Nastya Nudnik
Publié le 15/04/2015

Un soir d'été


Nastya Nudnik est une artiste, créatrice, désigner et blogueuse ukrainienne basée à Kiev. Elle a créé la série "Emoji-nation" en associant des éléments informatiques représentant la vie moderne et des chefs-d'oeuvre picturaux classiques.

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 2 avril 2012 à 07:43

Les malintentionnés ou vrais faiseurs d'embarras

Les cracks méconnus du rire de résistance

Un mouvement d’activistes anti tsaristes très fondus a réellement porté ce nom et eut droit à ce surnom dans la vieille Russie de la fin du XIXe siècle.En 1875, trois « malintentionnés » dégingandés conspirant contre l’autocratie ont une riche idée. Ils font typographier en Suisse une « charte dorée » soi-disant promulguée par le tsar et, s’étant grâce à ce subterfuge nommés « commissaires impériaux », ils viennent mettre à exécution à Tchiguirine, sur les bords du Dniepr, les oukases dont ils feignent d’avoir été chargés par le Sénat. Et voilà la population de communes rurales inflexiblement contre-révolutionnaires astreinte par voie officielle d’exproprier les gros koulaks et de se partager leurs terres. Ce qu’elle fait bon gré mal gré d’abord puis avec un fol entrain. Percés à jour et incarcérés, les trois pieds nickelés s’échappent par la grande porte de la prison de Kiev bras dessus bras dessous avec leurs gardiens (sic !) pour apprendre qu’il y a du nouveau. En leur absence, la taïnaia droujina (société secrète des amis), qu’ils ont créée canularesquement dans la région en ribouldinguant, a recruté trois mille affidés. Lesquels, échaudés par l’arrestation de leurs leaders, ont soulevé les moujiks du coin et se sont mis à libérer avec eux des bourgades entières du joug des riches boyards.On quitte la Russie en levant nos verres de Zubrowka à d’autres « vrais faiseurs d’embarras » de haut vol.Buvons un coup avec le compère Guilleri, un brigand bienfaisant à la Mandrin-Cartouche du XVIe siècle. Déguisé en archer du Roi, Guilleri, flanqué de ses deux frères et de toute une troupe de malandrins pareillement accoutrés, frappe à l’huis du président du parlement de Rouen. « Ouvrez de par le Roi ! » On s’empresse de lui ouvrir. « Nous avons appris, s’écrie Guilleri, que Guilleri trouve ici un asile. » Fermes protestations. Guilleri hausse le ton, il ne quittera pas les lieux sans l’ennemi public n°1. « Et voilà Guilleri, raconte l’historien des brigands François Funck-Brentano, qui parcourt les appartements, ouvre les cabinets, force les serrures, vide les bahuts, armoires, huches et commodes. Ses compagnons se saisissent de l’argent monnayé et des effets les plus précieux. » Puis Guilleri se retire avec ses archers en jurant que si M. le Président se mêle encore d’accorder l’hospitalité au compère Guilleri, il sera cette fois là, malgré sa toque présidentielle, pendu haut et court sur la grand-place de Rouen.Buvons un coup maintenant avec un désopilant pionnier de l’écoterrorisme qui fit beaucoup parler de lui aux States dans les seventies : le renard de l’Illinois. En 1973, le fin goupil, en tenue de travail et muni de seaux prolétariens, se fait introduire dans la salle de réception de l’US Reduction Company d’East Chicago dont les filiales polluent moultes rivières. Il déverse alors ni vu ni connu le contenu de ses seaux, soit 251 livres de déchets industriels, sur les beaux tapis de la pièce. Et il invite la presse à se dépêcher de venir constater ce qui se traficote dans les bureaux de la compagnie. « Il y en a même sur leurs tapis ! »Buvons encore un coup pour la route avec deux vrais faiseurs d’embarras anti-cléricaux qui auraient tenu à venir défendre le Théâtre du Rond-Point contre la tourbe catholique-intégriste. Les deux larrons savaient l’un comme l’autre comment naufrager des réputations vénérables en un éclair. Le premier, Marcel Celma, quand il descendait d’un bus, embrassait à l’ultime moment sur la bouche une des religieuses se trouvant là : « À ce soir, chérie ! » Le second, Benjamin Péret en personne, giflait tout à coup dans les métros des curés plongés dans leurs bréviaires en hurlant : « Bougre de saligaud ! Voilà cinq minutes que ce ratichon essaie de me peloter les couilles ! » Et place aux vrais faiseurs d’embarras du jour, parmi lesquels en tout cas les Yes Men, les désobéissants (lire Désobéir, le petit manuel de Xavier Renou, Le Passager clandestin) ou les black blocs (lire Black Blocs d’Elsa Marpeau, Gallimard).

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication