Lionel Serre
Publié le 31/12/2015

Ivresse sans ordonnance...


et sans les effets secondaires !

Né en août 1979, à Montluçon, petite ville du centre de la France, j’ai rejoint Paris pour des études supérieures en communication visuelle. Après plus de dix années de direction artistique acharnée en agence de publicité, je me suis éloigné du millieu de la communication pour retrouver mes esprits, un bon usage de la parole et du dessin. J'exerce aujourd'hui mon activité d’illustrateur autodidacte et indépendant à Nogent-sur-Marne. 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 16 octobre 2015 à 08:59

Mon sport favori : la guérilla urbaine

À l’instar de certains compagnons de route et déroutes de ventscontraires, j’abhorre le sport [1]. Mis à part le catch d’antan lorsque c’était en vrai direct télé que l’Ange Blanc et le Bourreau de Béthune rentraient dans le lard des très méchants Bollet et Delaporte. Je ne vais pas pour autant vous causer catch. C’est à mon autre sport préféré que je vais tresser de gloupitantes couronnes : la guérilla urbaine. Rien à voir bien sûr avec les répugnants barouds de déshonneur économico-religieux, les guerres saintes du jour relevant de la plus dégueulbif barbarie (et auxquels il convient d’opposer les guerres à base de petits pâtés à la crème préconisées par Charles Fourier). Le sport de combat qui continue à m’enflammer, c’est la guérilla urbaine à la Marighella (mais pas à la Mao, à la Castro ou à la Giap qui visaient une dictature sur le prolétariat). On ne parle plus guère de nos jours du « bonito garoto » (beau galopin) Carlos Marighella dont le Manifeste du guérillero urbain, de la trempe des écrits stratégiques de Clausewitz et de Machiavel, sorti au Seuil en 1970 et aussitôt interdit, fut pour lors féeriquement réédité à la fois par 22 maisons d’édition française hostiles à la censure [2]. Voici sa très sportive histoire et voici pourquoi j’aime le zigomard. Né à Bahia et bientôt réputé fada à l’École polytechnique parce que, même aux examens, il rédige ses copies en vers libres, Carlos Marighella, que la presse libérale accusera plus tard de n’écluser que du punch glacé et d’être un véritable larron d’amour, « organise des grèves quand il n’est pas en prison », raconte Conrad Detrez. En 1964, alpagué par des cognes dans un cinéma au lendemain d’un coup d’État, il tente de mettre les voiles mais il reçoit trois balles en plein caisson. Ce qui accélère sa rupture avec les buveurs d’eau tiède du Parti communiste italien et avec tous les autres « caméléons du socialisme », selon l’expression du pamphlétaire anar Adolphe Retté. O Prêto (Le Nègre), comme on le sobriquette dans les sertaos, rejoint alors la guérilla clandestine qui, en l’espèce, élit comme terrains d’entraînement des crédits fonciers, des « prisons-pourrissoirs » (comme disait Mesrine), des haciendas de galetteux ou des chambres d’hôtel d’huiles yankees. C’est aussi en ces moments-là qu’il frigousse son Manifeste du guérillero urbain aimanté par le mot de désordre-clé de Durruti : « Camarades, précipitons les événements ! » Diablement éperonnés par le brûlot de Marighella se constituent des groupes d’actions plutôt maos-guevaristes auxquels se rallient de nombreux déserteurs surgissant parfois aux volants de fourgons militaires bourrés d’armes et de munitions ou aux commandes d’avions de chasse. En coordination aussi avec des pistoleros autonomes réprouvant, eux, toute forme d’autoritarisme marxiste-léniniste ou autre, Marighella et ses comparses de plus en plus nombreux déclenchent leurs principales attaques entre septembre 1968 et 1969. lIs envoient ad patres leur ennemi-juré, le capitaine Charles Chandler de la CIA, se rendent maîtres de stations-radios pour y carillonner des proclamations révolutionnaires, relaxent des compañeros bouclés dans la prison de Rio, kidnappent l’ambassadeur des States Elbrick qu’ils échangent contre quinze des leurs et contre une lecture radio-télévisée mettant en pétard le pays, et visitent une centaine de banques [3]. « Le produit de ces expropriations est destiné à l’apprentissage et au perfectionnement technique du guérillero, à l’achat, à la fabrication et au transport des armes et munitions destinées au secteur rural, à l’organisation du réseau de sécurité des révolutionnaires, à la subsistance quotidienne des combattants, en particulier des camarades évadés, blessés, pourchassés. » « Comment envisagez-vous de continuer la guérilla urbaine ? » demande Conrad Detrez au Prêto dans le n°3 du mensuel Front. « On peut faire un tas de choses : kidnapper, dynamiter, descendre les chefs de police, en particulier ceux qui font torturer ou assassiner nos camarades. Nous souhaitons que l’armée brésilienne acquière l’armement le plus moderne et le plus efficace car nous le lui déroberons. Et puis, on peut également saisir le bétail et les vivres des grandes haciendas pour les donner aux paysans. Par ailleurs, les ouvriers mariés, pères de famille, peuvent très bien saboter les machines, fabriquer en secret des armes, détruire le matériel. Vous avez certainement remarqué que nous annonçons souvent quelles seront nos prochaines actions. C’est à dessein. L’ennemi sait ce que nous ferons mais il ne sait ni où, ni quand, ni comment nous le ferons. Nous avons ainsi toujours l’avantage. Pour l’ennemi, c’est un des aspects les plus infernaux de la guerre révolutionnaire. » Le 4 novembre 1969, à Sao Paulo, « l’ennemi public n°1 de la dictature et de l’impérialisme » (titre qu’il s’est crânement conféré à lui-même), après avoir sifflé un dernier punch glacé, se fait mettre en perce par 80 sulfateuses de la DORS (police politique). On termine on ne peut plus sportivement avec deux extraits poivrés du Manifeste du « géant d’ébène ». D’abord, un petit hommage de Marighella aux étudiants rebelles : « Au cours de l’année 1968, les étudiants brésiliens ont réussi à réaliser d’excellentes opérations tactiques en lançant des milliers de manifestants dans les rues à sens unique et à l’encontre des voitures, en utilisant des lance-pierres et des billes de verre qu’ils répandaient entre les pattes des chevaux ce la police montée. » Et puis, un hymne à la guerre des nerfs, ou guerre psychologique, qui est « une technique de lutte basée sur l’utilisation directe ou indirecte des mass media ou du téléphone arabe. Son but est de démoraliser le gouvernement. On y arrive en divulguant des informations fausses, contradictoires, en semant le trouble, le doute et l’incertitude parmi les agents du régime, en livrant à la police de faux plans d’attaque, en répandant des rumeurs sans fondement. Le gouvernement doit dès lors exercer une surveillance sans relâche, ce qui mobilise beaucoup d’énergie. » Et vive le sport quand il file une ratatouille à l’ordre trônant !   [1] Lire à ce propos l’impitoyable ensemble L’Idéologie sportive (éd. L’Échappée), le meilleur ouvrage jamais fricassé sur « la marchandisation des hauts-faits musculaires de l’humanité ». [2] Le Manifeste du guérillero urbain a été réédité en 2009 par Libertalia. [3] « Aucune prison, qu’elle soit située dans une île du littoral, en ville ou à la campagne, ne peut être considérée comme inexpugnable face à l’astuce et à la puissance de feu des révolutionnaires. »

Le 23 septembre 2010 à 09:50

"Il faut juste être malade mental pour jouer la défaite de son camp"

Jean-François Copé, RTL, mercredi 22 septembre 2010

Déjà que les hôpitaux psychiatriques sont bondés, la situation empirerait si l’on suivait le diagnostic du président du groupe UMP à l’Assemblée nationale. Eriger la duplicité politique au rang de pathologie mentale, c’est la charité qui se moque de l’hôpital. Charitable, ce Copé qui pense à la présidentielle le matin en se rasant, à midi en se curant les dents et le soir en se les brossant ? Selon lui les traîtres seraient des irresponsables. Certes. Mais l’irresponsabilité dans l’action criminelle permet d’échapper au procès populaire. Une aubaine alors pour les Chiraquiens qui, après avoir plombé Chaban en 1974 ont joué Mitterrand contre Giscard en 1981, les Communistes faisant l’inverse, les Mitterrandiens plantant Rocard aux européennes en 1994 au bénéfice de Tapie, les plus nostalgiques récidivant en 2007 pour le « jaurésiste » Sarkozy contre  l’« évangéliste » Royal, quand des Rocardo-strausskahniens faisaient un détour par Bayrou pour contourner Ségolène. Sans parler de récurrences comme le vote révolutionnaire à droite de l’extrême-gauche et le vote nationaliste à gauche de l’extrême-droite. Aujourd’hui, à droite, qui fantasme sur une défaite de Sarkozy en 2012 ? Le sieur Copé n’est pas exempt de pulsions en ce sens, lui qui visant ouvertement 2017 préfèrerait sans doute que le sarkozysme soit discrédité pour mieux apparaître comme le recours au coup suivant.  Qui a crié : « Au fou  » ?

Le 12 septembre 2012 à 08:59

Oui, j'ai couché souvent par politesse, par lâcheté, par flemme

J'ai souvent couché par politesse parce qu’il m’avait offert une belle soirée, un beau cadeau, qu’il avait été gentil, galant, attentionné. Dans ce but. C'était purement un marché à honorer qu'il fallait que j’honore. J'ai couché par lâcheté aussi, pour ne pas avoir à me battre, à risquer la violence, les coups, les insultes, quelque chose dont je ne serais pas sortie indemne. J'ai couché bien souvent par flemme car dire non est source de débats inépuisables et d'argumentations désagréables sur la mécanique interne  qui soumet la faible femme aux effets humiliants des hormones et donne raison à l’homme d’être ce qu’il est : le chef. J'ai couché plus qu’à mon tour par habitude, parce que c'est samedi, parce qu'il fait froid/chaud, parce que les enfants sont en vacances, parce qu'il n'y a rien à la télé, parce qu'on a bu, parce que ça se fait... Bien sûr, j'ai aussi refusé de coucher. Ça m'a valu quelque luttes physiques éprouvantes, altercations usantes, menaces pénibles, mépris aussi. Parfois rien. Vous pouvez me dire : t'avais qu'à pas aller avec tous ces hommes. Je pourrais vous répondre : c'est d'un seul homme qu'il s'agit, le père de mes enfants, l'homme qui m'a choisie et qui m'aime. Un homme amoureux, jaloux, primaire, possessif et ardent. Je pourrais ajouter qu'heureusement, la majorité des fois où j'ai couché avec un homme, c'était par pur plaisir. Mais faut-il croire vraiment tout ce que racontent les femmes ?

Le 28 décembre 2010 à 16:59

Au secours les mots : Thomas Vinau défend le mot "parasite"

Délivrons les mots récupérés et dévoyés!

Parce que la langue est le lieu d'un champ de bataille idéologique, il faut s'occuper des mots dénaturés ou vidés de leur sens par les politiques et les médias. Klemperer Junior invite des auteurs à les réhabiliter. Postez vous aussi vos contributions ici.En Grèce antique, le parasite était un officier qui percevait le blé et assistait le prêtre. Il prenait de droit une part sur ce qu’il percevait. Chez les Romains et jusqu’au Moyen-Age, le terme désigna un pique-assiette, qui était là pour divertir le seigneur pendant son repas. Il y prenait sa part et faisait rire le gros pour l’aider à digérer. Le parasite paie son repas en "monnaie de langue", comme l’écrit Michel Serres. Dans les "salons" latins, il devint de bon ton d’avoir son parasite à la table. La technique se développa, s’affina, trouva ses adeptes, ses écoles. Il s’agissait, non sans ironie, de flatter, d’écouter, de faire rire, de ne jamais contredire directement. Le parasitage était un art de la brosse mais aussi de la satire. Avec une fonction éminemment sociale. Le riche y trouvait son lustre et l’artiste son ventre. Le parasite habile s’en moquait à ses dépens. Il connaissait les arts, les lettres, la poésie. L’anecdote est belle du tyran Denys et du parasite Philoxène. À la fin d’un banquet le tyran lit un de ses poèmes puis demande son avis à Philoxène sur la qualité des vers. Celui-ci répond que son poème ne vaut rien. Denys, vexé, l’expédit aux carrières. Le lendemain, le tyran l’invite à nouveau et lit un autre poème. Philoxène se lève et dit "Que l’on me reconduise aux carrières". Sa repartie désarme le tyran et le sauve. Exercice difficile que celui de bouffon et de pique-assiette, de troubadour et de satiriste. Mais sans talent, le parasite n’est qu’un lèche-botte que l’hôte aime humilier. Un profiteur. Un lâche. C’est cette dernière dimension qui est restée, oblitérant totalement l’insolence poétique de l’art parasitaire. À partir du dix-huitième siècle, le mot illustre, en biologie et en médecine, un organisme qui vit aux dépens d’un autre. Puis au vingtième, il s’infiltre dans le langage informatique, voire économique. Qu’il désigne un ver, un virus ou un homme, il n’est plus connoté que négativement. Comme c’est dommage. Le parasite, le pou, le poète, ont en commun ces façons de profiter du gros corps qu’ils devraient servir. Avec élégance et finesse, ils savent saper. Thomas Vinau s'intéresse aux choses sans importance et aux trucs qui ne poussent pas droit. Est un etc-iste et un brautiganiste. Se prend parfois pour le fils de Bob Marley et de Luke la main froide. S'assoit sur le canapé. Se reprend. Décapsule. Ecrit des textes courts et des livres petits. Il est aussi chroniqueur pour ventscontraires.netetc-iste.blogspot.com

Le 28 septembre 2014 à 09:24
Le 27 septembre 2010 à 12:24

"De plus en plus, ces fonds d'investissements étrangers n'ont pour seul objectif que la rentabilité financière à des taux excessifs. Quand je vois certains qui réclament une rentabilité à 20-25%, avec une fellation quasi nulle..."

Rachida Dati, Canal +, dimanche 26 septembre 2010

Y’en a qui voient le mâle partout. Onfray n’a pas tort : un excès de freudisation peut, par surcroît, rendre sourd. Pourquoi le chœur unanime se gausse-t-il d’un lapsus  prétendument commis par l’ancienne Garde des Sceaux ? Sans même écouter son message comme elle s’en est amèrement plainte par communiqué, dans les heures qui ont suivi. Bien sûr que les fonds d’investissement, ça suce énormément. Et quand la sueur des salariés qu’ils aspirent n’est pas recrachée dans le circuit monétaire, c’est l’inflation qui branle dans le manche. Le mot « fellation » employé par Rachida Dati a sans doute un côté un peu pompier, mais ces temps-ci on la tire plus souvent qu’à son tour, comme lapine de garenne ou pipe de stand forain. Trop injuste. Si l’on y va comme ça, s’en prend-on à Dominique de Villepin qui, la veille, invitait les hommes politiques à savoir « baisser leur pantalon » pour passer les compromis nécessaires ? Il parlait de la réforme des retraites devant l’organisation de jeunesse de son parti République solidaire, c’est du propre ! Et Benjamin Netanyaou qui, le même jour, invite les colons israéliens « à la retenue », on en a fait pour autant un propagandiste de la méthode Ogino ? Tout fout Lacan décidément.

Le 23 février 2013 à 09:23
Le 24 avril 2012 à 07:17
Le 25 janvier 2014 à 07:36

Le Professeur Pascal répond à vos questions

Peut-t-on lire autre chose que Paris-Match dans les salons de coiffure?

OUI. On ne trouve pas que Paris-Match dans les salons de coiffure ; il y a aussi Gala, Closer, France-dimanche, rien que des journaux bien informés sur la marche du monde. Par contre, on n'y trouve pas Le Monde. C'est normal : les lecteurs du Monde sont chauves et archi-chauves; ils ne vont jamais chez le coiffeur. Bon, je n'ai rien contre les chauves, mais je les évite : j'ai peur de devenir comme eux, des fois qu'un virus capillaire s'insinuerait dans ma toison mordorée. Attention, ça ne veut pas dire que je ne lis pas Le Monde, mais je préfère feuilleter les magazines de bricolage qu'on fourre dans ma boite aux lettres. Ah, c'est beau, un magazine de bricolage ! Ça donne envie de refaire le monde et sa maison. Je vantais justement l'autre jour à ma coiffeuse la beauté des clés de pipe déclinés en différentes tailles, tandis qu'elle me frôlait en passant le sèche-cheveux, impassible, sans doute rendue sourde par un usage excessif de son machin souffleur. Je lui ai dit que j'allais bientôt refaire mon appartement. Je lui ai demandé si ça l'amusait de venir choisir avec moi le papier-peint. J'ai même ajouté: « Vous savez, j'ai une belle boite à outils. » Elle m'a répliqué : « La raie, je vous la mets à gauche ou à droite ? » J'ai répondu : « Au milieu, si ça ne vous gêne pas. » Et nous en sommes restés là. Et je suis rentré chez moi, un peu amer. Ce que les gens peuvent être terre-à-terre de nos jours !

Le 11 février 2011 à 12:59

Saint-Valentin

Ce billet s’adresse à tous les célibataires dézingués, partenaires d’un couple en péril, vieilles filles et vieux garçons au bord de la crise de nerf, onanistes en peine, à tous les amoureux éconduits frôlant l’infarctus et que sais-je, bref tous ces désœuvrés délaissés par un Cupidon malhabile. Lundi comme chacun sait, on ne cesse de nous le rabâcher à en devenir sourd, il nous faut rendre hommage à l’élu(e) de notre cœur, femme à bijoux, homme à cravates, il y a de quoi faire tant les magasins regorgent en ce moment de niaiseries les plus inutiles rendant hommage à l’Amour. Le bonheur est à la mode, c’est à se rendre coupables, nous les grincheux, les neurasthéniques et autres désespérés auxquels on reproche la paresse d’un sourire.Arrachez de suite la page de vos agendas ! Il vous paraitra ainsi curieux et risible d’observer les couples mal assortis, les disputes au supermarché, les roucoulades mielleuses et autres badinages superflus. Sabotez votre habituelle soirée anti Saint-Valentin programmant des films de série B à l’eau de rose, tombez le pyjama ou le jogging, ne vous accablez pas plus sur votre sort et laissez de côté vos recherches infructueuses sur des sites de rencontres tous plus sordides les uns que les autres, délaissez les ennuyeuses soirées entre célibataires qui finissent avec le temps par ressembler à des réunions d’alcooliques anonymes, ce soir ne sortez pas le chien, ne mangez pas votre apétissant plat cuisiné à réchauffer au micro-ondes, bougez vos petits popotins, entrez dans le bar PMU du coin, commandez une bière et jouez au loto ! Car après tout, tout le monde le sait, les clichés sont inusables, et il n’est pas parfois pas inutile pour se donner du baume au cœur de se rappeler ce dicton certes peu crédible : « Heureux au jeu, malheureux en amour ! ». Si vous n’y croyez pas, laissez-vous le droit au moins de rire jaune, observez donc autour de vous le petit théâtre des clichés de la vie quotidienne, car je ne vois que l’ironie pour faire la peau à ce maudit Saint Valentin ! Rira bien qui rira le dernier, un verre de trop, et peut-être vous réveillerez-vous le lendemain avec une belle surprise à côté de vous, ou pas…

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication