Etienne Lécroart
Publié le 23/11/2015

Pas très chaud


Je m'appelle Etienne Lécroart.

Je fais des dessins d'humour dont tout le monde se tape et des bandes dessinées que personne n'entrave. 

J'ai quand même réussi à être membre de l'Oubapo et de l'Oulipo. On se demande bien comment.

Je ne comprends pas trop ce que je fiche ici. Et pour pas un rond.

http://e.lecroart.free.fr/

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 6 avril 2013 à 09:20

Rencontre de Raymond, Carla et Jérôme à la table du Pingouin

Bob m’a informé jeudi dernier qu’il souhaitait que je l’appelle Raymond. Tu comprends, mon Pingouin, m’a-t-il dit, pour développer notre visibilité sur Internet, il est nécessaire d’utiliser des noms à la mode. Comme j’étais d’accord pour qu’il m’appelle son Pingouin, je l’ai invité le lendemain à dîner avec sa femme Sylvie, qu’il m’a conseillé de prénommer Carla, et de son fils, Kevin, qu’il a asticoté toute la soirée en l’appelant Jérôme. Autant vous dire qu’au cours du repas aucun sujet d’actualité n’a été oublié, et que l’on a mis les pieds dans tous les plats : « La crise ! Ah, la crise ! C’est la faute des banques ! » a dit Carla ; « La croissance, on l’attend pas, on la stimule » a dit Raymond, l’œil égrillard, en flanquant une pichenette sur la tête de Jérôme ; quant à moi j’ai synthétisé tout ça en disant qu’il fallait tout réformer, ce qui me permettait de taper large. Au bout d’un moment, l’alcool aidant, on s’est mis à débiter directement des mots-clés : guerre-au-Mali, mariage-gay, Ibra-c’est-le-meilleur, la-fraude-fiscale-c’est-pas-bien, ya-de-la-vie-sur-Mars ou ya-du-ch’val-dans-mon-steak-de-bœuf… Quand on s’est quittés, Bob m’a dit que son business plan, c’était de venir dîner chaque semaine chez moi pour générer du trafic et attirer les annonceurs. C’est tout un monde qui s’offre à nous, mon Pingouin, m’a-t-il dit en me tapotant la tête.

Le 27 mai 2011 à 08:00

Lettre d'une femme de chambre

Ma chère Emma,   Cela fait quelque temps que je ne t’ai pas envoyé de mes nouvelles, pourtant j’en ai des choses à te raconter, si tu savais ! Depuis que je suis à Cherbourg avec Joseph dans ce petit café, et bien oui, là ! Je m’ennuie ! Il pleut sans arrêt, on aurait dû ouvrir un magasin de parapluies. Et puis il ne me laisse jamais m’amuser. Il lance des regards terribles et me houspille chaque fois qu’un homme me regarde. Et après ? Est-ce ma faute si je suis jolie ? Et puis zut, il me fait peur, à moi ! Je commence à me dire qu’un jour on va me retrouver morte, le ventre ouvert, comme la petite Claire, tiens ! Et puis Paris me manque, les lumières, les gens, la vie… Tu te souviens, l’autre soir, au bal du Comte d’Orgel, j’ai rencontré ce Monsieur Donatien, un noble, fort bel homme ma fois… Je lui ai écrit, et il me propose une place bien payée, chez lui, à Paris ! Je m’étais pourtant juré de ne plus jamais être domestique. Mais cette façon qu’il avait de me regarder… Je sens que je ne vais pas m’embêter avec lui ! Peut-être même que je pourrais devenir Marquise, qui sait ? La Marquise de Sade, ça sonne bien comme titre… Tout est arrangé, Joseph doit partir quelques jours, à son retour je serai loin… J’aimerais voir sa tête, à ce vieux chameau, quand il s’apercevra de mon absence ! Ah mais… Et toi ? Quand quitteras-tu enfin ta province et ton Bovary, pour venir à Paris avec moi ? Voilà, ma chère Emma, je te tiendrai au courant de la suite de mes aventures très bientôt. Oh, comme j’ai hâte ! Je t’embrasse, Ton amie, Célestine

Le 23 juillet 2013 à 14:43

La Suisse expliquée aux Français

Le passage piéton

C'était par une belle après-midi de début d'été. Je déambulais, guilleret, dans les rues parisiennes. Une brise chenue jouait dans ma chevelure désinvolte. Et si, me disais-je, je proposais une nouvelle série sur Vents contraires qui s'intitulerait "La Suisse expliquée aux Français ?" (Parce qu'en fait, je suis suisse, j'aurais peut-être dû le mentionner pour la compréhension). Le pas léger, j'entrepris de traverser la route afin d'aller de l'autre côté : je ne m'imaginais pas, à cet instant précis, que j'allais trouver dans ce fait banal l'inspiration pour la susmentionnée série. Car je ne vais pas vous le cacher, cela se passe grosso modo de la même manière par chez nous.  J'avisai un passage piéton qui somnolait au soleil évanescent et, naïf, j'y posai un pied conquérant. Un automobiliste qui cheminait le long des grands boulevards m'aperçut. Ma sotte provocation ne pouvait rester impunie ! Il piedauplancha, les yeux injectés de sang et le carburateur de diesel. Sur le trottoir, des quidams alertés se saisirent immédiatement de leurs téléphones portatifs afin d'immortaliser ma mortalité. Fort heureusement, je me rendis compte à temps de ma funeste bévue et pus éviter d'un demi-chouïa la fatale rencontre. Car en Suisse, voyez-vous, le piéton est prioritaire. Il suffit de manifester expressément l'intention de traverser, ou même de songer très fort à un passage piéton, pour qu'immédiatement, l'automobiliste plante sur les freins, descende de son véhicule, déroule son tapis rouge, vous aider à traverser en vous tenant par le bras et vous offre une boisson fraîche à mi-parcours. Et l'Office fédéral des routes aimerait également que tous les passages piétons soient éclairés la nuit, car des maladroits arrivent encore, malgré tout cela, à se faire renverser. La statistique officielle ne tient évidemment pas compte des gens qui traversent au rouge ou en dehors des clous, qui n'ont que ce qu'ils méritent.  Il paraît, d'ailleurs, qu'en réalité, les deux législations sont sensiblement pareilles, mais que c'est leurs mises en application qui diffèrent. J'aurais pu vérifier cette affirmation, mais j'ai préféré ne pas le faire.   Tout ça pour dire que la différence principale entre les manières de traverser française et suisse est que du côté riche du Doubs, les passages piétons sont jaunes.

Le 18 juin 2011 à 09:48

«Je me casse. Fait chier»

Eric Besson, ministre de l'Industrie, de l'Energie et de l'Economie numérique, enregistrement de l'émission Capital sur M6, mercredi 15 juin 2011.

C’est à des petits détails comme çà qu’on mesure toute l’évolution d’un quinquennat. « Casse toi » lançait Nicolas Sarkoy à un importun le 23 février 2010, « je me casse » jette Eric Besson seize mois plus tard au journaliste qui l’interroge avec insistance  sur la sécurité nucléaire qui, en France, ne serait peut-être pas  comme un ciel sans nuage (de Tchernobyl).De la présidence impérieuse au gouvernement déserteur, de l’injonction à l’objection, le bilan le voilà. Le ministre de l’Industrie y ajoute sa propre touche fécale (un désir pressant de Dame Pipi serait-elle la vraie raison de ce départ inopiné ?), mais le symptôme clignote : parti pour rester quand le président de la République se la jouait Rambo au salon de l’Agriculture, le pouvoir s’apprêterait à partir tout court dès lors qu’un ministre vire à l’ado boudeur. Pas si simple. Le Verbe façonne l’Histoire des années sarkozystes, mais dans tous les sens.  Au commencement le président était Bling-Bling, sa présidence s’achève sur une note Areuh-Areuh, suite à la grossesse de Madame officiellement affichée à la face du G8. De la téléréalité à télétubbies, ce serait un changement de programme. Une sorte de recommencement qui peut faire craindre à d’aucuns qu’au lieu de se « casser » pour de bon, le régime en place envisage de prendre racine. Il fut un temp où le président était l’hôte de l’Elysée, désormais il y crêche.

Le 13 décembre 2014 à 08:26

Dieu : « J'aimerais tellement que les gens comprennent que je n'existe pas »

On croyait Ses voies impénétrables mais Il a pourtant choisi de se mettre en travers de notre chemin. Dans le journal La Croix daté d’aujourd’hui, le Seigneur a décidé de prendre la parole à l’occasion d’une interview où Il s’exprime sans détour. Le souverain céleste regrette notamment que les êtres humains ne soient pas davantage lucides sur le monde dans lequel ils vivent. Il condamne entre autres tous ceux qui affirment qu’Il existerait bel et bien et serait tout puissant. « Un dogme stupide et dangereux » Dans cette fameuse interview publiée ce matin, Dieu emploie un langage plutôt rude à l’égard de tous les croyants, au risque de choquer ses plus fidèles fidèles : « Franchement je sais pas d’où ils sortent tout ça. Le truc sur l’omniscience et l’omnipotence là… Et alors le couplet sur la bienveillance universelle, c’est sûr c’est beau et super optimiste mais ça manque profondément de réalisme. » Le Seigneur fictif invite ensuite tous ses fidèles à changer de comportement : « Je pense que les croyants actuels du monde entier devraient arrêter de s’accrocher à leurs histoires, sympathiques au demeurant, mais légèrement absurdes. » Dans cet entretien accordé au journal La Croix, le divin créateur décrit la surprise qu’Il ressent à voir des millions et des millions de personnes continuer à croire en lui depuis des milliers d’années : « Pourquoi les gens persévèrent-ils alors qu’ils n’ont aucune preuve attestant de mon existence ? Je trouve évidemment ça très honorable d’avoir la foi comme ça mais là ça me paraît un chouia excessif. » Une incompréhension qui s’accompagne d’un sentiment de tristesse en constatant les dégâts provoqués par ce qu’Il qualifie de « superstition de comptoir » : « La croyance en mon existence a engendré tellement d’atrocités. J’aimerais tellement que les gens comprennent que je n’existe pas. Je ne sais pas trop comment faire dans la mesure où ma marge d’action est quasi nulle. Pour l’instant je vais juste continuer à ne pas être. C’est le mieux que je puisse faire. » Le Vatican indigné Cette prise de parole de Dieu a très vite entraîné des réactions en chaîne sur les réseaux sociaux. « Courageux d’avouer ça publiquement ! », lance cet internaute sur Twitter. « WTF !!! Dieu qui s’exprime dans La Croix ? C’est sérieux ou quoi ? », lance, plus dubitative, cette autre utilisatrice. Mais la réaction la plus attendue était évidemment celle de Rome et de l’Eglise catholique. Et cette dernière ne s’est pas faite attendre puisque le porte-parole du Vatican s’est fendu d’un communiqué pour le moins virulent dans lequel l’Eglise condamne les propos du Saint-Seigneur : « Les paroles tenues par M. Dieu sont inadmissibles, même si elles restent divines. Il vient semer le trouble dans la foi de ses croyants.  Des croyants qui ont besoin spirituellement et psychologiquement de croire en Lui. Sans parler évidemment de toutes les conséquences économiques néfastes que ce genre de discours négationniste peut engendrer. »

Le 23 novembre 2015 à 08:41
Le 17 mars 2015 à 11:03

Oh je vous vois venir

Oh je vous vois venir, vous froncez le sourcil, vous vous dites, ça y est, il va encore nous vendre quelque chose d’inutile, faire sa réclame de bonimenteur devant l'étal, un découpe-caillou, un aspirateur à encre, un tabouret à treize pieds, une machine à se caresser la nuque quand on pleure. Je vous comprends, je comprends votre défiance, Mesdames messieurs, mais laissez-moi vous présenter un produit tout à fait révolutionnaire, quelque chose qui va changer votre vie, croyez-moi, ça va tout chambouler, faites-moi confiance ! Je vous présente… l’autre, oui l’autre ! Oui, c’est tout, mais attendez voir. D’accord, d’accord, il n’a l’air de rien, vous vous demandez sûrement ce que vous pourriez bien en faire, et puis il va attraper la poussière ! Eh bien je vous comprends Messieurs dames, oui, je vous comprends, et moi aussi, au début, et je vous le dis tout de go, je me suis dis que l’autre est quand même particulier ! Sans le vexer, sans le juger, sans le cataloguer, l’objectiver, l’étiqueter, faut reconnaître que l’autre est différent, oui c’est vrai, il est différent. Physiquement, il faut le savoir : l’autre ne nous ressemble pas. Pas du tout. Il a un autre nez, une autre bouche, un corps tout autre. Parfois, rarement mais ça arrive, un autre pourrait presque se faire passer pour nous, mais non, si on regarde bien, c’est un autre, certains détails le trahissent, par exemple sa voix ou sa façon de penser jamais tout à fait la même, jamais tout à fait la nôtre. Ah il ne sent pas comme nous, il ne voit pas comme nous, il n’entend pas comme nous. L’autre ne fait rien comme nous. Et autant que vous le sachiez, l’autre ne fait aucun effort pour être comme nous, pour être nous, non, oh non, l’autre est fier, il s’entête à être lui, à être l’autre et parfois, le plus fou, c’est qu’il nous prend pour l’autre, alors que l’autre c’est lui ! Ah madame, monsieur, oui, je vous comprends, on peut ignorer l’autre et passer son chemin. Vous vous demandez sûrement où je veux en venir alors, si l’autre est l’autre et ne veut être que lui ? Hein ? D’autant que pour tout vous dire, l’autre est pénible, oh oui, parce qu’il faut tout lui expliquer, parce qu’il doit tout nous raconter, vous voyez je suis franc, je vous dis tout, absolument tout, y’a pas d’entourloupe : l’autre est une perte de temps considérable, ah oui, on irait beaucoup plus vite s’il n’y avait que nous. Oui, messieurs dames, sans lui, sans l’autre, la vie serait plus facile, plus tranquille, on serait entre nous, pas gênés par les différences. Mais y’a un mais, messieurs dames, y’a un mais parce que oui, l’autre peut parfois être utile. Pour jouer au football, il faut un autre, au tennis, au rugby, pour porter des trucs lourds, pour apprendre des machins qu’on ne connaît pas, pour faire l’amour, faut un autre, pour l’amitié, pour sécher les larmes et vous tenir dans les bras, faut un autre. L’autre peut aussi servir à construire des cathédrales, des chemins de fer, des métros aériens, des vélos, l’autre a des qualités pour mener les révolutions, découvrir de nouveaux continents et aller sur la lune, l’autre fait l’union qui fait la force. L’autre a beaucoup d’autres qualités encore, d’autant qu’il y a énormément d’autres, je ne vous parle ici que de certains d’entre eux, par commodité et par nécessité, on ne va pas y passer la nuit. L’autre peut être utilisé à la guerre comme ennemi. Il peut faire un excellent rival amoureux. Sans lui, pas d’espoir de lutte, pas de conflit et donc de résolution du conflit. Il faut être deux pour faire la guerre et la paix. Il faut un autre pour se réconcilier. L’autre peut encore décorer une journée de sourires ou de moues bougonnes, l’autre peut surprendre, épater, décevoir, trahir, sauver, l’autre sert à aimer, à enfanter, à haïr, à tuer, à vivre, il sert à se sentir seul dans la foule ou heureux en famille devant un feu de cheminée, il sert à se changer les idées, à penser contre soi-même, à s’ouvrir le crâne en deux avec une hache pour voir le monde de deux façons différentes ou de mille si on rempile avec mille autres, il sert aussi énormément dans les bouchons sur le périph ou sur l’A6 les jours de grands départs. Oui Madame monsieur, sous ses airs de rien, l’autre est probablement la chose la plus utile qu’il soit, mieux qu’un plumeau à plafond haut, qu’un dénoyauteur de figue de barbarie ou qu’un mixer à huîtres, l’autre, c’est le trésor de la ménagère, du père de famille ou du célibataire, de la jeune fille, de l’intello, du prêtre, de l’ado, des soldats et des enfants heureux. Et vous savez le plus fort ? L’autre est gratuit ! Je vous en mets deux  ?

Le 26 mars 2014 à 10:06
Le 28 décembre 2012 à 10:43
Le 17 janvier 2012 à 09:01
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication