Benoit Lemennais
Publié le 03/11/2015

Orienté Objet #4


Voulait être archéologue sous-marin mais a échoué à l’épreuve du 50m avec palmes et tuba. Est passé par employé de banque, animateur socioculturel, projectionniste et chargé de mission dans les affaires culturelles. A presque été directeur d'un théâtre. Il est par ailleurs vidéaste depuis 2000 avec une trentaine de films autoproduits dont la majorité sont réalisés seul (ou pratiquement) avec un protocole privilégiant des tournages spontanés avec de fortes contraintes de temps (généralement 48h), mobilisant des idées «sur le champ» et des ressources disponible immédiatement. Sous le pseudonyme de Marcel Lesinge, il développe un travail de vidéo-art, d’installation et de performance qui poursuit un protocole de travail sur l’inadaptation dans lequel les questions du décalage et du jeu sont centrales. Dans cette démarche, il se met régulièrement en scène dans des postures ridicules ou contraintes a contrario d’une démarche esthétisante. Participe à des concours (parfois en gagne), des projets collectifs et des expositions. En 2008, il invente, avec Mélanie Thorel, l'agence primate pensée comme un laboratoire de tentatives (www.agenceprimate.com). En 2015, l’agence primate crée BUREAU, premier objet s’apparentant à du spectacle vivant. Il poursuit aujourd'hui une exploration tous azimuts (spectacles, vidéos performances, dessins...). Ne fait pas partie de réseaux, n’a pas suivi de formation particulière ni même participé à un workshop. Fait avec ça. Pense que c’est « jouable ». 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 27 mars 2013 à 10:03

L'objet du délire #13

Tu peux pas.

Tu peux pas partir comme ça, allons, viens-là, tu vas pas finir comme ça, je t'ai dans la peau, je t'ai dans la tête, on a partagé trop de trucs salés, trop d'instants empilés, trop de secondes sacrées, tu peux pas, tu peux pas me laisser là, tout seul, tout nu sans toi, tu peux pas t'en aller comme ça, on a trop vécu, on a trop vu, trop lu, trop bu, trop entendu, j'étais là pour toi, t'étais là pour moi, on parlait pas, mais tout était là, le monde et les mots, les images et les sons, les jeux et les joies, mes doigts sur toi, ta glace sous ma pulpe, mes yeux dans ta voix, non, non, tu peux pas, tu peux pas t'en aller comme ça, tu vas faire quoi, tu iras où, je serai qui sans toi, rappelle-toi, la musique et le soleil et le printemps et les tempêtes et le métro et les voyages et les petits mots et les grands cris et ces silences et ces séismes, tu vois bien, tu peux pas, tu peux pas me laisser là, et les nuits grises, les sms tordus, l'alcool dans les circuits et les urgences et l'amour en trois lettres et la mort en six mots, je sentais tes pulsations, tu connaissais le goût de mes poches, on ne se quittait pas, partout, en haut, en bas, de travers, dans les zigzags, on parlait pas, tout était là, non, tu peux pas, tu peux pas t'en aller comme ça, je t'ai dans la peau, je t'ai dans la tête, je vais faire quoi, je serai qui, allez, me laisse pas, t'en vas pas, reste avec moi, où es-tu, reviens, reviens, me laisse pas. Me laisse pas. Putain d'Iphone.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Rencontre avec Isabelle Huppert
Live • 17/12/2020
La masterclass de Daniel Pennac
Live • 11/12/2020
La masterclass de Alice Zeniter
Live • 05/12/2020
La masterclass de Jacques Bonnaffé
Live • 30/11/2020
La masterclass de Gilles Cohen
Live • 24/11/2020
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication