Michel Zinger
Publié le 02/09/2015

Mondes Parallèles


Simone à Hollywood

Après une enfance heureuse, tout juste perturbée par le fait que mes parents pensaient que je n’étais pas vraiment leur fils, je n’ai pas su trop quoi faire de l’avenir. Mes études furent bordeliques et décousues, entre faculté des lettres et des sciences, beaux-arts et musique, le tout en même temps, sans être doué pour quoi que ce soit et sans jamais aboutir à quelque chose. Un jour, alors que je cherchais un chemin que jamais je ne trouvai, je frappai par hasard à la porte d’une école renommée qui, ayant apprécié mon sens de la repartie, eut la bonté de m’accueillir, de m’enseigner des choses et de me donner de quoi occuper mon temps pour la vie avant que je ne réalise que ce temps n’existait pas.

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 18 juin 2011 à 21:51

Lagarde avoue

Elle veut baisser le niveau de testostérone au FMI

Comme ce matin je n'avais rien d'autre sous la main question jeu de mots, j'ai décidé de faire facile en titrant avec le nom de notre ministre de l'économie.  (Habituellement j'assortis toujours la qualité de ministre à un qualificatif, alors que pour Christine je sèche. J'ai pensé : notre brillante ministre... notre très grande... notre parfaitement bilingue... notre élégante ... notre bien coiffée ministre ... ? Mais j'hésite, je n'y arrive pas !)   La dame fait la tournée des popotes pour tenter de convaincre qu'elle serait la plus compétente pour occuper le poste de directeur du FMI. Faut dire que son mentor n'a pas lésiné sur les moyens pour la faire mousser, tous les habitants de Deauville vous le diront, mais est-ce vraiment un avantage pour sa candidature d'avoir pris pour directeur de campagne un Sarkozy qui irrite tous ses petits camarades de récré ?  En tout cas Christine a dû faire un tabac auprès des Indiens en déclarant  "qu'il y aurait un niveau de testostérone plus faible au FMI avec elle à sa tête". Les pays dits émergents, dont l'Inde, ferraillent un maximum pour placer un des leurs à la tête de l'institution et Christine certainement à court d'arguments, a cru devoir sortir cette vanne pour surfer sur la vague féministe suscitée par l'affaire DSK. Je vous disais bien qu'elle était mal conseillée.  Tout d'abord, il ne faut pas trop la ramener sur la compétence en matière linguistique et économique. En Inde, au moins la moitié de la population (environ 750 millions) parle parfaitement anglais et le niveau d'études y est très élevé. L'Inde fournit des contingents d'ingénieurs, d'informaticiens, de médecins et d'économistes de haute qualité. Paradoxalement, du point de vue culturel, ce pays est connu pour préférer les naissances de garçons plutôt que les filles.  Alors avouer à New Delhi qu'on n' a pas de couilles et déclarer que c'est vachement mieux pour diriger un bidule pareil, il fallait oser.

Le 27 janvier 2015 à 08:45

Rencontre fortuite

Ce photomontage (d'un goût douteux) à la fois lourd et léger, me permet de poser plein de questions. Depuis quelques jours, j'essaie de réfléchir sur l'irreprésentabilité dans le dessin. Comment dessiner quelque chose que l'on n'a pas le droit de représenter ? Parce que c'est clair qu'on n'en a pas le droit. Il y a eu 12 morts pour appuyer cette idée, et depuis, en réitérant à 7 millions d'exemplaires ce méfait, même avec un message de paix, on comprend que c'est formellement interdit. La censure se cache derrière de nombreux mots doux : la bienséance, le respect, la prudence, le péché ... On commence à entendre, après de nombreux défilés soutenant la liberté d'expression, que plusieurs représentations de spectacles sont annulées, des affiches retouchées, ou retirées des panneaux... Peur de choquer, ou peur de remettre de l'huile sur le feu ? La liberté s'arrête là où la sueur froide coule. Oui, mais une contrainte, dans le dessin, c'est un challenge. C'est une consigne même. Ça pourrait être un sujet de cours d'illustration : représentez ce qui est interdit. Et comment fait-on ça ? En questionnant la notion même d'interdit. Qu'est-ce que nous avons sur cette page blanche? On pourrait très bien répondre « Enfoiré, t'as représenté Voldemort avec un nez en forme de saucisse ! Mais je vais t'égorger !! ». Mais en réalité, on voit quoi ? Une belle cacahuète, deux olives farcies, deux chips paysannes, un mini-boudin, et des piques d'apéros. Bon, mis à part le fait que ce l'ensemble soit un peu haram, c'est pas bien grave. Qui se représente une autre image que celle visible au premier regard ? C'est le cerveau de celui qui zieute. Hahaaa, qu'on vienne me reprocher mon image pour autre chose que ce qu'elle est, à savoir, un hommage aux masques bachiques de l'Antiquité, une évocation d'un portraitiste italien , un clin d'œil à Lautréamont, et à ses descendants, ou encore un manifeste en l'honneur d'un moment convivial. Celui qui viendra me soupçonner d'autre chose, bah ce sera en gros « celui qui dira qui sera ». Pour en revenir à l'interdit, à partir du moment où celui-ci se retrouve fortuitement bravé, quel châtiment préconiser ? Et si on ne représente l'image défendue qu'en partie, en kits, à l'envers ou même qu'on la fait fabriquer par quelqu'un d'autre (dessins en point à relier), qui doit-on punir, et à quels degrés ? Rhalala, il y a des choses pas claires dans tout ça... Il va vraiment falloir mettre au point une charte, un truc précis. Mais en attendant, ça laisse le champ libre pour s'aventurer aux alentours de ces limites pour lesquelles le sang a coulé. L'histoire de l'illustration regorge de techniques permettant de diffuser des images subliminales. Généralement, c'était plutôt pour faire passer des scènes érotiques, mais bon, chaque époque a les petits péchés mignons qu'elle mérite. Evidemment, ça s'applique à nombre d'autres tabous visuels, mais comme celui-ci est le plus bouillant du moment, ça donne envie de s'y frotter.

Le 21 mars 2013 à 08:48

"Prenez mon ours !"

Au théâtre, s'il y a des chats (avoir un chat dans la gorge, Agnès et son petit chat qui est mort), des hirondelles (celui ou celle qui rôde autour de la boîte à sel, l' « accueil » d'aujourd'hui, les soirs de Première, pour obtenir une place gratuite), des mouches (un terme d'éclairage), des lièvres (la patte-de-lièvre étant une sorte de houppette utilisée pour le maquillage, des rats (les machinistes qui travaillent dans les dessous d'un théâtre à l'italienne, les soutiers), des sauterelles (une sorte de crochet), des saumons (un morceau de fonte servant à fixer les portants au sol), des cygnes (les cloisons en forme de col de cygnedes loges d'une salle à l'italienne), à notre connaissance, il n'y a pas de cochons. En revanche, il peut y avoir des ours. Dans l'argot des coulisses, c'est une mauvaise pièce, qui dort dans les cartons d'un auteur. Au XIXème siècle, elle pouvait dormir dans les cartons d'un directeur de théâtre qui, à défaut d'une meilleure proposition, pouvait la sortir d'un oubli profond. Il était en mesure, alors, d'exiger de l'auteur de lécher son ours, autrement dit de parfaire son œuvre, comme l'oursonne lèche son ourson pour l'amener au meilleur de sa forme. Le mot « ours » a une origine historique pris dans un contexte théâtral : le comédien Odry jouait le rôle d'un montreur d'ours dans une folie-vaudeville, L'Ours et le Pacha, créé aux Variétés le 10 février 1820. Il était amené à répéter à tout propos : « Prenez mon ours ! Mon ours danse la gavotte, prenez mon ours ! Il pince de la guitare, prenez mon ours ! » A cause du succès de la pièce – jouée cinq cents fois – la formule « prenez mon ours », répétée à satiété, devint la formule consacrée des directeurs de théâtre, quand ils voyaient arriver un auteur, un manuscrit sous le bras. Les circonstances de l'apparition de la formule sont renforcées par l'image de l'ours qui hiberne, pour se réveiller aux beaux jours. Comme lui, la pièce dort pour arriver sur la scène au moment propice.

Le 16 septembre 2014 à 10:16
Le 4 avril 2012 à 09:10

Pauvres gens !

Interrogé ce mardi dans la Matinale de Canal + sur ses relations avec André Bettencourt et les soupçons de financement illégal de sa campagne de 2007, Nicolas Sarkozy a démenti catégoriquement les accusations portées contre lui en dénonçant les « boules puantes » de ses adversaires politiques. Contredisant sa ligne de défense habituelle, le président-candidat a admis qu'il était « bien sûr » possible qu'il ait pu rencontrer l'ancien dirigeant de L'Oréal, précisant que ce dernier n'était pas un délinquant et que le « pauvre homme » était mort depuis des années.   Celui que beaucoup qualifient de « candidat des riches » révèle donc une nouvelle fois le lien particulier qu'il entretient avec les concepts de « richesse » et de « pauvreté ».   Déjà, en 2008, alors qu'un visiteur du Salon de l'Agriculture refusait de lui serrer la main, l'ancien maire de Neuilly-sur-seine lui avait lâché le désormais mythique « casse toi pov' con ».   Car dans la bouche de Nicolas Sarkozy, l'adjectif « pauvre » revêt une tonalité particulière : le pauvre est un objet de pitié ou de mépris, de condescendance et d'incompréhension.   A défaut d'éradiquer la pauvreté en France, celui qui prétendait être le président du pouvoir d'achat et dont le patrimoine personnel s'est accru de 28% en 5 ans fait donc habilement disparaître du champ sémantique de la pauvreté son étymologie première, celle de la misère et du dénuement.   Pour mémoire, en 2009, on considérait comme « pauvre » un individu dont les revenus mensuels sont inférieurs à 795 ou 954 euros. La veuve du « pauvre » André, Liliane Bettencourt, est à la tête d'une fortune estimée à 17 milliards d'euros et percevrait, excusez du peu, un revenu mensuel de plus de 34 millions d'euros. On a la pauvreté qu'on peut.

Le 27 juin 2015 à 14:19

Comment j'ai été attaqué par un banc de cachalots

Histoire vécue

Mercredi 18 décembre 1991, nous sommes à bord d'un catamaran en route pour la traversée de l'Atlantique sud par la route des alizés, cap sur Sainte Lucie aux Antilles. « La croisière en chaise longue ». Partis de Ziguinchor en Casamance, nous avons pris la mer, le samedi 14 décembre 1991. Aujourd’hui, c'est notre quatrième jour de mer, nous sommes à la hauteur des îles du Cap Vert.Il est environ 18 h. Je suis de quart. Tout est si calme que le coéquipier est allé prendre un bain de soleil à l'avant du bateau! Le capitaine dort dans la cabine arrière et moi je m'accroche au bastingage pour ne pas m'envoler, tellement la sensation de bien-être est exceptionnelle. Nous sommes très contents et du bateau et de nous! Tout va bien! Tout à coup, un énorme choc secoue notre navire. Comme si nous étions  passé sur une montagne.  « Quoi, qu’est-ce que c’est ? un fût de pétrole, un container ? »Sur bâbord des bêtes immenses sortent de l'eau, soufflent de l’air et plongent à nouveau. « Des baleines, des cachalots! »  Le capitaine sort de sa cabine et file chercher son appareil photo pour immortaliser la scène. Les voilà qui se mettent en ligne, en formation, à l'arrière du bateau, ils sont neuf dix, on dirait des sous-marins. Il y en a un qui vient à notre hauteur sur bâbord et nous fixe avec son œil, un œil immense très vivant. Il nous suit...  soudain il sonde... Un énorme coup de boutoir exactement au centre du bateau défonce le bulbe à l'arrière, casse la porte et nous projette en l'air. « On est coulé!!! » Et là, on voit cette bête énorme!... grande comme un autobus! qui refait surface et rejoint les autres qui nous suivent tranquillement, rangés en ligne, à l'arrière, toujours en formation. Alors qu'on était secoué par ce deuxième choc, on voyait l’eau qui rentrait, on ne savait pas si on allait couler ou si on allait flotter... arrive par bâbord arrière, LA BETE... mais la vision de... le monstre marin qui nous fonce dessus,  bondit hors de l'eau, tente de nous écraser, se casse la gueule en glissant sur le pataras bâbord, et retombe lourdement dans l'eau en laissant des morceaux de chair et des traces sang. On était dans une fureur... « NON!!!!!!!!!!!!! »   « Le léviathan!!!...». Comment repousser ce monstre ???... On était vraiment désemparés.  J'ai  pensé à la trompe, cette espèce de corne à air comprimé que tu prends dans les matchs de foot. J’ai pressé sur ce truc ridicule.  Est-ce que ça a fait quelque chose? Je n'en sais rien, on ne peut pas se rendre compte... on ne peut plus se rendre compte... à ce niveau-là... tellement c’est...  « La bonne idée. Le moteur. Il faut qu’il comprenne qu’on est pas une baleine... et bol immense le moteur démarre... ça part touftouftouftouf... Et là, aussi soudainement que c’était arrivé, aussi soudainement c’est reparti. Nous avons vu le groupe s'éloigner, lâcher prise et nous abandonner par tribord arrière. Mais seulement, voilà... maintenant on était naufragé... et ça...  ça changeait complètement la donne.

Le 6 avril 2013 à 09:20

Rencontre de Raymond, Carla et Jérôme à la table du Pingouin

Bob m’a informé jeudi dernier qu’il souhaitait que je l’appelle Raymond. Tu comprends, mon Pingouin, m’a-t-il dit, pour développer notre visibilité sur Internet, il est nécessaire d’utiliser des noms à la mode. Comme j’étais d’accord pour qu’il m’appelle son Pingouin, je l’ai invité le lendemain à dîner avec sa femme Sylvie, qu’il m’a conseillé de prénommer Carla, et de son fils, Kevin, qu’il a asticoté toute la soirée en l’appelant Jérôme. Autant vous dire qu’au cours du repas aucun sujet d’actualité n’a été oublié, et que l’on a mis les pieds dans tous les plats : « La crise ! Ah, la crise ! C’est la faute des banques ! » a dit Carla ; « La croissance, on l’attend pas, on la stimule » a dit Raymond, l’œil égrillard, en flanquant une pichenette sur la tête de Jérôme ; quant à moi j’ai synthétisé tout ça en disant qu’il fallait tout réformer, ce qui me permettait de taper large. Au bout d’un moment, l’alcool aidant, on s’est mis à débiter directement des mots-clés : guerre-au-Mali, mariage-gay, Ibra-c’est-le-meilleur, la-fraude-fiscale-c’est-pas-bien, ya-de-la-vie-sur-Mars ou ya-du-ch’val-dans-mon-steak-de-bœuf… Quand on s’est quittés, Bob m’a dit que son business plan, c’était de venir dîner chaque semaine chez moi pour générer du trafic et attirer les annonceurs. C’est tout un monde qui s’offre à nous, mon Pingouin, m’a-t-il dit en me tapotant la tête.

Le 27 octobre 2014 à 10:17
Le 24 novembre 2015 à 08:31

L'ours bipolaire est désormais une espèce en voie de disparition

Surnommé « l’instable du Grand Nord », l’ours bipolaire vient d’être ajouté à la liste rouge des espèces menacées par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). A l’heure actuelle, il resterait moins de 300 spécimens de cette espèce qui survit dans les régions arctiques et dont le comportement parfois irrationnel joue contre sa préservation. Auto-destruction L’ours bipolaire, animal étrange aux agissements parfois incompréhensibles évoquant à la fois la mère de famille en plein baby blues ou le trader excessivement euphorique, vit exclusivement sur la banquise. Selon l’UICN, il reste aujourd’hui moins de 300 spécimens, qui vivent de manière solitaire sur la glace. Parmi les facteurs qui ont provoqué le déclin des populations d’ours bipolaires, il y a évidemment le braconnage et la perte des habitats naturels. Mais la cause principale de sa lente disparition reste le comportement même de l’ours bipolaire que les experts de l’UICN jugent « totalement imprévisible et préjudiciable pour l’ espèce même ». Car cette espèce serait la moins adaptée à la survie en milieu hostile, toujours selon l’UICN : « Les ours bipolaires sont souvent dépressifs. Ils manquent d’appétit et d’intérêt pour la chasse qui est nécessaire à leur survie. Il arrive parfois qu’ils fassent preuve d’une grande anxiété et de haine envers eux-mêmes. Autant d’éléments qui les transforment en maillons faibles de la zone arctique. » explique Lana Purlac, de l’organisation. Mais à tous ces handicaps, il faut ajouter également le caractère des ours bipolaires : « Ils ont de très fortes manies, parfois violentes. Ils peuvent passer des semaines à frapper la banquise avec leurs pattes, juste par obsession. Dans les cas les plus graves, certains sont victimes de délires et se focalisent sur des théories du complot au sein du cercle polaire. C’est une perte de temps et d’énergie considérable pour tout prédateur de ce genre. » précise également l’expert de l’UICN. Encadrer l’espèce Pour aider à combattre la disparition progressive de l’ours bipolaire, les organisations de défense des animaux militent intensément pour la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’espèce : « C’est difficile pour nous d’être dans cette situation. Déjà qu’on a du mal à protéger les animaux de l’homme, mais si en plus il faut demander aux pouvoirs publics de protéger une espèce contre elle-même, c’est très dur à faire passer comme idée. » nous explique un cadre de l’association PETA avant de conclure : « L’idéal serait peut-être de transférer les derniers ours bipolaires dans des instituts spécialisés pour qu’ils soient encadrés, quelque chose comme un zoo dans l’esprit. » Le Gorafi Illustration : iStock / RobertScottJacobs / IRCrockett

Le 6 novembre 2011 à 09:00
Le 29 octobre 2011 à 08:18
Le 18 mai 2012 à 17:18

"Je trouve que quand on représente les Français, il faut faire la différence entre la dilettante du week-end et la tenue du Conseil des ministres"

Nadine Morano, RTL, 17 mai 2012

Ceux qui pensaient que le vote éliminant Nicolas Sarkozy était un package comprenant ses pires avatars, en seront pour leurs frais. L’ancienne ministre de la Famille demeure. Pour Copé on comprend. Il était le patron de l’UMP, il en faut bien un encore. Mais l’aboyeuse de la précédente présidence, fallait-il absolument lui tendre le micro, pour commenter la mise en place du gouvernement de la nouvelle ? Qu’on nous rende Rachida Dati. Elle au moins aurait pu détecter du premier coup d’oeil si le jean porté par Cécile Duflot lors de la photo officielle, était suffisamment griffé pour ne pas heurter le “dress code” requis ce jour-là. Vu par Morano, ça donne une appréciation de chaisière sur ce qu’il convient de porter en conseil des ministres ou en “dilettante du week-end”, expression assez intraduisible en français courant mais qui doit signifier “Friday casual” en anglo-américain d’entreprise. Venant de la “Madame sans gêne” des années Sarko, ça prête à sourire. N’est-ce pas elle que l’on surprit un jour encapuchonnée comme une racaille, pour s’introduire dans une réunion à laquelle participait Ségolène Royal durant la campagne présidentielle de 2007 ? Ou le col déboutonné, sur Canal +, en train de frotter langoureusement le veston de Louis  Alliot – Monsieur Marine Le Pen – entre les deux tours de 2012 ? Morano, un rien l’habille pour l’hiver.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication