je ne sais trop quoi faire de tout cela qui m'arrive
je me dis que si ça arrive à moi ça doit arriver à d'autres aussi…?
une communion sans paroles
une pentecôte sans fin
Une phrase d'Emmanuel Levinas me revient à l'esprit
« J’entends la responsabilité comme responsabilité pour autrui, donc comme responsabilité pour ce qui n’est pas mon fait, ou même ne me regarde pas, ou qui précisément me regarde, c’est-à-dire qui est « absorbé » par moi comme visage. »
J'attends les jours plus chauds pour parler aux papillons
aux bourgeons peut-être aussi
Mais à l'instant dans cette nuit où je t'écris
un nuage d'insectes volants arrive vers moi
s'agglutine
se précipite sur l'écran de l'ordi
plusieurs nuages tour à tour s'y fracassent 
perdent leurs ailes tapis d'ailes à mes doigts
je ne parviens presque plus à t'écrire
ils me cachent la lumière 
et je crois
que je vais moi aussi
percuter l'écran
je suis cet éphémère qui va perdre ses ailes
et qui se précipite vers la lumière
allez allez
je clique sur "envoyer"
avant de passer
cher Jean-Daniel
avant de
tomber
je

clic

Laurence Vielle est née à Bruxelles en 1968, elle y vit toujours. Comédienne et auteure, elle aime dire les mots, surtout les écritures d’aujourd’hui. Elle récolte les paroles dites par les autres, elle les retranscrit minutieusement pour en faire des spectacles qui donnent à entendre la parole de ceux qui passent, anonymes – tentatives de créer du lien. Dans Paroles en stock, elle dit ses poèmes avec un musicien... Un stock de mots qui se renouvelle sans cesse.
Après État de marche et On air avec Jean-Michel Agius, La Récréation du monde avec Claude Guerre, Animal (création collective), Re-né, qu’est-ce qui te fait vivre ?, Laurence Vielle écrit et crée en 2012 le spectacle Du Coq à Lasne, une marche à pied entre deux gros villages belges, ainsi qu’une marche dans sa mémoire familiale : il y avait pendant la Seconde Guerre deux résistants et deux collaborateurs dans sa famille, c’est un secret... Elle a eu besoin de le dénouer par les rencontres du chemin.

 

Plus de...

Laurence Vielle

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 31 mai 2015 à 09:00

Paul Jorion : "Vivons-nous encore en démocratie ?"

Une étude très intéressante faite par la Banque des Règlements Internationaux – la "banque des banques" donc ce ne sont pas des révolutionnaires – était de savoir si nous sommes encore une démocratie. Ils se sont aperçus qu'on ne tient absolument pas comptge, dans les décisions politiques, de l'opinion de la majorité de la population. Il est clair que dans l'ensemble c'est le milieu des affaires et quelques personnes très riches qui influencent le monde. La conclusion de cette étude est qu'on vit en oligarchie, avec une apparence de démocratie parce que nous votons encore... Non, les gens ne sont plus le plus grand lobby du monde. Il faut de l'argent pour être un lobby. Le journal US Politico est venu à Bruxelles en disant que cette ville est le Washington de l'Europe au vu du nombre de ses lobbies : 147 transnationales qui représentent 70% de l'économie. Les cinquante premières sont de grosses banques. L'historien britannique marxiste Eric Hobsbawm a dit qu'aujourd'hui la révolte est impossible. Il faudrait, pour qu'elle ait lieu, qu'elle se produise à l'échelle de la planète. Mais il y a l'obstacle des langues pour que surgisse une opinion publique mondiale. Déjà en Europe les opinions publiques ne communiquent pas entre elles. Ce qui se discute en Allemagne ne passe pas en France, en Italie, etc. Il faudrait tout traduire en anglais. Pour comprendre où nous en sommes, je me demande si nous ne devrions pas lier les savoirs relatifs à l'individu et ceux relatifs au groupe. Je vais essayer de le faire dans mon prochain livre, entre psychanalyse et anthropologie. On ne peut pas ne pas tenir compte du fait que des collectivités d'êtres humains ont un comportement qu'on ne peut comprendre en additionnant simplement les comportements individuels, comme le prétend la théorie de l'homo economicus. De même, il ne suffit pas d'en rester au plan de la sociologie. Il y a une faiblesse liée à notre nature, nous pensons que tout s'explique par la rivalité et la concurrence. Et nous ne voyons pas que notre comportement spontané est plutôt celui de l'attirance vers les autres, du désir de faire des choses ensemble, de la solidarité. Nous avons un sentiment de culpabilité attaché à notre comportement lié à la rivalité qui nous le rend perceptible, et aucun attaché à notre besoin d'aimer les autres, ce qui fait que nous le perdons de vue. Nous ne sommes pas un loup pour l'homme, c'est grâce à la solidarité que nous pouvons survivre dans les situations de concurrence extrême, comme dans les camps de concentration. Nous devons nous organiser dans l'avenir selon la philia d'Aristote, cette bonne volonté que nous mettons tous à faire marcher les choses. > le blog du Paul Jorion

Le 11 mars 2015 à 09:22
Le 18 mars 2015 à 09:39

Ils veulent nous. Nous n'avons même plus, même pas.

Ils veulent nous empêcher de dire la véritéIls veulent nous diviserIls veulent nous couper les ailesIls veulent nous séparerIls veulent nous faire croire que les grévistes sont nos ennemisIls veulent nous empêcher de nous libérer !Ils veulent nous expulser !Ils veulent nous rendre fousIls veulent nous enlever aussi nos retraites !Ils veulent nous dresser les uns contre les autresIls veulent nous faire plierIls veulent nous virer !Ils veulent nous faire péter les plombsIls veulent nous avoir jusqu'à la trogne Depuis plusieurs semaines, des interrogations, des appréhensions, des critiques se sont élevées autour du Ils veulent nous faire croire que le système économique va dans notre intérêtIls veulent nous anesthésier l'espritIls veulent nous briserIls veulent nous détruire politiquementIls veulent nous utiliserIls veulent nous enfermerIls veulent que l’on croie que nous sommes des ennemisIls veulent nous dicter notre choix politiqueIls veulent nous voir capituler devant l'occupation israélienneIls veulent nous frustrer jusqu’au dernierIls veulent nous enrôler à leur serviceIls veulent nous piquer des sous De nombreux jeunes ont exprimé leurs inquiétudes, leur besoin de et de, mais aussi leur volonté de Ils veulent nous empêcher de nous exprimer !Ils veulent nous jeter comme si on n’était rienIls veulent nous ficherIls veulent nous obliger à payer l’augmentationIls veulent nous enlever notre fleuveIls veulent nous faire crever pour faire baisser les prix.Ils veulent nous chasserIls veulent nous asservirIls veulent nous chasser de nos terresIls veulent nous imposer la constitution européenne ! Au-delà du, la période que nous traversons renvoie à des interrogations profondes Nous n’avons même plus un endroit pour construire notre vieNous n’avons même pas le choixNous n’avons même pas de camionnette de livraisonNous n’avons même pas le minimumNous n’avons même pas été capables de nous entendreNous n’avons même pas le droit d’avoir des représentantsNous n'avons même plus l'impression de faire un choix Je comprends bien sûr aussi le refus de qui s'est fortement exprimé Je n'ai même plus l'impression que tu comprennes le refus qui s'exprimeJe n'ai pas plus l'impression qu'au-delà du, la période que nous traversons renvoie à des interrogations profondesEncore moins que le besoin de ou de suffit à construire une vieD'ailleurs, nous n'avons même plus un endroit pour construire notre vie au-delà du Berlin, le 13 décembre 2006

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Rencontre avec Isabelle Huppert
Live • 17/12/2020
La masterclass de Daniel Pennac
Live • 11/12/2020
La masterclass de Alice Zeniter
Live • 05/12/2020
La masterclass de Jacques Bonnaffé
Live • 30/11/2020
La masterclass de Gilles Cohen
Live • 24/11/2020
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication