André Dussollier

Télérama Dialogue

Cinquième édition de notre rencontre événement annuelle au Théâtre du Rond-Point ! Cinquième journée folle, où de 10h à 22h viendront 36 artistes, intellectuels, chercheurs en tout genre et de tous âge, répondre aux questions des journalistes de Télérama qui les ont choisis depuis des mois avec gourmandise, passion et audace. Depuis septembre 2013, ont en effet été accueillis dans l’antre amicale et complice de Jean-Michel Ribes – soit les quatre salles du Rond-Point ! – des dizaines de créateurs singuliers et magnifiques, désireux de partager avec notre rédaction – et le public qui pourra aussi les interroger – leurs parcours, leurs expériences artistiques et intellectuelles. Belle aventure à vivre ensemble que ces paroles des meilleurs témoins de notre temps. Ceux qui savent peut-être mieux le saisir, le goûter, le décrypter, en cinéastes, écrivains, plasticiens, comédiens, hommes et femmes d’idées, de théâtre, de musique, de danse, de mode, de médias, de gastronomie qu’ils sont à merveille… Autant de rares moments de curiosité et d’intelligence que nous serons tous heureux une fois encore de vivre avec vous.
Fabienne Pascaud, directrice de la rédaction de Télérama

Entretien avec Fabienne Pascaud
Enregistré le lundi 25 septembre 2017 dans la salle Renaud-Barrault du Théâtre du Rond-Point
Durée 58:23



Marier l'appétit culturel de Télérama à l'audace impertinente du Théâtre du Rond-Point lors de soirées préparées en commun. Autour d'un artiste phare ou d'un thème provocateur, il s'agit gaiement de torpiller et reconstruire le monde ensemble. Avec légèreté et gravité. Sans trop d'esprit de sérieux. 

Partager ce billet :

À voir aussi

Le 2 octobre 2013 à 07:00

Télérama Dialogue : Jules-Edouard Moustic

Les Rencontres Télérama

Avec Jules-Edouard Moustic Entretien : Emmanuelle Skyvington "Dans la vie, je déteste — et combats — les moustiques. Et bien que je ne sois jamais montée sur scène, pour Christian Borde, alias Jules-Edouard Moustic, je peux le faire et je vais le faire. Avec sa moumoute plastifiée dans le décor subtilement kitsch de Groland.con, cravaté-gominé sur le plateau de Made in Groland, saison après saison, Moustic se renouvelle tout en gardant son style unique, mélange de paillardise et de férocité, de tendresse (si) et de drôlerie. Il est l’un (le seul?) des véritables électrons libres de la télévision française qui continue à produire un show de façon quasi artisanale avec sa bande (Delépine, Salengro, Kerven…). Ses interventions, regard torve et langue pendante, et ses pantomimes de présentateur télé crétin assumé déclenchent chez moi l’hilarité. Ou pire, la crampe au ventre tellement Moustic y va. Loin. Fort. Trop. A Canal Plus, j’ai croisé ce Borat français à plusieurs reprises sans jamais avoir eu l’occasion de l’interviewer. On le dit timide, on verra bien. L’homme fait de la télévision, mais pas que : il a lancé un temps une radio périphérique (I have a dream). Il organise le festival Black and Basque, tout comme son fameux « bal de vieux » à Guettary (dont les fonds vont aux jeunes). Paradoxal, sensible, anachronique… : voilà pourquoi j’ai eu envie d’inviter Moustic au Rond Point." Durée : 01:18:47 Enregistré le 23 septembre 2013 dans la salle Vauthier du Théâtre du Rond-Point En partenariat avec France Inter et la MGEN.

Le 2 octobre 2013 à 06:30

Télérama Dialogue : Elisabeth de Fontenay

Les Rencontres Télérama

Avec Elisabeth de Fontenay Entretien : Marc Belpois "Pourquoi j’ai voulu inviter la philosophe Elisabeth de Fontenay ? Parce que nos liens avec les bêtes ne cessent de m’étonner. En vertu de quelle logique schizophrène, cajolons-nous notre chien adoré tout en acceptant les conditions d’élevage abominables de l’immense majorité des animaux que nous mangeons, porcs et poulets ravalés au rang de choses, sans aucun égard pour leur qualité d’êtres vivants ? Pourquoi cette interrogation fait-elle ricaner tant de gens ? Relève-t-elle d’une sorte de sensiblerie déplacée ? Elisabeth de Fontenay répond à toutes ces questions – et bien d’autres, son champ ne se limite pas à l’élevage – d’une voix limpide, mais aussi nuancée, loin de la véhémence fréquente de certains défenseurs de la cause animale. La philosophe, qui fut l’une des rares, en France, à ouvrir sa discipline à la question de l’animal, nous explique à quel point, depuis l’antiquité, nombreux sont les penseurs qui ont encouragé la société à prêter attention à la condition des bêtes. L’auteur du Silence des bêtes en 1998, co-auteur cette année – avec Boris Cyrulnik et Peter Singer –, du livre d’entretiens Les Animaux aussi ont des droits, anime sur France Inter une émission consacrée aux animaux, Vivre avec les bêtes." Durée : 01:13:10 Enregistré le 23 septembre 2013 dans la salle Vauthier du Théâtre du Rond-Point En partenariat avec France Inter et la MGEN.

Le 29 avril 2013 à 10:21

"Postillon"

Les mots que j'aime et quelques autres

Petit éclat de salive projeté sur votre interlocuteur quand, lors d'un déjeuner, vous lui racontez l'ascension du Ballon de Guebwiller avec votre grand-mère pour lui prouver qu'elle pouvait encore apprécier le bon air des Vosges. L'acteur passionné peu également postillonner. C'est vers le deuxième acte qu'il arrose le public, lorsqu'il demande avec véhémence la clémence de son roi. Si la pièce et forte, les trois premiers rangs de spectateurs ne lui en tiennent pas rigueur. L'effet cathartique fonctionne à plein, ils ressentent sa douleur mais pas les mini-crachats dont il les recouvre. Le postillonnage est également fréquent dans les lieux publics. Raison pour laquelle, à La Poste par exemple, le préposé à qui vous demandez si vos allocations familiales sont arrivées est séparé de vous par un Hygiaphone, petite paroi en plastique transparent percée de trous minuscules pour que le son passe mais pas les postillons.Ce qui est surprenant, c'est que le postillon désigne également le cocher qui conduit la malle-poste chargée de porter le courrier aux quatre coins du pays. Le postillon est donc d'une certaine façon un postier, donc quand vous parlez à l'employé de La Poste derrière un Hygiaphone pour le protéger de vos postillons, vous ignorez que lui-même est un postillon et... et... Bon, je ne sais plus très bien où je voulais en venir. Désolé...  Extrait de Les mots que j'aime et quelques autres © Points 2013 > Le livre sur le site de l'éditeur > Le livre sur le site du Rond-Point des Livres

Le 2 octobre 2013 à 03:40

Télérama Dialogue : François Chatillon

Les Rencontres Télérama

Avec François Chatillon Entretien : Luc Le Chatelier "Il est architecte en chef des monuments historiques. Voilà un titre qui vous pose un bonhomme. Ils sont moins de quarante en France à être, comme lui, habilités à intervenir sur les 16 000 bâtiments classés et 28 000 inscrit à l’inventaire. Sauf que François Chatillon, contrairement à beaucoup de ses confrères, ne se contente pas de soigner (très bien) les vieilles pierres et lambris dorés des églises et châteaux de son secteur de Champagne-Ardenne. Son vrai dada, c’est le XXe siècle et son béton mal-aimé qui cloque, s’effrite et vieillit mal. « Qui vieillit d’autant plus mal s’il perd son sens et sa vocation initiale », insiste l’En Chef, comme on dit sur les chantiers des monuments historiques. A Reims, les superbes Halles Centrales du Boulingrin (Freyssinet, 1927) que Châtillon a rendues l’année dernière après vingt ans d’abandon, ne se sont pas transformées en musée ou institution culturelle, elles sont redevenues ce pour quoi elles avaient été construites : un marché couvert. A Paris, la Cité du Refuge (Le Corbusier, 1934) qu’il rénove actuellement de fond en comble – et avec tout le confort moderne – conservera elle aussi sa mission d’accueil des plus pauvres. Quitte à dévier de l’orthodoxie française en matière de conservation du patrimoine qui veut que l’on retrouve l’état exact du bâti à son moment le plus « authentique »... D’ailleurs, on le verra au théâtre du Rond-Point, le 23 septembre : François Chatillon a un rapport très joyeux et décomplexé à son honorable métier, et pourfend avec allégresse les sentiments troubles que nous entretenons trop souvent avec le passé, entre nostalgie, remords et culpabilité..." Durée : 00:51:55 Enregistré le 23 septembre 2013 dans la salle Vauthier du Théâtre du Rond-Point En partenariat avec France Inter et la MGEN.

Tous nos invités
Tous les dossiers

derniers podcasts

je m'abonne :   
Eric Vuillard en conversation avec Pierre Assouline
Live • 13/02/2018
Tobie Nathan : Le Parlement des dieux
Live • 13/02/2018
Sophie Wahnich : La démocratie prise en étau
Live • 13/02/2018
Aude Lancelin : "Bienvenue dans le monde libre"
Live • 12/02/2018
Paul Auster : rencontre avec François Busnel
Live • 16/01/2018
Tous les podcasts

ventscontraires sur Youtube

Découvrez la chaîne
La revue en ligne du Rond-Point
Auteurs maison   Vedettes etc.   Confs & Perfs   Archives   Tous les chroniqueurs
Les vidéos   Les sons   Les images   Les textes  Nous contacter   Presse
ventscontraires.net, revue en ligne, vous est proposée par le Théâtre du Rond-Point.
Site administré par
© 2014 - CC.Communication