Stéphane Trapier
Publié le 03/12/2015

Degré d'exigence


Né le 15 juillet 1790, Stéphane Trapier a toujours raté les rendez-vous de l’histoire. Ancien avant-centre de l’équipe de France, il n’a jamais gagné la coupe du Monde. Il collabore à Fluide Glacial (après le départ de Gotlib), au Monde (sans jamais croiser Beuve-Méry) ou encore à Télérama (dès la retraite de Jean-Claude Bourret). Il a illustré deux ouvrages de Jean-Michel Ribes, et son Rond-Point. Il ne connait pas personnellement Henri Guaino. 

Plus de...

Stéphane Trapier

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 9 juillet 2010 à 12:44

En Avignon fais du pognon

Conseil Citoyen 7

Ton père, m’écris-tu, te laisse en héritage Avec un potager,  un très joli garage Aligné parmi d’autres au cœur d’une cité Et c’est dans cet endroit que tu vas habiter. Fermant par une porte de bois coulissante, Une autre porte arrière, et c’est ce qui t’enchante, Donne sur le jardin aligné lui aussi Avec ceux des voisins. De plus un établi Solide, tout en bois et de largeur notable Pourrais, racontes-tu, faire office de table. Tout cela est charmant, pourquoi pas après tout, Toi qui a tant de mal à joindre les deux bouts. Mais dans un post scriptum, ai-je là bien compris ? Ce garage n’est pas en banlieue de Paris, Mais en Avignon même, à deux pas des remparts ?Alors là, mon ami, c’est un nouveau départ. Sache qu’en Avignon, même un fond de soupente Rapporte du pognon plus qu’un remonte-pente. Tu tiens là ta revanche et mon esprit s’emballe. Avec jardin en fond, c’est Bussang, c’est royal ! Tu vas être patron, écoute je t’explique : Moi mon rôle sera Directeur Artistique. La cabane à outils fera le foyer bar, L’établi ; le plateau. C’est l’enfance de l’art ! Les compagnies que nous auront sélectionnées Camperont au jardin moyennant un loyer. Reste à trouver un nom de théâtre et ça coince. « Le Garage » ça fait discothèque en province. Il faut tirer un nom de l’histoire du lieu, Un nom qui rende hommage à l’esprit de ton vieux. D’ailleurs à ce propos, il a fini comment ? Suicidé ?! Asphyxié au gaz d’échappement …?! Le nom est tout trouvé : Théâtre Suce Idée. Ça tourne bien en bouche et fait subventionné..

Le 8 septembre 2012 à 09:41

Septembre, en attendant

Je dis pas ça pour râler, mais septembre, c'est n'importe quoi.Déjà, le nom. Le neuvième mois de l'année s'appelle septembre. Bien sûr. Et on tolère des choses pareilles depuis des siècles. Pas étonnant, dès lors, que le monde se dirige vers le chaos. Comment voulez-vous que les jeunes trouvent des repères dans un monde où septembre est le neuvième mois de l'année, je vous le demande ?Et puis la météo. La nature va bientôt revêtir son orange manteau, mais pas encore tout à fait. Ce n'est plus vraiment l'été, même après dissipation des brumes matinales en raison d'une zone de haute-pression centrée sur la Manche, mais pas encore l'été indien, alors est-ce qu'on s'aimera encore même quand l'amour sera mort ? Je ne sais pas, je pose la question. Est-ce qu'on a encore le droit de manger des tomates, est-ce qu'il n'est pas un peu tôt pour les courges ? Est-ce qu'on doit ranger les affaires d'été à la cave, est-ce qu'on a le droit de porter encore un peu le désopilant t-shirt ramené de Lloret del Mar cet été ? Beaucoup d'incertitudes, d'où insécurité, tensions, mais évidemment le gouvernement ne fait rien.Et puis septembre, c'est le mois des rentrées alors même quand on ne va plus à l'école depuis plusieurs siècles, qu'on ne va finalement pas publier son grand roman épique qui raconte l'histoire d'un mec de 35 ans partagé entre sa nostalgie de la dépression de la trentaine et son angoisse de la crise de la quarantaine et qui décide de tout plaquer pour partir faire du shopping avec des vampires pendant que l'équilibre même du royaume est menacé par une secte d'elfes lubriques, qu'on a fini par accepter qu'on ne serait jamais footballeur professionnel et que Servette ne remporterait jamais la Champion's league, et qu'on a fini par accepter que même avec une nouvelle grille des programmes entièrement remaniée, il n'y avait rien à la télé ce soir, on se sent concerné et on prend des tas de résolutions qu'on ne tiendra pas plus que celles du 1er janvier, de son anniversaire, de l'anniversaire de la prise de Sébastopol et de la Saint-Aygulf.   Alors non, vraiment, septembre, moi, je suis contre.

Le 26 octobre 2012 à 11:22

« Il y a dans l'extrême gauche de Mélenchon des composantes maoïstes, trotskystes qui appellent à la violence »

Jean-François Copé, « Des paroles et des actes » sur France 2, jeudi 25 octobre 2012

Passons sur les trotskystes, dont la génétique entriste en fait aux partis ce que le bernard l’hermite est aux coquillages. Mais les maoïstes, alors là c’est la stupéfaction. Depuis l’autodissolution de la Gauche prolétarienne en 1972 on pensait l’espèce disparue. Mais voilà le candidat à la présidence de l’UMP révélant au monde ébahi – et à son concurrent François Fillon coi – que les enfants de la GRCP (Grande Révolution Culturelle Prolétarienne) avaient faits des petits.  Les petits livres rouges se sont multipliés comme des petits pains (au chocolat ?) Ce que la biodiversité marxiste y gagne, la sécurité publique y perd. La nouvelle menace la voilà ! Que fait la DCRI ? Elle aurait dû suivre à la trace les apprentis gardes rouges partis prendre des cours de ronéo au Népal, s’exercer au maniement de la dialectique chez les insurgés péruviens du Sentier Lumineux. A moins que le réel danger ne provienne de la formation clandestine aux techniques du dumping commercial, dispensée à Pékin par les nostalgiques du Grand Timonier. Tordu comme raisonnement ? Oui si l’on considère que dans ce dernier cas la place de notre cinquième colonne maoïste ne serait pas au Front de gauche, mais à l’UMP.  D’ailleurs, à bien observer, l’oval du visage de Copé ne rappelle-t-il pas celui de Lin Biao, et les épais sourcils de Fillon ceux de Zhou En Lai ? Au secours !

Le 11 décembre 2011 à 08:47

Idées bien reçues

Un jeune de 18 à 24 ans sur quatre, environ, déclare qu'il voterait Marine Le Pen en 2012. Ça ne vous fait peut être pas rire, et pour cause : primo, c'est pas une blague et deuzio, elle est pas de moi. On le savait, que la peau pouvait être un problème pour certains adolescents. On voit même souvent des jeunes arborer à la joue, qui une framboise cramoisie, qui une chips jaune pâle, et c'est ridicule. Mais ça c'est plutôt les jeunes de la tranche en dessous, comprenez les 12-18 ans, ceux qui, pour peu qu'on les mette en lumière sont brillants, ne serait-ce qu'en surface et à grand renfort de sébum. Et bien il semblerait qu'ayant atteint leur majorité, ce soit avec la peau des autres que certains aient des problèmes. Et la droite de les racoler en disant tout haut ce que ces gens pensent de plus bas. Comparer le chiffre annuel de l'immigration à la population de Rennes, il fallait y penser. C'est un petit pas pour l'Homme, mais un pas de Guéant pour l'UMP. Cela dit, moi non plus je n'aime guère les Bretons. Le saviez-vous, les Roms roulent en Mercedes. C'est Hortefeux qui l'a dit. L'autre fois, j'en ai croisé un, de Roumain, à un feu rouge. Je lui ai demandé pourquoi ils roulaient dans ces voitures de ministres. Il m'a répondu que c'était parce que c'étaient les meilleures, tout simplement. Ce sont les seules voitures qu'on peut pousser à plus d'un million de km au compteur. D'ailleurs, il était justement en train de la pousser.

Le 7 octobre 2014 à 09:07

Ghislain

P { margin-bottom: 0.21cm; } Parents, je n'accède pas à votre convocation du droit à l'image pour m'interdire de prendre en photo votre enfant alors que vous l'avez transformé sciemment en banderole politique vivante, banderole qui à chaque fois que je la croise dans la rue, le métro, le bus, me crache au visage, me tord le cœur et me fait pleurer comme jamais encore quelqu'un ou quelque chose n'avait réussi à le faire. Vous vous devez de tout assumer jusqu'à votre petit Ghislain qui porte ce ballon en étendard. Je ne vous autorise pas à vous comporter comme si cela n'était pas important ou comme si je devais ne pas y répondre par le mépris, la colère ou la haine. Je vous interdis de penser que vous avez le droit d'évoquer ces sentiments sans que je n'aie de mon côté les mêmes droits à les utiliser pour vous répondre. Je vous interdis de me rétorquer que je n'ai d'autre droit, encore, que celui de vous tendre ma joue. Je vous interdis de m'imposer vos valeurs judéo-chrétiennes comme je m'interdis de vous imposer les miennes. Je vous interdis de vous draper dans ce que vous appelez une forme de bienveillance, d'amour et de partage sans concevoir une seule fois que si, vos paroles, vos slogans, vos logos, sont bien au contraire d'une violence inouïe envers tous ceux qui souffrent à travers le monde à cause très exactement de vos voix, de vos ballons et de ce qu'ils impliquent envers ces gamins, ces hommes et ces femmes qui, ne pouvant concevoir vivre dans cette société que vous leur fabriquez, préfèrent la quitter un peu plus rapidement plutôt que de l'affronter. Chacun de vos slogans soi-disant pacifiste, chacun de vos tracts empli d'amour, sont autant de mollards contre les gens comme moi qui ne vous ont rien demandé hormis _pardon_ le fait d'accéder tout simplement aux mêmes droits que vous. Vos mots sont autant d'armes que vous tendez à vos enfants qui, si l'envie leur en prend, les utiliseront contre les "autres" et parfois même contre eux-mêmes sans savoir ce qu'ils font.  Alors oui, je prends en photographie votre petit Ghislain parce qu'il est votre symbole autant que le mien, j'ai le même droit que vous de l'utiliser. En lui faisant porter ce ballon, vous m'y avez de facto autorisé. Je lui floute le visage, non pas par peur de ce droit à l'image (encore une histoire de droit), mais parce que je lui espère un libre arbitre qui lui permettra de s'émanciper de vous et de vos valeurs que les miennes jugent mortifères.  Je veux montrer la photo de votre petit Ghislain à cette petite et jolie Juju qui m'est chère et qui a sensiblement le même âge que votre enfant pour lui dire : "tu vois ma chérie, ce petit Ghislain beau comme un cœur, blond comme un Petit Prince, il est comme toi, il va bâtir un monde, celui de tes enfants et des enfants de tes enfants. Il n'a pas vraiment choisi de tenir ce ballon, il n'a pas vraiment choisi d'être une banderole politique qui tue des gens, partout dans le monde et en France. Je vous souhaite tellement que toi et Ghislain bâtissiez le monde dont je rêve, parce que tu sais, moi, franchement, à cause de tous ces ballons qui font moches dans le ciel, qui s'envolent, se répandent et tout envahissent depuis quelque temps, j'ai bien envie de baisser les bras et de me reposer _ oh, un tout petit peu_ à l'abri d'un arbre, la joue posée contre le sol humifère et tendre de mes rêves, cette joue que jamais plus je ne tendrai vers qui que ce soit...

Le 26 août 2015 à 08:21

Le Professeur Pascal répond à vos questions

Doit-on réintroduire les robes à cerceaux?

OUI. Il est urgent de réintroduire les robes à cerceaux. Elles ont disparu de la surface de la Terre depuis la fin du dix-neuvième siècle, sauf dans les films historiques et quand Christine Boutin se prend à rêver qu'elle ressemble à Scarlett O'Hara. Et puis, autant le dire tout de suite : les femmes d'aujourd'hui ne savent plus s'habiller ; les femmes modestes, s'entend, celles qui ne portent pas de Rolex au poignet, parce qu'elles n'ont plus de mains à force de faire le ménage chez des gens respectables qui, eux, utilisent les leurs pour spolier les autres et se taper des vacances aux Seychelles. Eh bien, en réintroduisant les robes à cerceaux, nous redonnerons une certaine dignité à ces femmes habillées chez Tati. Ainsi, les femmes de ménage, les caissières, les gardiennes d'immeuble, les nounous sénégalaises, les dames qui font traverser les mômes devant l'école, les assistantes d'éducation un peu nouilles, les dames pipi des grands palaces et bien d'autres que le sort n'a guère gâtées, toutes, nous leur ferons porter des robes à cerceaux pour que les gens se rendent bien compte que ce n'est pas drôle tous les jours de faire un sale boulot. En plus, imaginez le spectacle... Les caisses de Carrefour ressembleront à une scène d'Autant on emporte le vent ; la dame qui fera traverser les gosses devant l'école sera enfin bien visible, impossible de rouler dessus ; la femme de ménage portugaise, malgré sa moustache, retrouvera un brin de féminité. Comme dans le monde il y a beaucoup plus de femmes modestes que de femmes dotées d'une Rolex, on verra fleurir partout ces robes à cerceaux qui appartenaient aux espèces disparues et le monde sera plus beau de l'autre côté du périphérique. La semaine prochaine, si vous le voulez bien, nous aborderons un autre sujet : Pourquoi les poissons ne portent pas de maillots de bain ?

Le 26 février 2012 à 08:08
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication