Special Guest
Publié le 25/11/2015

Alix Mazounie : Nous sommes dans un mélange de revolte et d'espoir


      Partager la vidéo 

Autres épisodes :

Repolitiser la question climatique

Pour Alix Mazounie du Réseau Action Climat, on perçoit une révolte de plus en plus forte de la société civile face aux aux projets dangereux et climaticides mais ausi un véritable sentiment d'espoir et une volonté de trouver et de mettre en oeuvre des solutions et des alternatives concrètes. Pour ces militants, l'enjeu climatique ne peut pas être seulement le fait des citoyens et des militants mais doit devenir un élément structurant de toute politique nationale.

Le Rond-Point est un rond-point où beaucoup de gens se croisent, se rencontrent, se mélangent, forment des molécules, de nouveaux matériaux, des tissus à motifs inédits. En voilà quelques uns, attrapés par le bras par la rédaction de ventscontraires.net, ils viennent faire un tour avec nous. 

Plus de...

Alix Mazounie

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 15 février 2017 à 12:25

Jean-Pierre Filiu : Un tour de France des Arabes #3

Nos disques sont rayés - quinze jours sur les blocages français

« Chaque nouveau débat sur l’Islam en France est plus lourd que le précédent. Je choisis pour ma part de parler des Arabes plutôt que des Musulmans, de peuples plutôt que d’une religion, d’une culture plutôt que d’une foi. Les attentats du 13 novembre 2015 ont suscité de nombreuses d’interventions de ma part dans le cadre d’initiatives citoyennes de natures très diverses. J’ai ouvert ce cycle spontané devant deux cents lycéens de Mantes-la-Jolie, quelques jours après le massacre terroriste. Je n’ai depuis cessé de présenter et de dialoguer, depuis Dunkerque jusqu’à Montpellier, de Douarnenez à Vesoul, en passant par Le Havre, Bourges, Bordeaux, Périgueux, Nîmes ou Grenoble. J’y ai rencontré des femmes et des hommes de tous âges et de tous milieux, désireux de comprendre et d’agir pour ne pas céder à la tentation populiste. Ce Tour de France des Arabes a profondément transformé ma vision de ce pays et de son rapport à l’autre. Oui, les Lumières arabes s’efforcent depuis deux siècles de s’imposer malgré l’hostilité locale et internationale. Non, il n’y a pas de fatalité à la violence et le jihadisme n’est qu’une secte née trente ans plus tôt, appelée à disparaître si on ne lui fait pas l’immense service de l’assimiler à l’Islam. » Conférence enregistrée le 1er février 2017, salle Topor Captation et montage Larissa Pignatari, Léo Scalco

Le 17 avril 2019 à 18:07

Stanislas Nordey : Il faut être fou pour écrire du théâtre

Stanislas Nordey revient au Rond-Point avec "Je suis Fassbinder", spectacle créé il y a trois ans au TNS en complicité avec l'auteur et metteur en scène allemand Falk Richter. Vague de migrants accueillis en Allemagne, montée des extrêmes droites européennes, comment aurait réagi le réalisateur Reiner Maria Fassbinder s'il était encore parmi nous ? Trois ans plus tard, alors que la France est bouleversée par un mouvement social sans précédent, la pièce vibre de manière renouvelée.Rond-Point – Vous présentez "Je suis Fassbinder"... Mais y-a-t-il un rapport avec Fassbinder ? Lequel ?Stanislas Nordey – Toute  la  matière  du  spectacle,  c’est  Fassbinder.  Et  avec lui, son œuvre, sa parole et les années soixante-dix. La liberté de cette époque. C’est un créateur libre dans  sa  manière  d’évoquer  l’intime,  le  politique,  de  mêler  les  deux.  Au  cœur  du  spectacle,  il  y  a  un  film  de  Fassbinder  sorti  en  1977,  L’Allemagne  en  automne, c’est l’un des moteurs du travail. Dans ce film court, il  se  met  en  scène  lui-même  avec  sa  mère  et  son  amant, au moment des affaires de la Fraction Armée Rouge.  Cette  conversation  dans  la  cuisine  est  une  matrice  centrale  de  la  pièce.  À  ce  dialogue  tiré  du  film,  s’ajoute  une  recherche  documentaire  que  Falk  Richter  nous  a  demandé  de  fournir  :  lire  toutes  les  interviews,  voir  tous  les  films,  lire  ses  pièces.  Il  y  a  des  scènes  entièrement  décalquées  des  films  et  des  situations  imaginées  par  Fassbinder,  réécrites  par  Richter. La pièce parle bien sûr de Fassbinder, comme elle parle de Richter, de nous tous... C’est un point de rencontre, qui a d’ailleurs failli s’intituler Je suis Falk Binder, puisque c’est une intersection entre ces deux hommes, auteurs de théâtre et de cinéma...Rond-Point – Ici, tout est politique, tout l’était à la création, texte écrit presque au jour le jour pour sa représentation... Est-ce encore le cas ? Qu’est-ce "Je suis Fassbinder" a à nous dire d’aujourd’hui ?Stanislas Nordey – Est-ce que "Je suis Fassbinder" a vieilli depuis sa création ? Je ne crois pas. On a eu cette angoisse lors de la reprise, au moment de la tournée du spectacle. Mais l’actualité n’a pas cessé de nous rattraper. Dans le spectacle, il est beaucoup question du harcèlement sexuel. À la création, quand la pièce s’est écrite, l’affaire Weinstein n’avait pas  éclatée.  Je  suis  Fassbinder  connaît  aujourd’hui  d’autres  résonnances,  et  le  spectacle  raisonnera  sans  cesse  différemment. Falk Richter écrit à partir d’aujourd’hui, mais c’est un aujourd’hui large, vaste, ouvert. Il écrit sur  les  migrants,  la  crise  des  réfugiés.  Mais  il  est  écrivain,  il  n’est  ni  chroniqueur  ni  journaliste.  Il  aborde  ses  sujets en profondeur, il ne s’intéresse pas à l’anecdote.Interview texte par Pierre Notte.Propos vidéo recueillis par Jean-Daniel Magnin

Le 28 août 2010 à 12:46

Libertude, égalitude, fraternitude

L'autre feuilleton de l'été - 26

En exclusivité pour les aficionados de ventscontraires.net,  voici les meilleures feuilles du livre que Christophe Alévêque publie avec Hugues Leroy chez Nova Editions.mercredi 20 juin 2007 L’Imposteuse, pamphlet signé par Cassandre (pseudonyme d’un collectif de « responsables politiques éclairés »), dénonce avec vigueur la « royalisation de l’héritage socialiste » et colporte plusieurs histoires de coucherie. « Qui est Cassandre ? s’interroge Le Journal du dimanche en reprenant les extraits des coucheries. Le petit monde des médias ne bruisse que de cette question. » L’éditeur, First, assure avoir voulu « briser la loi du silence ». Cette publication suscite un certain écho. La présidente la qualifie de « charge misogyne contre toutes les femmes dans leur intégrité morale et physique ». Son porte-parole, Bernard-Henri Lévy, dénonce avec vigueur une attaque indirecte contre lui-même, et « tous les intellectuels de ce pays qui mettent les mains dedans ». Le Parti socialiste, de son côté, publie un communiqué laconique : « N’importe quoi », dont on ne sait pas très bien s’il vise le pamphlet ou sa victime. François Hollande, interrogé par le magazine Politis, assure qu’il n’a rien à faire avec cette histoire. Il ajoute : « Plus rien à faire avec cette histoire » — précision qui sera abondamment commentée dans la presse. Tous les partis de droite dénoncent une  manipulation qui « profite, bien entendu, à la victime » et ne peut qu’émaner de son propre camp. « Parce que, Claire Chazal, qu’est-ce qu’on veut, avec cette histoire ? accuse Frédéric Lefebvre. On veut faire diversion ; on veut faire oublier les vrais problèmes des Français. Eh bien, moi, je trouve ça indigne d’un parti au pouvoir. C’est pas avec nous que ce serait arrivé. » André Glucksmann, bloqué à l’hôpital avec les deux bras cassés, a un alibi. Malgré ce début prometteur de polémique, l’ouvrage se vendra mal… La suite demain...

Le 10 février 2014 à 15:29

Jacques Rebotier : La Fabrique des pensées toutes défaites (poésie-téléphone)

Trousses de secours en période de crise, saison 2 : la crise du travail

Au boulot les mots "Prenez une phrase toute faite, n’importe. Défaites-là, dans le non-sens des aiguilles de votre montre. Rolex, de préférence. Recomposez, avec outil de musique et/ou poésie. Avalez. Digérez. Vous obtenez une nouvelle pensée, entièrement dépensée, jamais pensée auparavant. Servez vif. »Avec La Fabrique des pensées toutes défaites, Jacques Rebotier, poète et compositeur, poursuit son entreprise de décryptage musical du monde. Armé de son smartphone, monsieur Déloyal enregistre, capture, sample tout ce qui ne bouge pas et ne veut pas bouger. Il surfe en direct-live sur les vagues immobiles de la toile, saisit de volée les pensées pétrifiées et les phrases cucultes, langues de bois vert qui nous pédipulent, emberlificotent, novlanguelèchent, roule-farinent.Pour nous restituer tout cela en une pseudo conférence poétique et mordante, faite de ses ppp, ces petites partitions de paroles dont il a le secret. Invités-donneurs (audio et video) : Jacques Séguéla, Raymond Barre, Jean-François Copé, Marine Le Pen, Bernard Tapie, Jacques Chirac, Dominique de Villepin, Cécile Duflot, François Hollande, Barack Obama, Franck Ribéry, Guy Debord, Jean-Michel Ribes, Édouard Balladur, je vous demande de vous arrêter, ok j’arrête.Attention, cette perfopoésieconférence peut être aussi participative !" Enregistré le 7 février 2014 dans la salle Roland Topor Théâtre du Rond-Point. Durée : 57:37 > les autres Trousses de secours dédiées au travail En partenariat avec Cinaps TV et Rue 89 > le site de la compagnie de Jacques Rebotier

Le 19 mars 2013 à 12:30

Alain Gautré

Cabinet de curiosité - Pour les pédants on a du matériel

Une émission France CultureChaque mois, un écrivain vous ouvre les portes de sa bibliothèque insolite. Guidé par sa fantaisie, il propose des textes cocasses, impertinents, drolatiques ou bizarres, une littérature savoureuse et décapante, que des comédiens viendront interpréter en public.Alain Gautréavec Ariane Ascaride, Philippe Fretun, Alain Gautré, Danielle Lebrun « Entre les textes qui m’ont nourri, ceux qui m’ont accompagné et ceux qui m’ont distrait, il y a une triangulation parfaite qui m’a constitué. Dans l’enfance, ceux qui vous distraient sont ceux aussi qui vous constituent. Il est donc évident que la rêverie précède le désir de culture et que les romans d’évasion laissent sur toute une vie subsister un parfum qui ne s'évaporera jamais. Plus tard, on découvre les grands livres mais le terreau restant fertile par la rêverie que les petits livres y ont tracé, on s’accommode vite de l’ange du bizarre et on en redemande. On aime dans les grands livres ce que l’on a aimé dans les petits : la poésie, l’aventure, l’épopée, la drôlerie, la monstruosité, l’angoisse, le rêve. Quant à ceux qui m’ont accompagné, il s’agit ici des livres que je lisais pour bâtir mon théâtre, comme des provocations lorsqu’il s’agissait de romans (lire l’intégrale d’Annie Arnaux pour alimenter Haute-Garonne) ou d’ouvrages historiques et sociologiques (des quintaux de livres sur les croisades et le moyen orient pour Durendal). Il s’agira donc ici de livrer les méandres de ma vie et mon œuvre intimement mêlés, où il sera question de clown, de western, d’érotisme, de roman policier et d’aventure. On croisera donc ici Harpo Marx et Péguy, Apollinaire et Kundera, Charles de Gaulle et les bonnes blagues du Guide des restos pas chers. » Emission coproduite par France Culture et le Théâtre du Rond-Point sur une idée originale de Jean-Michel Ribes. Enregistrée le 7 mars 2011 au Théâtre du Rond-Point Diffusée sur France Culture le samedi 12 mars 2011 à 20h Réalisation Jacques Taroni Durée : 55:56

Le 29 août 2015 à 10:10

Perdu dans Tokyo #5

Journal de l'auteur associé au Théâtre du Rond-Point

24 août  Les trottoirs. Quand il y en a, ils sont divisés par des lignes jaunes en relief destinées à la circulation des aveugles. Systèmes sonores et bandes jaunes partout. Tout est prévu, organisé, pensé pour les aveugles et les mal voyants. La plupart des trottoirs sont divisés encore par une ligne plus fine, les passants ne partagent pas leur territoire. Il y a deux sens. Ceux qui montent et ceux qui descendent. Trottoir intérieur et trottoir extérieur. Parfois pour les vélos, parfois non. Escalators, pareils. Si je ne marche pas dans l'escalator, je me bloque à droite, et je ne bouge plus. Une sorte de bande d'urgence qu'on respecte absolument, même en cas d'absence d'affluence. Traverser la route, pareil. On attend le signalement, le bon signal vert pour les piétons, même s'il n'y a ni voiture ni bruit de voiture ni fantôme de voiture à des kilomètres. On attend, on respecte. Et on fait la queue les uns derrière les autres. J'imagine que sans ça, sans ces prérogatives, la ville entière plongerait dans le chaos et la barbarie. Les caméras de surveillance, qui jonchent partout la ville, contribuent sans doute à ce maintien de l'ordre. Ueno Changement de quartier, de ville, de temps, d'humeurs, d'hôtel. Quartier moins raffiné. Plus populaire. Plus agité, plus pressé, bordélique. Plus touristique aussi. Plus agressif. Même Shinjuku semble plus paisible. Des artères immenses, entrecoupées d'autoroutes superposées, des trains en hauteur, des ruelles étroites aux ciels de nœuds de fils électriques, croisées d'avenues géantes. Des quartiers saturés de lumières électriques et des déserts d'obscurités, quadrillés jusqu'au fleuve ; deux à trois fois la Seine. Des Japonaises me proposent des choses en japonais. Massages probablement. Bars, cafés, restaurants, échoppes, cahutes, marchés, drugstores, partout. Je me laisse fasciner par les Book Off, quatre étages de dvd, cd, mangas, dont des multitudes à cent yens, soit quatre vingt centimes à peu près l'objet. Rayons mangas, beaucoup de romances, de combats, beaucoup de pornographie. Des rayonnages de mangas avec garçons, jeunes hommes ou très jeunes hommes aux relations explicites, sexes toujours cryptés mais le reste y est. Je crois comprendre que ces rayonnages sont réservés aux femmes et aux jeunes filles, et je ne trouve pas d'équivalence réservée aux hommes ; mangas représentants des femmes et des jeunes filles aux rapports clairs et nets. Mais j'enquête, je poursuis, je peaufine, j'affine ma recherche. Je serai spécialiste de la question.    Feu d'artifice Hirota et Mugi m'emmènent voir à l'Est de la ville un feu d'artifice attendu par des milliers de Tokyoïtes. Costumes traditionnels d'été, le kimono, sandales en bois rehaussées avec bruits dingues. Un monde fou dans le métro, dans les ruelles anciennes, pour rejoindre des points stratégiques de vues possibles sur la fête. Les places sont payantes à certains endroits, c'est « sold out ». On n'ira pas jusqu'à la rivière, on reste en retrait, à quelques centaines de mètres, derrière des maisons, du côté des rizières d'une très proche banlieue, à vingt minutes de train, puis vingt minutes de marche. Là, c'est gratuit. Les routes tout autour sont fermées. Ça commence. Il fait nuit noire, il est 18h50. Le 15 août, on assistait avec les copains au feu d'artifice de Dieppe, où il y a la mer et une fête foraine. La différence ici, c'est qu'au feu d'artifice de Tokyo, il y a surtout un feu d'artifice. Une heure entière, rythmée, avec parties et sous-parties, huit mille effets annoncés. Grand spectacle de mégalopole, avec compétition d'artificiers. Sur le bord des chemins, on vend des boulettes de porc, des brochettes de viande et de saucisses de Francfort. Il faudra compter près de deux heures pour le retour au centre ville. Autant pour s'en remettre. J'observe fasciné que mes camarades comme les centaines de spectateurs avec lesquels je voyage trimbalent leur poubelle, sac plastique, énorme, moyen, petit, avec détritus triés, « combustibles » et « non combustibles. » On rentre avec chez soi. On ne laisse rien nulle part. On sort, on déballe ou on achète, puis on range, on remballe, on rapporte et on jette. La ville est d'une propreté suspecte. Ce soir, pour la première fois en une semaine, j'ai marché sur un mégot.    25 août. Premier jour de répétition On lit la pièce, on fait du café, il y a des spéculos, des petits gâteaux au chocolat blanc, à profusion. On chante. On se rappelle le dispositif de 2010. Les leurres du décor sont près, le sol est quadrillé de scotch blanc. Grand plateau. On reverra la fin de la pièce, traduction d'une fin réécrite pour la version Bulgare qui n'a rien à faire là. On s'y perd trop, on raccourcira. Masako et You traduisent, travaillent depuis la traduction de Machiko, plus vivante qu'une précédente, vraisemblablement signée par un universitaire, très littéraire. You m'assiste, Yoko produit et joue la mère. Natsui joue Marie, Kaze joue le frère  et Akiko Geneviève. Le régisseur et l'administrateur sont là. On travaille six heures à quitter le jeu démonstratif, explicatif, commenté. On cherche les figures, les créatures, les folies de chaque monstre, on condense, on intensifie, et on revoit les mouvements. Intensif travail de réajustement. Les comédiens maîtrisent tout, parfaitement.  Diner italien Restaurant avec deux petites tables et une carte d'Italie au mur. Yoko commande des salades, avec lardons, mozzarella, tomates, jambon de pays, elle insiste « mange des légumes ». Le régisseur s'appelle Georges. Il fera tout, construction des décors, des meubles, accessoires, peintures. Je demande à chacun de m'indiquer son quartier favori dans Tokyo. J'irai. Tension palpable autour de la question des lumières. J'en ai parlé à Masako, qui en parle à You, qui en parlera à Yoko, alors que j'aurais dû en parler directement à You, mon assistante. La question de la place de chacun est posée. Essentielle, grave. Chaque place, responsabilité, dès le premier soir, est évoquée. Tension vive à ce sujet. Je comprends, j'entends bien. Je ferai gaffe. Je raccompagne Masako au métro, qui me rassure. Tout va bien, tout est normal, c'est comme ça, toujours. Un Tokyoïte de vingt-deux heures passe, mallette à la main, chemisette blanche, il grogne après nous, fort, violent, nous ne sommes pas à notre place sur le trottoir. On s'écarte. J'ai envie de pleurer. Masako change de place, mais elle ne réagit pas, tout va bien, tout est normal.   26 août Trop chaud sur les trottoirs. On promène des petits chiens mais on les porte. Le sol est brûlant. Les chiens sont dans des paniers, à vélo, beaucoup de bicyclettes dans cette sorte de Los Angeles plat et organisé. Beaucoup de vélos sur les trottoirs, c'est la loi. Sauf à Ginza, quartier commerçant ultra chic, on ne prendra pas le risque de laisser bousculer une dame qui irait chez Vuitton. Nombreuses femmes à porter des jupes à rayures blanches et noires. Moins de garçons aux cheveux roux, quelques blonds rares, décolorés à outrance, mais cette mode que j'observais lors de ces cinq passages à Tokyo semble dépassée. Certaines promènent leurs chiens entre copines. S'il pleut, les bestiaux peuvent porter des imperméables. Je n'ai jamais croisé une seule crotte de chien ni de rien jusqu'ici dans les rues de la ville. Encore une différence marquante avec la ville de Dieppe.  Deuxième jour de répétitions. On s'attarde sur les états, les enjeux. Jouer une seule chose, pour commencer, un état, qui n'est pas forcément celui qui est écrit, mais qui est là, qui sous-tend tout, qui porte tout, et les liens, les rapports qu'il induit. Jouer, et vite, et droit, et fort. Pas ce qu'on dit, ce qu'on est. Incarner. Et revenir à des choses vraies. Oublier les ponctuations, les points nécessaires ajoutés lors des traductions successives, revenir à une musique plus limpide, plus rapide. On travaille six heures, petite pause, quelques minutes, et filage de l'ensemble, une heure de mouvement général dessiné.   27 août Les Tours Dans la nuit de Ryogoku, je croise des cafards qui semblent n'émouvoir personne, longs comme des doigts. Mais la ville est d'une telle rigueur côté de l'hygiène, même quand tout peut paraître insalubre, et les toilettes, publiques ou non, d'une telle propreté, tout le temps et partout, que les cafards n'ont plus rien à voir avec la crasse, ils sont là comme des chats. Des mouches, des grillons. Pas grave. Je me promène à l'opposé, dans Asakusa, repérages autour du temple, très beaux lieux, jardins, sculpture de flamme de Philippe Starck, « Asahi Flame », près de laquelle est érigée la plus haute tour de la ville, la skytree, plus de six cent mètres. Folie récente, masse grise et quadrillée, aux lumières savantes qui lui tournent autour, la nuit. Elle est noyée ce matin dans la brume. Jusque là, la Tour de Tokyo, dite Dai-Jingu, au Sud, en rouge et blanc, semblait une petite chose miniature un peu perdue dans les immensités de la ville. Sorte de réplique volontaire de la Tour Effel. La Dai-Jingu pourtant est plus haute que son modèle français. Question de proportions et d'environnement.   28 août In excelsis ordi Je me souviens des catastrophes passées dans d'autres villes, cités de soudain ressentiments. Crise de paranoïa à Venise, pickpocket à Rome, crise d'angoisse au Caire, crise d'aphte à New-York. A Tokyo, crise d'ordinateur.  Le mac en panne, plus rien. Ni voix de Radio France, ni poadcast, fini House of cards, deuil de skype, plus de lien, plus d'outil. Écrire, compliqué. Correspondre, difficile. Regarder, écouter, voir, impossible. Panique à bord. Journée à Ginza à chercher l'Apple store. Un ascenseur sans bouton, automatique, qui s'arrête à tous les étages, monte et descend, tout le temps, mais les Japonais eux-mêmes sont perdus, ils cherchent à appuyer quelque part, cela me rassure. On est tous pareil, on cherche le bouton. À l'ouverture du quatrième étage, déjà une file d'attente. Réservation obligatoire. Revenir dans l'après-midi, horaires de répétitions.  Catastrophe, crise de larmes infantiles. On diagnostique l'appareil mort. « Traumatisme accidentel ancien ». Quelques cent mille yens pour une réparation et une récupération des données. Compter plus de dix jours minimum. Repanique. Masako me prête une tablette, Machiko me renseigne depuis Paris pour que je puisse louer un PC à l'hôtel, tandis qu'un noyau dur de l'équipe du théâtre, amical et dévoué, se plie en quatre pour m'envoyer un ordi du bureau. Vingt-quatre heures plus tard, l'ordi se réveille, s'allume, répond, repart, revis, fonctionne. Je suis à deux doigts de le fracasser contre un mur. Répétition Le responsable du son, la créatrice des lumières, un agent, l'administrateur, la comédienne qui jouait Marie dans l'ancienne version, une responsable de la billetterie et le régisseur Georges assistent à la répétition. Long travail sur les chansons, rendre les mots plus évidents, courts, limpides, fluides sur les notes. La pièce devait en France durer une heure vingt. Elle peut durer ici deux heures, dans la mesure où chaque phrase française prend en japonais deux fois plus de temps, de nuances, de tergiversations, de sens, de mots. Deux syllabes en français pour dire merci, quatre pour aligato. Quatrième jour de répétitions, et le dessin général de la pièce est tracé. Les mouvements, les déplacements, les enjeux. Demain, filage. Tout le monde demande un jour de repos. Ce sera dimanche. Les yeux On dîne dans un restaurant de brochettes. Salade de petits poissons frits.  Je mange, je ne regarde pas, puis je discerne des sortes de petites choses, longues et fines et blanches, comme des vers, avec deux billes noires. Je reconnais des petits poissons, ils croustillent. Je deviens adulte, j'en mange, et je me souviens de Marie Notte qui lançait des défis à Tokyo et à Beyrouth, promettait de manger les yeux des poissons servis avec la tête. Et elle gagnait toujours.        

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Rencontre avec Isabelle Huppert
Live • 17/12/2020
La masterclass de Daniel Pennac
Live • 11/12/2020
La masterclass de Alice Zeniter
Live • 05/12/2020
La masterclass de Jacques Bonnaffé
Live • 30/11/2020
La masterclass de Gilles Cohen
Live • 24/11/2020
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication