Laurent Houssin
Publié le 18/12/2015

Je me flingue à boulet rouge


Boire un coup avec Lindingre et Houssin

Textes de Yan Lindingre

Laurent Houssin dessine des gros et grands dessins depuis toujours. Il a lu des tas de BD, a débuté dans le fanzine Argh!, a troqué ses crayons contre des gants de boxe puis ses gants de boxe contre des crayons, a vu le bagne, a animé ses dessins chez Œil pour Œil multimédias, a dessiné Marcel et son orchestre, l'album"Rendez-nous Miss Moule ! ", des histoires de loups pour le Psikopat...Aujourd'hui, il dessine dans Fluide Glacial. Bon, c'est clair ou vous voulez que je vous fasse un dessin ?

 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 2 juin 2015 à 13:16
Le 14 juillet 2011 à 09:10
Le 29 septembre 2012 à 07:36

SEOUL JUKE BOX - DJ Kay Pop

#6 "Marketplace" Sophie Hunger - Kay Pop remix

Le jour se lève sur Séoul. Des millions d'humains dociles et résignés se laissent emporter dans les métros bondés qui transpirent d'odeurs de choux fermenté et de parfums bon marché. Autant de voitures avancent au pas sur les bretelles d'autoroutes à huit voies, clopes et radio allumées qui enfument les travailleurs avec la même chanson entêtante : Gangnam Style tourne en boucle comme un nouvel hymne à la joie des travailleurs. Dans le quartier de Gangnam justement, trois types sortent d'un norae bang, un karaoké bordel, où toute la nuit ils ont arrosé le contrat signé la veille. Deux coréens et un américain, titubant bras dessus bras dessous comme un rat pack en goguette. Ils s'engouffrent dans un taxi direction le Fish Market, l'un des plus grands de toute l'Asie. Les voilà dans cet immense hangar au milieu de tonnes de poissons et crustacés sortis de l'eau dans la nuit et qui s'ébattent désespérément dans leurs derniers soubresauts. Ca crie, ça marchande, ça mange et ça boit au milieu de nuages de vapeurs iodées et d'odeurs de putréfaction. Les trois descendent dans un sous sol et entrent dans un petit restaurant qui suinte d'humidité. L'américain fait encore son crâneur, il s'est plié à tous les rituels de la célébration. Toute la nuit il a bu cul sec comme un dur, il a bouffé sa boite de Viagra pour baiser toutes les filles du karaoké. Ce n'est pas tous les jours qu'on signe le contrat du siècle, qu'on blouse ces gros caves de coréens, ces juifs asiatiques, durs en affaire mais mous de la bite dés qu'ils ont un coup dans le nez. L'américain ricane, il leur a fait à l'envers, ils n'ont rien vu venir, ils ont signé sans rien piger à la combine. Dans quelques heures il pourra roupiller dans l'avion du retour. Les deux coréens lui resservent à boire et commandent à manger. Une femme sans âge vient verser des braises de charbon dans le barbecue au centre de la table qu'elle recouvre d'un dôme en métal qui se chauffe à blanc. Puis elle revient avec un grand récipient dans lequel un énorme poulpe encore vivant agite ses tentacules. C'est la dernière épreuve, l'heure de vérité pour être définitivement intronisé partenaire en business et ami dans la vie : manger la pieuvre et la manger vivante. Un des coréens sort un couteau et tranche un tentacule qu'il balance sur le métal brulant. Le bout de pieuvre se tord de souffrance, le coréen le tourne et le saisit du bout des ses baguettes pour le tremper dans une sauce rouge pimentée, puis il le tient en l'air devant le visage de l'américain. L'appendice de chair ensanglantée de piment se tortille encore plein de vie. Les coréens regardent le blanc dans les yeux, maintenant bien livide. Point de non retour, il ne peut pas refuser, il ne peut pas se dégonfler maintenant, un dernier effort, il ferme les yeux, retient sa respiration, ouvre la bouche et on lui glisse le membre survivant qu'il va falloir mâcher. Il mâche, c'est dur, ce putain de calamar est plus coriace qu'un pneu, vite il faut l'avaler et boire un bon coup derrière pour faire glisser. Mais lorsqu'il l'avale, le bout de poulpe dans un dernier réflexe nerveux active ses ventouses et s'agrippe dans le fond de gorge, s'enroule autour de la glotte et se colle aux muqueuses obstruant le larynx et tout passage d'air. L'américain rosit, rougit, puis vire au violet en agitant les bras en essayant de gueuler à l'aide. Au plus il manque d'air, au plus il comprend. Les deux coréens sourient et attendent sans bouger que la belle mort naturelle advienne. L'américain est tombé à la renverse étouffé, il sursaute encore, c'est lui le calamar maintenant. Les coréens lui ont soutiré le contrat de sa poche, ils s'en servent pour essuyer les taches de sauce sur leurs costumes froissés, puis le jette dans les braises du barbecue. La vieille sans âge referme les portes du restaurant le plus secret et mystérieux du Fish Market de Séoul qui n'ouvre que sur demande et que pour certains clients. (Another Barbarian in Asia - Henry Halfwarm)

Le 19 avril 2011 à 17:45

ventscontraires : le reality show

Proposition faite à la rédaction

Chère Madame, Cher Monsieur,   Je suis un fidèle lecteur de ventscontraires.net. J’aime beaucoup l’esprit qui règne dans cette revue en ligne. Je me permets cependant de vous faire quelques suggestions visant à l’améliorer encore, et surtout à la rendre accessible au plus grand nombre. Tout d’abord, peut-être pourriez-vous recruter des chroniqueurs en organisant, à Paris et en province, des auditions que vous filmeriez. Bien sûr, il vous faudra faire montre de cruauté quelquefois, afin de satisfaire le public. (Arrangez-vous pour que soient mis en valeur les candidats les plus émouvants, la jeune orpheline à la beauté stellaire et au talent fou, rebelle comme une louve, ou le jeune beur, ex-taulard repenti aux accents rimbaldiens, par exemple.) Puis enfermez-les dans une demeure en banlieue, sans contact avec l’extérieur, avec des caméras dans chaque pièce. Une fois par semaine, faites-les passer à la télévision à une heure de grande écoute, et surtout, faites voter les téléspectateurs par le biais de numéros surtaxés. Afin de moderniser légèrement votre nom tout en gardant l’esprit « venteux », je vous propose d’appeler l’émission « Windy », ce qui vous permettrait d’être sponsorisé par une célèbre marque de laque, parce que vous le valez bien. Ainsi non seulement vous atteindrez un vaste public, mais vous réaliserez une intéressante opération financière. Restant à votre disposition pour toute précision supplémentaire, je vous prie de croire, chère Madame, cher Monsieur, en l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
La masterclass d'Elise Noiraud
Live • 16/04/2021
La masterclass de Patrick Timsit
Live • 16/04/2021
La masterclass de Lolita Chammah
Live • 16/04/2021
La masterclass de Tania de Montaigne
Live • 08/03/2021
La masterclass de Sara Giraudeau
Live • 08/03/2021
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication