Noël Godin
Publié le 15/04/2015

C'est clair et Net comme torchette


Je n’ai jamais pigé que couic à Internet. Heureusement, je concubine avec la trépidante Sylvie, une fée du logis qui me montre les messages du jour sur un rectangle lumineux et qui tape et expédie mes chroniques et mes mails là où il faut en ne manquant pas de glapir : « Ne serait-il pas temps que tu apprennes ? Et que tu ne dépendes plus des autres ? » C’est pourquoi, finissant par céder à cette pression obstinée, et à celles des compères du Rond-Point m’engouffrant sans vergogne dans les procédures du ci-présent dossier (et deux pressions comme ça ensemble, ça commence à constituer un sacré groupe de pression), j’ai accepté stoïquement d’apprendre l’informatique.

La première phase de mon initiation a eu lieu le 10 avril sur un appareil préhistorique que mes cambrioleurs de la semaine dernière ont délaissé. En voici la captation.

Sylvie : Voici l'ordinateur, le clavier, l'écran, le boîtier.

Moi : Bonjour.

Sylvie : Le boîtier, c'est la fameuse souris. Quand tu la touches, ça bouge sur l'écran sous la forme d'une flèche.

- D'une flèche ?

- Oui, et quand la flèche qui se ballade dans les rubriques arrive sur un sujet qui prête, si on le veut, à des développements, elle se transforme en main.

- En main ?!

 - Oui, et si on veut en savoir plus sur le sujet en question, on clique avec la souris.

 - C'est-à-dire qu'on pousse sur la souris ?

 - Oui, deux fois.

- Ah, deux fois ?

 - Tu vois ici à droite, la flèche se transforme en main.

 - Et c'est toujours à droite que…

 - Mais non ! ça dépend comment le site est conçu. Et quand tu as cliqué deux fois, un sablier apparaît.

- Un sablier ?

 - Pour nous faire attendre un peu. Après quoi, un nouvel écran apparaît sur lequel on trouve des articles plus ou moins longs illustrés avec des images.

 - Et cette flèche-là ?

 - C'est quand on va dans du blanc avec la souris.

 - Et là, cet espèce de crochet à quatre crocs ?

 - C'est quand tu circules dans le texte. Tu vois ? Dans le coin droit de l'écran, on met la flèche sur le curseur.

 - Le curseur ?

 - C'est le petit bloc qui se trouve dans la barre de défilement. Il permet que le texte puisse se dérouler à notre convenance pendant qu'on pousse sur la souris.

 - Ah il faut pousser sur la souris pour que…

 - Beh oui ! Pour que le texte défile. Viens, on va attaquer. Allons… allons dans la section « interactif ».

- Oh, voilà le sablier !

 - Oui, prenons n'importe quel sujet.

 - Si on prenait plutôt l’air, j’ai la tête en marmelade de coings.

 

 Il n’y aura pas de seconde leçon. Mais cette chronique savante n’est pas close car j’ai décidé de servir coûte que coûte à quelque chose en vous mettant le nez à la diable sur une poignée de livres récents fort bien torchés filant une belle trempe aux technologies informationnelles.

La Vie algorithmique d’Éric Sadin (L’Échappée) dresse impavidement l’inventaire des prises de pouvoir par la raison numérique des pratiques, entre autres, du commerce, de l’enseignement, de la médecine et de la communication. Rarement, ventre de bœuf !, on a mieux cartographié le mouvement de marchandisation des rapports aux autres, à nous-mêmes, à la ville, à l’habitat. « Acceptons-nous d’être toujours plus intégralement régentés par ce mouvement qui s'intensifie et se perfectionne à des vitesses exponentielles, ou sommes-nous décidés à y opposer des logiques fondées sur de tout autres exigences aptes à favoriser la faculté humaine de libre choix et la subjectivation des existences ? »

Critique de la raison numérique de Dominique Mazuet (éd. Delga) déchire la cartouche sans quartiers contre la société « empirionumériste » de la « création destructive »

« - où l’on détruit les activités humaines pour mieux en réduire les coûts ;

- où les bibliothèques ont disparu au profit des médiathèques ;

- où les éducateurs, en attendant leur propre dématérialisation, ont encore pour charge de désapprendre à lire aux enfants pour qu’ils sachent mieux consommer ;

- où « le temps de cerveau disponible » doit être dégagé de toute entrave à son gavage distractif par les contenus des réseaux ;

- où seuls survivront les mieux dotés et les plus décidés parmi les gagneurs, et les plus malins parmi les autres ;

- où les capacités de Connaître, Comprendre, Lire et Savoir sont dénoncées comme des notions ésotériques à éradiquer ;

- où la connaissance est donc reléguée au dernier rang des compétences requises d’une activité culturelle ;

- où la vie sociale se conçoit comme un mouvement brownien de particules individuelles, suivant chacune leur conatus propre selon de trajectoires opportunistes, imprévisibles, et collectivement inintelligibles les unes aux autres ;

- où conséquemment le rapport social concret, la production partagée des moyens communs de subsistance, le commerce que l’humanité entretient avec elle-même ont vocation à disparaître, à l’instar de « l’homme cette invention récente » et désormais inadaptée. »

 

Mais voilà que le mot « numérique » est lui-même envoyé chez Plumeau dans le tome 2 de l’essai collectif Poétique(s) du numérique des éditions l’entretemps. Dans sa préface mordante au livre, Pierre Musso trompette que le mot « informatisation » qualifie mieux la mutation contemporaine que ce mot passe-partout censé refléter la modernité alors que c’est depuis belle lurette, depuis les Grecs, que l’Occident met le monde en chiffres. La révolution numérique est derrière nous, jambon à cornes ! À l’heure de la troisième révolution industrielle, celle de l’informatisation, place maintenant, tenez-vous bien, à une sorte de « bauhaus électronique » réunissant les artistes, les savants et les industriels (selon les souhaits de l’utopiste, un peu bléchard, il est vrai, du XIXe siècle Saint-Simon). Place à un « lieu-carrefour » mêlant le local et l’international, un « territoire-réseau fait de lieux et de liens » faisant la nique aux « multiples fatalismes » et à toutes les formes de « rationalité comptable ». Place à l’invention, à la rage, à la drôlerie, au scandale. Place à la poétique des outrages aux bonnes mœurs à la Dada, à la situ, à la Jarry, à la Fourier, à la Péret, à la Topor.

 

Facebook anatomie d’une chimère de Julien Azam (éditions Les Réveilleurs de la nuit) réussit splendidement son coup. Partant des analyses debordiennes et de celles de Georg Lukacs dans son hit Histoire et conscience de classe relatives à la marchandisation de tous les aspects de la vie et à la transformation méthodique des êtres en choses, il montre que l’aliénation ayant prospéré, « on assiste désormais à une auto-réification des individus, Facebook en constituant le lieu privilégié ».

 

Mais souvent avec le Rond-Point,

Le Happy End n’est pas trop loin !

 

Pour partir guillerettement en guérilla contre la raison numérique, contre la société empirionumériste, contre les multiples fatalismes et la rationalité comptable, contre l’auto-réification des individus, y a d’éperonnants livres de contre-attaque tels que :

L’Art de la révolte – Snowden, Assange, Manning de Geoffroy de Lagasnerie (Fayard)

Révolutions du net – Ces anonymes qui changent le monde d’Ariel Kyrou (Inculte)

L’Éthique des hackers de Steven Levy (Globe).

 

À dévorer et à expérimenter, mille bombardes !

Dans le très catholique "Télérama" belge, "Amis du film et de la TV", Noël Godin, dans les années 70-75, a saboté méthodiquement, et sans jamais être démasqué, les différentes rubriques dont il était titulaire en y injectant une tonnelée de faux "camérages" et de fausses interviews de célébrités cinématographiques, et en rendant compte, de retour de festivals, d'une foultitude de films inexistants dont il fournissait les photos de tournage. A part ça, l'escogriffe a écrit quelques traités de haute pédagogie ("Anthologie de la subversion carabinée", "Entartons entartons les pompeux cornichons ! ...) et a réalisé quelques courts métrages bougrement éducatifs ("Prout prout tralala", "Grève et pets", "Si j'avais dix trous de cul"...).
Toute l'actualité anarcho-pâtissière sur http://www.gloupgloup.be 

Plus de...

Noël Godin

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 5 mars 2015 à 10:01

Le Califat de soi

Ainsi qu’il est dit dans des salles de rédaction que l’information dérange le commentaire, en démocratie « l’autre » est fauteur de troubles. Et l’accumulation d’« autres », menace de révolution. Si des minorités changeantes ne se mêlaient pas de contester à la majorité le droit d’avoir raison, les nations ne s’en porteraient que mieux. Certes on invoquera la tolérance pour que l’autre échappe au même. Une affaire d’intonation : prononcer « Oh l’autre ! » avec cette nuance de moquerie coluchienne qui ravale le perturbateur au rang de farfelu anachronique, ou d’utopiste merdique. C’est le ridicule qui alors devrait tuer dans l’œuf cette propension de certains à penser autrement. Mais il en faut davantage pour les décourager, ces malfaisants. Ce qui ne les tue pas les renforcera, c’est à craindre. Si la déviance s’entête, alors l’exclamation « Oh l’autre ! » doit exprimer l’agacement, pour ne pas dire l’exaspération, que les partisans zélés seront incités à traduire par « débarrassez moi de ce (ces) con (s) » Car l’enfer commence avec la convoitise des « autres » d’une place qui ne leur revient pas.  C’est même du côté de chez soi, que l’altérité est plus insidieuse : gardez moi de mes amis, mes ennemis je n’en charge. Une fois l’envieux terrassé, il sera toujours temps de jeter une dernière pelletée sur son ambition contrariée : « Oh l’autre ! », mais cette fois sur le mode de la condescendance. Calé dans son fauteuil, sera-t-on jamais sûr qu’un « autre » encore ne surgira pas avec la prétention d’en faire un meilleur usage ? Une seule solution : instaurer l’État narcissique. Le Califat de soi en quelque sorte.

Le 3 septembre 2013 à 10:37

Bilan de l'été : encore des dizaines de morceaux de musique massacrés à la guitare sur les plages en France

Le ministère de la culture vient de publier son traditionnel bilan des morceaux de musique les plus massacrés à la guitare cet été sur les plages. Les chiffres stables par rapport à l’été 2012 restent toujours préoccupants. L’indétrônable No Woman No Cry Le standard de Bob Marley reste cette année le morceau qui a été le plus malmené sur le littoral français cet été, suivi de près par Come as you are de Nirvana et par Wonderwall de Oasis. La référence reggae a été reprise 10906 fois, dont 406 fois par la même personne, un étrange homme blanc portant des dreadlocks aperçu torse nu sur les plages du pays basque. Dans un classement qui ne connaît pas de grands bouleversements, la plus forte progression est effectuée par la chanson Over the Rainbow qui fait un bon de douze places. Le chiffre très préoccupant l’est d’autant plus avec le succès et l’arrivée massive de ukulélés constatés sur les plages, entraînant ainsi l’arrivée de nouveaux standards usant pour les oreilles. On notera un petit recul de certains morceaux vieillissants tels que Hôtel California et Stairway to heaven qui subissent de plein fouet la concurrence des titres de Christophe Maé et de Zaz, illustrant quand même la terrible augmentation du niveau sonore vocal que l’on observe depuis plusieurs années. La bonne nouvelle nous vient du coté des chansons de Gérald de Palmas. En effet, pour la cinquième année consécutive, aucun morceau du chanteur n’a été entendu sur les plages cet été. Des vacanciers qui se mobilisent Interrogés sur les plages, les touristes ne cachent pas leur désarroi. « On n’en peut plus, ce sont toujours les même qui doivent subir le comportement d’une minorité de kékés en bermudas. » déclare Claire, une parisienne venue passer trois semaines de vacances sur la côte d’Azur. La jeune femme avoue ne plus fréquenter que des plages privées ou interdisant leur accès aux personnes accompagnées d’un instrument de musique, et vouloir s’engager au sein de l’association l’Oreille Cassée, qui lutte pour la préservation sonore du littoral en France. Jacques Maroc, président de l’Association nous explique : « Il il y a toujours trop peu de prévention auprès des jeunes. Aujourd’hui, quatre accords suffisent pour jouer toute la discographie de Christophe Maé, c’est une bombe à retardement pour nos oreilles qu’on laisse dans les mains de nos enfants. Et on a aussi besoin que les pouvoirs publics puissent donner aux municipalités de vrais moyens d’action et de répression pour sanctionner les coupables». Aurélie Fillippetti a annoncé lors d’un point presse que « les bons chiffres de cette année ne faisait pas baisser la vigilance du gouvernement sur le problème ». La ministre de la culture a en outre précisé que l’opération de distribution de bouchons pour les oreilles sur toutes les plages du littoral français serait reconduite à l’été 2014. L’opposition dénonce une mesure trop laxiste en rappelant le tragique fait divers qui a vu un homme se faire lyncher par des touristes excédés après avoir entonné Imagine de John Lennon sur une plage de la Baule fin juillet. Le Gorafi  Photo:quavondo / UntitledImages /iStock  

Le 31 juillet 2011 à 08:11

Réquisition d'un Mosasaure

Histoires d'os 16

Découvert à Maastricht en 1770, le Mosasaure, « Grand lézard de la Meuse », devait susciter de nombreuses convoitises en dépit de son aspect assez peu sympathique et de ses redoutables mâchoires. Racheté par le docteur Hoffman, un chirurgien local, il faisait d’emblée l’objet d’un litige entre son acquéreur et un certain chanoine Godding, propriétaire du terrain où les mineurs l’avaient exhumé. Ce dernier, se référant à un ancien droit féodal, réclamait devant les tribunaux la propriété du fossile et finissait par l’obtenir. Une bonne vingtaine d’années plus tard, les armées révolutionnaires françaises faisaient le siège de Maastricht et bombardaient le fort Saint Pierre à peu de distance de la maison où le chanoine gardait son trésor en lieu sûr. Ayant eu vent de son existence et conscient de l’intérêt que le monstre antédiluvien pouvait représenter aux yeux de la jeune République, un élu du peuple proposa une récompense de 600 bouteilles de vin à qui le dénicherait et le rapporterait. L’offre était alléchante. Il ne fallut pas vingt-quatre heures avant qu’une bande de grenadiers ne mettent la main sur l’animal. Ramené manu militari à Paris, le fossile réquisitionné comme un butin de guerre  bénéficiait d’une place d’honneur au Muséum d’Histoire Naturelle, ainsi que du titre prestigieux de Patrimoine national. Il y demeura jusqu’en 2008 avant d’être restitué au Musée de Maastricht où il sourit de toutes ses dents aussi aigues que des poignards.

Le 11 février 2013 à 10:03

"Vous n'avez aucun courage, vous préférez m'attaquer"

David Douillet, député UMP des Yvelines, Assemblée nationale, jeudi 7 février 2013

Ce pourrait être un tome 2 du  “livre collaboratif”  en vente dans toutes les bonnes librairies : le recueil des idioties, imprécations et autres ignominies des députés de la droite extrême bataillant contre le “mariage pour tous.” Les co-auteurs, cette fois, ne seraient pas consentants, préférant sans doute rester cons tout court dans la confidentialité du seul “analytique” de l’Assemblée nationale.  Car ce serait un ouvrage épais à tous égards, suintant l’homophobie souvent, le racisme pur et simple parfois, le burlesque à l’occasion. S’il fallait retenir l’acmé de cet opéra des tréfonds réactionnaires, comment ne pas mettre en exergue le cri de détresse d’une petite chose d’ancien judoka (1,96 m, 120 kilos) face à la lâche agression de Christiane Taubira, une ministre de la Justice pas plus haute qu’un Président sans talonnette. On se serait cru dans un Tex Avery où le bouledogue à mâchoires lepénistes, saute dans les bras du chat pour échapper à la souris. Ce serait faire preuve d’un “manque de courage” que d’attaquer la terreur des tatamis ? Il a raison ce gros compagnon de l’oxymoron. Quoi de plus facile que d’ouvrir ses mémoires et y lire à haute voix : "Oui je suis misogyne mais tous les hommes le sont sauf les tapettes. Pour moi, une femme qui se bat au judo ou dans une autre discipline, ce n'est pas valorisant". Quant aux gonzesses qui se mêlent de sortir de la jungle pour être ministres, n’en parlons même pas !

Le 28 août 2011 à 08:54
Le 29 septembre 2012 à 07:36

SEOUL JUKE BOX - DJ Kay Pop

#6 "Marketplace" Sophie Hunger - Kay Pop remix

Le jour se lève sur Séoul. Des millions d'humains dociles et résignés se laissent emporter dans les métros bondés qui transpirent d'odeurs de choux fermenté et de parfums bon marché. Autant de voitures avancent au pas sur les bretelles d'autoroutes à huit voies, clopes et radio allumées qui enfument les travailleurs avec la même chanson entêtante : Gangnam Style tourne en boucle comme un nouvel hymne à la joie des travailleurs. Dans le quartier de Gangnam justement, trois types sortent d'un norae bang, un karaoké bordel, où toute la nuit ils ont arrosé le contrat signé la veille. Deux coréens et un américain, titubant bras dessus bras dessous comme un rat pack en goguette. Ils s'engouffrent dans un taxi direction le Fish Market, l'un des plus grands de toute l'Asie. Les voilà dans cet immense hangar au milieu de tonnes de poissons et crustacés sortis de l'eau dans la nuit et qui s'ébattent désespérément dans leurs derniers soubresauts. Ca crie, ça marchande, ça mange et ça boit au milieu de nuages de vapeurs iodées et d'odeurs de putréfaction. Les trois descendent dans un sous sol et entrent dans un petit restaurant qui suinte d'humidité. L'américain fait encore son crâneur, il s'est plié à tous les rituels de la célébration. Toute la nuit il a bu cul sec comme un dur, il a bouffé sa boite de Viagra pour baiser toutes les filles du karaoké. Ce n'est pas tous les jours qu'on signe le contrat du siècle, qu'on blouse ces gros caves de coréens, ces juifs asiatiques, durs en affaire mais mous de la bite dés qu'ils ont un coup dans le nez. L'américain ricane, il leur a fait à l'envers, ils n'ont rien vu venir, ils ont signé sans rien piger à la combine. Dans quelques heures il pourra roupiller dans l'avion du retour. Les deux coréens lui resservent à boire et commandent à manger. Une femme sans âge vient verser des braises de charbon dans le barbecue au centre de la table qu'elle recouvre d'un dôme en métal qui se chauffe à blanc. Puis elle revient avec un grand récipient dans lequel un énorme poulpe encore vivant agite ses tentacules. C'est la dernière épreuve, l'heure de vérité pour être définitivement intronisé partenaire en business et ami dans la vie : manger la pieuvre et la manger vivante. Un des coréens sort un couteau et tranche un tentacule qu'il balance sur le métal brulant. Le bout de pieuvre se tord de souffrance, le coréen le tourne et le saisit du bout des ses baguettes pour le tremper dans une sauce rouge pimentée, puis il le tient en l'air devant le visage de l'américain. L'appendice de chair ensanglantée de piment se tortille encore plein de vie. Les coréens regardent le blanc dans les yeux, maintenant bien livide. Point de non retour, il ne peut pas refuser, il ne peut pas se dégonfler maintenant, un dernier effort, il ferme les yeux, retient sa respiration, ouvre la bouche et on lui glisse le membre survivant qu'il va falloir mâcher. Il mâche, c'est dur, ce putain de calamar est plus coriace qu'un pneu, vite il faut l'avaler et boire un bon coup derrière pour faire glisser. Mais lorsqu'il l'avale, le bout de poulpe dans un dernier réflexe nerveux active ses ventouses et s'agrippe dans le fond de gorge, s'enroule autour de la glotte et se colle aux muqueuses obstruant le larynx et tout passage d'air. L'américain rosit, rougit, puis vire au violet en agitant les bras en essayant de gueuler à l'aide. Au plus il manque d'air, au plus il comprend. Les deux coréens sourient et attendent sans bouger que la belle mort naturelle advienne. L'américain est tombé à la renverse étouffé, il sursaute encore, c'est lui le calamar maintenant. Les coréens lui ont soutiré le contrat de sa poche, ils s'en servent pour essuyer les taches de sauce sur leurs costumes froissés, puis le jette dans les braises du barbecue. La vieille sans âge referme les portes du restaurant le plus secret et mystérieux du Fish Market de Séoul qui n'ouvre que sur demande et que pour certains clients. (Another Barbarian in Asia - Henry Halfwarm)

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication