Slobodan Diantalvic
Publié le 24/12/2015

Hier


Slobodan Diantalvic, c'est un doigt tendu là où çà fait mal, un poil qui gratte la où çà démange un regard pointu sur un ventre mou.

Il s'adonne à la philo-graffie; un mélange d’écriture sarcastique, d’observation du monde et de ses travers, le tout enrobé dans un graphisme dégoulinant comme du chocolat chaud sur une poire humide.

Picolo-graffeur, il pense et dessine comme il boit; souvent, beaucoup et cul-sec!

A votre santé,

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 9 juin 2014 à 08:26

Hi fi

- Ça fera 17 euros 42, monsieur. Vous avez la carte de fidélité ?- Pardon ?- La carte de fidélité, monsieur. Tous les 10.000 euros d'achats, vous gagnez un point et à 1400 points, vous pouvez participer au tirage au sort pour une lampe, ça vaut la peine.- Qu'est-ce que vous essayez d'insinuer ? Que je suis fidèle, c'est ça ?- Hé bien... C'est une très belle lampe, elle peut aussi faire porte-parapluie mais dans ce cas là la garantie est annulée.- Hé bien, voyez-vous... Oui, je suis fidèle, c'est vrai, je l'avoue. Ce n'est pas faute d'avoir essayé, pourtant. - Mais vous avez la carte, alors ?- C'est pas faute d'avoir essayé, pourtant, je vous assure, je ne suis pas un de ces marginaux qui croient qu'ils peuvent faire comme bon leur chante. Mais voilà. On ne choisit pas toujours. Les aléas de la vie. Enfin, vous savez ce que c'est, vous travaillez à la caisse d'un supermarché.- Voilà une remarque totalement caissiste, monsieur. Mais j'aimerais vous poser une question, entre nous, ça ne sortira pas de cet espace accueil, promis, je ne l'ébruiterai pas, même si ça ferait une super anecdote à raconter, le soir, au coin du feu, vous avez la carte de fidélité ?- Non parce que moi, en fait, j'ai toujours eu pas mal de mal avec mon agenda, vous voyez ? Je disais ah oui, lundi, c'est bon, j'ai rien, et en fait j'avais confondu avec le lundi suivant ? Alors forcément, ça aurait pas mal compliqué les choses si en plus de mon emploi et de mes fonctions de trésorier du club de crapette, j'avais eu à gérer une infidélité.- Pour 131.000 points, vous recevez justement un agenda 2013.- Et puis je n'ai pas la mémoire des prénoms, non plus. On n'y pense pas, à ça.- Il faudrait quand même vous décider, parce que des clients attendent.Au loin, des clients : - C'est vrai ! Nous attendons !- Et puis, je ne sais pas, j'ai déjà toujours du mal à engager la conversation avec les inconnus...- Ah bon ?- Alors leur dire bonjour, seriez-vous intéressé par une aventure de type extra-conjugal, ne vous inquiétez pas, je ne possède pas de carte de fidélité...- Ah, nous y voilà !- Je ne vous ai pas interrompu, ne m'interrompez pas. Pas de carte de fidélité alors ça ne devrait pas poser de problème... Je ne sais pas, je n'ai jamais trop bien su comment l'amener sur le tapis. Très doux, très soyeux, parfait pour... enfin ce à quoi vous faites allusion depuis tout à l'heure.- Justement, pour 495.000 points, ce tapis.- Ah, oui, très bien, je vous en prends une alors.

Le 5 mars 2012 à 10:53

Expirée, l'inspiration ?...

J’ai pourtant tout essayé : comme Dali, j’ai expliqué à une jeune fille de mon entourage qu’elle était, qu’elle le veuille ou non, désormais ma muse ; comme Philip Roth, j’ai tenté d’écrire debout, puis, puisque cela ne fonctionnait que moyennement, j’ai ensuite, comme John Fante cette fois, tenté d’écrire assis dans ma cabine de douche. Mais rien n’y fait : l’inspiration, cette fille de l’air un peu fourbe, continue de me fuir en ricanant, et ma page demeure désespérément blanche (et maculée de gel douche de pH neutre…).Peut-être me faut-il vivre une vie un brin plus trépidante, pour enfin coucher sur le papier quelques mots, qui, placés judicieusement, relateraient des événements un tantinet plus dignes d’intérêt que le compte-rendu du dernier changement de pile de la télécommande de mon téléviseur « HD Ready » de bourgeois… Aussi, lorsque la Police sonna à ma porte l’autre jour, je fus littéralement foudroyé de bonheur, m’écriant intérieurement « Youhou ! », et me réjouissant à l’avance en imaginant les centaines de paragraphes qu’allait me rapporter cet intermède judiciaire forcément empli de quiproquos, de terribles gun-fights au milieu de flics ripoux, et de jugements à l’emporte-pièce pris par des magistrats forcément corrompus… Mais quelle ne fut pas ma déception quand le représentant des forces de l’ordre qui venait de prendre la peine de poser délicatement son gros index boudiné sur la sonnette de mon loft provincial, m’expliqua qu’ils n’était là que pour m’enjoindre à déplacer mon véhicule de marque japonaise aux formes bizarroïdes de devant la porte du garage de mes charmants voisins (oui, bon, j’avais bêtement oublié ledit véhicule à cet endroit- là après avoir déchargé mes courses…).Non sans les avoir suppliés de rester et de me trouver une culpabilité quelconque dans la terrible affaire criminelle de leur choix, je dus me résoudre à regarder, la larme à l’œil, les valeureux garants de l’ordre regagner leur véhicule dans le soleil couchant ; et malgré une tentative désespérée : « Mais attendez ! J’ai l’air sympa comme ça, mais si ça se trouve, je mange des enfants ! », ils s’en retournèrent, indifférents, secourir la veuve et l’orphelin. Tel un adepte de cette secte mexicaine quelque peu étrange qu’est le « cinéma-guerilla » - qui fait du cinéma, comme ça, pour faire du cinéma – peut-être devrais-je tout bêtement me résoudre, moi aussi, à écrire, comme ça, pour écrire, parce que je l’veux, parce qu’il le faut.A tout bientôt, donc…

Le 7 septembre 2010 à 17:26
Le 13 juin 2011 à 18:00

Correspondance d'un sédentaire avec des morts

"Entretien" avec Baudelaire sur le sommet de l'environnement

CB. – La Nature est un temple où de vivants piliers. Laissent parfois sortir de confuses paroles FC. – Alors oui Charles, puisque vous me parlez d'écologie, que pense le poète du sommet pour l'environnement? CB. – L'homme y passe à travers des forêts de symboles. Qui l'observent avec des regards familiers. FC. – Oui vous pensez aux lobbies? Que le discours devrait prendre forme en actions c'est bien cela ? CB. – Comme de longs échos qui de loin se confondent. Dans une ténébreuse et profonde unité. FC. – Oui un écho aux différents problèmes que rencontre l'Homme moderne pour sa survie... Quelle place dans l'éducation de nos enfants pour que cela fonctionne? CB. – Vaste comme la nuit et comme la clarté. FC. – Oui ! CB. – Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants. FC. – Euh... Je crois que vous être en train de glisser vers autre chose là, si je... CB. – Doux comme les hautbois, verts comme les prairies.  FC. – Mais il suffit non! Vous… CB. – Et d'autres, corrompus, riches et triomphants. Ayant l'expansion des choses infinies. FC. – Ah… On vous récupère! Dieu merci! Que pensez-vous que l'Homme devienne d'ici 20 ou 30 ans même? CB. – Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens. Qui chantent les transports de l'esprit et des sens. FC. – Merci M. Baudelaire pour vos vues très précises sur la vie, le temps, la terre et pour ce formidable optimisme que vous partagez à merveille...

Le 24 novembre 2013 à 08:49

Le Père Fouettard

Les cracks méconnus du rire de résistance

À l'intention expresse des lustucrus de plus en plus hargneux pour qui, avec son visage d'ébène et sa perruque afro « y a bon Banania », le Père Fouettard est une ordure. Qu'il apparaisse comme « la représentation d'un symbole raciste, hostile à la communauté africaine ». Ou comme « la vision stéréotypée du peuple africain et de tous les originaires d'Afrique considérés comme des citoyens de seconde zone ». Ou comme « la caricature des victimes de la traite négrière ». Ou comme celle de leurs bourreaux. À l'intention expresse donc des dragons de vertu, telle Verise Sheperd, présidente d'une commission du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme voulant envoyer clochemerlesquement le Père Fouettard (Zwarte Piet aux Pays-Bas) à la débourre, j'entends ressusciter ici-même un tout autre Père Fouettard, celui qui fut l'emblème cravacheur des insurgés de la Commune de Paris. À l'instar effectivement du Père Duchesne durant la Révolution française ou du Père Peinard durant l'âge d'or de l'anarchisme français, le très rigouillard Père Fouettard fut le baveux de chevet, avec L'Ami du peuple d'Auguste Vermorel, des barricadiers de 1871. En voici un petit aperçu caracolant. « Toc toc ! - Eh bien ! Qu'est-ce que c'est ? - C'est le Père Fouettard ! - Et qu'est-ce qu'il veut, le Père Fouettard ? - Il veut fouetter. - Diable ! Et qui fouetter ? - Eh ! Je crois bien qu'il fouettera les Versaillais, et jusqu'au sang. Diable de diable ! - Il n'est donc pas contre la Commune ? - Tant que la Commune ira bien, le Père Fouettard s'en ira. Fouettant ci, fouettant là. Et jamais la Commune ne fouettera. Mais, clic ! clac ! clic ! ce qu'il fouettera, c'est Dodolphe, le petit vieux-vieux, et la Chambre, la petite vieille-vieille ; car la Chambre de Versailles est une antichambre de la royauté, et la Chambre et le petit Dodolphe agissent mal. Très mal ! Sanglantement mal ! Ce que le Père Fouettard fouettera, diable de diable ! C'est l'armée de Versailles, aussi galonnée qu'un saucisson de Lyon ; ce sont tous les officiers à barbes grises, à cheveux gris, à cerveaux gris. Les mômes ! Ils ont blanchi sous le harnais de l'abrutissement et de l'esclavage, et lâches en face des Prussiens, ils ont le toupet de se montrer féroces devant le peuple. Ah ! Gars de Versailles, vous faites là une satanée cuisine qui soulève le cœur de dégoût. Mais prenez garde ! Puisque vous aimez tant les fadeurs, le Père Fouettard va vous servir une crème fouettée qui vous fera peut-être faire la grimace. Et pan ! pan ! pan ! Il vous la fera avaler à coups de verges. Oui, le Père Fouettard apportera son paquet de verges dans la politique : il n'a fouetté jusqu'ici que les mômes, il est temps qu'il fouette les grands moutards ! Le Père Fouettard fouettera tout ce qui mérite d'être fouetté et rien n'arrêtera ses lanières, rien, entendez-vous ? Diable de diable, rien ! Clic ! clac ! clic ! »

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication