Noël Godin
Publié le 15/04/2015

C'est clair et Net comme torchette


Je n’ai jamais pigé que couic à Internet. Heureusement, je concubine avec la trépidante Sylvie, une fée du logis qui me montre les messages du jour sur un rectangle lumineux et qui tape et expédie mes chroniques et mes mails là où il faut en ne manquant pas de glapir : « Ne serait-il pas temps que tu apprennes ? Et que tu ne dépendes plus des autres ? » C’est pourquoi, finissant par céder à cette pression obstinée, et à celles des compères du Rond-Point m’engouffrant sans vergogne dans les procédures du ci-présent dossier (et deux pressions comme ça ensemble, ça commence à constituer un sacré groupe de pression), j’ai accepté stoïquement d’apprendre l’informatique.

La première phase de mon initiation a eu lieu le 10 avril sur un appareil préhistorique que mes cambrioleurs de la semaine dernière ont délaissé. En voici la captation.

Sylvie : Voici l'ordinateur, le clavier, l'écran, le boîtier.

Moi : Bonjour.

Sylvie : Le boîtier, c'est la fameuse souris. Quand tu la touches, ça bouge sur l'écran sous la forme d'une flèche.

- D'une flèche ?

- Oui, et quand la flèche qui se ballade dans les rubriques arrive sur un sujet qui prête, si on le veut, à des développements, elle se transforme en main.

- En main ?!

 - Oui, et si on veut en savoir plus sur le sujet en question, on clique avec la souris.

 - C'est-à-dire qu'on pousse sur la souris ?

 - Oui, deux fois.

- Ah, deux fois ?

 - Tu vois ici à droite, la flèche se transforme en main.

 - Et c'est toujours à droite que…

 - Mais non ! ça dépend comment le site est conçu. Et quand tu as cliqué deux fois, un sablier apparaît.

- Un sablier ?

 - Pour nous faire attendre un peu. Après quoi, un nouvel écran apparaît sur lequel on trouve des articles plus ou moins longs illustrés avec des images.

 - Et cette flèche-là ?

 - C'est quand on va dans du blanc avec la souris.

 - Et là, cet espèce de crochet à quatre crocs ?

 - C'est quand tu circules dans le texte. Tu vois ? Dans le coin droit de l'écran, on met la flèche sur le curseur.

 - Le curseur ?

 - C'est le petit bloc qui se trouve dans la barre de défilement. Il permet que le texte puisse se dérouler à notre convenance pendant qu'on pousse sur la souris.

 - Ah il faut pousser sur la souris pour que…

 - Beh oui ! Pour que le texte défile. Viens, on va attaquer. Allons… allons dans la section « interactif ».

- Oh, voilà le sablier !

 - Oui, prenons n'importe quel sujet.

 - Si on prenait plutôt l’air, j’ai la tête en marmelade de coings.

 

 Il n’y aura pas de seconde leçon. Mais cette chronique savante n’est pas close car j’ai décidé de servir coûte que coûte à quelque chose en vous mettant le nez à la diable sur une poignée de livres récents fort bien torchés filant une belle trempe aux technologies informationnelles.

La Vie algorithmique d’Éric Sadin (L’Échappée) dresse impavidement l’inventaire des prises de pouvoir par la raison numérique des pratiques, entre autres, du commerce, de l’enseignement, de la médecine et de la communication. Rarement, ventre de bœuf !, on a mieux cartographié le mouvement de marchandisation des rapports aux autres, à nous-mêmes, à la ville, à l’habitat. « Acceptons-nous d’être toujours plus intégralement régentés par ce mouvement qui s'intensifie et se perfectionne à des vitesses exponentielles, ou sommes-nous décidés à y opposer des logiques fondées sur de tout autres exigences aptes à favoriser la faculté humaine de libre choix et la subjectivation des existences ? »

Critique de la raison numérique de Dominique Mazuet (éd. Delga) déchire la cartouche sans quartiers contre la société « empirionumériste » de la « création destructive »

« - où l’on détruit les activités humaines pour mieux en réduire les coûts ;

- où les bibliothèques ont disparu au profit des médiathèques ;

- où les éducateurs, en attendant leur propre dématérialisation, ont encore pour charge de désapprendre à lire aux enfants pour qu’ils sachent mieux consommer ;

- où « le temps de cerveau disponible » doit être dégagé de toute entrave à son gavage distractif par les contenus des réseaux ;

- où seuls survivront les mieux dotés et les plus décidés parmi les gagneurs, et les plus malins parmi les autres ;

- où les capacités de Connaître, Comprendre, Lire et Savoir sont dénoncées comme des notions ésotériques à éradiquer ;

- où la connaissance est donc reléguée au dernier rang des compétences requises d’une activité culturelle ;

- où la vie sociale se conçoit comme un mouvement brownien de particules individuelles, suivant chacune leur conatus propre selon de trajectoires opportunistes, imprévisibles, et collectivement inintelligibles les unes aux autres ;

- où conséquemment le rapport social concret, la production partagée des moyens communs de subsistance, le commerce que l’humanité entretient avec elle-même ont vocation à disparaître, à l’instar de « l’homme cette invention récente » et désormais inadaptée. »

 

Mais voilà que le mot « numérique » est lui-même envoyé chez Plumeau dans le tome 2 de l’essai collectif Poétique(s) du numérique des éditions l’entretemps. Dans sa préface mordante au livre, Pierre Musso trompette que le mot « informatisation » qualifie mieux la mutation contemporaine que ce mot passe-partout censé refléter la modernité alors que c’est depuis belle lurette, depuis les Grecs, que l’Occident met le monde en chiffres. La révolution numérique est derrière nous, jambon à cornes ! À l’heure de la troisième révolution industrielle, celle de l’informatisation, place maintenant, tenez-vous bien, à une sorte de « bauhaus électronique » réunissant les artistes, les savants et les industriels (selon les souhaits de l’utopiste, un peu bléchard, il est vrai, du XIXe siècle Saint-Simon). Place à un « lieu-carrefour » mêlant le local et l’international, un « territoire-réseau fait de lieux et de liens » faisant la nique aux « multiples fatalismes » et à toutes les formes de « rationalité comptable ». Place à l’invention, à la rage, à la drôlerie, au scandale. Place à la poétique des outrages aux bonnes mœurs à la Dada, à la situ, à la Jarry, à la Fourier, à la Péret, à la Topor.

 

Facebook anatomie d’une chimère de Julien Azam (éditions Les Réveilleurs de la nuit) réussit splendidement son coup. Partant des analyses debordiennes et de celles de Georg Lukacs dans son hit Histoire et conscience de classe relatives à la marchandisation de tous les aspects de la vie et à la transformation méthodique des êtres en choses, il montre que l’aliénation ayant prospéré, « on assiste désormais à une auto-réification des individus, Facebook en constituant le lieu privilégié ».

 

Mais souvent avec le Rond-Point,

Le Happy End n’est pas trop loin !

 

Pour partir guillerettement en guérilla contre la raison numérique, contre la société empirionumériste, contre les multiples fatalismes et la rationalité comptable, contre l’auto-réification des individus, y a d’éperonnants livres de contre-attaque tels que :

L’Art de la révolte – Snowden, Assange, Manning de Geoffroy de Lagasnerie (Fayard)

Révolutions du net – Ces anonymes qui changent le monde d’Ariel Kyrou (Inculte)

L’Éthique des hackers de Steven Levy (Globe).

 

À dévorer et à expérimenter, mille bombardes !

Dans le très catholique "Télérama" belge, "Amis du film et de la TV", Noël Godin, dans les années 70-75, a saboté méthodiquement, et sans jamais être démasqué, les différentes rubriques dont il était titulaire en y injectant une tonnelée de faux "camérages" et de fausses interviews de célébrités cinématographiques, et en rendant compte, de retour de festivals, d'une foultitude de films inexistants dont il fournissait les photos de tournage. A part ça, l'escogriffe a écrit quelques traités de haute pédagogie ("Anthologie de la subversion carabinée", "Entartons entartons les pompeux cornichons ! ...) et a réalisé quelques courts métrages bougrement éducatifs ("Prout prout tralala", "Grève et pets", "Si j'avais dix trous de cul"...).
Toute l'actualité anarcho-pâtissière sur http://www.gloupgloup.be 

Plus de...

Noël Godin

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 24 mars 2014 à 10:19
Le 21 avril 2012 à 08:54

Spleenons

Quand elle me prend dans ses bras, qu'elle me parle tout bas, je vois la vie en gris, ma fidèle compagne, ma déprime. Un jour on se réveille et tout est triste : c'est la dépression, on est nervous breakdown. On fait bouillir le café du bout du nez, tout est foutu, vanité des vanités, cette corde est trop courte, ce lustre trop fragile, ce troisième étage crie tétraplégie, tout est contre nous. Qui plus est, en toute lucidité, on le sait, c'est médicalement presque prouvé, la dépression est un virus de l'âme qu'il ne faut pas cracher aux visage des autres. J'irais plus loin, c'est une gastro de l'esprit. Un rien nous fait chier. Cachez ces couleuvres que je ne saurais avaler, vous me faites tous vomir ! Que fait Dieu, grand architecte à la retraite (ne parlons pas de ses annuités), je vous prie ? Lui seul le sait. Un jour que j'avais cru comprendre qu'un de mes ennemis (trop nombreux malheureusement, et oui, je suis aussi paranoïaque) était mort, je me suis écrié : « Dieu existe ! » En fait, Dieu n'existe pas, et cet homme vit encore à l'heure où j'écris ces lignes. Enfin bon, Dieu existera sûrement un jour, après tout, nul n'est éternel. Le bonheur, quittant à pas feutrés le domaine des souvenirs, s'est glissé sournoisement au milieu d'autres hypothèses improbables qui hantent mon subconscient, il gît désormais entre l'amour et la justice. A cela, il n'est point de remède. Au jour de l'entretien Pôle emploi, je n'ose m'indigner auprès de ma conseillère de peur de la contaminer. Qui osera nier ma philanthropie ?

Le 26 décembre 2015 à 09:15
Le 25 juin 2011 à 06:40

# 4 - Yesterday - Kay Pop remix - The Beatles - Count Basie VS Booka Shade

Seoul Juke Box

Yesterday, sort en 1965 sur l’album « Help » des Beatles et va devenir la chanson la plus reprise avec plus de 3000 versions et la plus diffusée par les radios du monde. Cet été 1965, le monde est une promesse d’avenir radieux, de jeunes étudiants amoureux se baignent dans le fleuve Han et prennent le soleil en écoutant Yesterday sur un transistor ramené des USA par les GI’s de la base. Cette même année, 3 ans avant 1968, le sociologue américain Seymour Lipset publie une thèse expliquant que la situation dans laquelle se trouvent les étudiants serait  propice à la contestation et à un changement de monde. Au même moment Che Guevara se rend en Corée du Nord et, faisant peu cas de la famine et la torture, déclare que « ce pays est un modèle révolutionnaire auquel Cuba devrait aspirer ». Séoul est à peine plus grand que Bordeaux, la partie sud du fleuve est une campagne marécageuse infestée de moustiques et personne ici ne boit du vin. Et les Beatles chantaient, un truc qui colle encore au cœur, au corps et au slip  : Hier, tous mes problèmes me paraissaient si loinAujourd'hui, on dirait qu'ils sont là dans le but de resterOh, je crois en hierSoudainement, je ne suis pas la moitié de l'homme que j'étaisIl y a une ombre suspendue au-dessus de moiOh, hier est venu soudainement Aujourd’hui on ne se baigne plus dans les eaux sombres et lourdes du fleuve Han. Seul le monstre de « The Host » y montre le bout de sa queue. La base et les Gi’s sont toujours là après le Vietnam, l’Irak, L’Afghanistan. Des millions de Nord Coréens souffrent encore de la torture et de la famine. Les jeunes étudiants manifestent contre le prix des inscriptions à l’université mais ne veulent surtout pas changer le monde. Des milliers de jeunes nantis branchés sud coréens portent des T shirt  avec le visage du Che et surconsomment leur vie en plastoc tandis que leurs pères se rejoignent au Cigar Club pour fumer de gros cubains. Les quartiers ultra modernes du sud du fleuve Han sont dix fois plus grands que Bordeaux. Les moustiques prennent l’ascenseur et se hissent jusqu’au 63ème étage de la tour et viennent sucer le sang sucré de l’élite qui déguste des grands crus de 1965 et réclame au dee-jay Kay d’Orsay dans une nostalgie chic et vintage de jouer le dernier remix de Yesterday, 3001ème version d’un 21ème siècle radieux actif.    (Another Barbarian in Asia – Henry Halfwarm)

Le 16 octobre 2015 à 08:59

Mon sport favori : la guérilla urbaine

À l’instar de certains compagnons de route et déroutes de ventscontraires, j’abhorre le sport [1]. Mis à part le catch d’antan lorsque c’était en vrai direct télé que l’Ange Blanc et le Bourreau de Béthune rentraient dans le lard des très méchants Bollet et Delaporte. Je ne vais pas pour autant vous causer catch. C’est à mon autre sport préféré que je vais tresser de gloupitantes couronnes : la guérilla urbaine. Rien à voir bien sûr avec les répugnants barouds de déshonneur économico-religieux, les guerres saintes du jour relevant de la plus dégueulbif barbarie (et auxquels il convient d’opposer les guerres à base de petits pâtés à la crème préconisées par Charles Fourier). Le sport de combat qui continue à m’enflammer, c’est la guérilla urbaine à la Marighella (mais pas à la Mao, à la Castro ou à la Giap qui visaient une dictature sur le prolétariat). On ne parle plus guère de nos jours du « bonito garoto » (beau galopin) Carlos Marighella dont le Manifeste du guérillero urbain, de la trempe des écrits stratégiques de Clausewitz et de Machiavel, sorti au Seuil en 1970 et aussitôt interdit, fut pour lors féeriquement réédité à la fois par 22 maisons d’édition française hostiles à la censure [2]. Voici sa très sportive histoire et voici pourquoi j’aime le zigomard. Né à Bahia et bientôt réputé fada à l’École polytechnique parce que, même aux examens, il rédige ses copies en vers libres, Carlos Marighella, que la presse libérale accusera plus tard de n’écluser que du punch glacé et d’être un véritable larron d’amour, « organise des grèves quand il n’est pas en prison », raconte Conrad Detrez. En 1964, alpagué par des cognes dans un cinéma au lendemain d’un coup d’État, il tente de mettre les voiles mais il reçoit trois balles en plein caisson. Ce qui accélère sa rupture avec les buveurs d’eau tiède du Parti communiste italien et avec tous les autres « caméléons du socialisme », selon l’expression du pamphlétaire anar Adolphe Retté. O Prêto (Le Nègre), comme on le sobriquette dans les sertaos, rejoint alors la guérilla clandestine qui, en l’espèce, élit comme terrains d’entraînement des crédits fonciers, des « prisons-pourrissoirs » (comme disait Mesrine), des haciendas de galetteux ou des chambres d’hôtel d’huiles yankees. C’est aussi en ces moments-là qu’il frigousse son Manifeste du guérillero urbain aimanté par le mot de désordre-clé de Durruti : « Camarades, précipitons les événements ! » Diablement éperonnés par le brûlot de Marighella se constituent des groupes d’actions plutôt maos-guevaristes auxquels se rallient de nombreux déserteurs surgissant parfois aux volants de fourgons militaires bourrés d’armes et de munitions ou aux commandes d’avions de chasse. En coordination aussi avec des pistoleros autonomes réprouvant, eux, toute forme d’autoritarisme marxiste-léniniste ou autre, Marighella et ses comparses de plus en plus nombreux déclenchent leurs principales attaques entre septembre 1968 et 1969. lIs envoient ad patres leur ennemi-juré, le capitaine Charles Chandler de la CIA, se rendent maîtres de stations-radios pour y carillonner des proclamations révolutionnaires, relaxent des compañeros bouclés dans la prison de Rio, kidnappent l’ambassadeur des States Elbrick qu’ils échangent contre quinze des leurs et contre une lecture radio-télévisée mettant en pétard le pays, et visitent une centaine de banques [3]. « Le produit de ces expropriations est destiné à l’apprentissage et au perfectionnement technique du guérillero, à l’achat, à la fabrication et au transport des armes et munitions destinées au secteur rural, à l’organisation du réseau de sécurité des révolutionnaires, à la subsistance quotidienne des combattants, en particulier des camarades évadés, blessés, pourchassés. » « Comment envisagez-vous de continuer la guérilla urbaine ? » demande Conrad Detrez au Prêto dans le n°3 du mensuel Front. « On peut faire un tas de choses : kidnapper, dynamiter, descendre les chefs de police, en particulier ceux qui font torturer ou assassiner nos camarades. Nous souhaitons que l’armée brésilienne acquière l’armement le plus moderne et le plus efficace car nous le lui déroberons. Et puis, on peut également saisir le bétail et les vivres des grandes haciendas pour les donner aux paysans. Par ailleurs, les ouvriers mariés, pères de famille, peuvent très bien saboter les machines, fabriquer en secret des armes, détruire le matériel. Vous avez certainement remarqué que nous annonçons souvent quelles seront nos prochaines actions. C’est à dessein. L’ennemi sait ce que nous ferons mais il ne sait ni où, ni quand, ni comment nous le ferons. Nous avons ainsi toujours l’avantage. Pour l’ennemi, c’est un des aspects les plus infernaux de la guerre révolutionnaire. » Le 4 novembre 1969, à Sao Paulo, « l’ennemi public n°1 de la dictature et de l’impérialisme » (titre qu’il s’est crânement conféré à lui-même), après avoir sifflé un dernier punch glacé, se fait mettre en perce par 80 sulfateuses de la DORS (police politique). On termine on ne peut plus sportivement avec deux extraits poivrés du Manifeste du « géant d’ébène ». D’abord, un petit hommage de Marighella aux étudiants rebelles : « Au cours de l’année 1968, les étudiants brésiliens ont réussi à réaliser d’excellentes opérations tactiques en lançant des milliers de manifestants dans les rues à sens unique et à l’encontre des voitures, en utilisant des lance-pierres et des billes de verre qu’ils répandaient entre les pattes des chevaux ce la police montée. » Et puis, un hymne à la guerre des nerfs, ou guerre psychologique, qui est « une technique de lutte basée sur l’utilisation directe ou indirecte des mass media ou du téléphone arabe. Son but est de démoraliser le gouvernement. On y arrive en divulguant des informations fausses, contradictoires, en semant le trouble, le doute et l’incertitude parmi les agents du régime, en livrant à la police de faux plans d’attaque, en répandant des rumeurs sans fondement. Le gouvernement doit dès lors exercer une surveillance sans relâche, ce qui mobilise beaucoup d’énergie. » Et vive le sport quand il file une ratatouille à l’ordre trônant !   [1] Lire à ce propos l’impitoyable ensemble L’Idéologie sportive (éd. L’Échappée), le meilleur ouvrage jamais fricassé sur « la marchandisation des hauts-faits musculaires de l’humanité ». [2] Le Manifeste du guérillero urbain a été réédité en 2009 par Libertalia. [3] « Aucune prison, qu’elle soit située dans une île du littoral, en ville ou à la campagne, ne peut être considérée comme inexpugnable face à l’astuce et à la puissance de feu des révolutionnaires. »

Le 6 juillet 2013 à 10:35

Elisabeth Cotten, clochard céleste

Portrait 42

Tu connais l'histoire de cette chanson ? Écoute ce que la voix raconte sans le dire. Il y a cette petite fille. Elle a dans les douze ans. Elle est gauchère et vient de s'acheter sa première guitare grâce à l'argent des ménages qu'elle fait avec sa mère. Elle apprend toute seule, à l'envers. Le week-end elle chante à l'église. Elle habite à Carrboro, en Caroline du Nord, près de la voies ferrée. La nuit elle entend les trains de marchandise qui roulent vers l'inconnu en hachant l'obscurité. C'est ainsi qu'elle compose cette petite comptine lancinante, Freight Train, Freight train going so fast... C'est doux et sombre. La petite Libba comme on l'appelle y parle déjà de sa mort. When I'm dead and in my grave / No more good times here I'll crave / Place the stones at my head and feet / And tell them I've gone to sleep. Les années passent. Les trains de marchandises continuent à déchirer l'horizon. Elle reste là. Se marie à quinze ans. A des enfants. Travaille comme femme de ménage. Elle arrête plus ou moins de chanter. Presque vingt ans plus tard elle devient la bonne de Mike Seegers. Famille de musiciens. Il a trois enfants à qui elle chante ses chansons le soir pour les endormir. Il l'enregistre en 1958, la fait connaitre, passer à la télé. La vague folk des années soixante lui permet de finalement s'acheter une maison à Syracuse. Elle y enregistre un dernier album dans lequel elle chante avec son petit fils. Le train numéro neuf ne roule plus depuis longtemps.

Le 11 février 2011 à 12:59

Saint-Valentin

Ce billet s’adresse à tous les célibataires dézingués, partenaires d’un couple en péril, vieilles filles et vieux garçons au bord de la crise de nerf, onanistes en peine, à tous les amoureux éconduits frôlant l’infarctus et que sais-je, bref tous ces désœuvrés délaissés par un Cupidon malhabile. Lundi comme chacun sait, on ne cesse de nous le rabâcher à en devenir sourd, il nous faut rendre hommage à l’élu(e) de notre cœur, femme à bijoux, homme à cravates, il y a de quoi faire tant les magasins regorgent en ce moment de niaiseries les plus inutiles rendant hommage à l’Amour. Le bonheur est à la mode, c’est à se rendre coupables, nous les grincheux, les neurasthéniques et autres désespérés auxquels on reproche la paresse d’un sourire.Arrachez de suite la page de vos agendas ! Il vous paraitra ainsi curieux et risible d’observer les couples mal assortis, les disputes au supermarché, les roucoulades mielleuses et autres badinages superflus. Sabotez votre habituelle soirée anti Saint-Valentin programmant des films de série B à l’eau de rose, tombez le pyjama ou le jogging, ne vous accablez pas plus sur votre sort et laissez de côté vos recherches infructueuses sur des sites de rencontres tous plus sordides les uns que les autres, délaissez les ennuyeuses soirées entre célibataires qui finissent avec le temps par ressembler à des réunions d’alcooliques anonymes, ce soir ne sortez pas le chien, ne mangez pas votre apétissant plat cuisiné à réchauffer au micro-ondes, bougez vos petits popotins, entrez dans le bar PMU du coin, commandez une bière et jouez au loto ! Car après tout, tout le monde le sait, les clichés sont inusables, et il n’est pas parfois pas inutile pour se donner du baume au cœur de se rappeler ce dicton certes peu crédible : « Heureux au jeu, malheureux en amour ! ». Si vous n’y croyez pas, laissez-vous le droit au moins de rire jaune, observez donc autour de vous le petit théâtre des clichés de la vie quotidienne, car je ne vois que l’ironie pour faire la peau à ce maudit Saint Valentin ! Rira bien qui rira le dernier, un verre de trop, et peut-être vous réveillerez-vous le lendemain avec une belle surprise à côté de vous, ou pas…

Le 31 mai 2011 à 08:58

L'extraprogrammateur

Le directeur de théâtre-extraprogammateur-et-multidiffuseur avait l’œil. L’œil des œils. En une fraction de seconde, le directeur de théâtre-extraprogammateur-et-multidiffuseur jugeait un artiste entrant dans son bureau un dossier sous le bras. Le directeur de théâtre-extraprogammateur-et-multidiffuseur appréciait un budget en moins de temps qu’il n’en faut à un banquier pour parcourir une demande de crédit à refuser sur-le-champ. Le directeur de théâtre-extraprogammateur-et-multidiffuseur savait d’un coup d’œil choisir entre la belle affiche qui frappe en-dessous de la ceinture et l’affiche efficace qui touche là où il faut frapper. Le directeur de théâtre-extraprogammateur-et-multidiffuseur avait un œil imparablement mensurateur quand une femme traversait son champ de vision. Le directeur de théâtre-extraprogammateur-et-multidiffuseur était craint pour la sûreté de son œil de Broadway à l’Oural. Mais, ce jour-là, ses assistantes le supplièrent de lire enfin la pièce qu’il produisait pour des acteurs qui emplissent les salles à faire craquer les murs. Alors il s’enferma dans la salle contiguë au bureau où il faisait valser les millions, les réputations et les minettes. Seul, il s’assit, la brochure de la pièce sur les genoux, et il poussa un cri de désespoir en prenant bien garde qu’on ne l’entendît. Le directeur de théâtre-extraprogammateur-et-multidiffuseur à l’œil clair ne savait pas lire.Gilles Costaz

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication