Edgar Morin

Nos disques sont rayés - quinze jours sur les blocages français

Quelle voie pour notre métamorphose ?

« On ne se parlait plus. Les rassemblements comme Los Indignados, Occupy Wall Street, Nuit Debout ressuscitent le Forum, l’Agora des cités antiques. Ce réveil coïncide avec d’autres mouvements de réveil partout contre la domination du profit, de la finance, du calcul, de l’anonymat. On a besoin de penser ensemble, il n’y a plus de pensée en politique car nos représentants sont à la remorque de l’économie libérale. Sur le plan écologique par exemple, il y a une révolution à faire que les citoyens peuvent commencer sans attendre l’État. C’est un début, la route est longue. Nous devons changer de voie, pas seulement en France, mais nous pouvons influencer le processus de mondialisation, le transformer pour résister aux périls écologiques, nucléaires, financiers, fanatiques. La vraie mondialisation, ça n’est pas d’imposer le modèle occidental mais d’opter pour la synthèse de ce qu’il y a de meilleur dans chaque civilisation. »
Edgar Morin
sur Radio Debout, le 8 mai 2016

Enregistré au Théâtre du Rond-Point, salle Jean Tardieu, le 31 janvier 2017

Introduction Jean-Daniel Magnin

Durée : 01:13:43



Passé colonial mal digéré, apartheid dénoncé mais non réparé, crise de la représentativité, pouvoir régalien exorbitant du chef, corruptions, inégalités, évasion fiscale, emprise des lobbies sur la nature et notre santé sont bien sûr au menu. Notre système politique se mord-il la queue ou peut-il se réformer ? Comment mettre fin à la rengaine des vœux pieux, des discours éventés, du manège des mini-hommes providentiels de plus en plus dévalués à nos yeux, du cercle vicieux dans lequel la Ve République s’est enfermée ? Pourquoi recommence-t-on encore et encore ce qui ne marche plus ? Comment sortir d'une situation bloquée ? Suffit-il de s'indigner ? Va-t-on enfin élargir le paysage ? 

Partager ce billet :

Tous les billets du dossier

À voir aussi

Le 26 février 2013 à 12:07
Le 1 avril 2010

La vérité sur BHL

Les grandes énigmes dévoilées

Ventscontraires.net vient de trouver par hasard entre deux sièges d’un TGV un document jauni apportant une lumière inédite sur l’affaire BHL/BOtul : le philosophe globe-trotter médiatique s’était ridiculisé en reprenant très sérieusement une citation de Jean-Baptiste Botul dans son ouvrage De la guerre en philosophie – alors qu’il était de notoriété publique que l’auteur de La Vie sexuelle d’Emmanuel Kant n’est qu’un canular inventé joyeusement par Frédéric Pagès et de ses amis. Le document : il s’agit d’un brouillon de lettre à l’écriture rageuse, où l’on a la surprise de découvrir que BHL est lui aussi un écrivain fictif ! En fait ils sont trois – ce qui expliquerait en passant la productivité du label « BHL ». Epuisé par son incessant labeur sous une mansarde du 15e et à la bibliothèque de Beaubourg, « L » (le philosophe) aurait demandé en vain à « H » (le médiatique) de l’inviter au moins une fois dans un des fameux salons parisiens qu’il fréquente assidûment. Vexé de n’avoir reçu aucune réponse de « H », il s’est tourné vers « B » (le globe-trotter au grand cœur) qui aurait accepté de le prendre avec lui pour son prochain voyage humanitaire. « H » se serait alors violemment interposé, arguant que la date de sortie de leur ouvrage De la guerre en philosophie ne pouvait être repoussée au vu du grand nombre de rendez-vous média calés. Blessé par tant de mépris, « L » griffonne d’une main tremblante : « La guerre en philosophie, vous allez l’avoir ! » Et il révèle qu’il s’est vengé en glissant une bombe à retardement dans le manuscrit du livre… la citation de Botul allait faire le tour de toutes les rédactions.

Le 13 octobre 2016 à 11:54

Frédéric Ferrer : "Pour moi, le réchauffement climatique est une source de dramaturgie sans cesse renouvelée"

Il présente au Rond-Point Cartographies, l'ensemble de ses conférences à la fois documentées et délirantes dédiées au réchauffement climatique. A la fois auteur, metteur en scène, comédien et agrégé de géographie, Frédéric Ferrer invente une nouvelle forme de théâtre panique : la conférence affolée, la prise de conscience en mode accéléré de nos catastrophes climatiques en cours, comme si nous devions mettre les bouchées doubles pour intégrer tout ce que nous n'avons pas voulu voir ou entendre jusqu'alors : les pôles ont fondu, le moustique du chikungugna est déjà aux portes de Paris, les grandes messes de type Kyoto ou COP21 patinent à longueur de séance sur de pricrocholins problèmes d'alinéas, de virgule, de traduction de prépositions ou d'adjectifs pour mettre au point leur texte final. Pour chacun de ses spectacles ou conférences-performances, Ferrer file sur les lieux à l'autre bout de la planète, enquête, synthétise, extrapole, et projette jusqu'à l'absurde les données recueillies dans son accélérateur à particules de rire. Et si le rire éveillé était notre meilleure façon de prendre conscience du nouveau monde dans lequel nous entrons, celui que nous méritons parce que nous l'avons fait ? Bienvenue dans l'anthropo-scène. > voir les conférences de Frédéric Ferrer sur ventscontraires > l'actualité de Frédéric Ferrer

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Pascal Blanchard : Pourquoi la France est incapable d'avoir un musée de la colonisation ?
Live • 17/02/2017
Carte blanche au Bondy Blog : Ecrire ensemble
Live • 14/02/2017
François Ruffin : répétition générale publique avant son premier meeting pour les législatives à Flixecourt
Live • 08/02/2017
L'avocat William Bourdon et Antoine Deltour, lanceur d'alerte du Luxleaks
Live • 03/02/2017
Edgar Morin
Live • 02/02/2017
Tous les podcasts
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication