le renversiste
Publié le 11/12/2015

Leçon de buvette du docteur Tulp


Il peignait l'intérieur de ses tubes de peinture
Il peignait de sa toile le manche des pinceaux
Il peignait sans peinture le derrière du portrait
Pour montrer les couleurs et du noir et du blanc
 
Il cherchait dans ses rêves les détails du réel
Il cherchait dans le monde l'irréel de l'envers
Il cherchait dans son cœur les impuretés du ciel
Pour saisir la raison de ses toiles à l'envers

Effacer sans effroi tout le fond de ses formes
Déchirer les pinceaux arracher la peinture
Sous ses pas de géant tout petit minuscule

Puis peindre comme ses pieds tout l'empire du pire
Pour salir les travers de l'affaire de l'homme
A l'envers et contre tous il se jouait de l'Art.

 

Ren Versiste
 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 29 septembre 2012 à 07:55
Le 30 septembre 2011 à 08:22
Le 7 décembre 2010 à 11:13
Le 22 février 2012 à 08:48

« Ça fait quoi si on mange des bonbons à la menthe ? »

Ventscontraires.net répond vraiment à toutes vos questions

Il y a quelques jours, nous vous parlions de quelques unes des requêtes google qui avaient conduit des internautes jusqu'à ventscontraires.net. Dans notre volonté constante de vous satisfaire, nous nous attelons aujourd'hui à répondre à une autre de vos questions fondamentales : « Ça fait quoi si on mange des bonbons à la menthe ? »   Généralement, rien. Mais dans certains cas très rares, on observe des effets secondaires extrêmement graves. En 1965, une femme de 41 ans qui n’avait pas répondu à une chaîne de mails lui annonçant pourtant que cela aurait de graves conséquences, s’est étouffée dans la rue avec un Frisk à la menthe de 2 mm de circonférence, ce qui est quand même louche. Elle se promenait un couteau à la main lorsqu’elle s’est effondrée, inconsciente (c’était le couteau en céramique de son voisin, qui le lui avait prêté la veille pour découper une volaille, et qu’elle allait justement lui rendre), et elle a alors empalé dans sa chute un chats siamois (on dit un « chats » siamois parce qu’on considère bien que les humains siamois sont deux, alors pourquoi pas les chats). Le sang du chats s’est alors répandu sur la chaussée, faisant glisser et déraper un camion citerne qui passait par là, et qui a alors foncé droit sur un crématorium. Il se trouve qu’à ce moment-là, un mort était en train de brûler (c’est d’ailleurs pour cela qu’on peut appeler les morts « Feu Machin », ou « Feue Truque »), et que l’accident a provoqué une explosion très intense, faisant brûler tout le quartier puis une grande partie de la ville, un incendie qu’on appela le Grand Incendie de Londres de 1666. Il faut donc faire très attention quand on ne répond pas aux chaînes de mail et qu’on mange des Frisks.

Le 27 septembre 2011 à 11:18

Jean-Paul Clébert, clochard céleste

Portrait 25

Jean-Paul Clébert a été surnommé un temps, le clochard qui a failli avoir le prix Goncourt. Jean-Paul Clébert est né le 23 février 1926 et il est mort la semaine dernière, le 21 septembre 2011. Dans son nom, Jean-Paul Clébert est à une voyelle de clébard. Après avoir été cheminot, trimard, résistant puis avoir parcouru l’Asie, il tape la cloche dans le beau Paris Insolite des années cinquante. Ses compagnons de route ? Doisneau, Giraud, quelques surréalistes, quelques situationnistes. Il écrit au dos des paquets de gauloise après avoir découvert Bourlinguer de Cendrars. C’est lui qui l’introduira chez Denoël. Son seul maître, avec peut être Henry Miller à qui il fait visiter les bordels Parisiens. Clébert parlait des gitans, des arabes, des juifs, des caniveaux, des chiens, des petits matins rouges, des ficelles, des putes, des chineurs, de la faim et du vin. Il n’idéalisait rien et surtout pas la misère. Il montrait ce que personne n’en connaissait, sa beauté, sa fierté, son courage. Il était venu finir sa vie pas loin de chez moi, dans les collines du Luberon, loin du Paris frimeur qu’il ne reconnaissait plus, écrire des livres sur l’ail ou la Provence. Mais il sera resté jusqu’au bout du même bord ; «avec ces hommes qui crèvent de  faim, se foutent pas mal des beautés de la liberté et de la marche à pied, ont misé sur l’avenir et le boulot bien fait et dont on apprend du bout des yeux le décès dans la colonne des faits d'hiver, vieux et vieilles morts solitaires dans un taudis innommable, ou rongés tout vivants sur leur grabats par les rats». Les éditons Attila ont rééditées son Paris Insolite il y a deux ans.

Le 16 septembre 2014 à 08:30

Porter la moustache serait en fait un « appel au secours »

C’est la conclusion des recherches qu’a effectuées pendant plus de 30 ans le Docteur Hubert Klein et son équipe de chercheurs, à travers toute l’Europe et le continent américain. Si le port de la moustache peut sembler n’être qu’une originalité, ou un choix de pilosité faciale hasardeux, ce n’est pas l’avis du Dr Klein qui a consacré sa vie au sujet. Un pas de plus vers la compréhension humaine « Je ne comprenais pas comment, du jour au lendemain, un homme normalement constitué, sans antécédents psychiatriques, pouvait se laisser pousser la moustache. Cela m’obsédait. J’ai d’abord fait ma thèse sur le sujet, puis j’ai persévéré. Et aujourd’hui, je suis fier d’annoncer mes résultats à toute la communauté scientifique. C’est un pas de plus dans le dédale du cerveau humain » a déclaré le docteur Klein, souriant et confiant. Les conclusions de son équipe détaillent dans un document de plus de 1000 pages les connexions neuronales qui poussent un homme à arborer une moustache. Qu’elle soit fine, discrète ou bien touffue et originale n’a pas d’importance, car la raison est la même : porter la moustache est un appel au secours. L’homme, en situation de danger ou de détresse, se laisse pousser une moustache pour exprimer son mal-être. Juste un peu d’attention Il poursuit en affirmant que « sous couvert d’un prétendu « changement de look », l’homme demande juste un peu d’attention, il réclame la main tendue de son prochain pour qu’il lui vienne en aide. C’est peut-être sa vie professionnelle qui lui cause des soucis, ou sa femme qu’il ne supporte plus sans se l’avouer… Porter la moustache est un signe qui ne trompe pas. On supplie les autres d’y prêter attention pour qu’ils posent les bonnes questions et s’intéressent à nous » Les sujets sur lesquels ont travaillé l’équipe de chercheurs ont tous rasé leur moustache après plusieurs semaines d’entretien. « A partir du moment où ils ont dit ce qu’ils avaient sur le cœur, ils n’ont plus eu aucune raison de se faire remarquer » a précisé Annabella Dumottier, technicienne de surface au laboratoire de Genève. Aujourd’hui des centaines de millions d’hommes portent la moustache à travers le monde, mais ils sont encore trop peu à connaître la véritable raison de cet enlaidissement volontaire. Le Dr Klein a résolu cette énigme séculaire grâce à sa pugnacité et son sérieux. Il entend s’attaquer au mystérieux message que veulent transmettre ceux qui portent encore la coupe de cheveux dite du  « mulet ».

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication