Ray Banana
Publié le 20/12/2015

Préparez le Porto-Flip


Extrait de Bingo Bongo, édité par Camera Obscura, Champaka Brussels

... Tout comme Lon Chaney, mais plus que le Docteur Lao (qui n'en a que sept) et que la peur (qui n'en a que trois) Ray Banana a mille visages! ...

... Avant d'opter pour le bien, Ray Banana avait une prédilection pour les éclairages par en dessous, qui font toujours leur effet...

... Cet homme pense... même s'il a du mal à courir en même temps! Et en plus il parle latin...

... Ray Banana a compris que si, comme dit Héraclite, on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve, il est très fréquent qu'on se baigne plusieurs fois dans la même piscine. 

(La presse)


Dernière parution: La Philosophie Dans la Piscine (La Boite à Bulles éditeur)

Dernier domicile connu: www.raybanana.org

 

Plus de...

Blogueurs BD

Philo

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 18 mars 2012 à 09:08

Une chronique à consommer avec modération

Un réveil avec la gueule de bois, c'est piteux. C'est un avant goût d'Alzheimer avec un arrière-goût d'éthanol et de tabac froid. Le séducteur refoulé s'est pour un temps réveillé, mais, au matin, le réveil dans son lit d'un vide sidéral en témoigne, le séducteur a été refoulé. La beuverie transformant les plus beaux traits d'esprit en rature, l'ivresse a mis dans sa bouche une prose étrange : « Ô callipyge beauté, sur ta croupe marmoréenne, j'inscrirai mon nom en lettres de feu ! » Le ridicule ne tue pas, l'alcool, si. La douleur, c'est dans la tête. On se relève de tout, paracétamol aidant, mais la vie paraît bien vaine cependant. D'autant plus vaine que la métaphysique du jour se limitera au « Pourquoi ? » d'un œil au beurre noir. Si l'amnésie est trop inquiétante, le nauséeux pourra jeter un coup d'œil tuméfié aux tickets froissés dans l'étui de sa carte bancaire pour tenter de reconstituer vaguement la trame des évènements. « Tiens, un verre de liqueur de menthe... J'ai donc eu un bref moment de lucidité concernant mon haleine. Cela dit, je ne m'en souviens pas. » Le xylocéphale est désormais convaincu que cette vie de débauche ne peut plus durer. Toutefois, il n'a pas le courage d'y attenter tout de suite. Le café a tiédi dans la tasse, une dure journée s'annonce. Afin de s'économiser, il va aller travailler dans les vêtements avec lesquels il a dormi, pour fatalement constater quelques heures plus tard en se grattant le nez que sa manche de droite sent la bière.

Le 7 avril 2012 à 08:13

La vie sous les tropiques

Carte postale du Mexique

Quand on voyage, on apprécie l’exotisme, et puis, après quelques mois passés sous les tropiques, il y a des choses qui nous agacent ; la nonchalance des commerçants qui préfèrent dire qu’ils sont en rupture de stock plutôt que d’aller vérifier dans l’entrepôt, la corruption endémique à laquelle participent les policiers en faction qui rackettent les automobilistes, l’anarchie qui règne sur les routes où personne ne respecte la moindre règle, tous ces petits détails qui pourrissent la vie. Et puis, après quelques mois, ou même quelques années sur place, on sait d’où viennent tous ces problèmes. Les employés sont systématiquement licenciés tous les six mois, comme ça leurs patrons ne leur versent aucune indemnité. Les policiers ne sont pas payés, et doivent s’acheter leurs uniformes. Quant au permis de conduire, ce n’est qu’une formalité administrative qui coûte environ vingt euros, moins si on a envie de marchander. Alors, quand je suis énervé, je repense à ce pays dont je viens et dans lequel il faut passer par les grandes écoles pour faire carrière, où il est impossible de louer un appartement si l’on ne gagne pas trois fois de quoi payer le loyer, et où les politiciens peuvent se faire prendre  la main dans le pot de confiture et continuer à s’indigner qu’on ne respecte pas leur présomption d’innocence. Et je me dis que je ne suis pas si mal que ça sous les tropiques.

Le 1 août 2011 à 08:34

Rencontre inattendue

La joyeuse bande marche dans la forêt. Elles avancent tranquillement en file indienne et c’est à peine si l’on entend leurs pas. Au petit matin pâle, la terre de bruyère est encore humide et de grandes tiges laissent parfois tomber des gouttes d’eau. Celle qui clôt la marche fait un écart pour éviter de justesse les gouttes en poussant un petit cri. Devant, la première siffle un petit air entraînant. Les autres la suivent, concentrées sur leurs pas car le chemin n’est pas tracé. Il faut parfois contourner des obstacles naturels, un rocher, une branche tombée. Les rais de lumière encore rasants réchauffent déjà leurs corps. Toutes gravissent avec délectation le sentier qu’elles tracent, car elles savent le trésor qui s’annonce. La pierre blanche, elles en rêvent depuis longtemps et même le vacarme des géants aux alentours ne saurait les effrayer. Les oiseaux volent si haut qu’ils ne peuvent pas les voir. L’éclaireuse, en bon guide, sait repérer les traces de passage et trouve moyen de les contourner. Elles savent qu’à l’approche de la pierre blanche, leur cœur va se mettre à palpiter. On en a même déjà vues perdant l’équilibre et tournant en rond tant l’excitation est à son comble. Un pied après l’autre, la vie parait si simple. Elles ne savent pas que Pierre est entré dans la forêt depuis déjà un quart d’heure et qu’il se dirige à petites foulées dans leur direction. Il inspire, expire et regarde droit devant lui. Soudain, la joyeuse bande est surprise par une obscurité brusque, une éclipse totale et plus rien. Elles n’ont pas vu venir du ciel la chaussure de Pierre qui les a écrasées. Pauvres petites fourmis !

Le 3 septembre 2015 à 11:35

Ça va pas être long

Les informations qui suivent sont issues d’un rêve que j’ai fait. J’ai décidé de les rendre publiques après avoir rêvé que le rêve précédent était prémonitoire. «Innover sans cesse», telle pourrait être la devise de ces chercheurs californiens qui viennent de mettre au point la première machine à arrêter le progrès. Un nouveau mode d’exploration spatiale fait son apparition, alliant économie et distinction : la fusée à porteurs, basée sur le principe de la chaise du même nom. La question de la répression de la délinquance chez les jeunes est enfin  tranchée. Toutes les femmes accoucheront en prison, leurs enfants pourront éventuellement être libérés plus tard pour bonne conduite. Le remplacement du téléphone par la télépathie a deux conséquences : la disparition la fameuse phrase « Ne quitte pas, je te le passe» et l’interdiction faite aux automobilistes, pour des raisons de sécurité, de conduire avec leur cerveau, lequel doit être rangé dans la boîte à gants. L’augmentation de l’espérance de vie crée des embouteillages dans les grandes villes. Heureusement, les progrès de la génétique permettent désormais de réguler la pousse des ongles et de la barbe. On passe plus de temps en voiture, mais on en perd moins à se couper les ongles et à se raser. L’euthanasie est autorisée non seulement pour soulager la souffrance des personnes atteintes de maladies dégénératives incurables, mais aussi pour libérer des appartements. Après la découverte du gène de la mauvaise foi, les personnes vivant en couple se le font neutraliser et se séparent peu de temps après tellement ils s’ennuient. Les divorces sont sources de disputes, chacun insistant pour prendre les torts à sa charge.

Le 17 juin 2015 à 07:58

Le Professeur Pascal répond à vos questions

Peut-on voyager avec un lama ?

OUI. On peut voyager avec un lama, même s'il est fâché. Le lama va partout et s'accommode de tout, sauf peut-être des manteaux du même lainage qui, s'ils sont un indice certain d'aisance sociale, n'en restent pas moins mutiques devant un lama particulièrement bavard. Le manteau en poils de lama, c'est entendu, ne parle pas ; le manteau en poils de chameau, lui, a mauvais caractère. Il n'est donc pas conseillé de le mettre en présence d'un manteau en poils de lama, sinon il le transforme en charpie avant de le jeter en pâture à sa progéniture bossue. Pour en revenir à la question qui nous zooccupe, n'importe qui peut voyager avec un lama à condition de se montrer conciliant avec celui-ci : s'il préfère occuper dans un avion la place près du hublot, contentez-vous d'accéder à sa demande. De même, s'il refuse de baisser la tête au cinéma, demandez simplement au voisin de derrière de changer de place (en espérant, bien sûr, qu'il n'y ait pas d'autres lamas dans la salle, car ce sont des animaux cinéphiles). Enfin, pour les longues traversées en bateau, laissez-le aller à sa guise sur le pont : le lama a le pied marin, il vomit rarement, sauf sur ceux qui lui marchent sur les pieds. Eh oui, il faut le reconnaître : le lama a sa fierté ! Depuis des siècles, avec son cou allongé et sans minerve, il essaye de se hausser à la hauteur de la girafe. Il voit bien pourtant que ça ne marche pas, mais il insiste, il insiste... Il est comme ça, le lama. Un peu borné. Un peu lama. Un brin bouddhiste. Et moi, je l'aime bien quand revient l'hiver : il me tricote des pulls en poils de chèvre en me racontant ses voyages au Pérou.

Le 19 novembre 2011 à 09:00
Le 19 mai 2012 à 08:51

Elysée-moi

Virgule présidentielle, par arpenteur, déménageur depuis 1971

Ca y est, le petit Nicolas a déménagé et tout le monde en parle. Faut dire qu’il ne quitte pas n’importe quelle adresse : L’Elysée, mot qui n’a bien sûr rien à voir avec « hélice, nom féminin : mécanisme servant à brasser de l’air ». Elysée, c’est l’abréviation grecque de « le lieu des Enfers où les héros et les gens vertueux goûtent au repos après leur mort ». Et les Enfers c’est l’endroit où les esprits sont retenus « comme des ombres sans force ni sentiment, pure présence d'un passé à jamais aboli et qui reprennent amèrement vie quand on les évoque ». Voilà sans doute pourquoi jamais personne n’arrive à faire quoi que ce soit quand il y habite. Pour déménager dans un lieu si spécial, certains éléments sont indispensables. Tout d’abord, il faut des escaliers. Personne n’a jamais connu un déménagement avec ascenseur. Et sans « nom de dieu de bordel de merde » en essayant de faire passer le canapé dans les escaliers, ou « aïe mes doigts, tu fais chier putain, va doucement ! ». L’ancien locataire, lui, attend en haut des marches. Et s’il descend, ce n’est pas forcément pour aider à porter quelque chose. Il fait ensuite visiter les lieux, et explique comment marchent les appareils ménagers. Souvent, il laisse des trucs. François a eu de la chance, car Nicolas lui a laissé une valise que c’est trop de la bombe, et un vieux collier doré, qu’il avait trouvé dans le grenier, mais dont il ne sait plus que faire. Enfin, le nouveau raccompagne le sortant à sa voiture, une noire comme un corbillard, puis ils se disent au revoir comme s’ils étaient copains, mais en fait le seul truc qu’ils ont en commun c’est d’avoir voulu habiter là. Et ce coup-ci c’est François qui a présenté le meilleur dossier à l’agence immobilière. Quand l’ancien locataire est parti, le nouveau se promène dans la cour en faisant le malin devant des militaires avec des costumes que plus personne ne porte depuis des siècles, pour qu’ils sachent que maintenant, c’est lui le chef, même si ses fringues sont moins marrantes. Puis évidemment c’est la crémaillère avec des potes pour montrer le nouvel appart. Le nouveau se la pète un peu, même s’il joue le modeste. Après l’apéro, il va faire un tour dans la rue, avec des motos, pour montrer à tout le monde sa nouvelle bagnole décapotable, et tant pis s’il pleut (d’ailleurs un type normal aurait fermé le toit…). Les jours suivants, il invite plein de monde, pour frimer encore un peu, et se moquer de leur appart pourri, puis très vite, il va commencer à brasser de l’air… Oui, finalement Elysée ça vient probablement d’« hélice »

Le 21 octobre 2010 à 08:00

À vendre : 1 gramme d'espoir

Carte postale du Chili

Madame, Monsieur, Après quelques semaines d’absence, la Régie revient sur les ondes contraires avec dans sa valise une exclusivité qui vous laissera sans voix. En ces temps de doute, de peur et d’introversion, la Régie vous propose d’acquérir, et ce pour quelques euros, l’objet qui, en toutes circonstances, vous redonnera goût à la vie.Quel est ce miracle de poche ?  Un flacon, madame, monsieur. Et que contient ce flacon ? L’espoir !!! Précisément, 1 gramme d’espoir ! Durant son absence, la Régie n’a pas perdu son temps. Profitant d’une convalescence bien méritée au Chili, elle s’est rendue pour vous sur le toit du monde médiatique, à 700 mètres au-dessus des 33 mineurs piégés sous la terre de San José. Quelle expérience formidable que de sentir la ferveur de ces familles dans l’attente du retour de leur pères, frères ou fils. Quel suspens ! Quelle intrigue ! Seront-ils présents pour Noël ? Comment font-ils pour assouvir leurs besoins naturels ? Ont-ils Internet ?  Bref, c’est là, assis à l’ombre d’une TVmobile, éclusant un café d’une rare qualité en compagnie de mon nouvel ami Spielberg (qui ne faisait que passer), que l’idée m’est venue de rapporter à mes tristes compatriotes un peu de l’espoir ambiant.Ce flacon, qui se glissera avec aisance dans votre sac madame, dans votre sacoche monsieur, dans votre poche ou dans la boîte à gants de votre voiture, contient 1 gramme de l’essence de cet événement tragique et magnifique à la fois. 1 gramme mâché, gorgé, estomaqué, intestiné, colorecté… Vous suivez ? Après des jours de négociation, et quelques billets glissés dans des poches adéquates, il m’a été donné l’autorisation de prélever une centaine de kilos d’excréments de nos 33 mineurs. Excréments que j’ai soigneusement fait trier, découper, peser et tailler par un diamantaire local rencontré lors d’une de ces soirées privées qui se tenait tard le soir à l’abri des regards du monde. Cher compatriote dépressif, que vous soyez le travailleur entassé dans le trop plein d’un métro en grève ou que vous soyez le gréviste dans l’attente vaine d’une réaction d’un gouvernement autiste, n’attendez pas le burn out ! Ouvrez votre flacon d’espoir, plongez-y le nez, et inspirez un bon coup… Voilà, ça va déjà mieux ! N’hésitez plus, commandez sans plus attendre votre gramme d’espoir en flacon. Attention, il n’y en aura pas pour tout le monde ! Profondément, La régie 

Le 22 septembre 2015 à 08:44

Trop réaliste, la réalité virtuelle bientôt aussi ennuyeuse que la vraie vie

Présentés il y a une semaine lors du dernier E3 à Los Angeles, les nouveaux casques de réalité virtuelle pourraient, selon de nombreux spécialistes, atteindre très prochainement un niveau de détails permettant de retrouver le coté ennuyeux et pénible de la réalité. Au point que plusieurs joueurs pourraient se laisser tenter par un retour dans le monde réel. La vie c’est de la merde Brendan Iribe est le créateur du dernier casque de réalité virtuelle, l’Oculus Rift, petit bijoux de technologie. Le développeur affirme que son projet, toujours en cours de développement, atteint aujourd’hui un niveau de réalisme jamais égalé auparavant. « Nous souhaitons faire vivre au joueur une expérience bien connue : celle de la vie de tous les jours, ennuyeuse, barbante et répétitive  » explique-t-il Pour marquer le coup à l’E3, Brendan Iribe avait mobilisé plusieurs studios pour travailler sur des applications développées spécialement pour l’occasion. Simulation de file d’attente, regarder la pluie tomber par la fenêtre, remplir un formulaire administratif, dispute avec le conjoint, les joueurs ont pu avoir le choix entre plusieurs scénarios pour selon lui « une plongée déconcertante dans toutes ces petites choses du quotidien qui finissent par nous pourrir la vie  ». Christopher Trisby fait parti des rares privilégiés à avoir pu tester le fameux casque. Après avoir lancé plusieurs applications et passé des heures à peler de fausses pommes de terre et à chercher virtuellement ses clés, il avoue être totalement conquis. «  Techniquement c’est irréprochable. On retrouve vraiment l’agacement, le coté barbant, répétitif de la réalité » explique-t-il. Fortement déconcerté en retirant le casque, l’homme a préféré quitter le salon en courant  pour tenter de réaliser son rêve de devenir joueur de hockey professionnel.

Le 2 octobre 2013 à 07:56

Si Éric Chevillard n'existait pas

Ce matin, au réveil, j’ai imaginé que Éric Chevillard n’existait pas.   Ce serait donc une vieille connaissance, à son image, qui le représenterait lors de ses timides sorties dans les centres mercantiles et littéraires de la capitale. Si je pousse plus loin mon raisonnement, les livres de E.C. ne seraient que des reproductions d’ouvrages naturalistes et ésotériques médiévaux.    Allons plus profondément encore ! E.C. ne serait pas le pater familias de deux petites filles, mais de deux tortues luth qu’un nom d’emprunt promènerait, de jour comme de nuit, dans les rues dijonnaises. Là, je crois que la mayonnaise commence à prendre, et que la poche du kangourou s’ouvre pour y cacher un troupeau de matriochkas. Ce ne serait donc pas Éric Chevillard qui alignerait des aphorismes sur un blog, mais un fabricant auvergnat d’objets vaudou et autres grigris en forme de baleine pour parapluie. Il n’y aurait aucun lien de parenté entre Éric Chevillard et Pierre Jourde, puisque P.J. serait un maçon respecté qui construirait des yourtes au cœur des vallées jurassiennes. Quant aux critiques littéraires publiées dans le Monde, elles seraient rédigées par de petits êtres gris venus d’ailleurs, mais cela personne n’osera vous le confirmer, car la vérité serait trop dure à étendre sur la presse d’un éditorial de renom. Éric Chevillard serait donc un nom cousu, de toutes pièces, de fil d’araignée et d’or du Commandant Cousteau, par les mains habiles des sœurs de la Nativité qui vivraient recluses dans un couvent malien, à l’abri du mistral et des premières pluies de la célébrité.     Enfin soulagé, E.C. peut désormais déjeuner en paix, sous sa tonnelle, en levant un calice rempli de coulis de fraises — dans lequel flotte aussi une oreille rouge ? — sang des esprits sacrifiés, sous le signe du taureau, au nom du dieu Mars, à la fin septembre. Pendant que je vous écris ces quelques mots, le personnage fictif Éric Chevillard se les gèle en composant un recueil de mémoire sur la vie des dauphins en Antarctique. Dès lors, quand vous croiserez Éric Chevillard, vous pourrez le toucher, et, par miracle, il exaucera tous vos vœux en vous balançant un pain de sucre en pleine poire.

Le 6 mars 2013 à 08:18

Le problème avec ces matières fécales

Le problème avec ces matières fécales dont on nous rebat gentiment les oreilles depuis qu’un magasin de meuble en kit suédois se les est vu ajouter à la liste des parfums disponibles pour agrémenter ses tartelettes cacaotées, c’est que l’élan euphémisateur à l’origine de cette expression française aux dehors nettement plus haut de gamme que la réalité des éléments de défécation qu’elle désigne semble nous avoir soudainement plongé au coeur d’un monde cotonneux dans lequel nous améliorons désormais  chaque matin la qualité de notre matière bucco-dentaire avant d’avaler en vitesse une matière caféïnée ramassée à des milliers de kilomètres par des matières infantiles en échange d’une dose de matière monétaire suffisamment élevée pour permettre à ladite matière infantile d’être à nouveau apte à récolter la matière convoitée le lendemain et suffisamment faible pour lui assurer un niveau de vie proche de celui d’une matière animale du type rongeur, matière caféïnée donc, vite avalée avant d’enfiler distraitement les matières textiles qui nous protégeront de ces saloperies de matières liquides en provenance de substances nuageuses dont on notera la fâcheuse tendance à envahir régulièrement notre matière céleste mais que voulez-vous, y’a plus de matières saisonnières, et que lessivés par ces considérations de matière climato-philosophique nous nous effondrons le soir dans nos matières moelleuses pour découvrir avec bonheur la matière télévisée divertissante que nous ont concocté de jeunes matières diplomées d’écoles de commerce aux matières financières nettes mensuelles considérables et dont le travail consiste par exemple à  susciter l'intérêt autour du trajet vertical d’une matière humaine à la célébrité discutable arborant fièrement à l'extremité d'un plongeoir un maillot de matière spandex vers un gigantesque orifice rempli de matière aquatique et ce entre deux tranches de matière publicitaire, le tout contribuant allégrement à ramener la différence entre nos matières grises et fécales au plus proche de zéro, mais après tout, comme on dit, chacun sa merde. C’est ça le problème avec ces matières fécales.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication