Dominique Mutio
Publié le 17/12/2015

Hipster


Dominique Mutio est né au Pays basque en 1964.

Dessinateur depuis l'enfance, il monte à Paris en 1982 pour y étudier l'art graphique. Dessinateur de presse depuis 1988, il tente de réinterpréter avec humour et sincérité le monde chaotique qui l'entoure.

Il a publié dans de nombreux journaux et revues ( le Monde, Le monde diplomatique, Libération, La Croix, Force-ouvrière hebdo, L'Itinérant, Siné hebdo, Zélium, ...).

Ses dessins sont présents actuellement sur le site Urtikan.net (dessins d'actualité) et sur le site Delignes en ligne.com (croquis dans le métro).

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 25 novembre 2014 à 08:43

Vivre d'amour et d'eau fraîche ? Deux biologistes réfutent le fameux adage

C’est la fin d’un doux rêve. Celui de milliers et de milliers de couples français qui ont essayé un jour, ou qui essaient aujourd’hui, de vivre pleinement leur histoire d’amour malgré des conditions financières très difficiles. Ce matin, le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) a dévoilé les résultats de deux biologistes de l’institut. Ces derniers ont semble-t-il mis fin à ce qui révélait finalement de la foi quasi mystique: non, il est tout simplement impossible de vivre, voire même de survivre uniquement d’amour et d’eau fraîche. Décryptage. Un défi biologique intenable Marc Cyrulnik et Anthony Bazire sont les deux chercheurs en biologie du CNRS qui ont conduit cette étude qui vient mettre fin à une croyance vieille de plusieurs centaines d’années. Aujourd’hui, il se disent catégoriques sur la question : « Il est physiologiquement impossible de vivre ou même de survivre avec simplement un apport d’amour et d’eau fraîche. Nous avons constaté chez tous nos cobayes qui suivaient un tel traitement une violente détérioration des tissus musculaires et organiques entraînant un violent déclin physique qui les conduit vers une mort certaine. » explique M. Bazire. En cause, le manque de calories et de graisses indispensables à la survie de l’organisme comme le détaille Marc Cyrulnik : « Certes l’amour nous apporte une certaine forme de bien-être psychologique. Mais ce bien-être n’a jusqu’à présent aucune incidence sur le fonctionnement correct du corps humain. Ou en tout cas très minime et très faiblement nutritionnel. Quant au rôle de l’eau, certes il est indispensable mais reste insuffisant pour permettre de maintenir le processus vital. » Ce n’est pourtant pas faute d’avoir tenté de repousser les limites de leurs patients. Mais Marc Cyrulnik et Anthony Bazire racontent s’être heurtés à un nombre impressionnant d’échecs : « On a tout tenté. De faire vivre des centaines de couples uniquement grâce à de l’amour et de l’eau fraîche mais nous avons hélas perdu la totalité de nos spécimens. On a pourtant essayé de changer certaines variables comme le cadre qu’on a voulu tour à tour urbain puis plus rural. Rien n’y fait. Où qu’il soient les couples ne survivent pas à un régime d’amour et d’eau fraîche. » Claire et Laurent ont respectivement 24 et 24 ans. Tous deux encore étudiants sur Paris avec un petit boulot à côté, ils ont pourtant décidé de vivre ensemble sous le même toit. Économiquement cela s’avère rude pour eux et leur consommation quotidienne d’eau fraîche et d’amour commence à les épuiser. Un constat qui fait directement écho à la recherche des deux biologistes Français et sur lequel Claire reste lucide : « Là ça devient dur. On commence à voir nos côtes et plusieurs symptômes graves de malnutrition commencent à apparaître. On rentre pour ainsi dire dans la zone sanitaire à risque mais on tient bon. Après on s’aime et on a de l’eau fraîche. C’est le plus important. Il faut juste qu’on serre un peu les dents en espérant que les choses s’améliorent vite. » La théorie des « 10 de retrouvées » dans le collimateur Cette découverte des chercheurs du CNRS démontre donc que l’expression « vivre d’amour et d’eau fraîche » ne peut être prise sérieusement qu’au sens figuré. Un coup dur pour tous les couples qui espéraient cela possible jusqu’à présent. Le CNRS a également précisé à la suite de la publication de ses résultats que d’autres chercheurs du Centre, des sociologues plus précisément, planchaient dès à présent sur une autre problématique. Les spécialistes en sciences humaines seraient déjà en train de mettre à l’épreuve la fameuse croyance sociale qui voudraient qu’«1 de perdue, 10 de retrouvées. » Une pensée fortement implantée dans les esprits mais qui semble très loin de refléter la réalité si l’on en croit les scientifiques qui essayent cependant de ne pas trop s’avancer : « C’est très difficile de conclure à quoi que ce soit au jour d’aujourd’hui. Mais de toute évidence le compte n’y est pas. On arrive parfois à 3-4 maximum. Mais jamais, au grand jamais, à 10. C’est une estimation qui nous semble davantage symbolique que réaliste. » selon Pierre Pissard, qui dirige cette nouvelle étude. Le Gorafi Illustration: Flickr /  vincen-t  

Le 29 mars 2013 à 08:53
Le 28 septembre 2014 à 09:24
Le 24 mars 2014 à 10:19
Le 9 septembre 2012 à 08:47

Mona Mailing n°4

Basta !

Ecoutez-moi bien, tous ! Fichez-moi la paix à la fin. Arrêtez cet enfer, ce boucan, tout ce bruit pour rien. Basta ! BASTA ! Mais qu’est-ce que je vous ai fait ? La nuit, le silence et l’oubli éternels, tout plutôt que cette cacophonie : et si c’était bien elle, et si ça ne l’était pas ? et si c’était une greluche de petite vertu, et si c’était une pimbêche aristo ? Florentine ou bien napolitaine ? Et si… c’était Giacomo ou Francesco déguisés en fille, vous savez, les ragazzi que se tapait Léonardo ? Et si c’était  un faux ? Un faux quoi ? Un faux col ? un faux cul (ah non, parait que je n’en ai pas) ? Et si c’était la Gualanda et pas la Gioconda ?  Et si il s’y était repris à deux fois, le Leonardo, pour lui dessiner son fichu sourire ? Et si c’était juste qu’elle ne devait pas sourire mais que Giacomo ou Francesco aurait bousculé le maître, son pinceau aurait ripé et il aurait rattrapé le coup en lui plissant la lèvre ?  Hein ? Pourquoi pas, tant que vous y êtes ? Et si, et si… et si vous changiez de crèmerie ? Et si vous en aviez fini de gloser, de ratiociner, de béer d’admiration convenue, obligée. Si vous arrêtiez de me punaiser, de m’expédier, de m’endosser ? Vous m’avez vue, les yeux bridés, le sourire gondolé sur le tee-shirt déformé par vos bourrelets macdo’ ? Mais vous n’avez donc rien de mieux à faire ?Pourquoi moi, Dio mio, pourquoi moi? Il y en a des milliers, des millions de belles petites gueules dans tous les musées du monde ! Des toutes fraîches comme Flore, des sensuelles comme Olympia, des spirituelles comme la Sévigné, des altières comme la Valois, des discrètes comme Olga, des purs esprits comme Thérèse, des pétroleuses comme la Goulue. Des racées, des typées, des androgynes comme…Jean-Baptiste. Il y en a pour tous les goûts ! Moi… mais je ne suis rien à côté ! Dame Lise Marie Gérardin, femme de François du Jocond, hypothétique copine d’un Médicis… Pensez donc, quel palmarès ! Autant dire personne ou plutôt tout le monde, toutes les femmes du monde : ni pute ni soumise… Allez hop rideau. Basta cosi, allez voir ailleurs si j'y suis.

Le 23 mai 2012 à 08:22

Devenez vous-même

Bien, l’amour c’est beau, c’est bien beau mais comme dit Ferrer un jour ou l’autre, il faudra bien qu’il y ait la guerre, on le sait bien. Pour donner un sens à sa vie, pas de besoin de philosopher. C’est pas moi qui le dis. C’est l’armée. Sur un panneau publicitaire, on peut lire : Devenez-vous-même. Tout un programme. Ca donne envie de s’engager. On dirait du Socrate. Connais-toi toi-même qu’il disait. Comme un militaire qui tue sans réfléchir, on l’a condamné à mort pour avoir trop pensé. D’ailleurs mon grand-père disait toujours que dans l’armée réfléchir c’est désobéir. Et puis le service militaire je crois que ça aurait plu à Socrate. Lui qui aimait la promiscuité masculine. Ô ! La voix délicate du sergent beuglant « bite à cul » aux rangs qui se serraient tout en serrant les fesses. Ô ! Ô ! La belle promenade des troupes d’appelés dans lesquelles on gueule des chansons en un ballet de pas cadencés de rangers boueuses et de bérets enfoncés pour ne pas ressembler à Bourvil d’où jaillit toujours sur le sublime treillis du plus beau verdâtre un joli Famas qui percent et qui déchirent les chairs anonymes des veuves et des orphelins tandis que le sergent vomit sa colère pour des ceintures portées en branle-couille. Il y a des moments dans l’existence où on se sent fier d’être un homme. L’homme est divin. Je vous le dis. C’est une chose sûre. Pas une chaussure mais un dieu. Rigolez pas. J’ai la preuve : Sarkozy. C’est le seul président convaincu de sauver le monde en augmentant la crise. Et c’est pas rien. Bien-sûr, j’oublie pas le sergent…le sergent, pas Socrate, mais le philosophe de l’armée. A son sujet, je regrette la fin de mes classes que je qualifierais d’épique humainement parlant comme un dimanche de Coupe du Monde où une équipe de France a refusé de jouer au football en restant dans un bus. Vous comprenez à tel point c’est douloureux pour moi. Et surtout, ce qui m’angoisse le plus c’est de n’avoir pas su ce que le sergent pensait de Socrate ou ce qu’il avait de plus que le philosophe et surtout ce que je devais faire pour de devenir moi-même comme lui. Devant ces questions sans réponse, je me suis tourné vers les plus éminents penseurs de notre temps. Je veux parler des ministres de la défense et de l’intérieur et du chef des armées. Ils sont allés droit au but. Comme devant les journalistes. Ils ont répondu à leurs propres questions. Ces gens-là sont rassurants. Ils savent tout sur tout et surtout sur rien. Je les écoutais parler, ces hommes politiques issus des écoles supérieurement normales ou normalement supérieures. Ces hommes avaient le même discours de droite que leurs confrères de gauche. Comme je suis des deux côtés, j’ai pas voulu les contredire. Puis un jour par hasard j’ai rencontré le sergent dans un bunker en Normandie. Je lui ai posé ma première question. Après un long silence, il a répondu : « Moi, ton Socrate, je le retourne et tu sais ce que je lui fais ? » Là, j’ai compris que pour devenir moi-même, je ne serai ni sergent ni Socrate.

Le 16 février 2015 à 08:08

Le Professeur Pascal répond à vos questions

Peut-on être végétarien non-pratiquant ?

OUI. On peut être végétarien non-pratiquant. Pour cela, il suffit de manger de la viande tous les jours ou presque. Bon, j'entends déjà les végétariens orthodoxes s'écrier : « Mais c'est n'importe quoi ! On ne peut pas manger de la viande si on est végétarien. » Et ils ont raison. Cependant, reconnaissons qu'il n'est pas facile de trouver tous les jours de la bonne herbe fraîche et des pétales de fleurs bien croquants, meuh. L'hiver, quand on habite en ville, c'est même carrément impossible. Certes, il y a des marchands de légumes. Mais est-on bien sûr qu'il s'agisse de vrais légumes cultivés par un vrai fermier en salopette et chemise à carreaux, un fermier bio comme un camion et qui fume des Gitanes maïs ? Si ce n'est pas le cas, il vaut mieux se rabattre sur les fleuristes. Les fleuristes sont des créatures affables, mais un peu bornées. Chaque fois que vous choisissez un bouquet, elles vous demandent : « C'est pour offrir ? » On voit bien par cette question qu'elles ne sont pas végétariennes pour un sou. Si elles l'étaient, elles diraient plutôt : « C'est pour manger sur place ou à emporter ? » L'autre jour, entre nous soit dit, j'ai dévoré comme ça une brassée de tulipes. La fleuriste en est resté baba. « Elles sont un peu fades, ai-je ajouté pour la faire râler. On voit bien qu'elles viennent de Hollande. Vous n'auriez pas plutôt des roses de Picardie ? » Là, la gentille fleuriste a perdu son calme. Non contente de me vider un vase sur la tête, elle m'a envoyé promener sur les roses. Comme quoi, il peut s'avérer dangereux d'être un végétarien orthodoxe !

Le 19 avril 2011 à 17:45

ventscontraires : le reality show

Proposition faite à la rédaction

Chère Madame, Cher Monsieur,   Je suis un fidèle lecteur de ventscontraires.net. J’aime beaucoup l’esprit qui règne dans cette revue en ligne. Je me permets cependant de vous faire quelques suggestions visant à l’améliorer encore, et surtout à la rendre accessible au plus grand nombre. Tout d’abord, peut-être pourriez-vous recruter des chroniqueurs en organisant, à Paris et en province, des auditions que vous filmeriez. Bien sûr, il vous faudra faire montre de cruauté quelquefois, afin de satisfaire le public. (Arrangez-vous pour que soient mis en valeur les candidats les plus émouvants, la jeune orpheline à la beauté stellaire et au talent fou, rebelle comme une louve, ou le jeune beur, ex-taulard repenti aux accents rimbaldiens, par exemple.) Puis enfermez-les dans une demeure en banlieue, sans contact avec l’extérieur, avec des caméras dans chaque pièce. Une fois par semaine, faites-les passer à la télévision à une heure de grande écoute, et surtout, faites voter les téléspectateurs par le biais de numéros surtaxés. Afin de moderniser légèrement votre nom tout en gardant l’esprit « venteux », je vous propose d’appeler l’émission « Windy », ce qui vous permettrait d’être sponsorisé par une célèbre marque de laque, parce que vous le valez bien. Ainsi non seulement vous atteindrez un vaste public, mais vous réaliserez une intéressante opération financière. Restant à votre disposition pour toute précision supplémentaire, je vous prie de croire, chère Madame, cher Monsieur, en l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Le 16 septembre 2012 à 08:59

Moi aussi je me souviens

- J'aimerais commencer par Je me souviens, rien qu'une fois, pour voir... - Je me souviens de ma perte de confiance dans la chose imprimée quand j'ai lu marsien avec un s au lieu de martien avec un t dans Pif Gadget. En plus, le désintégrateur ne fonctionnait pas ! - Tiens ! j'ai les mêmes initiales que Joe Brainard ! - Et le même nombre de syllabes que Georges Perec ! - Mais pas de barbiche ! - Comme les biscottes, les souvenirs tassés tout au fond sont en miettes. - Les souvenirs d'enfance étant écrits par des adultes restent au format d'un rétroviseur. - L'été à Béziers on crachait par terre tandis que les poignées de plastique pailleté des vélos fondaient au soleil.   - Les gosses qui crachent pour s'occuper sont les gosses de ceux qui triment pour rester pauvres. - Mon frère facteur était plus grand que ma soeur militaire pourtant très grande pour une femme sans chaussures à talon. - On aurait pu nous croire jumeaux avec ma soeur si elle n'avait pas été belle et moi normal. - L’aiguille dans les sillons poussiéreux des quarante-cinq tours faisait pelote sur France Gall et Sheila qu'écoutait ma soeur aux ongles fraîchement vernis. - Les boulettes de coton ayant tenu séparés les orteils s'enflammaient toutes seules au soleil. - Le coton entre les orteils était un privilège féminin comme les yeux faits, les rires spéciaux et les cheveux propres. - Quand j'ai su que ma soeur était belle j'ai demandé à mon frère si maintenant il fallait la vouvoyer.

Le 25 octobre 2013 à 14:02

Il veut psychanalyser les villes du monde entier

Laurent Petit reçu à la Librairie du Rond-Point le 30 octobre à 19h

N'en déplaise à ses détracteurs : la psychanalyse est une science, ça marche, de manière reproductible et vérifiable. Simplement ça ne marche pas avec les gens lorsqu'ils ne sont pris qu'un à un. Il faut passer à une échelle plus grande que le niveau individuel. Celle de la ville. Freud s'était trompé de niveau tout simplement. Depuis quatre ans, Laurent Petit, fondateur de l'ANPU (Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine) a analysé avec succès plus de cinquante cités, en France et à l'étranger. Il vise la psychanalyse urbaine du monde entier, selon un Plan quinquennal qui s'achèvera le 24 décembre 2014, un mercredi, à New York devant le siège de l'ONU. Un vin chaud vous y sera offert. Pour mieux partager ses idées, il était venu au Rond-Point présenter son plan de YoupiYeahisation du monde (lors d'une conférence mémorable à revoir ici). Ses archives ayant brûlé lors d'un incendie mystérieux, il a rassemblé ses souvenirs dans un livre qu'il a conçu comme une pochette-surprise remplie d'enseignements et de cadeaux – une "preuve d'amour" précise-t-il – qu'il vient présenter à la librairie du Rond-Point le mercredi 30 octobre à 19h. Le pavé (vert tendre) s'intitule "La Ville sur le divan, introduction à la psychanalyse urbaine du monde entier!" (Editions La Contre Allée). Je l'ai entre les mains. C'est passionnant et drôle. Très flatté que l'auteur m'ait proposé que je lui pose quelques questions ce jour-là, je vous y donne rendez-vous et me réjouis de vous y retrouver. Urbainement vôtre, JDM

Le 11 janvier 2013 à 14:26

La bande dessinée pour tous (du mariage)

Hop là, alors pour les éléments, je vais faire comme Marion Montaigne et vous renvoyer aux sources. Pour l'homosexualité animale ( on n'est pas des bêtes, merde !) : lire La vie amoureuse et érotique des animaux de Sparks John (Edition Belfond, 1978) Mais aussi on vient de me signaler ça : une émission récente de France Inter c'était intéressée au sujet de la sexualité animale. Sinon pour les personnes qui souhaiteraient un peu mieux savoir ce que c'est que l'anthropologie, je conseille la lecture de cet excellent cours d'introduction à l'anthropologie. A conseiller aussi à certains qui pensent savoir... Gio, n'hésite pas ! Pour les modes matrimoniaux alternatifs ( polyandrie, polysémie, système tournant), j'ai trouvé mes sources dans une thèse de doctorat d'Emmanuel Gonon, de l'université de LYON 2, lisible ici, Alors après, je suis bien d'accord, les universitaires, ils n'y connaissent rien, c'est bien connu. Surtout les docteur es sciences. Pour la légalisation du mariage gay et ses conséquences sur la société, les plus curieux pourront se rendre dans les pays voisins de la France pour vérifier la chose de leurs propres yeux et constater les ravages incroyables sur la société (rupture des sceaux de la destruction, pédophilie partout, jeunesse dépravée s'abandonnant à la drogue, chiens refusant d'aboyer et autres horreurs). Je vous conseille la Belgique, c'est pas loin, l'Allemagne, c'est pas cher, l'Espagne, ils n'ont plus un sou vaillant. Moi je vis en Allemagne, en fait, en vrai en Allemagne c'est un "pacte d'union" mais tout le monde appelle ça mariage (les allemands, faut pas leur faire confiance, c'est des nazis). Du coup, je connais des couples homo mariés, c'est la cata. A chaque fois qu'un couple homo se marie en Allemagne, un arbre à currywurst est planté. Si vraiment ça vous intéresse, mais que vous êtes trop casanier pour vous bouger les fesses, il y a une petite carte wikipedia très sympa sur la situation de l'homosexualité dans le monde. Vous allez voir c'est marrant, en bordeaux, il y a les zones où l'homosexualité est passible de la peine de mort. Le fun ! Pour la suite ça viendra en son temps, mais, si vous voulez voir mes sources d'inspirations pour cette note et pour les (probables) suivantes, vous pouvez venir dîner dans ma famille, ou alors il vous suffit de vous rendre sur l'un de mes autres blogs où j'ai écrit un article un peu remonté qui s'appelait "Le mariage gay et le mariage triste". Je vous conseille de lire les commentaires, certains sont éloquents. Et trop longs. Enfin, j'ai entretemps trouvé un texte magnifique de clarté et d'ouverture sur le mariage pour tous et sur les manifestations, plus intelligent et convaincant que je saurais jamais faire. Je vous aime tous. Bonne année.

Le 12 janvier 2015 à 15:19
Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Rencontre avec Isabelle Huppert
Live • 17/12/2020
La masterclass de Daniel Pennac
Live • 11/12/2020
La masterclass de Alice Zeniter
Live • 05/12/2020
La masterclass de Jacques Bonnaffé
Live • 30/11/2020
La masterclass de Gilles Cohen
Live • 24/11/2020
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication