Stéphane Trapier
Publié le 03/12/2015

Degré d'exigence


Né le 15 juillet 1790, Stéphane Trapier a toujours raté les rendez-vous de l’histoire. Ancien avant-centre de l’équipe de France, il n’a jamais gagné la coupe du Monde. Il collabore à Fluide Glacial (après le départ de Gotlib), au Monde (sans jamais croiser Beuve-Méry) ou encore à Télérama (dès la retraite de Jean-Claude Bourret). Il a illustré deux ouvrages de Jean-Michel Ribes, et son Rond-Point. Il ne connait pas personnellement Henri Guaino. 

Plus de...

Stéphane Trapier

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 23 juillet 2015 à 11:18

Femme, réveille-toi et coupe le câble !

Une pétroleuse belge daignant me lire sur ce site, Gwendoline M.D. d’Ottignies, à qui il semble que ce soit une cheville ouvrière du Rond-Point qui ait refilé élégamment mon numéro de turlu privé (merci l’ami !), m’a réveillé en pleine nuit pour m’accuser cruellement d’être un phallo-flic de plus. La diablesse a en effet relevé qu’à l’instar de la plupart de mes trépidants co-équipiers de ventscontraires, j’avais une tendance prononcée à n’exhorter pratiquement sur le net qu’à la lecture de plumes manifestement masculines. Avec, bien sûr, quelques menues exceptions jésuistiques, pour donner le change comme Corinne Maier et Nelly Kaplan. Piqué au vif par cette volcanique Gwendoline qui souligne aussi, pour enfoncer le clou, qu’en un demi-siècle d’attentartes donquichottesques, je n’avais gloupinisé pâtissièrement que trois gonzesses célèbres (Marguerite Duras, Hélène Rolles, Arielle Dombasle) alors que… je rends les armes sans discuter. Et je vous engage à sons de trompe à ne traîner avec vous cet été sur les plages, les monts et les vaux que des livres concoctés par des amazones dessalées ayant « le courage grotesque, selon le souhait du grand Dario Fo, de s’avancer hors de tout code et de toute logique ». Les Filles en série de l’essayiste Martine Delvaux (Éditions remue-ménage). La saga des filles-ornements « reproduites mécaniquement par l’usine ordinaire de la misogynie » débouche sur un galvanisant et fort drôle appel à la révolte contre ce qu’on appelait dans les seventies le chauvinisme mâle. Considérant que la figure des serial girls est double, qu’il y a chez ces marchandises vivantes un satané pouvoir de subversion, l’espiègle Martine Delvaux raconte ce qui peut se passer quand les « pin-ups se détachent du calendrier », quand les ballerines en tutu blanc deviennent cygnes noirs déchaînés, quand les Barbies se métamorphosent en Pussy Riot ingouvernables. Femmes et anarchistes (Éditions Black Jack) des fameuses passionarias Voltairine de Cleyre (1866-1912) et Emma Goldman (1869-1940) immortalisée par le film Red. Pour la plupart inédits en français, des textes incendiaires sur la redéfinition des statuts des femmes propres à horrifier mieux que jamais les grenouilles de bénitier hystériques à la Christine Boutin. Emma et Voltairine rentrent notamment dans la barbaque des faux-derches pourfendant la prostitution tout en encourageant cette autre forme de prostitution selon elles qu’est le mariage. « Chaque femme mariée est une esclave attachée qui reçoit le nom de son maître. » Même raccourci fulgurant — « Qu’est-ce que la femme ? Une propriété » — dans un autre vieux texte (1908) roboratif de Voltairine de Cleyre ressuscité par les éditions du Sextan, Anarchisme et traditions américaines qui démontre méthodiquement à quel point nous sommes couillonnés par les diverses formes de gouvernement[1]. Une pamphlétaire féroce de la même Belle Époque non moins inspirée, André Léo, revient vers nous grâce au petit éditeur Dittmar. Son testament Coupons le câble ! (1899) file une sacrée peignée à la « tourbe régnante » d’alors complètement sous la coupe de la caste religieuse ayant voulu ratatouiller Dreyfus. On recule encore plus loin dans le temps avec l’indomptée Olympe de Gouges à qui nous devons la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (1791). Sous le titre Femme, réveille-toi !, on trouve désormais, en Folio, ses principaux cris de colère contre les oppressions et les inégalités de toute farine. Rayon bios toniques de vaillantes amazones justicières, nous avons, aux éditions du Monde libertaire, fricassé par Hugues Lenoir, un Madeline Vernet, une pionnière des orphelinats antiautoritaires parigots qui se piquait de protéger les mouflets de la classe ouvrière contre « la morale des bien-pensants ». Et, aux Mille Sources, frigoussé par Anne Steiner, un Rirette l’insoumise retraçant la guérilla contre les préjugés et les normalités-flic d’une âme damnée de l’hebdo L’Anarchie qui sera inculpée pour complicité avec la bande à Bonnot. Mini orange tomatillos sur le gâteau de la rébellion féminine, la revue Invece sort un spécial Mary Read, ma femme pirate préférée, qui « maîtrisait l’épée et les canons et aussi les remèdes et les poisons, et menait ses hommes aux pillages des privilèges à travers les mers comme sur un manège ». Et puis encore la romancière déchaînée Isabelle Wéry avec son Marilyn désossée (Maelström) qui « ouvre les frontières des possibles » : « Prends-moi avec toi et de nos deux misères, nous ferons une espèce de java. » La maîtresse-queue Fatéma Hal avec son Fille des frontières (Philippe Rey). Les souvenirs épicés d’une cuisinière pulpeuse de la Bastille dont les pastillas aux pigeons affolèrent notamment Raoul Vaneigem, Pierre Desproges, François Mitterrand et Jean-Pierre Bouyxou. Et encore l’artiviste Stéphanie Lemoine avec son Art urbain. Du graffiti au street art (Gallimard-Découvertes) qui nous fait jouir grave par tous les bouts. Parmi nos partenaires d’orgies : Maïakovski (« Les rues sont nos pinceaux, les places nos palettes »), Gordon Matta-Clark (qui découpe artistiquement des maisons à la tronçonneuse, c’est le splitting), les situs (et leurs « fantaisies architecturales » et graphiques), Christo (qui fit scandale en barrant la rue Visconti de Paris d’un « rideau de fer » constitué de barils de pétrole), Miss.Tic (« s’offrir quand tout se vend »), Blek le rat (qui, le long des murs qu’il bombe, fait courir des rats, « le seul animal libre dans la ville), les guérillas girls portant des masques de gorille (qui couvrent les abords des musées d’affiches, s’étonnant qu’on n’y expose pas les minorités ethniques et les femmes) ou, bien sûr, le risque-tout Banksy (qui a tatoué le mur de séparation israélien, esclandre total !, et qui a accroché en douce ses propres œuvres au milieu des collections de musées prestigieux). [1] À noter que c’est exactement là le propos de la géniale Hannah Arendt quand, dans De la révolution, à présent chez Folio, elle oppose l’auto-organisation de style Commune de Paris et conseils ouvriers hongrois à « l’oligarchie des partis » toujours émasculante. Illustration Banksy

Le 2 juin 2012 à 07:51

Chronique rurale

Dixième jour : le « plan », un concept flou.

> premier épisode   Je dois maintenant vous avouer qu'en fait de plan, et de phase décisive, je n'en ai pas. Si vous voulez, le « plan », c'est une sorte de concept flou, une sorte de programme du Parti Socialiste, mais en pire. Avoir un plan, c'est comme avoir faim, ça tient éveillé. Quand j'étais petit, j'avais toujours un plan secret à refourguer quelque part, une idée vague de truc à faire, de mur à escalader, ou d'endroit à explorer pour épater les copains. Le « plan », c'est une sorte d'Absolu abstrait, en fait. Je m'en aperçois seulement maintenant, parce que jusqu'à hier, je pensais vraiment que j'en avais un. Mais qu'est-ce que je cherche, en vrai ? Je cherche à comprendre, et surtout je cherche une issue, une possibilité de construction et de mutation. Nous sommes dans un monde en mutation, sur un territoire en mutation, et je suis moi-même une espèce de mutant. Tous les repères sont tombés, comment voulez-vous que je me positionne ? Il faut bien que je mute, que je trouve autre chose ! Nos parents, en 1968, ils n'avaient qu'à choisir entre l'Eglise ou Jean-Paul Sartre, entre De Gaule ou Mao. Les filles, elles avaient les mains douces et voulaient qu'on les considère, les garçons s'en fichaient pas mal ou alors s'efforçaient de jouer leur rôle de garçon qui considère la fille. Bref, tout était simple. On pouvait travailler pour gagner du fric et acheter des bagnoles, ou alors rien foutre en vendant du fromage non- pasteurisé dans une communauté lozérienne pratiquant le communisme sexuel et économique. Moi, en 2017, je bosse 65 heures par semaine et j'ai dû payer ma caisse avec un crédit revolving qui va bientôt me révolver en pleine face comme la crise des subprimes. Je gagne 1300 euro par mois et le président de la République 21000 ! Ca fait réfléchir? Ici, dans le monde néo-rural, nous sommes au milieu d'un paysage en pleine mutation. Ca se voit au premier coup d'oeil. Alors oui, les églises sont vides, les villages sont déserts, il n'y a plus personne, les agriculteurs sont ruinés, les vaches sont radioactives, il n'y a plus d'industries, il n'y a plus rien. Mais ce n'est pas une raison pour désespérer : nous sommes au début de quelque chose, j'en suis sûr, ça ne fait pas l'ombre d'un doute. Voilà 72 heures que je suis dans la Zone et Nadine ne m'a toujours pas téléphoné. Ma mère est enfin morte. Mon père, je n'en ai pas encore parlé. Le Curé est sans doute poursuivi par la Justice pour pédophilie à l'Abbaye Blanche, ou quelque chose dans ce goût-là. Soudain, dans le milieu de mes introspections compulsives, je visualise une abstraction dans le fond de l'horizon : comme un tableau de Delacroix, comme un Saint Sébastien de la peinture flamande, Nadine, MA Nadine, celle de la caisse N°4, est elle là, elle est en face de moi. Absolument nue, cloutée sur une gigantesque croix de bronze qui signale le carrefour à la sortie de Gouville- Sur- Mer. C'est tout simplement hallucinant. Le ciel est embrasé de rouge et de jaune, comme si le peintre avait un peu trop appuyé sur son tube de gouache. Elle est superbe, elle est belle comme le Mont St Michel dans le lointain, et je me sens moi aussi pleinement femme en la regardant, je me sens maintenant et soudainement épanouie, déployée, sous le soleil froid de novembre. Nadine, je t'aime, je marche la gorge en avant, je laisse à terre ma veste de velours trempée, je chante, je suis heureux, je suis heureuse ! Merci Nadine ! Attends-moi, j'arrive, je suis Elisabeth, ta cousine, je suis comme une Visitation ténébreuse !    

Le 29 juillet 2015 à 08:29

Nelly Kaplan

Les cracks méconnus du rire de résistance

Fallait-il vraiment parachuter dans la ci-présente rubrique de coups de chapeaux aux humoristes rebelles méconnu(e)s la célèbre fiancée du pirate, axe de référence des pétroleuses des année-barricades, compagne de feu du Théâtre du Rond-Point et de la Cinémathèque française, égérie de Breton, Gance, Mandiargues ? Mais oui, mes tous beaux (comme elle aurait dit à ma place), car l’amazone du désordre harmonieux Nelly Kaplan n’est en général acclamée que pour son brûlot filmique de 1969 La Fiancée du pirate devenu cultissime. La plupart de ses partisans les plus résolus n’ont pas vu son Néa, n’ont pas lu son Manteau de fou-rire, n’ont pas bu ses philtres revergondeurs. À eux de se rattraper, mille chaudrons ! À eux de découvrir les autres « péchés capiteux » de la « reine des sabbats ». Quand un bien-aimé a les papillons noirs, je lui montre Charles et Lucie. « Au début, ce ne sont que deux êtres (Daniel Ceccaldi, Ginette Garcin) noyés dans leur médiocrité, noyés dans le renoncement de ce qui était leur côté le plus étoilé, et qui ont perdu toute capacité de lutte. Ils ne vivent plus, ils « durent ». Et ce n’est que parce qu’ils sont confrontés à la réalité rugueuse qu’ils s’aperçoivent que c’est quand même mieux d’être dans la rue les armes à la main (c’est-à-dire en sortant un peu les griffes). » C’est ainsi qu’alors qu’ils se retrouvent « en-dessous de zéro », sans le moindre complice, sans un sou vaillant, sans une croquette pour se nourrir, sans un fil pour se couvrir, Charles et Lucie réussissent à puiser dans leurs bas-fonds les forces nécessaires pour se gaudir de l’adversité et réélectro-aimanter friponnement leur vécu. C’est ainsi également que lorsqu’on me demande quelle est, pour moi, le moment le plus roboratif de toute l’histoire du cinéma subversif-carabiné, j’évoque invariablement un des points d’orgue du long métrage Néa, une adaptation très déviante dédiée à Charles Fourier du best seller d’Emmanuelle d’Arsan qui a été un satané flop commercial en 1976. Nous sommes à la montagne. En pleine tourmente hivernale, l’éditeur Sami Frey promet à Ann Zacharias, qui veut faire criquon-criquette à l’instant même avec lui, de répondre à son souhait le jour où la neige aura fondu sur le toit de la chapelle se profilant dans les hauteurs (c’est-à-dire dans bien plus d’un trimestre !). Sans sourciller, la gisquette s’en va alors sur-le-champ incendier le sanctuaire. Tous les rapports de Nelly Kaplan à notre société couarde et tempérante battent pavillon dans cette scène. Pour la cinéaste, y a pas à lanterner : « Notre folie doit consister à vouloir plus de ce que l’on peut, mais à pouvoir tout ce que l’on veut. » L’histoire de la vie de Nelly Kaplan illustre grandiosement sa profession de foi de 1979 : « Je pense que l’habitude est l’antichambre de la mort et que c’est dans l’aventure qu’on peut rester vivant. » Née d’un père marinier (qui l’initie lui-même à « l’amour absolu, fou, splendidement gratuit, délirant ») et de mère inconnue, « voyante et voyeuse », Nelly entre à seize ans comme préposée au linge dans une maison de rendez-vous de Shangaï où se confirment ses dons divinatoires (elle lit l’avenir dans les gouttes de « liqueur de flux charnel »). Elle partage ensuite ses loisirs entre l’exploration de terrae incognitae, l’apprivoisement de fleurs carnivores en vue d’une rénovation de l’accouchement sans douleur, la lutte armée en Amérique latine, l’érotisme expérimental pratiqué sur des tortues géantes et la rédaction, sous le pseudonyme de Belen, de fééries profanatrices (Le Collier de Ptyx (1971), Le Réservoir des sens (1966), et son autobiographie, Les Mémoires d’une liseuse de draps ou Un manteau de fou-rire (1974)) dans lesquelles les puissances du mal des récits des autres – revenants, grands galactiques, gourgandines, magiciens noirs, androïdes, fées Carabosse, vampires – ont les plus minouches intentions qui soient et ne supplicient que des franches crapules. Sous son propre nom, Nelly frigoussera aussi plus tard les sulfureux Aux orchidées sauvages (1998), Ils furent une étrange comète (2002), Cuisses de grenouille (2005), Et Pandore en avait deux ! (2008) et livrera sous le titre Mon cygne, mon signe sa correspondance libidineuse secrète avec Abel Gance, réalisateur hallucinant et bien plus anarchisant qu’il n’y paraît de J’accuse et de La Fin du monde. Et puis, à sa façon, Nelly Kaplan débauche le septième art en y apportant sa féroce clairvoyance de serpent moucheté, sa décapitante haine des bonnes mœurs et des génuflexions, sa scandaleuse beauté, son goût très vif des puits défendus, son humour écorcheur de chatte-tigresse et son pouvoir mandrakien de faire feu (de joie) de tout bât. Après quelques courts métrages héliothérapiques (dont À la source, la femme aimée, que la censure a clandestinisé), notre chasseresse de snarks fait apparaître avec sa baguette de macralle ses trois comédies-guérilla historiques La Fiancée du pirate (1969), Néa (1976), Charles et Lucie (1979) condamnant au bûcher ce que Dostoïevski appelait « les échasses du devoir et de la morale ». À visionner encore : Papa, les petits bateaux (1971) dans lequel une freluquette bettyboopante fait échouer ravisseurs, guignolos et parents sur les brisants de ses toquades. Et Pattes de velours (1981) qui file une belle rincée aux codes agathachristiques du whodunit. Tout c’qu’y a à dire sur le cinoche d’aujourd’hui, Nelly-Belen le dira dans son manifeste de 1976 Paroles… elles tournent ! : « Poétesses, à vos luttes ! Sorcières, à vos balais ! Pour une création androgyne, douce ou amère, mais violente ! ».

Le 27 janvier 2015 à 09:12

Un garagiste honnête avoue que le joint de culasse est une totale invention

C’est une mini-révolution qui secoue la profession des garagistes depuis ce matin, depuis que Michel Gerron, garagiste dans la Nièvre, a révélé que le joint de culasse était une invention. Enquête. Une fable inventée de toutes pièces « Le joint de culasse, ça a jamais existé, c’est une pièce qu’on a inventée pour escroquer les gogos » a déclaré le garagiste lors d’une conférence de presse organisée pour l’occasion. « C’est sûr, on peut pas faire avaler ça à n’importe qui, y a des gens qui s’y connaissent et d’autres qui se méfient » a-t-il poursuivi devant un parterre de journalistes atterrés. « On essaye de repérer les proies faciles, les intellos. Après, avec les collègues, on fait des paris, on mise sur des clients. Si t’arrives à les arnaquer, tu rafles la mise et si en plus tu inventes le nom d’une pièce, tu gagnes le double. Une fois, j’ai même fait croire à un gars qu’il fallait changer la courroie de distribution de sa roue avant, ça m’a payé l’apéro pendant un an » L’arnaque : une voie de garage Mais Michel était sans doute trop sensible pour continuer à exercer cette profession sans être titillé par sa conscience : « Un jour, j’ai vu une maman de cinq enfants fondre en larmes après avoir vu la facture de 3000 euros qu’elle devait payer. Elle disait que les huissiers allaient venir chez elle. Là, je me suis dit qu’on allait trop loin » confesse-t-il. Lorsqu’on lui demande alors de préciser ce qu’il entend par « aller trop loin », Michel est sans concession : « Je me suis dit que son chèque était sûrement en bois et avec la crise, j’ai eu peur qu’y ait plein d’autres cas comme ça » Quant à savoir s’il craint la réaction de ses collègues, Michel se montre catégorique : « Pas du tout. Avec tout ce que j’ai déjà empoché en acceptant les interviews des magazines, j’vais pas moisir ici. » Une bien belle histoire qui n’est pas sans rappeler celle de ce serrurier déclarant au micro d’une chaîne de télévision il y a quelques mois qu’il avait décidé de faire une facture non-abusive la veille de sa retraite, « pour voir ce que ça faisait ».

Le 21 juin 2011 à 09:30

Monsieur Blasse !

Une pièce inachevée de Georges Feydeau

Charles DESPAGNE, riche négociant  Reine, sa jeune épouse  BLASSE, nouveau secrétaire de DESPAGNE  La Bonne   Scène 1 La scène est dans le salon des Despagne. Demeure cossue, à la campagne. On entend le tic-tac d’une horloge, et la pluie battante au dehors. Reine est seule. Elle mange des chocolats.   REINE (à elle-même) .  Quel temps ! Et Charles qui n’est toujours pas rentré… Mais je m’ennuie, moi ! Il n’est jamais là ! Toujours à ses affaires ! Et quand il ne travaille pas, il est à la chasse ! Il me laisse toute seule, dans ce trou perdu, sans amour ! Ah oui, j’aurais dû écouter ma pauvre maman ! (rêveuse) Heureusement, il y a ce jeune homme… Tous les jours, il dépose une boîte de chocolats dans le jardin. On n’en trouve pas d’aussi bons dans ce patelin. Et il y a trois jours, il m’a écrit une lettre si gentille ! Je vais finir par le prendre pour amant, si ça continue ! Mais il n’a même pas signé sa lettre…   Scène 2 Reine, La Bonne   LA BONNE (entrant). Madame, un messager vous apporte une lettre de Monsieur. REINE. Enfin !   Scène 3 Les mêmes, BLASSE, trempé   REINE (à part). Oh ! Qu’il est beau !(troublée)  Monsieur ? BLASSE (à part). Oh ! Qu’elle est belle ! (troublé) Madame. Mon nom est Blasse, Rudy Blasse. Je suis le nouveau secrétaire de Monsieur Despagne. Il m’a chargé de vous remettre une lettre. REINE (vivement).  Donnez ! Donnez ! (elle lit) « Mon Bichon STOP Plus de cartouches STOP Prépare m’en STOP Il y a du vent STOP Je t’embrasse STOP » (à part) Oh, c’est l’écriture du jeune homme ! (regardant Blasse) Mais c’est lui, alors !   Scène 4 Les mêmes, DESPAGNE, ruisselant   DESPAGNE.  Ma femme, me voici ! REINE. Ciel, mon mari !   (BLASSE s’évanouit)  REINE et DESPAGNE (ensemble). Monsieur Blasse ! (Reine s’évanouit. DESPAGNE, voulant la secourir, glisse, tombe, et ne bouge plus. La Bonne les regarde en haussant les épaules)                                                          RIDEAU

Le 20 juillet 2012 à 09:59
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication