Estelle Meyer
Publié le 16/07/2015

Où sont les femmes ?


      Partager la vidéo 
J'ai voulu rêver avec mes amies fées complices Théodora Marcadé, Julie Moulier, Judith Chemla, Vanessa Fonte, Carla Buis et Donia Berriri autour du grand archétype féminin.
La femme ancienne, première, primordiale serait une longue lignée de poésie. 
S'identifiant aux astres, aux animaux, elle y puiserait sa force, sa folie, son chant joyeux.
Cariatide moderne, envolée de soleil, de rouge, d'eau, portant tous les visages, elle réenchanterait notre monde, sans peur.
Après la classe libre du cours Florent, Estelle Meyer entre au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique où elle travaille entre autre avec Dominique Valadié, Cécile Garcia Fogiel, Alfredo Arias... A sa sortie, elle rencontre François Orsoni pour la tournée de Jean la chance de Brecht dans différents Centres Dramatiques Nationaux et en Argentine. Elle participe ensuite à plusieurs créations avec lui dont Baal de Brecht programmé au Festival d’Avignon 2010 puis au Théâtre de la Bastille. Elle travaille également avec Stéphanie Loik Emilfork sur La guerre n’a pas un visage de femme de Svetlana Alexeivitch au Théâtre des quartiers d’ Ivry, avec Denis Llorca sur Les Troyennes d’Euripide, avec Jean Pierre Garnier sur La Coupe et les lèvres de Musset, avec Sara Llorca sur Les Deux Nobles Cousins de Shakeaspare. Elle joue dans Théâtre à la campagne de David Lescot et collabore aussi avec deux jeunes auteurs contemporains : Matthieu Dessertine et Josephine Serre. Parallèlement elle joue dans différents téléfilms et interprète notamment la reine Hatschepsout sur Arte. 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 29 avril 2014 à 13:50

Ça va la famille ?

– Pas vraiment. Récemment j’ai croisé Jean-Michel Ribes, il m’a demandé ce que j’étais en train d’écrire. C’était « La Servante du Seigneur », un livre sur ma fille qui a rencontré un sacripant pas très catholique qui l’a entraînée dans une religiosité suspecte. Jean –Michel m’a dit «  C’est vrai toi t’as du matos. » C’est vrai, ma famille m’a fourni du matos : un père alcoolique qui se suicide à table chaque dimanche : Il a jamais tué personne mon Papa. Une mère hypocondriaque qui mourait toutes les semaines, mais qui a fini par mourir pour de vrai :  La Mère est froide (en préparation). Deux enfants handicapés pour de vrai à qui j’ai écrit Où on va papa ?  Une épouse charmante qui meurt subitement que j’ai ranimée dans Veuf. Pas de quoi rire mais de quoi écrire…J’ai, comme dit Cendrars, trempé ma plume dans ma vie.Je suis devenu le greffier de ma famille, je leur ai élevé des monuments en papier. En les faisant entrer dans des livres, j’ai essayé de faire durer ce qui ne dure pas. Je n’ai pas eu à inventer des personnages pour peupler mes livres, ils m’ont été fournis. Mon père était un héros de roman, livré clé en mains, il était alcoolique, médecin de campagne, il ne faisait pas payer ses clients, rentrait en voiture dans les troupeaux de moutons mais il a jamais écrasé le berger. Il mettait au bout de ses vieux souliers des caoutchoucs de bocaux pour refermer la semelle qui baillait. Si j’avais eu un père comme les autres, expert comptable, qui ait des souliers brillants et qui boive de l’eau d’Evian… peut-être que j’aurais jamais eu envie d’écrire…

Le 14 juillet 2015 à 11:19

« Où sont les femmes ? »

C’est une question très technique qui plonge mes compétences dans un abîme de confusion puisqu’il faut d’abord s’entendre sur le sens du mot femme. Même si au cours de ma maigre expérience j’ai eu l’occasion d’en fréquenter pendant les soirées dansantes ou autres fantaisies vétérinaires, je ne peux décemment pas prétendre savoir ce qu’est une femme et encore moins dire où elles se trouvent. Néanmoins, puisque j’ai accepté de me prononcer sur cette question publiquement, mon intégrité ne peut se contenter d’une réponse fumiste et je vais tâcher de m’en sortir par l’habile pirouette de la culture. Au gré de mes lectures, j’ai pu observer que les femmes sont ainsi faites qu’elles se cachent pour vieillir. En revanche, lorsque sonne l’heure de l’apéro, elles ne sont pas les dernières à se damner la cuisse pour un bon Mercurey. Dans certains manuels de bricolage, on souligne que les femmes sont habiles à la carabine du fait de leur sens pratique en matière de composition florale. Les femmes travaillent dans des bureaux roses, sont carmélites ou pompiers volontaires. On en trouve parfois recroquevillées sous une auto bon marché dans l’espoir qu’un jour meilleur vienne balayer leur mari hors du véhicule. Quelques autres préfèrent vivre en meute, (« entre femmes » dit-on pudiquement) ou d’autres encore lisent des poèmes d’avant-garde. La rumeur populaire raconte que seule la femme peut enfanter et cuisiner un couscous mais quelques auteurs brillants prouvent modestement le contraire. Dans la plupart des grands classiques littéraires qui peignent la nature des femmes, j’ai relevé un goût farouche pour la couleur beige, les gros nibards et les contrepèteries infantiles. Au détour de mes meilleures lectures à ce sujet, j’ai pu examiner que quelques femmes s’adonnent à la vie avec une fureur mêlée de poivre et de distance qui confère à leur existence un caractère rudement sexy. D’autres par contre, portent le poil nu et ras, à l’instar de ces petits chiens hideux que l’on s’arrache sur le marché boursier. C’est tout ce que je peux vous dire à ce sujet. En attendant le silence, je vous propose d’alimenter cette brève réflexion à l’aide de quelques ouvrages de référence sélectionnés pour l’occasion. Bien à vous, Nicole

Le 29 janvier 2020 à 16:02

L'autre regard d'Emma

La BD pour réparer le monde

Blogueuse BD, militante, l'autrice BD Emma, d'abord découverte sur son blog Emmaclit avant de devenir un phénomène d'édition, vient au Rond-Point le mercredi 12 février à 20h lors du festival "Réparer le monde - Nos disques sont rayés #4" « On est de plus en plus à réaliser que si notre société va mal, c’est parce qu’on laisse d’autres que nous s’en occuper. »« Mes dessins, ils sont là pour transmettre des idées qui ont changé ma façon de voir le monde ; ce que je voudrais, c’est que nous tous, on s’empare de ces idées, qu’on les échange et les enrichisse ensemble. » Blogueuse BD militante à ses heures libres, Emma se documente à fond sur les injustices qui la révoltent : la non égalité entre les genres, la masculinité toxique, la charge mentale et le travail invisible effectué par les femmes, le capitalisme qui tond la multitude au profit des élites, les réfugiés et le dérèglement climatique... Elle se documente jusqu’à trouver la manière, par le texte et le dessin, d’excentrer les certitudes, d’amener à épouser le regard de l’autre, cet autre regard que produisent les albums d’Emma et qui nous rendent moins idiots sans qu’on s’en aperçoive. Avec un trait simple, un message clair au plus près des préoccupations des citoyens, ses histoires si utiles rencontrent un public de plus en plus large. > le programme complet du festival

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication