Marie Gloris Bardiaux-Vaïente
Publié le 15/07/2015

Où (ne) sont (pas) les femmes ?


James / où (ne) sont (pas) les femmes ?

« Où sont les femmes ? », s’interrogeait un chanteur blond platine des seventies, avec ses gestes plein de charme.

Oui, bon.

Tout ça pour dire que la vraie question serait plutôt : où ne sont-elles pas ?

 

2015. France.

Direction de la fonction publique de l’État : 21% de femmes.

Direction de la fonction publique territoriale : 14% de femmes.

Élus : 26% de femmes à l’Assemblée nationale, 22 % au Sénat, 16% de femmes occupant la fonction de maire.

CAC 40 : 30% de femmes membres de CA et 11% membres des comités exécutifs ou de direction.

Professions dites supérieures : 14% de femmes.

 

On appelle communément cela « Le plafond de verre ».

Et ce serait sympa que nous parvenions à le faire exploser.

T’inquiète, ça coupe pas.

 

L’écart de salaires entre les hommes et les femmes est de 18,8% en moyenne (et pas à notre avantage, s’il est besoin de le préciser), pendant que nous effectuons 3h52 de travail domestique contre 2h24 pour ces messieurs, en moyenne, quotidiennement.

Corollaire entre les chiffres du dessus et ces dernières statistiques ? Non, tu crois ?!...


« Mais Marie, arrête, vous l’avez votre égalité : vous pouvez voter depuis 70 ans {oui enfin, ça n’a pas été sans mal, sans vouloir te faire l’historique du problème…} et puis maintenant il y a la PARITÉ. »

Alors oui, parlons-en de la parité.

J’ai été contre pendant longtemps.

Parce que j’estimais que nous n’avions qu’à nous battre et prouver nos capacités et compétences, cela se ferait tout seul.


HAHAHA !

Eh oui, une folle croyance de ma candide jeunesse…

Oui, moi aussi je ris beaucoup de ma naïveté.

 

Le fait le plus marquant à ce propos concerne les dernières élections, celles pour élire nos conseillers.ères départementaux.ales.

Avec l’obligation de parité, les partis politiques ont été obligés de présenter des binômes hommes/femmes, ce qui donne un résultat de 49 % d’élues !

 

Youhou ! Champagne et fiesta !

 

Ouais. Sauf que.

Suite au troisième tour – l’élection des Président(e)s des conseils départementaux – la gueule de bois a été assez violente : seulement 10 % de femmes.

Elles se sont bien faites bousculer dans l’escalier : « Oh ça va les filles, vous êtes passées du deuxième sous-sol au premier étage, faudrait voir à ne pas espérer l’appartement terrasse, non plus ! »

 

Ben ouais, faudrait pas que l’on commence à empiéter sur des territoires dont on nous a seriné qu’ils étaient masculins, car violents, emplis de concurrence, des espaces durs où l’on ne ferait de nous qu’une bouchée : nous ne serions pas équipées pour, …

Et pourtant…. si l’on me dit « Révolutions », instinctivement,

Je pense aux femmes qui ont marché sur Versailles un petit matin d’octobre 1789 et qui ont ramené le Roi à Paris,

Je pense à Louise Michel la Communarde,

Je pense à Podemos et aux mairesses de Barcelone et de Madrid,

 

 

Alors, finalement, où sont les femmes ?

Elles sont là où on ne les attend pas.

Elles surprennent.

Elles se mobilisent.

Elles cherchent à briser leurs chaînes.

Elles envahissent Internet et se confrontent avec violence aux haters.

Elles investissent les champs créatifs et culturels.

Elles font passer leurs messages.

Elles rabâchent encore et encore, sans se lasser.

Elles ont une endurance incroyable.

 

Elles ont surtout de moins en moins peur.

Les femmes sont en train de sortir en masse de leur invisibilité, mais leur chemin est très long, car, au-delà du plafond de verre, il passe aussi par leur propre déconstruction.

Alors, « La Femme, avenir de l’Homme » (« passion vieux poètes, et chanteurs morts à moustache ») ?

Je ne sais pas. En revanche, les femmes à la même place que les hommes, oui, bientôt, demain, tout simplement parce que ce n’est plus possible autrement et surtout, soyez-en assurés, parce qu’on ne lâchera pas l’affaire.

 

(Données chiffrées : Insee, Ministère du Travail, OPFH-AN)

Dessin : James

Scénariste de bande dessinée, historienne, militante pour l'abolition universelle de la peine de mort et blogueuse féministe en pleine déconstruction, j'écris sur tout ce qui donne du sens à ma colère et à mon désir de comprendre le monde.
Et certains soirs, quand ça ne suffit pas, je compose des poésies érotiques.

Ma page Facebook

Mon blog "Notes d'intentions féministes"

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 24 décembre 2015 à 07:38
Le 24 mars 2014 à 10:19
Le 19 janvier 2015 à 10:31
Le 16 février 2013 à 08:11
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication