Stéphane Trapier
Publié le 23/12/2015

Buffet à volonté


Né le 15 juillet 1790, Stéphane Trapier a toujours raté les rendez-vous de l’histoire. Ancien avant-centre de l’équipe de France, il n’a jamais gagné la coupe du Monde. Il collabore à Fluide Glacial (après le départ de Gotlib), au Monde (sans jamais croiser Beuve-Méry) ou encore à Télérama (dès la retraite de Jean-Claude Bourret). Il a illustré deux ouvrages de Jean-Michel Ribes, et son Rond-Point. Il ne connait pas personnellement Henri Guaino. 

Plus de...

Stéphane Trapier

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 6 décembre 2011 à 08:39
Le 14 décembre 2011 à 07:26
Le 29 mai 2014 à 16:40

Les années 2000 : Papa Soprano, got yourself a gun

Des Ingalls aux Soprano, quoi de neuf docteur ? #3

1999. Pour ne pas changer, les USA ont de nouveau une bonne gueule de bois, suivant avec angoisse les déboires moraux de leur président, qui s'en prend plein la poire depuis son élection et qui est à présent condamné par la cour suprême comme parjure. Il va falloir aussi composer avec une nouvelle donne : le début d'une volonté du tout sécuritaire et de la paranoïa du terrorisme (et on n’est pas encore en 2001) que va créer le massacre de Columbine. La peur du tueur de masse n’est pas en soit une nouveauté aux USA, mais soudainement, même le petit Macaulay Culkin dans sa crèche est potentiellement un Charles Manson en puissance. Les responsables désignés ? Tout un pan de la culture populaire : le black/death metal, les jeux vidéo, le cinéma, les comics, les mangas, et parfois impopulaire : les nazis, essentiellement. Viendra quand même aussi un questionnement sur la libre circulation des armes ;Charlton Heston va commencer sa longue croisade pour la NRA. C’est donc dans ce contexte que se déroule la nouvelle élection présidentielle qui verra après quelques tours de montagne russe électorale l’avènement de Bush Junior ‘zident.   Un OVNI dans les figures paternelles Au milieu de tout ça que la famille Soprano montre le bout de son nez sur la chaine HBO, créée par David Chase. Tony Soprano ou Papa Soprano, pour ceux qui suivent, est un OVNI dans les figures paternelles télévisuelles pour la simple et bonne que Papa Soprano n'est pas un « papa » tombé du ciel. A la différence de Papa Ingalls ou de Papa Seaver, sortes de monolithes semi-divins  dont la paternité est une fonction, si ce n'est la caractéristique principale. Papa Soprano à commencé comme fiston Tony est c'est bien là son plus gros problème : héritier de l'entreprise familiale (qui marche plutôt bien au demeurant) Papa Soprano se retourne vers ses propres pères et pairs et tentent de comprendre ce qu'on lui a légué et très franchement n’y comprend rien. Pourtant on lui a légué une way of life en quelque sorte, elle est vertigineuse, violente mais fait de lui un élu qui se doit d’être à la hauteur, surtout quand on voit la gueule de sa mère, on comprend qu’il ne veuille pas décevoir le fiston Tony.   Papa Soprano, un paumé donc ? Il lui arrive de faire des crises d'angoisses devant des canards et suit une thérapie pour surmonter ce petit problème. Mais si fiston Tony doute, Papa Soprano lui « agit » et dans un seul et unique but : protéger sa famille. Ce sera même le leitmotiv de toutes les actions de notre bonhomme et la seule façon pour lui de protéger sa famille c’est d’en défendre les intérêts. Et pour se faire quoi de mieux que les années Bush ? Disons le franchement : adieu le hug ici : un rottweiler enragé est tout aussi rassurant qu’un Tony qui vous tend les bras.   Une seule famille, celle du sang Si, dans un premier temps, Papa Soprano veut composer avec deux familles (sa femme et ses deux enfants d’un coté), son entreprise de l’autre dans laquelle opèrent un cousin, un neveu et un oncle. Papa Soprano va vite faire un choix : il n’a qu’une famille : celle du sang. L’autre n’en est pas une mais une entreprise (un peu particulière et les indemnités de licenciement sont plutôt désagréables). Papa Soprano évolue dans une société chaotique ou le chacun pour soi devient une règle d’or dans une société traumatisée post-onze-septembre. A partir de ce moment c’est bien simple papa Soprano n’a plus que des « alliés » sur des visées à très court terme. Sorte de ballet incessant d’une realpolitik fiévreuse. Papa Soprano s’interroge, il fait face à son histoire (on le voit dans une scène s’interroger sur ce qu’est devenu Carry Grant et son flegme inébranlable, cette sorte d’homme qui agit toujours sans sourciller, sachant naturellement ce qui doit être fait et comment, dans l’intérêt de tous.) Papa soprano lui n’en sait franchement rien ; il part dans tous les sens, dessoudant au fur et à mesure ennemis et alliés lorsque ces derniers deviennent une gêne (ce qui dans la paranoïa ambiante est franchement systématique).   Un vide total Papa Soprano, donc, c’est le grand nettoyage : tout ce qui dépasse dégage, pas seulement les balances, les familles rivales mais aussi ce qui n’est pas dans la « norme » : un de ces capos qui se révèlera être gay l’apprendra à grands coups de canon scié. Bref, Papa Soprano qui ne comprend pas très bien qui il est s’évertue quand même à modeler une société à son image.   Ce qu’il en reste ? Rien ! Papa Soprano dans sa volonté de protéger les intérêts de sa famille va tout simplement créer un vide total et s’isoler entièrement, haï par tous, sa famille comprise. C’est que nous montre la fin emblématique de la série, où la famille sort manger un morceau dans le restaurant familial et se rend compte avec inquiétude que la moindre silhouette est une ombre menaçante prête à leur faire payer chèrement leur héritage.   Dans le même temps Bush ‘zident évite une grolle durant une allocution.

Le 8 mars 2015 à 09:22

Faut-il avoir peur des autres ?

Le Professeur Pascal répond à vos questions

NON. Les autres sont comme vous et moi ; ils aiment, ils souffrent, ils meurent. Il y en a qui aiment les glaces à la fraise, d'autres qui souffrent d'hémorroïdes, d'autres enfin qui meurent bêtement en craquant une allumette devant une fuite de gaz. Bon, si vous ne vous reconnaissez pas dans la liste qui précède, cela prouve que vous êtes bien vivant, que vous ne vous tortillez pas le derrière sur une chaise et que vous préférez, peut-être, les glaces au foie gras (si, si, ça existe). Pour autant, il faut bien avancer dans la question qui vient de m'être posée. Dites-vous bien que certains y ont déjà répondu positivement. Ils trouvent que les autres ont une sale gueule, qu'ils parlent mal le français, que leur bagnole est bizarre, comme chantait Pierre Vassiliu en son temps sur un air de Chico Buarque. D'autres, par contre, ont l'altruisme dans la peau. Non, l'altruisme n'est pas une maladie porcine. C'est la plus belle des vertus ; après la chasteté, bien entendu, laquelle est bien pratique quand on prend l'ascenseur avec une fille du Crazy Horse. Cependant, méfions-nous. Tous les altruistes n'ont pas fait leurs études chez l'abbé Pierre. Il en est qui serrent la pince à tout le monde, même à ceux qui n'ont plus de mains. Ils vous appellent par votre prénom comme si vous aviez gardé les vaches ensemble. Ils ont un éternel sourire collé sur la bouche avec du scotch invisible. Leur but ? Vous vendre n'importe quoi, du moment que vous fassiez leur bonheur. Appelons ça de l'altruisme intéressé. Et n'en parlons plus. Montrons-nous misanthrope quand nous les rencontrons. Et s'ils persistent à vouloir nous vendre une bagnole à trois roues, un crédit à taux mal fixé ou un adoucisseur d'eau usée, accueillons-les avec notre plus beau sourire avant... de les assommer !

Le 19 décembre 2012 à 09:56

Rosa, rosa, rosam, rosae,...

Une virgule qui regrette, par l'arpenteur, sur le déclin depuis 1971

Cher Monsieur Rond-Point, J'ai bien reçu votre invitation à venir gagner à une tombola gratuite pour célébrer la sortie du livre Ventscontraires, et vous en remercie. Je dois malheureusement décliner cette sympathique proposition d'agape, activité pour laquelle j'ai pourtant un certain talent, pour ne pas dire un talent certain, diront certains. Oui, je décline. Ma femme le relève souvent, ce déclin. Sans doute est-ce dû à l'âge, bien qu'en y réfléchissant, je décline depuis très jeune. Je me souviens avoir décliné une invitation à une boum de peur de faire tapisserie. Me sachant fort peu bricoleur, c'était mieux ainsi. Certains diraient que j'avais décliné car je déteste la danse, qui me le rend bien d'ailleurs, cette salope, et ils n'auraient pas forcément tort. Mais j'ai décliné aussi en d'autres circonstances plus respectables, en latin et au collège, pour le plus grand plaisir du chanoine Vogel. Je décline certes moins que l'empire romain d'occident, mais ce n'est que provisoire, puisque je vais disparaître un vendredi de cette semaine, comme l'ont prévu les mayas avant leur déclin ; Il semble donc que je sois enclin à décliner. Mais aujourd'hui, cette inclination à la déclinaison est due à des problèmes géographiques. Malgré les nombreux ronds-points alentour, aucun n'est un théâtre. Devant accepter que chroniqueur à Ventscontraires n'est pas mon activité principale (eh oui !), et qu'un tiers des voyageurs sont arrivés en retard la semaine dernière grâce aux chemins de fer suisses, je ne peux prendre le risque de faire un aller-retour jusqu'à vous, pour grignoter des chips, une coupette à la main, en faisant « hmmm, je vois oui... » la tête inclinée d'un air mystérieux avec ceux que j'ai l'honneur de côtoyer dans les pages du livre. Dommage, il y en a beaucoup que j'aurais aimé rencontrer. Mais peut-être pas eux...

Le 20 octobre 2014 à 08:55
Le 22 décembre 2011 à 10:25
Le 26 juillet 2012 à 08:15

Une robe et beaucoup de bourrins

En France certains trucs, avec moi ça ne prend pas. Je suis à moitié française et à moitié slovène, ceci doit expliquer cela. Il y a quelques années, je me souviens, on a fait tout un foin du téléfilm "La journée de la jupe", avec Isabelle Adjani. Soit disant que les filles et les femmes de la banlieue ne pouvaient pas se mettre en jupe sans être traitées de putes. Par qui ? Par les "jeunes des cités", ces gars au teint basané voire chocolat et à la casquette vissée de travers. Une "racaille" que l'ex président Sarkozy voulait nettoyer au Karcher. Depuis, Sarkozy s'est fait nettoyer (c'est celui qui dit qui y est), et la racaille a essaimé. On fait semblant de ne pas la voir, mais moi je sais où elle est. Dans les endroits chics, de haute "chiquitude" même. A l'Assemblée nationale, au sein du CAC 40. Elle a troqué casquette, baskets et survêts contre costards cravate, chemises impec et chaussures cirées. Elle s'est fait blanchir la peau, les cheveux, elle est sortie de grandes écoles style Polytechnique ou l'ENA, elle a pris des patronymes qui fleurent bon le bon français, elle a hérité de parents fortunés, émigré dans les hôtels particuliers des beaux quartiers, elle a tout fait pour tromper son monde, la garce. Mais dès qu'une femme s'habille en femme, rien à faire, elle se lâche! En plein mois de juillet, Cécile Duflot se pointe à l'hémicycle en robe bleue chamarrée (traînée !) et hop, voilà notre racaille de souche qui la hue et la chahute, avec l'élégance que le monde entier lui envie. Du coup j'ai enfin compris pourquoi la France interdit le port de la burqa : c'est pour mieux siffler les salopes mon enfant !

Le 2 octobre 2014 à 08:48

Sachons distinguer la taupe du homard

La taupe est un petit animal ainsi appelé en raison de sa très faible acuité visuelle et de ses remarquables facultés de dissimulation. Il ne doit pas être confondu avec le homard, qui a une meilleure vue et dispose de pinces qui seraient bien utiles à la taupe dans le cadre de ses activités, mais nous verrons cela plus loin. Pour éviter toute confusion, faites bouillir ensemble les deux animaux : celui qui ne devient pas rouge à la cuisson est la taupe. Cette simple opération facilitera la vie des jardiniers, qui ainsi peuvent se débarrasser de nuisibles, à condition de disposer de mayonnaise.Le homard est un animal très pudique, qui cache ses émotions derrière une épaisse carapace. Sous la caresse, il évite de manifester son contentement. Nul ne l'entend ronronner. C'est d’ailleurs également le cas de la taupe, ce qui rendrait inutile toute sorte de comparaison fondée sur ce seul critère.La taupe, à l’instar du producteur de roquefort et du responsable du rayon bricolage du BHV, passe le plus clair de son temps à l’obscurcir en sous-sol. Elle creuse des galeries à l’aide de grosses pinces dont elle est dépourvue, ce qui la ralentit considérablement ; tandis que le homard, de son côté, observe avec appétit  quelques vers marins, son acuité visuelle étant excellente. On voit par là que la distinction est aisée à opérer entre les deux espèces, pour peu qu’on dispose d’un grand aquarium.La taupe, quant à elle, est perfide ; elle attend la nuit pour se faufiler sous les pelouses ; vous transforme un green de golf en ligne d’en-but après la mêlée.En cas d’orage, le homard reste coi ; mais la taupe nage au fil du courant, dans l’espoir d’une nouvelle vie.Quant au jardinier, il est dubitatif, et se demande ce qui est préférable pour son jardin.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Rencontre avec Isabelle Huppert
Live • 17/12/2020
La masterclass de Daniel Pennac
Live • 11/12/2020
La masterclass de Alice Zeniter
Live • 05/12/2020
La masterclass de Jacques Bonnaffé
Live • 30/11/2020
La masterclass de Gilles Cohen
Live • 24/11/2020
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication