Pacôme Thiellement
Publié le 23/11/2015

Le Réchauffement climatique de l'âme


Les quatre cavaliers de l’Apocalypse sont arrivés un par un, mais la destruction épiphanisée par le premier se perpétuera jusqu’à la destruction incarnée par le dernier. Alors, on leur donna pouvoir sur le quart de la terre, pour exterminer par l’épée, par la faim, par la peste, et par les fauves de la terre.  C’est à la fois successif et simultané. Le pouvoir pastoral est un des visages du cavalier blanc. Il est l’archétype du pouvoir spirituel décadent : le mauvais prêtre, le mauvais conseiller, le Brahmane au regard glauque. Sa contrepartie est l’apparition d’une spiritualité osmotique, la divinité intérieure telle que les gnostiques ont pu la vivre et la prophétiser dix-huit siècles avant notre époque. Le cavalier rouge symbolise les guerres mais aussi les pandémies criminelles : les serial killers comme les machines infernales répondant, par la violence, à la violence de l’Etat et à la violence des relations humaines. Mais c’est aussi et surtout le pouvoir des ksatriyas, la deuxième caste, devenant décadence, violence pure, folie criminelle. Son opposé est l’artiste devenu guerrier spirituel – ou encore les figures poétiques et chevaleresques, du prince Mychkyne à Buffy The Vampire Slayer. Le cavalier noir, c’est la famine, la pénurie de blé et d’orge, mais aussi la violence bancaire. C’est la troisième caste, les vaisya, devenant maléfique – mettant les Etats en faillite, se repayant sans cesse sur le dos des pauvres. Son opposé se réalise dans la générosité de ceux qui n’ont rien et qui donnent tout, ceux qui s’en tiennent à un principe d’égalité, de générosité et de justice, et que les pires événements ne réussissent pas à enténébrer. A ceux-là vont notre admiration et notre amour. Le cavalier blême, c’est la maladie, l’épidémie, la catastrophe climatique – dont l’autre image est l’étoile absinthe : Viens, Melancholia. Crame-nous, nous craquons. Embrase-nous, nous étouffons.

Le réchauffement climatique est un des visages du dernier cavalier de l’Apocalypse, et comme tous les visages, il nous regarde tandis que nous le regardons. Les relations de la planète et du soleil sont des relations analogues à celles que nous entretenons avec l’ange ou avec l’amour de notre vie. Il a le visage que nous lui donnons ; nous avons le visage qu’il nous accorde. Le soleil éclaire la Terre et la Terre réémet la lumière qu’elle reçoit – mais les constructions des hommes s’interposent et dérèglent l’activité naturelle, accumulant le gaz dans l’atmosphère, entraînant l’augmentation de la température terrestre. A mesure que nous réchauffons artificiellement la Terre par l’accumulation de gaz dans l’atmosphère, selon l’image qu’il possédait chez les poètes et les visionnaires hallucinés, c’est comme si le soleil nous chiait à la gueule.

On se rappelle Pierre Roux, le « fou littéraire » qui fascinait Raymond Queneau, expliquant que le soleil était « un des Satans de l’Univers (…) Le noyau est excrémentiel, c’est la fosse d’aisances de notre système, mais l’enveloppe est formée par les âmes des damnées des différentes planètes. » La pollution est une opération qui ne s’explique vraiment que par la pataphysique. Elle est une illustration parfaite du caractère irréversible des problèmes que nous sommes en mesure, non seulement d’observer, mais surtout de créer. C’est pourquoi, à cet accroissement du problème de la pollution répond un accroissement de l’homme comme entité problématique. Depuis un peu plus d’un siècle, nous vivons une époque apocalyptique. Et chaque apocalypse potentielle a été abolie par la transformation des poètes en « apocalypses » vivantes. Au début du XXe siècle, tout le monde voit l’Apocalypse à sa porte. La poésie de Baudelaire est toute entière tendue par l’imminence de la fin. Léon Bloy attend les Cosaques et le Saint-Esprit. Mais Alfred Jarry court-circuite l’Apocalypse en faisant de son propre cœur le lieu de son avènement. En 2011, au milieu de tout un tas de films catastrophes et catastrophiques, Lars Von Trier réalise la même chose avec Melancholia. Il montre une « fin du monde » vécue intensément par un individu singulier et interrompt ainsi par son intercession l’imminence de son advenue.

A chaque « signe des temps » correspond une transformation du « signe dans l’homme » qui seule peut endiguer le désastre. Et c’est en nous-mêmes que nous devons observer la présence de l’effet de serre, l’accumulation du gaz dans l’atmosphère, l’augmentation de la température terrestre, l’élévation du niveau de la mer, l’acidification des océans et la fonte des glaciers. Comment ? En comprenant que le phénomène du réchauffement climatique est absolument connexe de celui de l’inflation de l’ego de l’individu contemporain jusqu’à la démence. Le narcissisme est une image de la pollution psychique ; tout homme se croyant plus fort que le bœuf mérite d’être traité comme un crapaud. Les « formes du narcissisme » n’ont cessé de se déplacer et de s’amplifier depuis les dandys qui vivaient – somme toute assez modestement – comme s’ils étaient en permanence devant un miroir aux candidats de téléréalité qui sont tout entier tendus par l’excroissance de leur ego, comparable à du gaz accumulé dans l’atmosphère de leur être. Et c’est comme si ces derniers avaient réussi à contaminer de leur raisonnement ridicule l’ensemble de la classe médiatique et politique. Dans un monde défini par la compétition des egos, tout, mais absolument tout, sera susceptible de se résoudre par la question de la réussite personnelle et de la jalousie des autres. A chaque fois que vous serez pris la main dans le sac, répondez à la cantonade que la personne qui pointe du doigt votre responsabilité dans cette malversation est « jaloux de votre réussite » et il n’y aura pas à chercher davantage.

 

« Le Jugement dernier s’effectue pour chacun au creux de son quotidien, écrit Chloé Delaume dans Une femme avec personne dedans, personne ne s’en rend compte et pourtant nous y sommes, ici l’Apocalypse. » Le soleil est une composante de l’âme : pas étonnant qu’à une ère d’intensification des egos, il cesse d’être un pôle d’orientation pour devenir une chiotte cosmique. Mais si nous anéantissons en nous l’esprit de compétition, si nous refusons de nous comparer et si nous cessons d’attribuer un sens quelconque à la réussite comme à la jalousie, alors le soleil cessera de nous faire peur. « Les hommes sont de petits soleils ambulants, écrivait aussi Pierre Roux : leur bassin est une fosse d’aisances. » Le soleil se transforme en anus parce que notre cœur est rempli de merde. Si nous arrivons à purifier notre relation au monde, alors le soleil redeviendra ce qu’il est pour les soufis : une image de la divinité qu’on ne peut pas regarder en face, mais dont la lumière se réfléchit sur tout ce qui nous entoure. Et nous danserons avec Rûmî quand il chante :

« Tu deviendrais le soleil, si tu tournais autour du soleil,

« Tu deviendrais un homme véritable, si tu tournais autour des sages

« Tu deviendrais un rubis, si tu tournais autour de cette mine

« Tu deviendrais un trésor, si tu tournais autour du Bien-Aimé. »

Pacôme Thiellement, né en 1975. Ecrit des essais mêlant pop culture et tradition ésotérique. Dernières parutions : Tous les chevaliers sauvages (consacré à Hara-Kiri, éd. Philippe Rey, 2012) et Pop Yoga (éd. Sonatine, 2013). A aussi co-réalisé une cinquantaine de films avec Thomas Bertay. Prépare avec ce dernier un long-métrage sur Zappa et les Freaks nommé Rituel de décapitation du Pape. (www.popedecapitation.com). 

 

Plus de...

Pacôme Thiellement

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 19 mars 2013 à 11:00

Gabor Rassov

Cabinet de curiosité - Pour les pédants on a du matériel

Une émission France CultureChaque mois, un écrivain vous ouvre les portes de sa bibliothèque insolite. Guidé par sa fantaisie, il propose des textes cocasses, impertinents, drolatiques ou bizarres, une littérature savoureuse et décapante, que des comédiens viendront interpréter en public.Gabor Rassovavec Gabor Rassov, Romane Bohringer, Didier Bénureau"Balzac affirme que la réalité dépasse toujours la fiction parce qu'elle peut être invraisemblable sans avoir de compte à rendre à personne. Quelques auteurs ont consacré leur vie à essayer de lui donner tort. En nous parlant de Hongrie, de magie, d'hypnose, de drogue, de rôti de porc, de pipi et de caca, de football en général et du PSG en particulier, de chamanisme ou de sexe déviant, que des sujets qui nous intéressent au plus haut point. Cette lecture est pour moi l'occasion de rendre hommage à ces courageux combattants qui ont osé s'aventurer aux frontières de l'incroyable. Gloire à eux! Michel Seldow, Dezsö Kosztolanyi, Gesa Csath, Shalom Alechem, Robert Desnos, Lucio Mad, Hanokh Levin, Gustave Le Rouge, et Amos Tutuola, liste ouverte et non exhaustive." Emission coproduite par France Culture et le Théâtre du Rond-Point sur une idée originale de Jean-Michel Ribes. Enregistrée le 13 décembre 2010 au Théâtre du Rond-Point Réalisation : Laure Egoroff Diffusée sur France Culture le samedi 18 décembre 2010 à 20h Durée : 57:58

Le 14 octobre 2010 à 23:28

Martial Cherrier

Les bodybuilders sont des papillons

Il a grandi dans une boulangerie près de la mer, là-bas, en Normandie. Mais c'est son propre corps qu'il a choisi de pétrir et de sculpter : "Il faut aller au-delà de la douleur, quand les muscles brûlent, c'est signe que les cellules sont détruites. Les tissus pourront se reconstruire en gagnant du terrain." Et gonfler comme des pains au four. Plus des piqûres d'hormones de croissance, de stéroïdes et des litres de granules de créatine et autres kétoglutarates à croquer chaque jour…Tout culturiste est un adepte de la métamorphose, un culturel off limits qui soumet son corps à son esprit pour en faire "un corps auto-engendré, avec ses modes de fabrication, un objet artistique revendiqué, un médium osmotique en communication avec l’ensemble du corps social. Ainsi je suis à la fois sujet, objet, substance, matériau et même cadre de mon art."Cherrier sera sacré champion de Los Angeles en 1994, puis champion de France IFBB en 1997. Mais les exhibitions internationales ne lui suffisent pas. Il s'expose dans l'espace plus feutré des galeries d'art. Epinglé nu sous verre, son corps d'insecte Hulk affublé d'ailes de papillons découpées directement dans les emballages des produits qu'il s'est injecté tout au long de sa carrière de body builder de haut vol...Au fait,  venez le rencontrer jeudi prochain : il donne  une conférence performance à l'Université Monstrueuse du Rond-Point ! (voir lien ci-dessous)  

Le 1 février 2014 à 14:19

Paule Orsoni : Les Clairières du bois, de Maria Zambrano

L'Université Populaire de Caen... à Paris

Une conférence de Paule Orsoni Laissons parler Marie Zambaro. "Parmi mes oeuvres publiées, c’est je crois le livre qui répond le mieux à cette idée longtemps formulée que penser est avant tout à la racine en tant qu’acte, déchiffrer ce que l’on sent, si on entend par sentir le “sentir originel” (expression que j’emploie depuis des années). Et aussi cette idée que l’homme est l’être qui souffre sa propre transcendance en un incessant processus d’unification entre la passivité et la connaissance, l’être et la vie. Vie véritable surprise seulement dans quelques clairières qui s’ouvrent entre ciel et terre, au sein de l’initiale frondaison. Et à l’horizon lointain où se noient le ciel et la terre, la vie et la mort."Nous tâcherons avec elle d’entrer dans ces "clairières" rares et puissantes, accessibles au coeur qui se veut philosophe et poète. Sa compagnie belle et forte ouvre pour nous des champs inexplorés. Avec elle, et son retour aux sources, nous pouvons dire que "penser vivifie". Son père Blas José Zambrano fut le fondateur de l’Université Populaire de Segovie et ami d’Antonio Machado…Elle étudie à l’Université centrale de Madrid, influencée par son professeur J.Ortega y Gasset. Elle enseigne, elle participe à la guerre d’Espagne aux côtés des Républicains espagnols, et fut forcée à l’exil sous F.Franco. Elle voyage à travers le monde et retourne définitivement en Espagne où elle mourra le 6 février 1991. Durée : 01:23:00 Enregistré le 16 janvier 2014 dans la salle Jean Tardieu du Théâtre du Rond-Point

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Rencontre avec Isabelle Huppert
Live • 17/12/2020
La masterclass de Daniel Pennac
Live • 11/12/2020
La masterclass de Alice Zeniter
Live • 05/12/2020
La masterclass de Jacques Bonnaffé
Live • 30/11/2020
La masterclass de Gilles Cohen
Live • 24/11/2020
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication