Louise Dumas
Publié le 10/10/2015

Le Parisien #7


Footing

Louise Dumas fait le grand écart entre commandes d'illustrations pour des agences de communication et collaborations artistiques pour la scène. Une seule obsession : la ligne.

http://louisedumas.fr/

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 13 septembre 2015 à 08:40
Le 23 septembre 2015 à 10:26
Le 3 juin 2010 à 17:40

Le froid pour tous

Tant qu'il y aura du froid, recherche extime sur une sensation en voie de disparition

Haussmann est préoccupé par la disparition du froid. Il vient d’écrire à Napoléon : « il faut accepter la cherté des loyers et des vivres comme un auxiliaire utile pour défendre Paris contre l'invasion des ouvriers de la province ». Perdu dans ses projets d’assainissement, il se rend compte que la destruction des caves souterraines a un effet immédiat : la glace recueillie en hiver n’a plus de contenant. Privés de froid intra-muros, les habitants risquent d’aller chercher la fraîcheur de banlieue.Charles Tellier, chercheur de laboratoire farfelu, vient quémander quelques attentions au Paris éventré. Haussmann renvoie toutes ses idées mais il est touché par sa singularité et lui glisse à l’oreille : fabriquez-nous du froid !Charles Tellier s’aventure du côté de Faraday, de l’éther, et de l’ammoniac. Il construit une machine à froid dans la fabrique du maître-chocolatier Meunier. En travaillant sur la compression de gaz liquéfié, les désirs de Charles Tellier deviennent grands, très grands. Il veut le froid pour tous et partout.A ses frais, il transforme les cales d’un vieux voilier. Le 20 septembre 1876, le Frigorifique part de Rouen. Le 25 décembre, il arrive à Buenos Aires. Il prouve que l’on peut traverser l’Atlantique avec trente tonnes de viande fraîche à bord. La chaîne industrielle du froid, ainsi inaugurée, bouleversera la frileuse Europe.Poussé par la recherche absolue des basses températures, Charles Tellier va mourir dans le plus grand dénuement. Peu avant son dernier jour, il dira à un de ses proches : « Le convoi des pauvres m'attend, mais ce sort final des travailleurs ne m'effraie pas... ».

Le 10 janvier 2013 à 08:18
Le 30 juin 2011 à 08:35

Métempsycose, il fait froid dehors

L’autre soir, alors que je prenais un verre rue Montorgueil avec mon ami, et que je le regardais, impuissante, dévorer toutes les tranches de rosette (j'étais trop loin de la planche), m'est venu à l'esprit que mon signe astrologique chinois était vraiment trop nul. Mon ami, sentant que quelque chose clochait, me demanda pourquoi diable fallait-il que je fasse la gueule devant d'aussi jolies charcuteries. Je n’ai rien répondu, j'ai haussé les épaules, il n'aurait pas compris (déjà pour Anish Kapoor, il avait eu du mal). Et puis elles étaient quand même bien moins jolies que moi. Les charcuteries. Pour changer de sujet, je lui ai fait remarquer un pigeon mort, sur les pavés. Ce qui l'a conduit à me parler des Druzes qui sont des métempsychotiques, apparemment. Jamais entendu parler de ces types. Quelques minutes après, ruminant toujours mon problème de signe, Pierre Haski, par le biais de Twitter (c’est la magie de Twitter, Pierre Haski donne des conseils en astrologie chinoise, on échange des recettes de cuisine avec Benoît Hamon, on parle tricot avec Orelsan), me suggéra la réincarnation, et je me souvins alors que la doctrine des Druzes est fondée sur la métempsycose (c’est du grec et ça n’a apparemment rien à voir avec une quelconque psychopathologie, à mon grand étonnement). Mais quelle idée brillante. J'allais me convertir et enfin vivre une vraie vie. Je consultai immédiatement Wikipédia (j’ai l’appli sur mon smartphone) afin d’étudier les offres de ce mouvement religieux dont j'avais découvert l'existence de façon fort opportune. Déconvenue. À lire la page consacrée aux Druzes, je réalisai que j’allais devoir faire plus qu’avaler une hostie sans la mâcher, ce qui est déjà pas mal compliqué, croyez-moi. Le chemin de foi avait quand même l’air plus ardu que celui de la religion catholique, où pour accéder à la première communion, je n’avais eu qu’à écouter une fois par semaine les approximations évangéliques de quelques femmes au foyer désoeuvrées, et à chanter “le monde aura besoin que je lui prête mes deux mains” en prenant mon air le plus béatement convaincu. Résignée à mon sort de Chèvre chinoise, je mâchai pensivement une feuille de salade qui était jusque là restée abandonnée dans un coin de la planche, en espérant que la prairie serait plus verte au plus haut des cieux.

Le 14 novembre 2013 à 08:02
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication