Claude Chanaud & May Livory
Publié le 06/09/2015

On n'arrête pas le progrès


Jusqu’à notre époque contemporaine, la notion de progrès permanent a rythmé  la vie de l’homme  mais elle n’est pas étrangère non plus à celle de la femme  dont la  cuisine est devenue le  lieu géométrique de technologies aussi pointues que  renouvelées.  

Sans vouloir négliger le rôle grandissant des robots dans cet évident progrès,  rappelons  au passage  que la créature pourvue de tétons  donc  très naturellement nourricière est en  même temps  la mère de l’humanité et l’avenir de l’homme. Pour ces diverses raisons, elle est employée quasiment à plein temps tandis que son compagnon aux épaules poilues, ce musicien dans l’âme, éprouve le  besoin  de faire de nombreuses  pauses  qui ne sont pas dépourvues  de soupirs.

C’est ainsi qu’un Opéra de type plaintif s’élabore quotidiennement au bar des Copains où l’homme refait le monde à partir du moment où les trente-cinq heures ont sonné l’heure de fermer le plumier du labeur et de clore l’échange avec d’éventuels  tireurs de sornettes. Mais dans cette démarche qui procède d’une ambition réduite aux acquêts de leurs nombriliques  points de vue,  ils ne savent pas ce qu’ils doivent à André Gide.

En effet, portant un jugement définitif sur les progrès dus à  la connaissance  dans la Symphonie pastorale   ce dernier disait d’une performance féminine relative  qu’on peut reconnaître également  chez l’homme retrouvé assis sur un tabouret de bar   « Ses progrès en musique ont été surprenants,   maintenant elle tient l’orgue de la chapelle »

Alléluia pour le  progrès  

Claude Chanaud

Claude Chanaud

Parisien amoureux du théâtre dont il offre d’alertes chroniques sur encres-vagabondes.com, il forge en Brennou sa langue d’ethnographe tendre et malicieux pour conter des fictions publiées chez Barde la Lézarde, dans L’Imbriaque, Journal d’un Jour, Hommage aux Marges et à la collection foL’Ivres : Secret de veuve, Cent dessous d’Aristote à Capsula Popoe, Les mordeuses de bois de lit, Un plein bol d’eau tiède. Aux éditions Le bruit des autres, les recueils de nouvelles Fatoumata la Berrichonne, Pas toutes urbaines, Chroniques gaillardes de Bourg-en-Brenne, et les « élucubres » : Gens de plume et vin chaud à la cannelle et Mécréantes hypothèses.

May Livory
Cette Cotentinoise arpente Paris comme une grève, busoque dans les dictionnaires, invente un porte-bébé, des stickers d’ongles, une thèse d’ethnologie sur la rumeur et les Machines célibataires, des Textilographies ou des Peaucifications, et aussi des livres pour Barde la Lézarde dont quelques-uns avec Claude Chanaud. Tenancière de La loge de la Concierge, près de la Samaritaine, de 1994 à 2013. Tricote à la main depuis 2000 le site d’art et d’essais ethnologiques et littéraires shukaba.org.

 

Epistémologie des récipients amis de l’Homme

Littré, Larousse et Robert, bien informés sur ces partenaires qui se sont révélés fidèles depuis que nous avons quitté nos inconfortables cavernes pour habiter à la Garenne-Colombes un appartement muni d’un chauffage par le sol, nous expliquent que ce sont  « des ustensiles destinés à des usages ménagers de formes plutôt creuses » et qu’ils « servent surtout à recevoir des substances diverses »...

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 29 juillet 2015 à 08:29

Nelly Kaplan

Les cracks méconnus du rire de résistance

Fallait-il vraiment parachuter dans la ci-présente rubrique de coups de chapeaux aux humoristes rebelles méconnu(e)s la célèbre fiancée du pirate, axe de référence des pétroleuses des année-barricades, compagne de feu du Théâtre du Rond-Point et de la Cinémathèque française, égérie de Breton, Gance, Mandiargues ? Mais oui, mes tous beaux (comme elle aurait dit à ma place), car l’amazone du désordre harmonieux Nelly Kaplan n’est en général acclamée que pour son brûlot filmique de 1969 La Fiancée du pirate devenu cultissime. La plupart de ses partisans les plus résolus n’ont pas vu son Néa, n’ont pas lu son Manteau de fou-rire, n’ont pas bu ses philtres revergondeurs. À eux de se rattraper, mille chaudrons ! À eux de découvrir les autres « péchés capiteux » de la « reine des sabbats ». Quand un bien-aimé a les papillons noirs, je lui montre Charles et Lucie. « Au début, ce ne sont que deux êtres (Daniel Ceccaldi, Ginette Garcin) noyés dans leur médiocrité, noyés dans le renoncement de ce qui était leur côté le plus étoilé, et qui ont perdu toute capacité de lutte. Ils ne vivent plus, ils « durent ». Et ce n’est que parce qu’ils sont confrontés à la réalité rugueuse qu’ils s’aperçoivent que c’est quand même mieux d’être dans la rue les armes à la main (c’est-à-dire en sortant un peu les griffes). » C’est ainsi qu’alors qu’ils se retrouvent « en-dessous de zéro », sans le moindre complice, sans un sou vaillant, sans une croquette pour se nourrir, sans un fil pour se couvrir, Charles et Lucie réussissent à puiser dans leurs bas-fonds les forces nécessaires pour se gaudir de l’adversité et réélectro-aimanter friponnement leur vécu. C’est ainsi également que lorsqu’on me demande quelle est, pour moi, le moment le plus roboratif de toute l’histoire du cinéma subversif-carabiné, j’évoque invariablement un des points d’orgue du long métrage Néa, une adaptation très déviante dédiée à Charles Fourier du best seller d’Emmanuelle d’Arsan qui a été un satané flop commercial en 1976. Nous sommes à la montagne. En pleine tourmente hivernale, l’éditeur Sami Frey promet à Ann Zacharias, qui veut faire criquon-criquette à l’instant même avec lui, de répondre à son souhait le jour où la neige aura fondu sur le toit de la chapelle se profilant dans les hauteurs (c’est-à-dire dans bien plus d’un trimestre !). Sans sourciller, la gisquette s’en va alors sur-le-champ incendier le sanctuaire. Tous les rapports de Nelly Kaplan à notre société couarde et tempérante battent pavillon dans cette scène. Pour la cinéaste, y a pas à lanterner : « Notre folie doit consister à vouloir plus de ce que l’on peut, mais à pouvoir tout ce que l’on veut. » L’histoire de la vie de Nelly Kaplan illustre grandiosement sa profession de foi de 1979 : « Je pense que l’habitude est l’antichambre de la mort et que c’est dans l’aventure qu’on peut rester vivant. » Née d’un père marinier (qui l’initie lui-même à « l’amour absolu, fou, splendidement gratuit, délirant ») et de mère inconnue, « voyante et voyeuse », Nelly entre à seize ans comme préposée au linge dans une maison de rendez-vous de Shangaï où se confirment ses dons divinatoires (elle lit l’avenir dans les gouttes de « liqueur de flux charnel »). Elle partage ensuite ses loisirs entre l’exploration de terrae incognitae, l’apprivoisement de fleurs carnivores en vue d’une rénovation de l’accouchement sans douleur, la lutte armée en Amérique latine, l’érotisme expérimental pratiqué sur des tortues géantes et la rédaction, sous le pseudonyme de Belen, de fééries profanatrices (Le Collier de Ptyx (1971), Le Réservoir des sens (1966), et son autobiographie, Les Mémoires d’une liseuse de draps ou Un manteau de fou-rire (1974)) dans lesquelles les puissances du mal des récits des autres – revenants, grands galactiques, gourgandines, magiciens noirs, androïdes, fées Carabosse, vampires – ont les plus minouches intentions qui soient et ne supplicient que des franches crapules. Sous son propre nom, Nelly frigoussera aussi plus tard les sulfureux Aux orchidées sauvages (1998), Ils furent une étrange comète (2002), Cuisses de grenouille (2005), Et Pandore en avait deux ! (2008) et livrera sous le titre Mon cygne, mon signe sa correspondance libidineuse secrète avec Abel Gance, réalisateur hallucinant et bien plus anarchisant qu’il n’y paraît de J’accuse et de La Fin du monde. Et puis, à sa façon, Nelly Kaplan débauche le septième art en y apportant sa féroce clairvoyance de serpent moucheté, sa décapitante haine des bonnes mœurs et des génuflexions, sa scandaleuse beauté, son goût très vif des puits défendus, son humour écorcheur de chatte-tigresse et son pouvoir mandrakien de faire feu (de joie) de tout bât. Après quelques courts métrages héliothérapiques (dont À la source, la femme aimée, que la censure a clandestinisé), notre chasseresse de snarks fait apparaître avec sa baguette de macralle ses trois comédies-guérilla historiques La Fiancée du pirate (1969), Néa (1976), Charles et Lucie (1979) condamnant au bûcher ce que Dostoïevski appelait « les échasses du devoir et de la morale ». À visionner encore : Papa, les petits bateaux (1971) dans lequel une freluquette bettyboopante fait échouer ravisseurs, guignolos et parents sur les brisants de ses toquades. Et Pattes de velours (1981) qui file une belle rincée aux codes agathachristiques du whodunit. Tout c’qu’y a à dire sur le cinoche d’aujourd’hui, Nelly-Belen le dira dans son manifeste de 1976 Paroles… elles tournent ! : « Poétesses, à vos luttes ! Sorcières, à vos balais ! Pour une création androgyne, douce ou amère, mais violente ! ».

Le 24 septembre 2015 à 09:00
Le 16 janvier 2011 à 17:34

« Il a dit que c'était parce qu'il était juif qu'il avait été expulsé. Ça ne se voyait ni sur sa carte de presse, ni sur son nez, si j'ose dire. »

Jean-Marie Le Pen, congrès du Front national à Tours, dimanche 16 janvier 2011.

Osez, osez Jean-Marie. Vous êtes dans votre rôle en moquant le journaliste jeté dehors par le SO du FN, qui a porté plainte pour insultes racistes. Au moment où vous quittez la scène au profit de la benjamine Marine, il n’est pas inutile de rappeler l’héritage. Fifille commençait à faire oublier l’antisémitisme de papa, en moissonnnant les terres de l’anti-islamisme. Vous direz que tout cela, c’est sémites et compagnie. Bref, la continuité. De fait, il n’y a qu’à observer les caricatures des intégristes musulmans dans certaines publications, entre la djellabah et le turban ils n’arborent pas seulement une barbe mais le nez proéminent et courbe, comme jadis les Israélites, entre redingote et schtreimel.  Néanmoins, si on ose dire, le nez de Ben Laden plus court aurait-il changé la face du monde ? Pas davantage qu’avec un nez moins aquilin, Netanyahou aurait imprimé un autre cours aux relations israélo-palestiniennes. En vérité, le pif selon Le Pen n’est qu’un prétexte pour suggérer qu’il n’a pas perdu son flair. Si le journaliste de France 24 est parvenu à s’immiscer sur son  territoire sans s’appeler Cohen et sans doute après un rabotage chirurgical de son appendice nasal, il ne pouvait faire illusion longtemps. C’est à des petits détails comme ça que l’on reconnaît le sens de l’Histoire chez un Le Pen.

Le 10 août 2012 à 09:07

Racolage. De la Suisse, naturellement.

« Plus racoleur, ton prochain texte », m'a susurré une sculpturale rousse, alors que j'étais occupé à gagner de l'argent sans rien faire. Avant de s'éclipser pour son prochain rendez-vous, l'assemblée générale ordinaire du Complot Mondial dont elle était, semble-t-il, trésorière (à l'ordre du jour ils avaient : l'affaire DSK, le choix du vainqueur de la prochaine coupe du monde de foot et l'organisation de leur super loto annuel), elle a ajouté, mutine : « Et si tu es sage, je te promets une belle récompense... » Facile, me dis-je. La recette, tout le monde la connaît : Un peu de sexe, un peu d'argent, un peu de violence gratuite, un peu de bébés animaux, un peu de dendrochronologie. Oui mais dans l'art de bien racoler, je le confesse, le difficile est de bien savoir jouer des fesses : on ne tortille pas son popotin de la même manière pour un blogueur, un Facebookien, un lecteur de Vents contraires. Sur Twitter, par exemple, en moins de 24 heures, le trending topic (topic trendant, ndt) du moment est passé de petit bateau à philo et de santé service à Bill Kaulitz (mais si, le chanteur de Tokio Hotel)(mais si, ils étaient allemands, ils chantaient, ils avaient des cheveux). Décontenancé, j'ai décidé de décevoir ma mystérieuse indic : « Désolé, mais le racolage, c'est pas mon genre, en Suisse, nous sommes tous honnêtes et modestes comme notre chef, Roger Federer. » « Mais tant mieux ! », me répondit-elle alors, « c'était un test pour éprouver ta morale. Voici ta récompense : clique ici pour savoir qui consulte le plus ton profil Facebook. Cela marche vraiment. »

Le 8 juillet 2013 à 08:22

Manifeste pour le retour à une saine géométrie des couverts de table.

C'est à une vraie prise de conscience que j'appelle, car elle avance subreptice. Je parle de cette lente agonie de la géométrie des couverts qui s'invite à notre table chaque repas que Dieu fait. N'avez-vous pas un jour remarqué, camarades attablés, la dent extrême de la fourchette, rebelle à l'alignement de ses soeurs ? Ne fûtes-vous jamais condamné à couper votre steak avec la lame tordue d'un misérable couteau mutilé ? Ne mangeâtes-vous jamais votre glace à l'aide de l'une de ces cuillers à long manche pitoyablement torsadé ? N'avez-vous jamais souffert cette sournoise autant qu'anormale inflexion entre le manche et la cuiller, à cet endroit précis de jonction dont la section plus faible confère de la fragilité à l'ustensile ? Cette jonction de moindre de section qui a précisément pour objet de limiter la conduction thermique entre la partie travaillante plongée dans le potage bouillant, et votre main d'affamée ! Car oui, cet ustensile que tu tiens en main, camarade attablé, cet ustensile a été pensé, conçu, fabriqué par l'un de nos frères, l'une de nos soeurs mécano. Oui, ami gourmet, des femmes et des hommes de coeur oeuvrent dans l'humilité des bureaux d'études sur leur planche à dessin, ajustent des outillages de découpe dans le secret de leur atelier, conduisent avec doigté et professionnalisme les presses qui travaillent les feuilles de cette noble tôle et donnent naissance à ces fourchettes, cuillers et couteau que tu manipules avec tant d'irrespect. Et tout ce génie humain devrait se déliter dans les miasmes infects des plonges des restos et des cantines ? L'amour du travail bien fait de nos frères et soeurs mécanos devrait être livré à la maltraitance de cette main d'oeuvre à bas coût qui officie dans l'antre infâme des arrière-cuisines sans que nous ne nous rebellassions ? Camarades, faisons de l'exigence en matière d'orthodoxie géométrique de nos couverts une règle de vie. N'acceptons pas la descente vers les abîmes de la civilisation où nous conduit cette lente dérive. Aujourd'hui les couverts tordus, demain, qui sait, les verres fuyards ou les nappes trouées ? Ensemble, exigeons un retour aux vraies valeurs de la saine géométrie de nos couverts. Pour le salut des arts de la table à la française.

Le 4 septembre 2011 à 08:55
Le 9 décembre 2014 à 08:33
Le 11 mars 2011 à 09:19

Au plus nord du continent américain

Tant qu'il y aura du froid

Ce que l’on voit, ce sont des images prises par une webcam de l’Institut de géophysique de l’Université de Fairbanks en Alaska. Elle est posée dans les hauteurs de la plage de Barrow, le village situé au plus nord du continent américain, bien au-delà du cercle polaire arctique. Au-dessus de Barrow, il n’y a plus que la banquise, des ours, des phoques et la mer des Tchouktches. Au-dessous de Barrow, il n’y a pas de route, mais un grand désert de permafrost, des caribous et des chouettes harfangs.La webcam a pris une image toutes les cinq minutes, dans la nuit du 17 au 18 février 2011, de 23 h 31 à 4 h 56. Il est fort probable qu’à 5 heures du matin, le chercheur de l’Institut de géophysique de l’Université de Fairbanks se soit endormi. Il s’agit d’un mois de février ordinaire, il fait entre -14°C et -26° C, la lumière a disparu depuis longtemps. Le courant que l’on voit évoluer de gauche à droite de l’image montre que la mer n’a pas gelé sur toute sa profondeur. Cette nuit-là, des amas de glace de huit mètres de hauteur se sont déposés sur la plage. C’est ici qu’est né Eben Hopson, le 7 novembre 1922. Il est le petit-fils d’Alfred Henley Hopson, chasseur de baleines venu de Liverpool et d’une Inupiat. Eben Hopson commence une vie revendicative à 15 ans en écrivant au Bureau des Affaires indiennes de Washington. Il dénonce les travers de l’Université qui ne rémunère pas les étudiants venus faire des recherches au-delà du cercle polaire. Par retour de courrier, le doyen de l’Université le taxe de fauteur de trouble. En découle une interdiction d’embarquer à bord du North Star, le bateau qui aurait pu lui permettre de poursuivre ses études à Anchorage ou Seattle. Il devient alors manœuvre, puis ouvrier du bâtiment, puis ingénieur juste avant que l’armée ne lui demande de partir pour la guerre.À suivre…

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication