Xavier Gorce
Publié le 18/11/2015

Aucun doute


Xavier Gorce naît en 1962 et devient dessinateur de presse indépendant à partir de 1985. Il a depuis travaillé pour des titres très variés.

En 2002 il entame une collaboration quotidienne avec lemonde.fr et, en 2011, sa série Les Indégivrables est publiée (presque) chaque jour dans les pages du quotidien Le Monde ainsi que dans Clés, TGV Magazine et d’autres supports.

Les Indégivrables sont édités en recueils à périodicité variable par Inzemoon et ont été adaptés en série animée pour France Télévision en 2012.

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 29 janvier 2012 à 08:52

James Castle, artiste sourd muet et sans doute autiste

à la Galerie Karsten Greve jusqu'au 17 mars 2012

James Castle est né une année avant la fin du XIXe siècle. Il n'a jamais su parler, lire, écrire, signer ou lire sur les lèvres. Il a vécu avec ses parents dans l'Idaho, USA. Son père fermier tenait aussi le bureau de poste dans le village. James Castle y récupérait emballages, cartons et brochures publicitaires pour les utiliser comme du papier à dessin. Il préparait sa palette en mélangeant de la suie, du papier crépon et de la salive, et dessinait à l'aide d'une baguette de bois taillée ou d'un carton souple roulé. Il a dessiné les bâtiments dans la campagne, les maisons, les granges et les clôtures. Ses maisons et ses intérieurs avec poële à charbon ou cheminée ont la précision fantômatique de ces images qui restent un instant imprimées au fond de la rétine. On ne sait comment il s'y est pris mais s'il le veut il maîtrise parfaitement la perspective. Les êtres humains, lorsqu'il les fait entrer dans ses dessins, ont l'air posés les uns à côté des autres, encapsulés par une chrysalide. Peut-être est-ce ainsi qu'il se percevait lui-même. Il recopiait fasciné les lettres de l'alphabet et les chiffres, réalisait des livres, des sculptures ou des collages avec tout ce qu'il pouvait récupérer. Son travail a été reconnu une quinzaine d'années avant sa mort en 1977 et il a pu ainsi assister à sa première exposition personnelle au Musée de Boise, dans l'Idaho. C'est depuis 2009 qu'on a redécouvert son travail. Courez à la galerie Karsten Greve, 5 rue Debeylleyme dans le Marais à Paris, une partie de son œuvre y est rassemblée jusqu'au 17 mars 2012.

Le 19 mars 2014 à 08:11

Il sort d'un coma de 19 ans et ouvre un vidéo club

Ses proches n’ont pas osé lui dire qu’il faisait fausse route. Loïc Janson, un habitant de Pau, est sorti du coma à la mi-janvier après plus de 19 années de silence radio. Aujourd’hui âgé de 37 ans, ce dernier a décidé de réaliser son rêve d’enfant, à savoir devenir le propriétaire d’un vidéo club. Hélas, le palois risque de se confronter à de sérieuses difficultés économiques, ses amis refusant de lui révéler les changements de notre société depuis son entrée dans le coma en 1995. Éviter le choc « Il s’est réveillé un jour, sans prévenir. Et avant même qu’on lui parle de ce qui avait changé, il nous a dit que la raison pour laquelle il s’était réveillé, c’était ce vidéo club qu’il voulait ouvrir plus que tout. Alors on n’a pas osé lui dire la vérité. » explique, plein de culpabilité, Loïc, le meilleur ami de Loïc. Car pour Loïc Janson, tout commence le 11 janvier 1995. Alors qu’il revient en voiture d’une soirée, le jeune homme, alors âgé de 18 ans et un peu éméché au moment des faits, rentre parfaitement chez lui. Mais trois semaines plus tard, alors qu’il joue à la Super Nintendo, Loïc est victime d’une attaque cérébrale qui le plonge immédiatement dans le coma pour les 19 années à venir. Mais au milieu du mois de janvier dernier, le palois se réveille, demande à ses proches de se réunir autour de lui au plus vite. « Il nous a fait venir. Il avait le sourire. Il disait n’avoir aucun regret, que c’était le destin mais que maintenant il était temps pour lui d’être celui qu’il était au fond, un gérant de vidéo club. » raconte Loïc Sr., son père. Alors, famille et amis décident de ne pas révéler à Loïc l’impasse dans laquelle il se trouve, par peur de lui infliger un choc psychologique trop lourd. « Il avait l’air si heureux de pouvoir reprendre une vie normale. C’est tellement dommage qu’il choisisse une voie dans laquelle il va se marginaliser socialement. » commente Loïc, la sœur de Loïc. Étaler les révélations Malgré ce tabou dans lequel Loïc Janson est maintenu par son entourage, les proches de ce dernier souhaitent tout de même essayer de le ramener dans ce siècle qui est le nôtre. « On va d’abord tenter de lui annoncer que le service 3615 Ulla n’existe plus. Il faut y aller pas à pas. Parce que s’il tombe sur un Blu-ray par accident, il est capable de nous refaire un AVC avec un autre coma derrière. Ce qui serait plus pratique pour tout le monde cela dit. » nous dit le père de Loïc.   Le Gorafi

Le 23 juin 2012 à 08:16

Il manque toujours un chaînon manquant

Histoires d'os 33

A la suite de la publication des travaux de Darwin, l’existence d’une filiation entre les singes anthropoïdes et l’homme s’imposa au monde scientifique, idée abusivement relayée par un slogan simpliste qui a fait, depuis, son chemin : « L’homme descend du singe ». Convaincu par la théorie de l’évolution, le biologiste allemand Ernst Haeckel envisagea l’existence d’un chaînon manquant, être fossile intermédiaire entre les singes et l’homme.   Mais ce chaînon manquant faisait, précisément, défaut. Un naturaliste hollandais du nom d’Eugène Dubois se mit en tête de prouver son existence. Persuadé qu’un tel animal devait pouvoir se dénicher dans la forêt tropicale, il s’engagea en tant que médecin dans l’armée des Indes orientales et après des années de prospections infructueuses sur l’île de Sumatra, il se fit nommer à Java où il entreprit de fouiller les alluvions d’une rivière avec l’aide d’un groupe de bagnards condamnés aux travaux forcés.   A Java, la chance lui sourit enfin. Récompensant sa remarquable persévérance et son extraordinaire intuition, un fragment de mandibule, une molaire, une calotte crânienne puis un fémur prouvant l’indiscutable bipédie de son propriétaire furent découverts au fil des années. Une nouvelle espèce fossile était née, un nouveau genre humain qu’il baptisa Pithécanthropus erectus : l’homme-singe debout.   En apparence, le chaînon manquant ne faisait plus défaut. Mais à l’usage, son absence ne faisait que se dédoubler. Il manquait à présent un chaînon inconnu entre l’homme et le pithécanthrope et un second entre les singes et ce même pithécanthrope dont le précieux fémur devait plus tard se révéler être celui d’un homme moderne sans aucune parenté avec l’orang-outan présent à Sumatra.

Le 4 septembre 2012 à 08:22

Natasha

Natasha achète de manière compulsive des objets dont elle ne comprend pas l'utilité et dont elle occulte très consciemment la bêtise en les rangeant dans des cartons qu'elle oublie et qui de ce fait, s'amassent : _ Pelle à tarte électrique _ Clystère musicale à énergie solaire _ Menottes comestibles _ Pelotes d'haleine _ Alliance pour gaucher _ Fil à couper le beurre pour funambule _ Grenouille en céramique pour bénitiers en marbre _ Démoule-moules _ Moustiquaire à mousquetaires _ Cure-dent pour curés de campagne _ Faux-ciel en skaï _ Fil dentaire à limer les ongles _ Piano à queue pour pianiste acculé _ Ramasse-miettes étouffes chrétiennes _ Vaginette pour chiens lubriques _ Etale époisses _ Lampe frontale intégrale pour spéléologue alopète _ Slip-string en nubuck de yack yankee _ Col roulé adapté aux prognathes exigeants _ Imprimante à encre sympathique pour coquin coquet _ Ecouvillon pour fosses marines _ Tondeuse à Barbies _ Ciseaux à pneus _ Ecarte-crevettes _ Spatule à glaires _ Epile-kiwis _ Effraie-chouettes _ Econome pour financiers aux amandes _ Coupe-chouquettes _ Trompe l'oeil en pied de nez _ Soutien-gorge anti-angine _ Démonte-vieux _ Passoir attrape-rêves _ Essore-chatons _ Album pour collection de comédons _ Presse nems _ Tire-laid _ Rustines rustiques _ Martre empaillée de Meurthe-et-Moselle Sinon Natasha, elle est secrétaire à mi-temps pour un cabinet d'assurances dans le huitième arrondissement de Paris ce qui ne l'empêche pas de manger tous les midis à la cantine de son entreprise. Elle cumule des points sur sa carte Monoprix et elle se nettoie les mains très régulièrement avec un gel antiseptique qu'elle garde constamment dans son sac.

Le 21 novembre 2012 à 09:16
Le 1 avril 2011 à 09:52

Almanach

La Poste m'énerve

Les pompiers, les instituteurs, les militaires, les éboueurs, les infirmières… autant de personnes qui me sont chères, depuis que je suis contribuable.   S’il est une personne pour qui j’éprouve un tant soit peu de respect et de reconnaissance, il s’agit bien de mon facteur. Voilà quelqu’un qui, si soucieux de ma tranquillité et de mon aversion à l’égard de toute visite inopinée, prend si souvent la peine de remplir un avis de passage plutôt que de sonner chez moi.   Je le revois encore, un soir d’hiver dernier, prostré devant ma porte d’entrée où paraissait sur son passage une longue trainée de fange neigeuse sur le parquet vitrifié de mon nobiliaire palier et lui, là, ce grand échalas, posté devant moi en compagnie de ses petits chiens, ses petits chats et ses petites fleurs…   Si le seul moyen de ne pas fermer la porte au nez d’un préposé reste encore de ne pas la lui ouvrir, alors de toute évidence on eût pu dire que j’étais coincé, pour ne pas dire bien emmerdé. Contre mauvaise fortune bon cœur, je lui fis don de quelque peu en échange d’un calendrier miséreux.   Qu’on se le dise, l’almanach des PTT est à l’ère du temps ce que les images sont à Epinal et les gendarmes à Saint-Tropez : une vision emphatique, figée et surannée, dont le cadre champêtre ou animalier ne fait que tapisser l’intérieur triste et bucolique de tant de personnes âgées noyées par la solitude de journées éplorées.   Plus encore que les chemises, je hais ces calendriers cartonnés !   A quand la sédition du peuple contre le conservatisme primaire et l’anti-progressisme notoire anoblis par la Poste ?   A quand  la fin de l’obscurantisme secondaire et de cette propagande sans fin vouée à tous les saints ?   A quand, chez ces hommes de lettres, l’abolition du port de la casquette et de la besace en bandoulière ?   A quand un facteur avec suffisamment de rage et assez de courage pour oser sonner à nos portes plutôt que laisser lettre morte ?   Honni soit le postier et ses infâmes calendriers, vade retro La Poste avec tes fêtes et tous tes jours fériés !

Le 24 février 2013 à 09:02
Le 8 août 2013 à 07:58

Anne

Ma vie a changé, NOTRE vie a changé, depuis que notre petite Anne a fait cette annonce entre le gigot et le gâteau au yaourt : « Papa, Maman, j'ai quelque chose à vous dire ». Le temps s'est suspendu. Dehors un chien jappa. « Je suis catholique ». Nous lui avons dit : « Non mais ça va pas bien, petite connasse, tu ne pouvais pas être lesbienne comme tout le monde ? » mais rien n'y a fait. Nous n'avons plus aucun pouvoir. Nous l'avons même frappée avec un nerf-de-boeuf pour la première fois et rien. Son catholicisme fait comme une espèce de couenne qui la protège des coups. Elle lit du Josemaría Escrivá de Balaguer, porte des jupes à motifs Vichy et parle avec un air niais de sa virginité comme d'un trésor. Il fallait la voir avant. Elle ne se la racontait pas autant. Notre fille, elle avait un petit côté pute. Maintenant, elle porte une gaine et un col Claudine alors qu'elle s'appelle Anne et qu'elle a 16 ans. Elle dit aussi des choses atroces comme : « S'ils ont le Sida, c'est pour une bonne raison, faut pas se plaindre » ou « l'avortement, c'est la facilité des filles de mauvaise vie » ou encore « si on calomniait de la même façon les musulmans et les juifs, alors là oui hein, vous n'accepteriez pas ». Elle va se mettre au latin et votera pour le FN : elle est si cliché. Elle devient si prévisible qu'elle a accroché un poster de Christine Boutin sur un des murs de sa chambre.Je ne suis pas si certaine que notre fille soit devenue idiote du jour au lendemain, mais quand même. Anne nous parle de sa vérité comme s'il s'agissait de la seule possible. Elle nous dit : « C'est ma vérité et c'est la seule possible ». Puis elle rajoute : « Je suis comme ça, rien ne me changera ». Elle nous parle de la Bible, je lui rétorque que Simone de Beauvoir est la seule vérité possible et elle me répond que ça n'a strictement rien à voir. Elle me donne envie de vomir. Je voudrais échanger notre fille contre un Kinder Bueno. Mais plus que tout se pose la question de savoir ce que nous avons raté. Avons-nous été trop de gauche ? Anne est-elle allée si à gauche qu'elle a fini par faire un tour complet ? Une fois calmée, je lui ai dit qu'en soit, le catholicisme est plutôt une belle chose pour peu qu'on y croie, mais que son catholicisme à elle est puant. Elle s'est contentée de répondre : « je ne mangerai plus jamais de ton gigot et de ton gâteau au yaourt » puis : « je veux un serre-tête et un enfant blond : nous irons au parc et tout le monde nous enviera ». Ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Nous l'avons tabassée, attachée, et nous l'avons enfermée dans la cave. Nous lui donnons à manger une soupe insipide avec des pâtes en forme de lettre pour la culture et du pain sec pour la forme. Nous ne l'appelons plus Anne mais « la Sale Catholique » et nous la montrons du doigt : « Tu n'es pas tolérante, vilaine !!! » et parfois même nous lui jetons des pierres dessus. Depuis, nous essayons mon mari et moi d'avoir une autre fille. Une fille qui soit telle que nous la voulons. Hier, nous avons reçu le faire-part de mariage d'une de nos amies d'enfance. « La cérémonie aura lieu à quatorze heure en l'Eglise de B. ». J'ai hurlé : « Chéri, sors les bombes lacrymo et les prospectus sur Marx, nous partons en Croisade !!!! ».

Le 2 mars 2011 à 08:00

L'oeuf et la poule

Question métaphysique

Qui de l'œuf ou de la poule est apparu le premier? Bien sûr, s'il fallait l'écouter, Darwin répondrait l'œuf. Heureusement, les replis des soutanes abritent des objections imparables. Il ne faut pas prêter l'oreille à Darwin. Et d'ailleurs, Darwin ne rend pas les oreilles qu'on lui prête. La bonne réponse à cette question métaphysique, l'unique, l'indiscutable réponse est… Dieu.Un jour, Dieu pondit un œuf. Et Dieu, examinant cet objet d'une forme parfaite, vit que cela était bon. Il s'interrogea longtemps, abîmé dans une profonde méditation, se priant lui-même de lui apporter la clé à ses interrogations : à quoi cela peut-il servir ? Il posa par-dessus son gros cul divin après l'avoir orné de plumes duveteuses. Une fantaisie qui lui prenait de temps en temps, les soirs où il se rendait au Lido. Il vit que cela était bon. Puis Dieu reprit sa réflexion. Après avoir créé la terre et les cieux, séparé la lumière des ténèbres, fait pousser les montagnes et les déserts de sable, après avoir inventé les océans et le pâté de lapin, Dieu n'avait plus rien à faire et s'emmerdait menu. Il s'abandonnait à la contemplation et cherchait à comprendre le sens des choses, même des plus futiles comme cet œuf. Vingt-et-un jours plus tard, la coquille de l'œuf se fendilla, un poussin naissait.Devant cet extraordinaire événement, Dieu pondit de nouveau un œuf. Il n'attendit pas vingt-et-un jours. Il inventa alors la mouillette. Et Dieu vit que cela était bon.

Le 19 février 2014 à 14:35

Ne pas redescendre

Une fois de plus lamentablement affalé sur le sofa du salon de mon douillet chalet d'Aspen (dans le Colorado, bingo, ouais !), je tripotais machinalement mon smartphone, à la recherche de l'application la plus encline à m'apporter quelque réconfort. Je tombai alors sur ces mots : « 6, 16 m pour Renaud Lavillenie ». Je dus réfléchir : « 6, 16 m, 7 x 4 = 28, je retiens 1, heu... » quand enfin, je compris ! « Doux Jésus ! Il a battu le record du Monde ! LE. RE. CORD. DU. MONDE. » Ni une ni deux, je me jetai sur la télécommande de mon téléviseur sud-coréen, lui intimant de me guider vers une chaîne d'information en continu, quelle qu'elle soit. Ce fut celle dont l'habillage est si laid, filiale de cette grosse chaîne vendeuse de « temps de cerveau disponible à Coca-cola ». Coup d'chance, ils remontraient justement l'exploit : la course, le saut, le public qui se lève et comme le héros du jour, n'y croit pas. Puis, tout le monde l’a vu, ce plan honteusement voyeuriste sur la loge où Sergueï Bubka, visiblement pris de sentiments confus, doit subir les gesticulations de son voisin, qui insiste, et retourne le couteau dans la plaie, car il n'en revient pas de l'écart entre la barre et le corps frêle mais musclé de Renaud Lavillenie... Sergueï, lucide, sait qu'il doit rester digne, on l'attend plus bas. Il vient d'être dépossédé d'un record vieux de 21 ans, mais il a franchement l'air heureux pour Renaud (on ne s'empêchera pas d'imaginer qu'il n'a pu réprimer un « PETIT CON ! » pile au moment des faits, mais puisse-t-il, cela dit, ne pas nous faire « une Michel Platini »...).  Faire une Michel Platini : En vouloir éternellement – au point d'être jaloux (parce que c'est scandaleux, quoi !) – à un certain Zinédine Z. et ses amis d'avoir remporté la Coupe du monde de football (la vraie, en or, tout ça), alors que lui, eh ben pas du tout. (Et bien sûr, assurer, dès lors qu'il y est fait allusion, que non, trois fois non enfin, voyons !)  Face à mon écran, je n'bouge plus, béat. J'en avais déjà parlé ailleurs, mais décidément, en voilà un mec brillant, et même mieux – je n'sais si c'est parce que je suis, pour ce qui est de l'écriture,  assez navrant en ce moment, mais je n'trouve pas de mots pour décrire ce type et son exploit (peut-être bien qu'il n'en existe pas). Pendant ce temps-là, le petit gars n'en oublie pas l'essentiel : il a passé 6, 16 m au premier essai, trois nouveaux sauts lui sont donc offerts. Alors bon, record du Monde ou pas, on ne l'empêchera pas, comme chez lui, dans son jardin, de multiplier, inlassablement, les sauts insensés vers les cieux. Si une perche récalcitrante n'en avait décidé autrement, peut-être y serait-il encore... Mais il fallait bien que Renaud fasse une pause, ne serait-ce que pour la cérémonie, les photos avec Sergueï, son sponsor en forme de virgule, tout ça... Les téléspectateurs, le public de Donetsk – peut-être certains d'entre eux étaient-ils là lors d'un des nombreux records du Monde de Bubka, là-bas, pile au même endroit –, tous mesurent la chance qu'ils ont d'assister à ce truc-là. Même moi ! Je préfère ne pas trop penser à la suite, aux « impératifs économiques » (sic...), mais je m'souviens juste que la dernière fois que j'ai regardé la chaîne d'info orange et bleue, c'était pour une sorte de grand raout organisé par une marque de boisson prompte à rendre brin énervé, où un mec descendu de l'espace à pied, avait atterri à peine essoufflé. Renaud Lavillenie, c'est marrant, a fait le chemin inverse - je crois que lui, par contre, n'est pas prêt de redescendre...

Le 11 février 2014 à 08:02

Faire le signe des guillemets avec ses doigts pourra être éliminatoire lors d'un entretien d'embauche

Tout le monde connaît ce petit geste consistant à lever les bras et à recourber deux doigts de chaque main pour mimer des guillemets lorsqu’on emploie une expression ou que l’on détourne un mot de son sens initial dans une conversation. Agaçant pour certains, amusant pour d’autres, le geste qui divise la société française n’est désormais plus le bienvenu dans toutes les situations et pourra bientôt être considéré comme éliminatoire lors d’un entretien d’embauche. Popularisé dans les années 90 par deux professeurs de français dans un collège parisien, le geste semble aujourd’hui complètement avoir échappé à ses créateurs. « Nous avions inventé ce geste afin d’appuyer notre discours pour nos élèves » explique Mme Mangé, aujourd’hui à la retraite. « Jamais nous n’aurions imaginé un tel succès » ajoute son ancien collègue M. Cazaux qui ne cache pas son désarroi de voir le geste des guillemets utilisé à tort ou à travers. Car si le geste semble avoir triomphé pendant les vingt dernières années, il n’est aujourd’hui plus en odeur de sainteté et se retrouve mis sur le banc des signes dépassés tels que le “V” de victoire . « Je ressens une irrésistible envie de frapper mon interlocuteur lorsqu’il utilise ces gestes » explique Romain Marazé, un fervent opposant . « Encore plus lorsque celui-ci possède des lunettes » précise-t-il. Romain Marazé n’est pas un cas isolé, et ils sont plus de 15 000 à se ranger derrière la bannière de l’association « Repose Cette Main Tout de Suite » (RCMTS) pour réclamer l’interdiction du geste dans certaines conditions. Selon lui, une mesure de restriction permettrait d’éviter le ridicule de ceux qui ne savent pas exactement quand employer le geste et de mettre fin à la provocation de ceux qui osent encore le sortir au bon moment. « Hier encore je suis tombé sur un célèbre présentateur qui s’est obstiné à utiliser le geste avec un nom propre, c’est intolérable » raconte-t-il. L’association lancée il y a deux ans propose de venir en aide à ceux qui sont touchés par une forte dépendance au signe des guillemets. Plusieurs stages organisés partout en France permettraient à des dizaines de Français de sortir de ce terrible fléau. « Nous confrontons le patient à sa propre image pour qu’il se rende compte de son ridicule » explique Romain Marazé qui confesse lui même s’en être sorti grâce aux stages de l’association. Une réelle volonté de s’en sortir motivée selon lui par une expérience plutôt négative : « un énième échec lors d’un premier rendez-vous amoureux à cause d’un mauvais emploi du geste en question » précise-t-il. Le Gorafi

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication