Micaël
Publié le 21/12/2015

Sobres et abstinents


Micaël naît à Paris en 1982. Après avoir passé 20 ans à Buenos Aires, il revient à Paris, la ville où il vit et travaille actuellement. Droitier sur le terrain de foot et gaucher pour le dessin, il décide sa vocation à l’âge de 5 ans, lorsque sa maîtresse remarque qu’il est le seul de la classe capable de dessiner des visages de trois-quarts. Ses deux ouvrages en France "Un Argentin à Paris" et "L'Air du Temps" ont été publiés dans la collection Les Cahiers Dessinés.

 

Plus de...

Micaël

 ! 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 18 décembre 2013 à 08:09
Le 22 octobre 2015 à 09:36

Le Professeur Pascal répond à vos questions

Dix sports émergents qui vous séduiront

Voici dix sports dont on va parler dans les années à venir. Laissez-vous tenter ! LA PÉTANQUE MOLLE. Elle se pratique avec des boules et un cochonnet en mousse, de préférence en charentaises. Afin d'améliorer leur concentration, les puristes mettent des bouchons d'oreille. LE TENNIS MÉTAPHYSIQUE. Comparable au tennis classique, à ceci près que les matchs se déroulent sans raquettes et sans balles. Certains le comparent à une sorte de mime, mais ce sont de mauvaises langues. LE RUGBY DANSANT. C'est un sport non-violent qui intègre les danses de salon aux règles du rugby. Selon les rencontres, les passes se font sur des airs de tango, de paso-doble, de tchatcha. Idéale dans les maisons de retraite le dimanche, sur les coups de 16 heures. LA PELOTE BELGE. Elle consiste à lancer des pelotes de laine contre un mur. Le gagnant est celui qui parviendra à les faire rebondir. LE POLO DE MANÈGE. Peu onéreux, accessible aux adultes qui ont gardé leur âme d'enfant, le polo de manège se dispute sur un carrousel de fête foraine. Celui qui fait sortir la balle du jeu doit payer le prochain tour aux autres. LE VÉLO DE SOUPENTE. Il n'est pas toujours simple de faire du vélo d'appartement, quand on est pauvre et qu'on habite dans une soupente au plafond bas. Spécialement étudié pour les circonstances, le vélo de soupente vous permet de pédaler à fond la caisse, le nez dans le guidon. LE PETIT BASKET. Ce sport est destiné aux gens de petite taille qui aimeraient faire comme les « grands ». Les joueurs, chaussés de cothurnes comme les acteurs antiques, sont munis chacun d'un escabeau pour monter au filet. Interdiction de dribbler sans l'escabeau dans une main sous peine de disqualification. LE DING-DONG. Variante helvète du ping-pong, parfois appelé « tennis d'étable » dans les alpages, le ding-dong oppose deux adversaires smashant avec un coucou suisse. LA LUGE LENTE. Spécialement étudiée pour les personnes âgées à l'esprit sportif, mais qui ont du mal à se déplacer. Une bonne alternative au déambulateur. LE LANCER DE BOITE A OUTILS. Comme son nom l'indique, le lancer de boite à outils est un approfondissement du lancer de marteau. La boite doit être pleine et lourde, et lancée de préférence dans le sens inverse de la vitrine du magasin de bricolage. Dans le cas contraire, vous serez considéré comme un hooligan.

Le 30 novembre 2015 à 11:39
Le 6 mai 2013 à 12:10

Paul Claudel (1868-1955)

Les cracks méconnus du rire de résistance

Alors là, c'est un peu fort de moka ! Le hiératique forgeur de tragédies saint-sulpiciennes déchirantes dans notre petit coin des guérilleros louf-louf. Le zouave-même qui glorifiait le tapin à la chaîne : « La taylorisation ? C'est une économie de mouvements. Tout ouvrier travaille machinalement quand il est parfait. » Et les charniers militaires : « Qu'ils sont beaux les morts de vingt ans ! Mourir pour la patrie est un sort si beau qu'ils en gardent un sourire ébloui. » C'est que l'auteur de L'Annonce faite à Marie n'a pas toujours été un croûton d'académie cocardier et bigot. Ses héritiers voudraient coûte que coûte nous cacher que, dans son adolescence impétueuse, « le charbonnier de la foi », comme l'appelait Aurélien Scholl, a été anar (« Je trouvais dans l'anarchie, confesse-t-il dans ses Mémoires improvisées, un geste presque instinctif contre ce monde congestionné, étouffant, qui était autour de nous. ») Et pas un anar à la noix de coco. Il proposait qu'on mette à la casse le vieux monde des inégalités raciales et sociales, du travail obligatoire et de l'argent-roi. Il exhortait les pue-la-sueur à brûler les usines et les banques. Il acclamait les actions terroristes contre les chefs d'État et les patrons, allant même, à l'instar de l'écrivain Paul Adam, jusqu'à considérer Ravachol comme un saint homme. Mais, me direz-vous, tout ça, c'était bien avant que Paul Claudel n'entre en écriture. Il n'y a quand même pas de traces de ces débordements-là dans ses pièces. Ah, mais si si, les mimiles, et c'est ça que ses héritiers aimeraient enterrer à tout jamais. Les actes I et II de la première version de La Ville (1890) racontent le soulèvement victorieux de « la gent vile et de petit estat » de Pantruche. Les marmiteux en pétard cuisent à grand feu tout ce qui leur rappelle le règne de la galette et promènent au bout d'une pique la tête de leur roi. « Le riche Parpaille : - Pourquoi avez-vous quitté votre travail ? Ne pensez pas que nous ayons peur de vous (…) Cris dans la foule : - Nous ne voulons plus travailler ! Parpaille, fourrant la main dans la poche : - Combien ? Vos conditions ? La paye… Cris dans la foule : - Nous ne voulons plus de paye ! Nous ne voulons plus être payés ! Parpaille, élevant en l'air une pièce d'or : - Par jour ? Cris dans la foule : - À bas ! Nous ne voulons pas d'argent ! Nous ne voulons pas d'argent ! Le gréviste Pasme : - Nous ne voulons pas de votre argent ! Allez-vous-en, car nous vous repoussons de nous ! Ô hommes malheureux ! Allons ! Chassons les riches d'ici et faisons une ville de pauvres ! Cris dans la foule : - Oui ! Oui ! En avant ! Quelqu'un crie : - Mort aux riches ! Un autre, d'une voix perçante : - Aux armes ! » On sait que les événements prendront un autre tour à partir du troisième acte, Claudel étant foudroyé par la grâce entre l'acte II et l'acte III, je ne plaisante pas. Le dramaturge veillera en effet à ce qu'en fin de représentation ses insurgés se convertissent en bloc au catholicisme romain et qu'en lieu et place de l'harmonie anarchote, ils édifient sur les éboulis du capital une monarchie de droit divin. Un des personnages-clé de la pièce, Pasme, restera pourtant irréductible, il partira fonder tout seul « une ville pour l'homme » : « - Il ne faut plus d'argent, et nous le jetterons au vent comme de la sciure de bois. » En 1987, dans le remake au bois bénit de La Ville, Claudel se hâtera de remercier ce Pasme compromettant qu'il faudrait renvoyer facétieusement dans l'arène chaque fois que la pièce se joue quelque part. On retrouve encore le Paul Claudel incendiaire dans l'acte III de la première version de L'Échange (1894) à travers le personnage de Lechy Elbernon incarnant dans le drame l'amour-plaisir pétroleur. Et c'est naturellement aux Bonnes déchaînées de Jean Genet qu'on pense ici. « Lechy Elbernon : - C'est moi qui ai mis le feu à la maison, Thomas Pollock, et ta fortune s'en va avec la fumée épaisse et jaune, et voici que tu n'as plus rien ! Hourra ! hourra ! Servantes, mettez le feu à la maison afin de la nettoyer ! Que tout ce qui peut brûler brûle ! Que la manufacture brûle ! Que la récolte brûle quand on l'a mise en meules ! Que les villes brûlent avec les banques ! Et les églises, et les magasins ! Et que l'entrepôt mammouth pète comme une pipe de rhum ! (…) Et toi, tu brûleras aussi dans le milieu de l'enfer où vont les riches qui sont comme une chandelle sans mèche. Afin que tu te consumes comme de la laine et comme de la pâte qui se réduit comme une plaque de fer ! » Dans une lettre à André Gide, en 1911, le consul de France Claudel a commenté de la manière suivante les péchés de jeunesse que nous venons d'exhumer : « Dieu, que l'on peut être bête quand on a vingt ans ! Comment ai-je pu donner le jour sans frissonner à de pareilles extravagances ! »

Le 19 septembre 2015 à 08:45

Les interfaces

Les progrès du futur #2

Pendant toute la fin du XXe et le début du XXIe siècle, on fit d’important progrès dans la communication avec l’ordinateur. Les débuts historiques s’étaient faits avec seulement l’écran et le clavier. Puis on inventa les fenêtres et la souris. Plus tard vint le capteur de mouvement, grande contribution du jeu vidéo à l’informatique généraliste. Vers 2010-2020, les écrans devinrent tactiles, puis pliants, puis holographiques. On put enfin travailler debout en agitant les bras, comme Tom Cruise. Ce fut la période dite « windmill ». On vit le reflux des grandes épidémies liées au travail sédentaire, obésité et troubles musculo-squelettiques. Cela contribua à résoudre une partie du déficit budgétaire des pays riches. En revanche, les fractures de la main devinrent fréquentes. Pendant ce temps, la communication entre humains stagnait. On s’était très longtemps satisfait de la parole, fluide mais fugitive. L’écriture avait rendu possible l’accumulation des connaissances et le progrès technologique. Mais elle était lente. L’informatique, le réseau et les terminaux mobiles mirent un peu de réactivité dans tout ça. Cela dit, seul l’implant cérébral libéra véritablement la communication. Il devint possible de partager instantanément ses idées et ses impressions. On vit l’apparition de l’utopie fusionniste, qui prévoyait l’harmonie de l’espèce, sur la base d’une compréhension profonde et totale de tous les individus. Alors quelqu’un eut l’idée de connecter son implant au réseau. Ce fut la naissance du cybiocerveau planétaire.

Le 24 novembre 2015 à 08:31

L'ours bipolaire est désormais une espèce en voie de disparition

Surnommé « l’instable du Grand Nord », l’ours bipolaire vient d’être ajouté à la liste rouge des espèces menacées par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). A l’heure actuelle, il resterait moins de 300 spécimens de cette espèce qui survit dans les régions arctiques et dont le comportement parfois irrationnel joue contre sa préservation. Auto-destruction L’ours bipolaire, animal étrange aux agissements parfois incompréhensibles évoquant à la fois la mère de famille en plein baby blues ou le trader excessivement euphorique, vit exclusivement sur la banquise. Selon l’UICN, il reste aujourd’hui moins de 300 spécimens, qui vivent de manière solitaire sur la glace. Parmi les facteurs qui ont provoqué le déclin des populations d’ours bipolaires, il y a évidemment le braconnage et la perte des habitats naturels. Mais la cause principale de sa lente disparition reste le comportement même de l’ours bipolaire que les experts de l’UICN jugent « totalement imprévisible et préjudiciable pour l’ espèce même ». Car cette espèce serait la moins adaptée à la survie en milieu hostile, toujours selon l’UICN : « Les ours bipolaires sont souvent dépressifs. Ils manquent d’appétit et d’intérêt pour la chasse qui est nécessaire à leur survie. Il arrive parfois qu’ils fassent preuve d’une grande anxiété et de haine envers eux-mêmes. Autant d’éléments qui les transforment en maillons faibles de la zone arctique. » explique Lana Purlac, de l’organisation. Mais à tous ces handicaps, il faut ajouter également le caractère des ours bipolaires : « Ils ont de très fortes manies, parfois violentes. Ils peuvent passer des semaines à frapper la banquise avec leurs pattes, juste par obsession. Dans les cas les plus graves, certains sont victimes de délires et se focalisent sur des théories du complot au sein du cercle polaire. C’est une perte de temps et d’énergie considérable pour tout prédateur de ce genre. » précise également l’expert de l’UICN. Encadrer l’espèce Pour aider à combattre la disparition progressive de l’ours bipolaire, les organisations de défense des animaux militent intensément pour la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’espèce : « C’est difficile pour nous d’être dans cette situation. Déjà qu’on a du mal à protéger les animaux de l’homme, mais si en plus il faut demander aux pouvoirs publics de protéger une espèce contre elle-même, c’est très dur à faire passer comme idée. » nous explique un cadre de l’association PETA avant de conclure : « L’idéal serait peut-être de transférer les derniers ours bipolaires dans des instituts spécialisés pour qu’ils soient encadrés, quelque chose comme un zoo dans l’esprit. » Le Gorafi Illustration : iStock / RobertScottJacobs / IRCrockett

Le 18 novembre 2015 à 10:17
Le 15 juillet 2013 à 10:40

Nous sommes tous des clés USB

Les progrès du futur #5

En 2012, on réussit à stocker de l’information sur ADN, en substituant le code des molécules ATCG aux 0 et 1. Après une quinzaine d’années de tâtonnements, le procédé industriel fut au point. On put alors stocker la BNF dans un grain de poussière.   Mais entre-temps la quantité d’informations disponibles avait explosé : l’Internet participatif et l'épidémie d'addiction à l'enregistrement avaient lancé un véritable raz-de-marée sur la planète. Le réchauffement climatique aidant, les fermes de serveurs ne pouvaient plus se refroidir et se trouvèrent complètement dépassées.   Chacun fut donc mis à contribution : la persopuce qu’on portait désormais sous la peau avec son dossier médical et son abonnement de bus dut accueillir une partie de la bibliothèque mondiale. Bien entendu, pour des raisons éthiques, des conditions draconiennes de protection des données furent imposées. Malgré tout, on hurla à la location des corps, les pacifistes refusèrent de porter des informations militaires et certains naturistes radicaux, rejetant le principe même de l’écriture, menacèrent de s’écorcher vifs. Pourtant, les autorités furent inflexibles : c’était indispensable au fonctionnement fluide du cybiocerveau planétaire.   D'autres rirent beaucoup en pensant aux performances de conservation de l’ADN : quelle tête feront les archéologues des années 30 000 quand ils trouveront, dans des carcasses antiques, des scènes de Roméo et Juliette en hittite, des modèle de grille-pains pour impression 3D et des sex-tapes de calamars ?

Le 12 avril 2013 à 08:36

Crocodiles à la mode de Caen

Histoires d'os 42

Autrefois, bien avant l'arrivée des vaches laitières et des chevaux trotteurs, il y avait des crocodiles dans la région de Caen. A Honfleur où Georges Cuvier les avaient identifiés au  début du dix-neuvième siècle. Mais également dans les carrières de la petite ville d’Allemagne (rebaptisée Fleury-sur-Orne après la Première guerre mondiale) où Geoffroy Saint Hilaire les avait reconnus, quelques années plus tard. L’étude de ces gavials fossiles avait conduit ces deux savants à deux interprétations opposées.  Pour Geoffroy Saint Hilaire, leur ressemblance avec leurs homologues vivants du Gange plaidait en la faveur d’une parenté générique et donc d’une pensée transformiste qui s’exprimait ainsi : « Il ne répugne point à la raison que les crocodiles de l’époque actuelle puissent descendre, par une succession non interrompue, des espèces antédiluviennes. » Pour Georges Cuvier, génie éclairé mais tenant du fixisme, ces animaux étaient génériquement différents de leurs homologues indiens. Au delà du cas de ces reptiles, prédateurs voraces des eaux tièdes, ce sont donc deux visions de l’évolution du monde vivant qui s’affrontèrent via les deux hommes au cours d’une célèbre polémique (dite Controverse des crocodiles de Caen) demeurée dans les annales de l’histoire scientifique française. Aujourd’hui, chacun le sait, on ne croise plus de crocodiles en liberté en Normandie. Comme d'ailleurs sur les bords du Nil. On dira donc qu’ils sont foutus. Mais ce n’est pas une raison pour ne plus en parler.

Le 2 janvier 2014 à 10:01

Chère National Security Agency

Merci de lire tous nos messages

Chère NSA Tu entends comme la presse mondiale joue les effarouchées en "découvrant" tout d'un coup ce qui est connu depuis bien longtemps : tu nous aimes. Tu collectionnes  dans tes serveurs enterrés dans des cavernes tous nos mouvements sur google, nos comptes facebook ou skype, tu as décidé de devenir le dépôt légal de nos conversations téléphoniques, de nos échanges mails et de nos balades Internet. Tu rapatries dans tes chers USA chaque mouvement de nos cartes bancaires alors qu'ici nous sommes incapables de tenir des comptes sérieux. Et tu les conserveras jusqu'à la fin des temps. For ever. Alors, puisque toi tu nous écoutes, je voulais te demander pour lundi : est-ce que tu pourrais envoyer un drone sur l'horloge atomique de Darmstadt - c'est sur elle que se coordonnent nos montres et réveils en Europe ? Car vois-tu j'ai pas mal fait la fête ce week-end et je me sens pas trop de me lever aux aurores demain matin. Thank you et bon courage! Fleur Ho PS : pour être sûre que tu t'intéresses à mon message parmi les milliards que tu reçois ce matin, je te mets quelques mots que tu aimes qui je l'espère alerteront tes vaillants robots : wikileaks, julian assange, bradley manning, glenn greenwald, edward snowden, wikileaks, julian assange, bradley manning, glenn greenwald, edward snowden, wikileaks, julian assange, bradley manning, glenn greenwald, edward snowden, wikileaks, julian assange, bradley manning, glenn greenwald, edward snowden

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Kader Aoun et des stand-uppers : "Je n'abandonnerai jamais la banlieue"
Live • 23/03/2019
Tania de Montaigne : L'Assignation
Live • 07/02/2019
Florence Aubenas au grand oral désopilant du Barreau de Paris
Live • 07/02/2019
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication