Laurence Vielle
Publié le 27/03/2015

Depuis le 7 janvier, je parle aux oiseaux


Bonsoir Jean-Daniel,

Je t'écris, c'est la nuit.
La dernière fois que nous nous sommes écrits
c'était à propos du Coq à Lasne je crois
un spectacle que j'aurais volontiers partagé avec les spectateurs au Rond-Point
j'aime ce lieu et son foisonnement 
l'autre jour je suis venue écouter dans la petite salle
Le Discours à la nation
réjouissant, interpellant
La scène est cet espace où un autrui renouvelle un autrui
offrir être regardé partager la parole créer au même espace d'autres possibles
qui bouleversent font rire rêver interrogent éblouissent tuent ressuscitent...
Aujourd'hui, tu m'invites à écrire sur l'autre
peut-être est-ce le moment pour moi de le dire...
Depuis le 7 janvier, ma vie est bouleversée.
depuis le 7 janvier,  je parle aux oiseaux.
Je marchais là dans ma ville au plat pays, tôt le matin, "le Carré de Moscou", c'est le nom de cette place aux abords de chez moi ; un oiseau s'est approché et puis un autre, j'ai regardé autour de moi, je me suis dit "il doit y avoir quelqu'un juste derrière mon épaule qui tient un morceau de pain"
mais non personne.
Un oiseau, oui, et un autre et puis un autre encore…
En vérité, Jean-Daniel, je te le dis, je parle aux oiseaux.
Je ne parle pas avec mes lèvres,
pas avec des syllabes ni avec des voyelles
pas avec ma langue mouillée
pas en sifflant ni gazouillant
ni croassant ni glougloutant non,
pourtant je parle aux oiseaux.
Le premier jour, il y avait
des pigeons bien sûr
mais aussi 7 mouettes 29 merlettes
38 pinsons 63 moineaux 12 perruches vertes
toutes sortes d'oiseaux
une nuée d'oiseaux s'est posée petit à petit autour de moi
la ville dormait encore un peu
on s'est entretenu comme ça les oiseaux et moi
je peux te dire à quoi pense le pigeon qui ouvre ses ailes quand l'enfant arrive en courant
ou la sensation fantastique d'une nuée d'oiseaux qui vole en nappe au-dessus de la ville
je parle aux oiseaux Jean-Daniel
une vieille dame, lente, est passée
pas étonnée du tout la dame âgée de me voir entourée ainsi par les oiseaux
elle a sorti de son sac des bouts de vieux pain qu'elle a égrainés
j'ai picoré les miettes
D'ailleurs, je parle aussi aux vieilles dames.
J'étais assise sur un banc il y a quelques jours, une vieille dame s'est assise à côté de moi
et une autre puis une dizaine de vieilles dames et puis une centaine
et toutes ensemble, nous nous tenions là, immobiles,
ensuite nous avons traversé la ville au bruit des cannes et des petits talons
grand troupeau de lenteur et c'était bon Jean-Daniel
cette lenteur majestueuse qui recouvrait la ville
si bon
et aux enfants aussi je parle
comme le joueur de flûte je peux si je veux mener un cortège d'enfants aux eaux de la Senne 
et puis voilà que l'autre jour
un groupe d'hommes et quelques femmes parmi eux
se sont rassemblés autour de moi
je me suis demandé "à qui je parle cette fois-ci ? à quel autre dont je suis l'autre ?"
un d'eux m'a tendu une photo du prophète
un autre un fusil d'assaut
puis plus rien, juste nous rassemblés comme ça
je ressentais en leurs cœurs l'ivresse et la puissance métallique
d'installer un nouvel ordre
nous n'étions pas tant que ça 
je nous ai comptés, 33
là rue de la Paix à Ixelles
leurs visages m'interpellaient, me réclamaient justice paix harmonie
mais ce sang Jean-Daniel sur mes mains au bout de mon fusil
terrible ce sang  
mal j'ai mal
ça non je me disais ça pas possible
nous marchions du même pas décidé et effacé
et là Jean-Daniel, il y a eu un moment  fantastique
des vieilles dames se sont jointes à nous
puis les oiseaux nous ont fait une traîne
ce n'était plus un groupe ou l'autre
c'était nous tous ensemble et mélangés
nous ne savions plus où nous allions
plutôt vers le nord me semblait-il
déjà sur mon visage le baiser des embruns
et quelques rires naissaient de notre bande drôle presque dansante
j'ai senti dans tout mon être
combien nous nous portons les uns les autres
combien lui elle toi moi sommes effroyablement proches
combien je suis l'oiseau et la vieille dame et l'enfant et l'extrémiste
oh l'autre ! qui me dévisage
je ne sais trop quoi faire de tout cela qui m'arrive
je me dis que si ça arrive à moi ça doit arriver à d'autres aussi…?
une communion sans paroles
une pentecôte sans fin
Une phrase d'Emmanuel Levinas me revient à l'esprit
« J’entends la responsabilité comme responsabilité pour autrui, donc comme responsabilité pour ce qui n’est pas mon fait, ou même ne me regarde pas, ou qui précisément me regarde, c’est-à-dire qui est « absorbé » par moi comme visage. »
J'attends les jours plus chauds pour parler aux papillons
aux bourgeons peut-être aussi
Mais à l'instant dans cette nuit où je t'écris
un nuage d'insectes volants arrive vers moi
s'agglutine
se précipite sur l'écran de l'ordi
plusieurs nuages tour à tour s'y fracassent 
perdent leurs ailes tapis d'ailes à mes doigts
je ne parviens presque plus à t'écrire
ils me cachent la lumière 
et je crois
que je vais moi aussi
percuter l'écran
je suis cet éphémère qui va perdre ses ailes
et qui se précipite vers la lumière
allez allez
je clique sur "envoyer"
avant de passer
cher Jean-Daniel
avant de
tomber
je

clic

Laurence Vielle est née à Bruxelles en 1968, elle y vit toujours. Comédienne et auteure, elle aime dire les mots, surtout les écritures d’aujourd’hui. Elle récolte les paroles dites par les autres, elle les retranscrit minutieusement pour en faire des spectacles qui donnent à entendre la parole de ceux qui passent, anonymes – tentatives de créer du lien. Dans Paroles en stock, elle dit ses poèmes avec un musicien... Un stock de mots qui se renouvelle sans cesse.
Après État de marche et On air avec Jean-Michel Agius, La Récréation du monde avec Claude Guerre, Animal (création collective), Re-né, qu’est-ce qui te fait vivre ?, Laurence Vielle écrit et crée en 2012 le spectacle Du Coq à Lasne, une marche à pied entre deux gros villages belges, ainsi qu’une marche dans sa mémoire familiale : il y avait pendant la Seconde Guerre deux résistants et deux collaborateurs dans sa famille, c’est un secret... Elle a eu besoin de le dénouer par les rencontres du chemin.

 

Plus de...

Laurence Vielle

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 22 mars 2015 à 09:09

L'autre peuple

On est tous dans un peuple, moi par exemple ça me fait chier, moi par exemple je ne veux pas faire partie d’un peuple, à la limite ce que je veux bien faire c’est créer un peuple, mais alors un peuple expérimental : un peuple lié à des végétaux sur terre, un peuple expérimental discret des forêts. Un peuple invisible, qui non pas se fond mais nage dans le paysage. Nage c’est-à-dire circule, mais pas spécialement exclusivement linéairement, aussi de haut en bas et de travers, de tous côtés, en fonction des circonstances. Un peuple qui végète pas mal aussi, d’ailleurs, affalé, connecté à la façon des plantes, par des moyens un peu zarb, hormonaux, souterrains. Prolifération de plantes, observées avec toute la patience du monde, prolifération de tout un peuple de plantes, les plantes comme modèles politiques, un peuple le moins humain possible, un peuple fatigué d’être humain, un peuple fatigué, un peuple fatigué d’être techniquement intelligent, un peuple qui développe des stratégies intenses de passivité, un peuple sur lequel on ne compte pas, un peuple alangui, un peuple du degré zéro de l’énergie vitale, un peuple désolé, presque pierre mais néanmoins végétal, un peuple végétal qui tend à devenir pierre, une population qui ne rigole pas, couchée, jamais debout, en désaccord avec ses organes, en désaccord avec la dictature de son système de digestion. Un peuple calme, dont le corps est l’œil, un peuple-corps-œil, content-contemplatif-fatigué. La fatigue est bonne pour la santé, c’est la pierre dans le système, le poids, le sentiment de poids dans le système nerveux, et c’est précieux car c’est le calme qui s’installe, or justement ce dont on a besoin c’est de la tristesse du calme désolé. La tristesse du calme désolé ouvre le gouffre grâce auquel l’enthousiasme peut déborder. Déborder calme, le végétal a tout compris. Le rire décolle, le poids et la tristesse collent.

Le 15 mai 2010 à 23:02

À Mona Lisa cette garce

Textos restés à ce jour sans réponse à madame Lisa

1. Jour sans couleur. Votre sourire semble me dire que vous ne voulez de moi que le meilleur. Et rien d’autre. Allez vous faire foutre. 2. Il n'y a de relation facile qu'avec les chiens, les touristes ou les prostitués. Disiez-vous. Je vous envie d’aimer la facilité. 3. Le Louvre est loin et le temps à l’averse. Jamais seul, je me promène avec vous qui n’êtes pas là. Je vous ai cherchée partout. Je ne vous ai reconnue nulle part. 4. Sur ma table de travail, j’exhibe les traces des produits de vous dérivés, les dissèque comme des crapauds. Je me souviens de vous. Je suis certain que c’était ça, aimer. 5. N’écrivez pas. Voudrez-vous bien aujourd’hui avoir l’amabilité de demeurer morte ? Que je puisse ne plus m’éparpiller dans mon deuil de vous. 6. Vous ne répondez jamais. Votre docilité est consternante. Où en êtes-vous de votre deuil de moi ? Quand je pense à tous ces gens qui vous regardent. 7. Ne répondez pas à mon précédent message, je ne veux pas savoir où vous en êtes. Je ne veux plus jamais savoir. 8. Démission postée au musée du Louvre. Ce jour porte la tristesse de réaliser que ces voyages sont désormais avec vous inconcevables. Je ne serai plus votre gardien. 9. Les jours de pluie se font rares. Je passe mon temps à me venger de votre absence. Je ne parviens pas à croire que je vous suis si facile à quitter. Mais j’apprends. 10. Votre absence prend les couleurs des dimanches vides. Elle est partout. Votre absence est partout où vous n’êtes pas. C’est dire. 11. Je vous confiais : « Nous n’allons nulle part. » Votre air semblait ajouter : « et encore, pas même ensemble. » 12. Au risque de vous blesser, j’avoue que souffrir de votre absence devint plus tolérable dès lors que vous n’étiez plus là. Vôtre, toujours où vous n’êtes pas. 13. Il faut que je vous dise, il est possible qu’à vous chercher partout et toujours, sachant que je ne vous trouverai qu’inaccessible ; il est possible qu’à vous chercher sans cesse et partout sachant que je ne vous atteindrai jamais, il est possible que je devienne fou. Et vous embrasse.

Le 30 mars 2015 à 09:03

Vienne le temps des âmes incendiées

On dit parfois que la politique consiste dans la distinction entre l’ami et l’ennemi. On dit aussi que l’Autre est la figure de notre question ; qu’il est « notre » question parce qu’il est celui qui nous remet en question ou qui nous pousse à mettre en équation des principes qui, sinon, nous resteraient inaperçus. Mais cette question ne se pose jamais qu’imparfaitement ; cette question ne se pose qu’incomplètement. Dans le carnaval de l’être, l’autre et le même brouillent leurs identités à la première occasion. Ils échangent leur masque dès qu’on a le dos tourné. Au fond, même le plus ignoble des suprématistes racistes sait que l’Eskimo le plus éloigné de lui-même est capable de comprendre sa logique. Et même le plus parachevé des universalistes admet que son voisin de palier n’est pas fichu de saisir ses intentions. Au fond, il n’y a qu’un seul Autre qui soit vraiment Autre, et c’est celui ou celle dont l’existence nous fout en l’air. C’est celui ou celle dont la réalité nous bousille. Il n’y a qu’un seul Autre, c’est celui ou celle qui nous submerge, nous blesse, nous anéantit, nous réduit en miettes. Face à elle ou lui, nous nous retrouvons à parler comme Job dans son fumier : Mais si je vais à l’orient, il n’y est pas ;Si je vais à l’occident, je ne le trouve pas ;Est-il occupé au nord, je ne puis le voir ;Se cache-t-il au midi, je ne puis le découvrir.Ce que son âme désire, il l’exécute.Il accomplira donc ses desseins à mon égard,Et il en concevra bien d’autres encore.Voilà pourquoi sa présence m’épouvante ;Quand j’y pense, j’ai peur de lui.Cet autre, c’est celui qui a la clé de notre mort et qui se tient devant le seuil qui nous sépare de notre vie. Cet autre, c’est tout ce qui nous sépare ; c’est tout ce qui fait de nous un laissé pour compte, un abandonné, un exilé. C’est notre amour, notre assassin, notre double, notre ogre. Cet autre, c’est celui ou celle dont la force nous déconcerte, dont la faiblesse nous épouvante. C’est celui ou celle dont l’étrangeté nous remplit de haine et de désir. Cet autre, même si c’est le dernier des connards ou la pire des idiotes, et surtout si c’est le dernier des connards ou la pire des idiotes, c’est la divinité. C’est le visage de la divinité tourné un instant vers nous, portant le masque de notre persécuteur.Parce qu’il n’y a qu’une seule rencontre véritable de l’autre, c’est de tomber amoureux, et c’est pourtant la chose qui nous sépare le plus. Parce qu’on a goûté à deux la fusion unitive de l’érotique sacré, parce qu’on a vécu un instant la nostalgie de l’âge d’or, tout chez l’autre nous rend possiblement fou : ses absences, ses présences, ses silences, ses signes. Alors on revit, à la vitesse de l’éclair, la chute dans le Temps. On a retrouvé un bref moment l’Eden prénatal et on est violemment retombé dans l’Age de Fer. Viens, étoile absinthe. On a retrouvé les jours qui passent et leur horreur. Déjà la chute de la fusion érotique aux affaires du jour avait entraîné la colère, la haine, les jalousies maladives, les disputes incessantes. Si la passion amoureuse ne se soldait pas dans le double détournement, on chuterait encore et on deviendrait un couple ou quelque chose de ce genre. De guerrier on deviendrait commerçant. On commencerait à s’organiser ensemble, à faire nos comptes et à régler nos factures. Avant la dernière étape, la plus laide : celle des vieux partenaires domestiques d’où tout feu est éteint mais que rien ne peut séparer. Il ne leur manque que le boulet aux pieds pour ressembler aux pénitents auxquels leur résignation nous fait toujours penser.Lorsque notre grand amour nous quitte, c’est le plus beau cadeau qu’il puisse nous faire. Inconsciemment, il n’a pas supporté l’idée de voir le sacré se transformer en profane. Il a préféré la mort à la quotidienneté, la violence à l’ennui. La séparation est alors une blessure si béante que nous avons l’impression d’être troué ; l’impression d’avoir, à la place du cœur, une plaie : cette plaie seule apte à laisser filtrer la lumière. Ce n’est pas lui ou elle qui nous a quitté, c’est la divinité qui s’est retirée d’eux. Ce n’est pas l’amour de notre vie qui est devenu un étranger, c’est l’ange de lumière qui a quitté son corps et a regagné l’un des cieux de son âme.    L’amour n’est pas chose humaine. L’amour est la stratégie des dieux pour nous rappeler que la réalité n’est pas profane et que la vie n’est pas quotidienne. On devrait s’en moquer – que l’amour entre nous et l’autre s’arrête un jour. Ce qui devrait compter, c’est la pureté du sentiment amoureux initial, qu’il faut ensuite réussir à transférer dans nos actions de tous les jours. C’est la pureté de l’instant initial de l’amour qu’il ne faut cesser de fondre dans la matière du Temps – et chaque affaire que nous traitons doit être éclairée par la même ferveur que celle de la fusion érotique. C’est peut-être ça la sainteté : cet état où chaque geste que nous produisons est une lettre d’amour, où chaque rencontre est un transport, et chaque sourire une adresse à la divinité dont on voit la flamme brûler dans l’âme de l’autre. Comme disent les oracles chaldéens : « Espérance au contenu de feu sera ta nourriture. » Vienne le temps des âmes incendiées.

Le 11 mars 2015 à 09:22
Le 26 mars 2015 à 12:32

Antoine Boute : Les Morts rigolos (la vie c'est du luxe)

Trousses de secours, saison 3 : Rattraper la langue

Attention : voyage de 40 minute dans l'univers sonore, mental, drôlissime et percussif d'Antoine Boute. L'auteur redonne par la bouche naissance à son roman Les Morts rigolos – entre chant diphonique, stand-up littéraire jusqu'au boutiste, réinvention des rites d'enterrement (ce qui, dit en passant, est une œuvre d'utilité publique urgente à laquelle aucun artiste à ce jour ne s'était encore attelé).  Entrez dans une conférence-performance ou plutôt – selon les propres mots de Boute – "un dispositif-impertinence pour ériger le roman en blague, faire de la blague un système philosophique, repousser l'instant de la chute, histoire de voir combien de temps la bécane va tenir sans imploser." Poète-bucheron-météore venu de Belgique, Boute, vous verrez, pousse la littérature jusqu'à la catastrophe. Antoine Boute est l’un des représentants les plus emblématiques de la poésie expérimentale en Belgique. Son œuvre, plurielle, se caractérise par une singularité forte, une identité tout à la fois propre et hybride, mutante, inquiétante, excitante. Philosophe, écrivain, poète sonore, pornolettriste, prophète conceptuel et naturaliste, il s’adonne également à la poésie graphique, à l’écriture collective, aux pratiques collaboratives, et est organisateur d’événements.Parmi ses ouvrages : Les Morts rigolos (éditions Les Petits Matins 2014)  Enregistré le 27 novembre 2014 au Théâtre du Rond-Point durée 40 minutes

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication